La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Promenade féerique et animalière dans la classe de Mademoiselle Plume à l'école des fables

Bienvenue dans la classe de Mademoiselle Plume, la maîtresse de l'école des fables où on trouve toutes sortes d'animaux farfelus dont les traits de caractère et les travers ressemblent étrangement à ceux des hommes. On croise ainsi des personnages tous plus dingues et plus amusants les uns que les autres... Mais attention, les fables ainsi contées se comprennent à différents niveaux de lecture et le ton est caustique, délirant, féerique et jamais complaisant.



©  Monsieur B.
© Monsieur B.
Dans ce bestiaire aux animaux singuliers, on fait la connaissance notamment d'une mouche qui ne fait pas bzz, bzz, bzz, fait du boucan et a un complexe car ses ailes sont vaguement en dentelles mais finira star dans un cirque ; d'un loup peureux et amoureux, au style grisonnant, qui ne ferait pas de mal à la mouche précédemment citée ; du roi des animaux, son altesse le lion dévoreur de petits agneaux ; d'un canasson, ex-cheval de course, chanteur de charme qui a le blues de ne pas être reconnu comme crooner, d'un moineau qui veut devenir un aigle royal et changer son quotidien pour une vie qui décoiffe ; d'un dauphin triste qui ne savait pas nager ; d'un poisson volant amoureux d'une hirondelle…

Chacun est l'objet d'une histoire étonnante narrée sur des musiques entraînantes et joliment mélodiques qui se retiennent facilement, comme des ritournelles que l'on aurait toujours sues. Et l'un des messages ici véhiculés concerne l'amour universel qui nous aide à nous battre et à donner un sens à nos vies. Ici, le propos est autant de faire la joie des enfants que de rappeler que la vie n'est pas simple pour tout le monde... Et qu'il faut rester attentif aux autres et savoir les aider... d'une manière ou d'une autre... Ce CD est en l'exemple puisqu'une partie des recettes est reversée à l'ARSEP Fondation (Fondation pour l'aide à la Recherche à la sclérose En Plaques).

©  DR.
© DR.
Comment est né le projet de "L'école des fables" ?

Valentin Marceau (interprète) - Après une séance de travail avec Christian (Vié), nous nous sommes retrouvés autour d'un verre pour décompresser. Je suis de nature assez curieuse et j'adore fouiller dans son ordinateur qui cache très souvent de jolies petites merveilles. J'ai découvert quelques fables qu'il avait écrites par pur plaisir, mais sans réelle intention de les proposer... "Le moineau", "La mouche", "Le loup peureux". J'étais super emballé par les textes dans lesquels chacun peut se reconnaître, et il y avait cette touche humoristique, propre à Christian, que j'adore ! Il fallait absolument qu'il en écrive d'autres pour proposer un recueil de fables !

L'ensemble de l'album est gai, avec beaucoup d'entrain et respire la joie de vivre. Quel est le secret ?

Thomas Semence (compositeur et réalisateur) - Des textes sympas, l'envie de s'amuser, et surtout des interprètes motivés autour d'un projet fédérateur ! La première chanson que j'ai composée est "Le loup peureux" que je souhaitais faire interpréter à Jean-Louis Aubert. Il n'a pas hésité une seule seconde à participer au projet, et c'est avec beaucoup d'enthousiasme qu'il a enregistré cette chanson, comme l'ensemble des autres artistes qui se sont mobilisés avec générosité pour ce projet.

©  DR.
© DR.
Se sont alors enchaînés : Ours, génial dans "La mouche", Valentin qui a chanté "Le poisson volant", Joyce Jonathan et sa fabuleuse interprétation du titre "Le moineau", Rose et "Le petit esquimau", Saule et Albin de la Simone qui nous ont offert une très belle chanson sur "Le chemin des tortues"… Bref, ils ont tous été vraiment cool. Hanna, Benoît Dorémus, Axel Bauer, Marc Aymon, et même Doc Gynéco est venu participer à la fête ! Et un casting de choix pour animer la classe de la mystérieuse inconnue Mademoiselle Plume…

Mais qui est Mademoiselle Plume, cette maîtresse pas tout à fait comme les autres ?

Christian Vié (auteur) - Mademoiselle Plume est ma fille, Émilie. Elle a contracté la sclérose en plaques à l'âge de 16 ans. Elle a d'abord perdu la vue, l'équilibre, et s'est mise à ne plus sentir ses membres inférieurs. Après de lourds examens, la maladie a été diagnostiquée. Ce fut le début de longues semaines de traitement extrêmement fatigant et contraignant, mais Émilie n'a jamais baissé les bras. Elle a aujourd'hui, grâce aux progrès de la recherche médicale, une vie presque normale. à 35 ans, elle exerce sa profession de comédienne avec passion. Elle s'est d'ailleurs beaucoup amusée en interprétant le rôle de Mademoiselle Plume dans L'école des fables...

©  Monsieur B.
© Monsieur B.
Il n'existe pour l'instant pas de traitement pour guérir la sclérose en plaques. On peut la bloquer, la freiner, mais pas l'arrêter, et c'est un combat journalier... Cela faisait longtemps que je voulais faire un projet qui puisse soutenir la recherche pour la lutte contre la sclérose en plaques. Il était important pour moi de me rendre un peu utile, car en tant que parent on se sent souvent impuissant face à cette situation.

Avec Thomas et Valentin nous avons décidé de rencontrer le directeur de l'ARSEP Fondation, pour lui faire part de notre intention d'aider la recherche contre cette maladie en reversant une partie des recettes de "L'école des fables".

● "L'école des fables".
D'après une idée originale de Christian Vié, Valentin Marceau et Thomas Semence.
Illustrations : Monsieur B - Coloriste : Angus.
Avec : Albin de la Simone, Jean-Louis Aubert, Joyce Jonathan, Rose, Ours, Saule, Benoît Dorémus, Axel Bauer, Hanna, Doc Gynéco, et bien d'autres.
CD et Livre CD disponibles.
Label : Artisan Producteur - Mélodium Music.
Distribution : Éditions Éveil et Découvertes.
Sortie : septembre 2017 (8 septembre pour le CD et 21 Septembre pour le Livre-CD).

2 décembre 2017.
À 15 h.
L'Européen, Paris 17e, 0 892 68 36 22.
>> leuropeen.paris


Gil Chauveau
Samedi 11 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011