La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Quand Vincent Goethals convie Feydeau et Offenbach à la même table… chez Maxim !

"La dame de chez Maxim… ou presque !", Théâtre du Peuple, Bussang, Vosges

La 122e édition des Estivales de Bussang représente l'ultime saison d'été pour Vincent Goethals, à la tête du Théâtre du Peuple depuis septembre 2011, qui verra Simon Delétang, metteur en scène lyonnais, lui succéder dès cet automne. En attendant, deux nouvelles créations sont à l'affiche de cette cuvée 2017 : "La dame de chez Maxim… ou presque", une version revisitée de la pièce de Feydeau, agrémentée de quelques "tubes" d'Offenbach, et "En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas" de Steve Gagnon.



© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Pour sa sixième et dernière année à la direction du Théâtre du Peuple, Vincent Goethals a voulu placer les Estivales 2017 sous le signe des retrouvailles en faisant appel aux comédiennes et comédiens qui ont marqué ses précédentes créations* à Bussang, et en les réunissant dans les deux nouvelles propositions artistiques à l'affiche cet été ; ainsi que les auteurs qu'il a mis en scène durant son mandat avec un "week-end des auteurs" qui a eu lieu les 29 et 30 juillet.

Monter Feydeau est loin d'être simple et éviter les écueils qui peuvent émerger de l'apparente facilité mécanique de ses comédies n'est pas donné à tout le monde. En même temps, son œuvre en général - et "La dame de chez Maxim" en particulier - est une étonnante réserve de joyeusetés burlesques, de pirouettes insensément osées (pour l'époque), d'imbroglios improbables ou inextricables, d'effets comiques rédempteurs, de portraits acidulés, parfois caustiques, et de situations au grotesque bourgeois, mis à la disposition de tout metteur en scène sachant en découvrir l'existence et en exploiter les potentialités.

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Vincent Goethals est de ceux-là, prenant en plus le parti d'affuter la pièce par quelques légères coupes dans le texte afin de la rendre plus saillante dans ce qu'elle a de vif et de comique dans ses situations et d'impertinent dans ses portraits de bourgeois sans millésime… d'hier, d'aujourd'hui ou de demain. Et pour inviter un autre insolent à la table des douces contestations artistiques, il agrémente sa mise en scène de quelques interventions chantées puisées dans le top 50 d'Offenbach, un contemporain de Feydeau qu'il ne connut pas mais qui avait vocation à son amitié.

De là naît un spectacle à l'objectif clairement défini d'amuser et de faire rire le public. Celui-ci acquiesce devant tant de légèreté aérienne, à la consistance d'une délicieuse chantilly vaudevillesque où la moindre subtilité des répliques et des bons mots est mise en valeur. Un rythme diabolique est insufflé par l'enchaînement dynamique des scènes, maintenu sans baisse de régime, et le mécanisme des quiproquos est magnifiquement utilisé, avec des rouages parfaitement huilés qui gagnent ses chevaux à l'endurance. Les comédiens, pro comme amateur, assurent, avec enthousiasme et générosité, le jeu impétueux que sollicite la "partition".

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
L'utilisation du fond de scène ouvrant par Vincent Goethals est bluffante de beauté et de pertinence (voir photo). Dans le cadre naturel au hêtre centenaire, kiosque à musique en premier plan et, en plan forestier, déambulation musicale, vocale et festive en célébration de mariage. Usant de l'intelligente union entre opérette et vaudeville, les artistes confirmés ou non chantent et jouent au diapason, avec un plaisir non feint et communicatif, soutenus par une petite formation orchestrale guillerette et efficace, tous ensemble officiant dans le but avéré de divertir.

Et le résultat est là… Les spectateurs sont conquis, l'après-midi s'est déroulé comme il se doit dans une ambiance de fête théâtrale, joyeuse et ouverte à tous… Vincent Goethals a fait sienne la volonté de Maurice Pottecher, celle de faire un théâtre par le peuple, pour le peuple.

*Pour "La dame de chez Maxim… ou presque !", grand spectacle de l’après-midi, mêlant amateurs et professionnels, c'est l'équipe de "l'Opéra de quat' sous", qui a enchanté l'été 2015 pour les 120 ans du théâtre, qui assure la distribution pro.
Le soir, dans "En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas", l'interprétation est assurée par les deux jeunes amoureux de "Caillasses"(été 2012) ainsi que l’inoubliable famille de "Small Talk" (été québécois 2014).


À suivre : "En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas" de Steve Gagnon.

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Rappel historique :
Imaginé par Maurice Pottecher et construit en 1895 (au départ une seule scène couverte), le Théâtre du Peuple de Bussang a ceci de particulier qu'il véhicule depuis l'origine une utopie humaniste et poétique inscrite en écorce d'arbre, comme un mémento perpétuel, de part et d'autre du manteau d'arlequin : "Par l'Art, pour l'Humanité". Les autres particularités qui ont fait sa renommée mondiale sont son fond de scène s'ouvrant de façon spectaculaire sur la forêt et sa conception en bois en manière de coque de vaisseau renversée. Celui-ci perpétue également une tradition voulue par le créateur des lieux consistant à monter chaque été des pièces où jouent ensemble acteurs professionnels et amateurs.

"La dame de chez Maxim… ou presque !"

© Jean-Jacques Utz.
© Jean-Jacques Utz.
Texte : Georges Feydeau.
Lyriques ajoutés : Jacques Offenbach.
Adaptation : Marie-Claire Utz et Vincent Goethals.
Mise en scène : Vincent Goethals.
Assistant à la mise en scène : François Gillerot.
Direction musicale : Gabriel Mattei.
Travail vocal : Mélanie Moussay.
Chorégraphe : Arthur Perole.
Scénographie : Benoit Dugardyn.
Lumières : Philippe Catalano.
Costumes : Dominique Louis, assistée de Sohrab Kashanian.
Maquillages et coiffures : Catherine Nicolas.
Avec : Sébastien Amblard, Frédéric Cherboeuf, Rosine Chouinard, Valérie Dablemont, François Gillerot, Mélanie Moussay, Marc Schapira.

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Et : Jean-Louis Apprederisse, René Bianchini, Patrice Caray, Fannie Delobelle, Pascale D’Ogna, Olivier Dormoy, Éric Garcia, Maya George, Chantal Gobert, Catherine Littner, Raphaël Maret, Céline Véron.
Musiciens : Aurélie Diebold (violoncelle), Gabriel Mattei (accordéon), Philippe Fondard (contrebasse), Barbara Walter (violon), Olivia Grappe (flûte) et Thomas Griessmann (clarinette).
Durée : 2 h 40 (avec entracte).

Du 14 juillet au 27 août 2017.
Estivales 2017 - Une saison de retrouvailles.
Juillet : vendredi au dimanche à 15 h. Août : mercredi au dimanche à 15 h.
Théâtre du Peuple, Bussang (88), 03 29 61 50 48.
>> theatredupeuple.com

Gil Chauveau
Samedi 5 Août 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019