La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Promenade féerique et animalière dans la classe de Mademoiselle Plume à l'école des fables

Bienvenue dans la classe de Mademoiselle Plume, la maîtresse de l'école des fables où on trouve toutes sortes d'animaux farfelus dont les traits de caractère et les travers ressemblent étrangement à ceux des hommes. On croise ainsi des personnages tous plus dingues et plus amusants les uns que les autres... Mais attention, les fables ainsi contées se comprennent à différents niveaux de lecture et le ton est caustique, délirant, féerique et jamais complaisant.



©  Monsieur B.
© Monsieur B.
Dans ce bestiaire aux animaux singuliers, on fait la connaissance notamment d'une mouche qui ne fait pas bzz, bzz, bzz, fait du boucan et a un complexe car ses ailes sont vaguement en dentelles mais finira star dans un cirque ; d'un loup peureux et amoureux, au style grisonnant, qui ne ferait pas de mal à la mouche précédemment citée ; du roi des animaux, son altesse le lion dévoreur de petits agneaux ; d'un canasson, ex-cheval de course, chanteur de charme qui a le blues de ne pas être reconnu comme crooner, d'un moineau qui veut devenir un aigle royal et changer son quotidien pour une vie qui décoiffe ; d'un dauphin triste qui ne savait pas nager ; d'un poisson volant amoureux d'une hirondelle…

Chacun est l'objet d'une histoire étonnante narrée sur des musiques entraînantes et joliment mélodiques qui se retiennent facilement, comme des ritournelles que l'on aurait toujours sues. Et l'un des messages ici véhiculés concerne l'amour universel qui nous aide à nous battre et à donner un sens à nos vies. Ici, le propos est autant de faire la joie des enfants que de rappeler que la vie n'est pas simple pour tout le monde... Et qu'il faut rester attentif aux autres et savoir les aider... d'une manière ou d'une autre... Ce CD est en l'exemple puisqu'une partie des recettes est reversée à l'ARSEP Fondation (Fondation pour l'aide à la Recherche à la sclérose En Plaques).

©  DR.
© DR.
Comment est né le projet de "L'école des fables" ?

Valentin Marceau (interprète) - Après une séance de travail avec Christian (Vié), nous nous sommes retrouvés autour d'un verre pour décompresser. Je suis de nature assez curieuse et j'adore fouiller dans son ordinateur qui cache très souvent de jolies petites merveilles. J'ai découvert quelques fables qu'il avait écrites par pur plaisir, mais sans réelle intention de les proposer... "Le moineau", "La mouche", "Le loup peureux". J'étais super emballé par les textes dans lesquels chacun peut se reconnaître, et il y avait cette touche humoristique, propre à Christian, que j'adore ! Il fallait absolument qu'il en écrive d'autres pour proposer un recueil de fables !

L'ensemble de l'album est gai, avec beaucoup d'entrain et respire la joie de vivre. Quel est le secret ?

Thomas Semence (compositeur et réalisateur) - Des textes sympas, l'envie de s'amuser, et surtout des interprètes motivés autour d'un projet fédérateur ! La première chanson que j'ai composée est "Le loup peureux" que je souhaitais faire interpréter à Jean-Louis Aubert. Il n'a pas hésité une seule seconde à participer au projet, et c'est avec beaucoup d'enthousiasme qu'il a enregistré cette chanson, comme l'ensemble des autres artistes qui se sont mobilisés avec générosité pour ce projet.

©  DR.
© DR.
Se sont alors enchaînés : Ours, génial dans "La mouche", Valentin qui a chanté "Le poisson volant", Joyce Jonathan et sa fabuleuse interprétation du titre "Le moineau", Rose et "Le petit esquimau", Saule et Albin de la Simone qui nous ont offert une très belle chanson sur "Le chemin des tortues"… Bref, ils ont tous été vraiment cool. Hanna, Benoît Dorémus, Axel Bauer, Marc Aymon, et même Doc Gynéco est venu participer à la fête ! Et un casting de choix pour animer la classe de la mystérieuse inconnue Mademoiselle Plume…

Mais qui est Mademoiselle Plume, cette maîtresse pas tout à fait comme les autres ?

Christian Vié (auteur) - Mademoiselle Plume est ma fille, Émilie. Elle a contracté la sclérose en plaques à l'âge de 16 ans. Elle a d'abord perdu la vue, l'équilibre, et s'est mise à ne plus sentir ses membres inférieurs. Après de lourds examens, la maladie a été diagnostiquée. Ce fut le début de longues semaines de traitement extrêmement fatigant et contraignant, mais Émilie n'a jamais baissé les bras. Elle a aujourd'hui, grâce aux progrès de la recherche médicale, une vie presque normale. à 35 ans, elle exerce sa profession de comédienne avec passion. Elle s'est d'ailleurs beaucoup amusée en interprétant le rôle de Mademoiselle Plume dans L'école des fables...

©  Monsieur B.
© Monsieur B.
Il n'existe pour l'instant pas de traitement pour guérir la sclérose en plaques. On peut la bloquer, la freiner, mais pas l'arrêter, et c'est un combat journalier... Cela faisait longtemps que je voulais faire un projet qui puisse soutenir la recherche pour la lutte contre la sclérose en plaques. Il était important pour moi de me rendre un peu utile, car en tant que parent on se sent souvent impuissant face à cette situation.

Avec Thomas et Valentin nous avons décidé de rencontrer le directeur de l'ARSEP Fondation, pour lui faire part de notre intention d'aider la recherche contre cette maladie en reversant une partie des recettes de "L'école des fables".

● "L'école des fables".
D'après une idée originale de Christian Vié, Valentin Marceau et Thomas Semence.
Illustrations : Monsieur B - Coloriste : Angus.
Avec : Albin de la Simone, Jean-Louis Aubert, Joyce Jonathan, Rose, Ours, Saule, Benoît Dorémus, Axel Bauer, Hanna, Doc Gynéco, et bien d'autres.
CD et Livre CD disponibles.
Label : Artisan Producteur - Mélodium Music.
Distribution : Éditions Éveil et Découvertes.
Sortie : septembre 2017 (8 septembre pour le CD et 21 Septembre pour le Livre-CD).

2 décembre 2017.
À 15 h.
L'Européen, Paris 17e, 0 892 68 36 22.
>> leuropeen.paris


Gil Chauveau
Samedi 11 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019