La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Qui va garder les enfants ?" La parité, en politique comme ailleurs… ce n'est pas gagné !

"Qui va garder les enfants ?", Théâtre de Belleville, Paris

Découvert avec "Sortie d'usine", un récit immersif sur le monde ouvrier, Nicolas Bonneau poursuit son travail de collectage, enquêteur patient et curieux, pour découvrir le quotidien et les problématiques des femmes politiques, de gauche comme de droite, et, par effet de ricoché, met en évidence la disparité non résolue dans les cercles du pouvoir (mais pas que !) où règne encore et toujours la suprématie du mâle… Tout en, avec honnêteté et franchise, interrogeant sa propre domination masculine.



© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
Seulement une vingtaine de femmes sont à la tête d'un gouvernement ou d'un état aujourd'hui dans le monde ; notre assemblée nationale est composée de 224 députées avec un "e" contre 353 sans ; en France, une réalisatrice touche un salaire de 42 % inférieur à celui de son homologue masculin ; depuis 2010, seuls quatre films réalisés par des femmes ont été nominés aux Césars et aucun n’a été primé ; 12 % de femmes sont à la tête des 100 plus grandes entreprises culturelles et 30 % d’entre elles occupent des postes de direction dans les établissements publics culturels…

Pendant cette enquête qui a duré plus de deux ans, Nicolas a suivi ou interviewé des femmes politiques au jour le jour, de tous bords politiques, élues locales et/ou nationales, maires, députées, anciennes ministres, universitaires, etc. De ces entretiens, de ces reportages, il en extrait des histoires émouvantes, vivantes, mais aussi humoristiques, voire piquantes, où vie personnelle, privée et carrière professionnelle reste associée, celles-ci ne voulant sacrifier ni l'une, ni l'autre, à l'inverse de la pratique habituelle des hommes.

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
La construction du spectacle de Nicolas Bonneau, basé sur sa posture de conteur, présente une architecture astucieuse où se trouvent enchevêtrés différents éléments burlesques ou dramatiques, l'un scindé en un récit de trois-quatre épisodes, d'autres sous forme d'interview où il joue l'interviewer et l'interviewée - n'hésitant pas à chausser les escarpins à talons du personnage convoqué - ou, dans un profil plein d'une sincérité troublante, ses propres histoires en forme d'autocritique, mea-culpa touchant, déclarées fondatrices de l'idée originelle de la création.

Maintenant la controverse, il nous narre tant l'anecdote de celle qui, engagée politiquement dès l'âge de 17 ans, déclare qu'elle laissera la place à son mari lorsqu'elle aura un enfant, que l'aventure militante (originellement indépendantiste guyanaise) de Christiane Taubira ; tant la dureté mais lucidité d'une Yvette Roudy (créatrice de la journée des droits de la femme) que la détermination d'une Ségolène Royal (à qui Michel Rocard demandera de se "retirer" !).

Que ce soit dans la rencontre un brin caricaturée des deux sus-cités - à la veille du dépôt de candidature à la présidentielle 2007 -, à la limite de l'hilarité, ou dans son interprétation en habit d'autodérision de ses actes regrettés de macho repenti, ou encore en Simone Veil - avec voix off -, seulement assis de profil sur une chaise, silhouette avec perruque et le tailleur vert verre d'eau, Nicolas Bonneau est expressif, hâbleur généreux et fantaisiste, doué d'une adresse facile, naturelle au public, et doté d'un jeu fluide, plein de fraîcheur et de vivacité, sans effets inutiles.

Dans cette narration conjuguée au féminin, et à la syntaxe féministe, apparaissent, au fil des propos retranscrits, les questions encore essentielles et obligatoires auxquelles nous ne voulons, ne souhaitons, ne pouvons pas répondre… "Pourquoi les femmes veulent-elles le pouvoir ? Surtout, pourquoi le veulent-elles si peu ?" ; "Un monde gouverné par plus de femmes serait-il différent, voire meilleur ?" ; "Les hommes sont-ils des femmes comme les autres ?" ; "Comment font-elles pour s'en sortir entre la gestion du foyer, le rôle de mère, la place que leur assigne la société auprès de leur conjoint - ou ointe - et une carrière politique ?"… Er surtout… Qui va garder les enfants ?

"Qui va garder les enfants ?"

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
Création de Nicolas Bonneau.
Conception et écriture : Nicolas Bonneau et Fanny Chériaux.
Co-mise en scène : Gaëlle Héraut.
Avec : Nicolas Bonneau.
Création musicale : Fannytastic.
Scénographie : Gaëlle Bouilly, assistée de Cellule B.
Costumes : Cécile Pelletier.
Création lumière : Rodrigue Bernard.
Création son : Gildas Gaboriau.
Régie : Cynthia Lhopitallier, Xavier Jeannot.
Stagiaire à la mise en scène : Chloé Jauset.
Production La Volige, Cie Nicolas Bonneau.
Durée : 1 h 15.

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
Du mercredi 16 janvier au dimanche 31 mars 2019
Du mercredi au samedi à 19 h 15, dimanche à 15 h,
+ mardi à 19 h 15 à partir du 5 mars.
Théâtre de Belleville, Paris 11e, 01 48 06 72 34.
>> theatredebelleville.com

Tournée 2019
7 avril 2019 : Théâtre, Bayeux (14).
11 avril 2019 : Théâtre Le Liburnia, Libourne (33)
9 mai 2019 : Les 3T – Scène conventionnée, Chatellerault (86).

Gil Chauveau
Mercredi 27 Février 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019