La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Quand Vincent Goethals convie Feydeau et Offenbach à la même table… chez Maxim !

"La dame de chez Maxim… ou presque !", Théâtre du Peuple, Bussang, Vosges

La 122e édition des Estivales de Bussang représente l'ultime saison d'été pour Vincent Goethals, à la tête du Théâtre du Peuple depuis septembre 2011, qui verra Simon Delétang, metteur en scène lyonnais, lui succéder dès cet automne. En attendant, deux nouvelles créations sont à l'affiche de cette cuvée 2017 : "La dame de chez Maxim… ou presque", une version revisitée de la pièce de Feydeau, agrémentée de quelques "tubes" d'Offenbach, et "En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas" de Steve Gagnon.



© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Pour sa sixième et dernière année à la direction du Théâtre du Peuple, Vincent Goethals a voulu placer les Estivales 2017 sous le signe des retrouvailles en faisant appel aux comédiennes et comédiens qui ont marqué ses précédentes créations* à Bussang, et en les réunissant dans les deux nouvelles propositions artistiques à l'affiche cet été ; ainsi que les auteurs qu'il a mis en scène durant son mandat avec un "week-end des auteurs" qui a eu lieu les 29 et 30 juillet.

Monter Feydeau est loin d'être simple et éviter les écueils qui peuvent émerger de l'apparente facilité mécanique de ses comédies n'est pas donné à tout le monde. En même temps, son œuvre en général - et "La dame de chez Maxim" en particulier - est une étonnante réserve de joyeusetés burlesques, de pirouettes insensément osées (pour l'époque), d'imbroglios improbables ou inextricables, d'effets comiques rédempteurs, de portraits acidulés, parfois caustiques, et de situations au grotesque bourgeois, mis à la disposition de tout metteur en scène sachant en découvrir l'existence et en exploiter les potentialités.

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Vincent Goethals est de ceux-là, prenant en plus le parti d'affuter la pièce par quelques légères coupes dans le texte afin de la rendre plus saillante dans ce qu'elle a de vif et de comique dans ses situations et d'impertinent dans ses portraits de bourgeois sans millésime… d'hier, d'aujourd'hui ou de demain. Et pour inviter un autre insolent à la table des douces contestations artistiques, il agrémente sa mise en scène de quelques interventions chantées puisées dans le top 50 d'Offenbach, un contemporain de Feydeau qu'il ne connut pas mais qui avait vocation à son amitié.

De là naît un spectacle à l'objectif clairement défini d'amuser et de faire rire le public. Celui-ci acquiesce devant tant de légèreté aérienne, à la consistance d'une délicieuse chantilly vaudevillesque où la moindre subtilité des répliques et des bons mots est mise en valeur. Un rythme diabolique est insufflé par l'enchaînement dynamique des scènes, maintenu sans baisse de régime, et le mécanisme des quiproquos est magnifiquement utilisé, avec des rouages parfaitement huilés qui gagnent ses chevaux à l'endurance. Les comédiens, pro comme amateur, assurent, avec enthousiasme et générosité, le jeu impétueux que sollicite la "partition".

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
L'utilisation du fond de scène ouvrant par Vincent Goethals est bluffante de beauté et de pertinence (voir photo). Dans le cadre naturel au hêtre centenaire, kiosque à musique en premier plan et, en plan forestier, déambulation musicale, vocale et festive en célébration de mariage. Usant de l'intelligente union entre opérette et vaudeville, les artistes confirmés ou non chantent et jouent au diapason, avec un plaisir non feint et communicatif, soutenus par une petite formation orchestrale guillerette et efficace, tous ensemble officiant dans le but avéré de divertir.

Et le résultat est là… Les spectateurs sont conquis, l'après-midi s'est déroulé comme il se doit dans une ambiance de fête théâtrale, joyeuse et ouverte à tous… Vincent Goethals a fait sienne la volonté de Maurice Pottecher, celle de faire un théâtre par le peuple, pour le peuple.

*Pour "La dame de chez Maxim… ou presque !", grand spectacle de l’après-midi, mêlant amateurs et professionnels, c'est l'équipe de "l'Opéra de quat' sous", qui a enchanté l'été 2015 pour les 120 ans du théâtre, qui assure la distribution pro.
Le soir, dans "En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas", l'interprétation est assurée par les deux jeunes amoureux de "Caillasses"(été 2012) ainsi que l’inoubliable famille de "Small Talk" (été québécois 2014).


À suivre : "En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas" de Steve Gagnon.

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Rappel historique :
Imaginé par Maurice Pottecher et construit en 1895 (au départ une seule scène couverte), le Théâtre du Peuple de Bussang a ceci de particulier qu'il véhicule depuis l'origine une utopie humaniste et poétique inscrite en écorce d'arbre, comme un mémento perpétuel, de part et d'autre du manteau d'arlequin : "Par l'Art, pour l'Humanité". Les autres particularités qui ont fait sa renommée mondiale sont son fond de scène s'ouvrant de façon spectaculaire sur la forêt et sa conception en bois en manière de coque de vaisseau renversée. Celui-ci perpétue également une tradition voulue par le créateur des lieux consistant à monter chaque été des pièces où jouent ensemble acteurs professionnels et amateurs.

"La dame de chez Maxim… ou presque !"

© Jean-Jacques Utz.
© Jean-Jacques Utz.
Texte : Georges Feydeau.
Lyriques ajoutés : Jacques Offenbach.
Adaptation : Marie-Claire Utz et Vincent Goethals.
Mise en scène : Vincent Goethals.
Assistant à la mise en scène : François Gillerot.
Direction musicale : Gabriel Mattei.
Travail vocal : Mélanie Moussay.
Chorégraphe : Arthur Perole.
Scénographie : Benoit Dugardyn.
Lumières : Philippe Catalano.
Costumes : Dominique Louis, assistée de Sohrab Kashanian.
Maquillages et coiffures : Catherine Nicolas.
Avec : Sébastien Amblard, Frédéric Cherboeuf, Rosine Chouinard, Valérie Dablemont, François Gillerot, Mélanie Moussay, Marc Schapira.

© Éric Legrand.
© Éric Legrand.
Et : Jean-Louis Apprederisse, René Bianchini, Patrice Caray, Fannie Delobelle, Pascale D’Ogna, Olivier Dormoy, Éric Garcia, Maya George, Chantal Gobert, Catherine Littner, Raphaël Maret, Céline Véron.
Musiciens : Aurélie Diebold (violoncelle), Gabriel Mattei (accordéon), Philippe Fondard (contrebasse), Barbara Walter (violon), Olivia Grappe (flûte) et Thomas Griessmann (clarinette).
Durée : 2 h 40 (avec entracte).

Du 14 juillet au 27 août 2017.
Estivales 2017 - Une saison de retrouvailles.
Juillet : vendredi au dimanche à 15 h. Août : mercredi au dimanche à 15 h.
Théâtre du Peuple, Bussang (88), 03 29 61 50 48.
>> theatredupeuple.com

Gil Chauveau
Samedi 5 Août 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024