La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Quatuor Debussy - Quatuor Arranoa : Le Maître et l’Élève

Le célèbre Quatuor Debussy masculin rencontre le jeune Quatuor Arranoa féminin pour le cinquième opus du projet discographique "Le Maître et l’Élève". Après la pianiste Natacha Kudritskaya*, lancée par le Festival 1001 Notes dans cette même collection, ce nouveau CD "Octuorissimo" fait la part belle au quatuor à cordes puissance 2, accompagné pour deux pièces de Osvaldo Golijov par la contrebasse de Simon Luce.



© Laurent Bugnet.
© Laurent Bugnet.
La jeune garde du quatuor à cordes, c’est désormais aussi le Quatuor Arranoa formé au CSNM de Lyon en 2009. C’est au Conservatoire lyonnais que ces quatre jeunes filles dans le vent ont pu suivre les cours du cycle supérieur de quatuor à cordes créé par le Quatuor Debussy, fort de sa renommée internationale forgée en vingt ans de carrière. Pour cet enregistrement, les neuf musiciens nous entraînent dans un voyage fou et sans concession, des rives de la Neva à Leningrad où vécut Dimitri Chostakovitch aux rues populaires des barrios du Buenos Aires d’Astor Piazzolla, sans oublier les USA et ses désormais classiques musiques répétitive et minimaliste - avec le compositeur Marc Mellits.

Le programme choisi est donc un premier sujet de satisfaction. Que ce soit l’argentin Osvaldo Golijov aux racines ashkénazes qui mêle culture klezmer et tango dans son "Last Round", composé en hommage à Astor Piazzolla (disparu en 1992), ou le "Tango Ballet" du Maître lui-même, bande-originale du film de Enrique de Rosas sorti en 1956, les choix de notre octuor à cordes séduisent. Et plus encore ces "Deux pièces pour quatuor à cordes" transcrites à partir de son opéra "Lady Macbeth de Mzensk" et de son ballet "L’Age d’or" par Chostakovitch, ou ces "Deux pièces pour octuor à cordes" de jeunesse écrites par lui à une vingtaine d’années. On sait que le répertoire chambriste du génie de Leningrad n’a aucun secret pour le Quatuor Debussy qui a gravé en studio une intégrale de ses quatuors.

Abside romane du Prieuré de Chirens © DR.
Abside romane du Prieuré de Chirens © DR.
L’interprétation du maître quatuor et de son élève impressionne dans des formations à effectif variable. Expressivité à fleur de peau, attaques tranchantes, dissonances explosives, pulsations sensuelles ou rythmes savants, tout réussit à ces interprètes en parfaite osmose - en octuor ou en quatuor. Une belle leçon de transmission enregistrée de surcroît dans une abside romane classée du Prieuré de Chirens (XIe siècle) en Isère.

*Natacha Kudritskaya a été photographiée en train de jouer sur la place Maïdan à Kiev pendant les journées révolutionnaires précédant la fuite du tyran V. Ianoukovitch.

● "Octuorissimo - Le Maître & l’Élève".
Quatuor Debussy - Quatuor Arranoa.
Collection 1001 Notes - Festival 1001 Notes !
Direction artistique : Roger Germser.
Durée : 57 minutes.
Sortie : 9 janvier 2014.
>> festival1001notes.com

© DR.
© DR.
Programme :
Osvaldo Golijov, "Last Round".
Dimitri Chostakovitch, "Deux pièces pour quatuor à cordes".
Dimitri Chostakovitch, "Deux pièces pour octuor à cordes" opus 11.
Astor Piazzolla, "Tango Ballet" (arrangement : José Bragato).
Marc Mellits, "Octet".

Quatuor Debussy.
Christophe Collette, premier violon.
Marc Vieillefon, second violon.
Vincent Deprecq, alto.
Fabrice Bihan, violoncelle.

Quatuor Arranoa.
Marina Beheretche, premier violon.
Laura Prieu, second violon.
Aude Fade, alto.
Emmanuelle Bacquet, violoncelle.

Pour "Last Round".
Simon Luce, contrebasse.

Tournée :
Sur le site >> quatuordebussy.com

Christine Ducq
Mardi 25 Février 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021