La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Port-au-Prince et sa douce nuit" Dans une nuit chaude haïtienne, l'amour et la désolation

Depuis 2021, le CDN de Normandie-Rouen construit des collaborations avec Haïti dans le cadre de son Festival des langues françaises. Après avoir reçu, en 2022, Gaëlle Bien-Aimé (avec "Transit") et Jean D'Amérique (avec "Opéra Poussière" – lauréate RFI 2021), le CDN accueille à nouveau l'autrice et metteuse-en-scène Gaëlle Bien-Aimé en 2023 pour une lecture de sa pièce, "Port-au-Prince et sa douce nuit" (prix RFI théâtre 2023). Une première étape de travail confiée à la directrice du Préau, Lucie Berelowitch, qui présente aujourd'hui une mise en scène achevée de la pièce.



© Alban van Wassenhove.
© Alban van Wassenhove.
Haïti fait la une des journaux et inquiète les dirigeants de plusieurs pays jusqu'à l'ONU, car, depuis l'assassinat de son président en 2021, Jovenel Moïse, le pays est aux mains des gangs qui procèdent aux mises à sac de l'île et, en particulier, de Port-au-Prince. Aéroports fermés, mise en danger permanent des habitants, exactions, meurtres, intimidations, la situation là-bas empire de mois en mois, de semaines en semaines, de jours en jours.

Le texte de Gaëlle Bien-Aimé est imprégné de cette situation sans contrôle. Depuis la fin de l'écriture de son texte en 2022, les choses ont grandement empiré, mais la pièce est un peu une prémonition de cet état de guerre qui a envahi le petit pays des Antilles. Pourtant, tout se passe ici dans une simple chambre. La chambre d'un couple amoureux.

Deux personnages : une femme, Zily, un homme, Férah. C'est l'heure où la nuit tombe. Un lit éclairé d'une simple bougie, Zily attend le retour de Férah, hâte de retrouver celui qu'elle aime. Dès les premières minutes, le désir, l'envie de l'autre, envahissent tous les mots. La langue très poétique de Gaëlle Bien-Aimé autorise un rapport très charnel entre les deux personnages. Elle sublime le désir, emploie des métaphores puissantes, osées, qui donnent à l'imaginaire la dimension de cette passion qui brûle les deux personnages.

© Alban van Wassenhove.
© Alban van Wassenhove.
Ils sont jeunes. On les pense à l'orée de leurs vies. Reconnaissant l'un envers l'autre d'exister et de rendre cette vie si pleine, si sensuelle, si pleine d'espoir. Pourtant quelque chose empêche cet amour de faire fondre ces deux corps en un seul. Cette vie qui commence, cet amour qui a besoin de peau, de chaleur et de chair pour rayonner, un indicible retarde son avènement.

Échange après échange, tentatives de rapprochement par les mots, la danse, les promesses après tentatives de rapprochement, on comprend qu'une sorte de sourde inquiétude entoure cette chambre. Un danger qui se dévoile de plus en plus. La ville, si lumineuse il n'y a pas si longtemps, si pleine d'entrain, de fêtes, d'amours, la ville s'éteint. On croirait une sorte de mal qui s'étend sur les rues jadis bruyantes et animées, aujourd'hui à peine visible dans la nuit.

Le texte de Gaëlle Bien-Aimé, riche, poétique, mais sans emphase, raconte ainsi comment un amour que rien ne semble pouvoir freiner est assombri et comme désarticulé par la violence du monde qui l'entoure. Sans jamais vraiment nommer le mal qui détruit en ce moment même Port-au-Prince, elle en exprime la douleur au travers de ce couple de jeunes amoureux.

© Alban van Wassenhove.
© Alban van Wassenhove.
Ceux-ci sont interprétés par deux jeunes comédiens qui sont autant portés par la qualité du texte qu'ils le portent avec talent, énergie et implication. Leur jeu ressemble à une danse à deux avec les attirances, les séductions, les fuites et les enlacements qui racontent à la fois leur amour et l'impossible amour qu'ils pressentent en raison des dangers de leur ville. La grâce et la beauté leur donnent en plus des allures de divinité.

Parallèlement à cette création, cinq comédiennes et comédiens haïtiens d'Acte, école d'art dramatique basée à Port-au-Prince, présentent "Héritières du Soleil". Ces artistes caribéens vont parcourir pendant six mois la France pour rencontrer, découvrir, se former au contact de plusieurs théâtres, festivals et écoles. Le travail, dirigé par Gaëlle Bien-Aimée, est une forme de performance théâtrale autour de la pièce de théâtre "La petite fille que le soleil avait brûlée" de l'autrice Andrise Pierre et du roman "La Dot" de Sara de Marie-Célie Agnant, permettant de donner à entendre des textes contemporains abordant les thèmes du déracinement, de la violence et de la transmission.

C'est dans la toute nouvelle Cité internationale de la langue française qu'ont eu lieu ces premières. Elle a ouvert ses portes, il y a six mois, dans le château de Villers-Côtterets entièrement rénové. Un lieu gigantesque qui, outre une programmation musicale et théâtrale, propose une exposition permanente consacrée à la langue française, qu'elle soit utilisée dans l'Hexagone ou dans des dizaines de pays dans le monde. Une immersion extrêmement ludique qui s'amuse des variations des mots à travers l'histoire et à travers la géographie avec des espaces qui sont tous conçus pour privilégier les interactions avec le public.

"Port-au-Prince et sa douce nuit"

© Alban van Wassenhove.
© Alban van Wassenhove.
Texte : Gaëlle Bien-Aimée (Prix RFI Théâtre 2023).
Mise en scène : Lucie Berelowitsch.
Avec : Sonia Bonny et Lawrene Davis.
Lumières : François Fauvel.
Musique : Guillaume Bachelé.
À partir de 14 ans.
Durée : 1 h 20.

Vu le 6 avril 2024 à la Cité internationale de la langue française à Villers-Côtterets (02).

12 avril à 20 h 30 : Théâtre municipal, Domfront-en-Poiraie (61).

Tournée (en cours de construction)
Novembre 2024 : Théâtre des Ilets, CDN de Montluçon (03).
Mars 2025 : "Temps fort Haïti", Le Préau - CDN Normandie-Vire, Vire (14).
Avril 2025 : Scène nationale du Sud-Aquitain, Bayonne (64).

© Alban van Wassenhove.
© Alban van Wassenhove.
"Héritières du Soleil"
Direction : Gaëlle Bien-Aimé
Avec : Esmeralda Dimanche, Gladimy Antoine, Alexandro Christi Nicolas, Wood-Kendy Louis, Nelmendy Emmanuela Bazile.

Prochaines représentations
5 mai 2024 : Moulin de l'Hydres, Saint-Pierre-d'Entremont (38).
10 mai 2024 : aux Théâtres de la ville du Luxembourg.
Du 16 au 21 mai 2024 : Passages Transfestival, Metz (57).
26 mai à 15h, au musée de Vire Normandie
9 juin 2024 : Rencontres à l'échelle, Marseille (13).
19 juin 2024 : Le Préau - CDN de Normandie-Vire, Vire (14).
Du 12 au 19 juillet 2024 : La Chartreuse - Centre national des écritures du spectacle (version lecture), Villeneuve-lès-Avignon (30).

Bruno Fougniès
Vendredi 12 Avril 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024