La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

N'oubliez pas… Quelle connerie la guerre !

"Trois quarts d'heure avant l'armistice", Essaïon Théâtre, Paris

Bombardements. Novembre 1942. Les filles dans le lycée des garçons. Une première ! En classe d'histoire-géo : "parler de la précédente en attendant que la présente finisse". Cours d'histoire, situation géographique, sujet du jour : bataille de la Somme. De l'influence météorologique sur la stratégie militaire et de la géopolitique de la mort guerrière.



© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
Lui est enseignant, au classicisme professoral et à la blouse grise, verve prolixe teintée d'humour bon enfant mais bien écrite, au débit volubile mais à la diction parfaitement maîtrisée. De ces cours magistraux qui vous donnaient l'impression d'être au théâtre.

Trente ans de transmission de cette double matière - "l'histoire-géo" - qui fit croire, sans humour, aux Africains que leurs ancêtres étaient gaulois. Méthode ex cathedra de l'enseignement public mais pas dénué d'une certaine souplesse du discours. Pour lui, c'est la der des der... On aurait tant aimé qu'il en fut de même pour la guerre.

Retour au foyer. Elle, dans une élégance ménagère mais d'un chic sobre, arrive pour le repas. Manière de conversation d'un couple expérimenté en période de conflits. Tensions. Préoccupations radiophoniques, attention au voisinage et vigilance des propos tenus et aux qu'en-dira-t-on.

Tous deux semblent peu enclin à soutenir le gouvernement du maréchal. Elle craint que cela se voie trop dans ses cours. L'administration est à la recherche des Juifs même dans l'enseignement.
Elle, dans un épanouissement presque abouti, travaille dans une agence de tournées musicales, activité au goût de challenge compte tenu des difficultés (et/ou compromissions) émergentes en temps de guerre.

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
De ce tableau conjugal en apparente normalité surgit une fêlure, au départ non dicible mais prenant petit à petit la forme fantomatique de l'absence de l'être disparu, de l'enfant perdu, du fils tué lors de la première, celle de 14-18, un matin à 10 h 15, trois-quarts d'heure avant l'armistice !

Un deuil non consumé nourri des braises de la colère qui prend sa source dans la falsification par l’état-major français de la date de mort des derniers combattants tombés le 11 novembre 1918 quelques minutes avant l’armistice dans le secteur de la Meuse alors que l'on connaissait depuis la veille l’heure exacte de la fin des hostilités : 11 h… Mais les ordres étaient d’attaquer l’ennemi jusqu’à la dernière minute. "Quelle connerie la guerre !" (1).

De cette puissante souffrance larvée, indicible, germe une folle vengeance, discrète, non dite mais ferme et définitive. Obligée par sa profession à fréquenter les infréquentables, devient veuve noire tissant la trame ultime d'une vie ayant perdu toute saveur.

Elle, chez les Allemands, coupe de champagne et poème - "Die Lorelei" (2) - aux lèvres. Dans une manière d'infiltration, dont le spectateur peine à voir les objectifs au début mais qui seront d'une clarté funeste au final, courtisée par une soldatesque cour d'officiers, elle fait un dos rond qui retrouvera sa droiture dans l'acte purificateur accompli.

Celui-ci interviendra dans une conclusion meurtrière et naturellement vengeresse d'une mère et d'un père qui n'auront jamais réussi à faire le deuil de leur enfant.

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
La pièce, grâce à un judicieux élément de décor transformable - tableau en table et vive versa, la simplicité alliée à l'efficacité scénographique ! - se déroule alternativement au lycée puis dans l’appartement du couple. Naît d'un événement en quête de mémoire dans l'environnement personnel de l'auteur, celle-ci, avec intelligence et adresse, relie étroitement des faits de la Première Guerre mondiale et de la Deuxième.

Le risque d'un académisme narratif guettait au coin de la redite commémorative… Mais non ! Car subtile, sensible interprétation, jeu maîtrisé, sans excès, sur le fil fragile de la colère retenue, des émotions contenues et d'une violence volontairement intériorisée, d'Isabelle Fournier et Philippe Bertin.

En soutien "pré technologique", la TSF, véritable troisième personnage, diffuse, avec une neutralité suisse de circonstance, aussi bien des programmes radios, des voix d’officiers allemands, des bruits de bombe, des ambiances de salon que des musiques d'époque au rythme du Hot Club de France et de ses deux maîtres Django et Grappelli.

Discrète mais réelle réussite sur tous les tableaux, de la mise en scène à l'interprétation, en passant par la scénographie. Une discrétion qui pu être à l'époque une forme revendicative et résistante.

"Quelle connerie la guerre !", une interjection qui prend ici toute sa valeur tant cette dernière semble toujours avoir développé son art nocif, entretenant une permanence temporelle idiote et dévastatrice dont la récurrente actualité nous rit toujours au nez à la manière d'un diable vicieux sortant sans cesse de sa boîte !

(1) Je me suis permis cet emprunt à "Barbara" de Jacques Prévert ("Paroles", 1946).
(2) Du poète Heinrich Heine (1797-1856).

"Trois quarts d'heure avant l'armistice"

Texte : Philippe Sabres.
Metteur en scène : Philippe Sabres.
Avec : Isabelle Fournier, Philippe Bertin.
Scénographie : Olivier de Logivière.
Lumières : Laurent Schneegans.
Son : Thibaud Lalanne.
Atelier Septembre de Création Théâtrale.
Durée : 1 h 25.

Du 24 août au 18 novembre 2017.
Jeudi, vendredi, samedi à 19 h 30.
Essaïon Théâtre, Paris 4e, 01 42 78 46 42.
>> essaion-theatre.com
© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.

Gil Chauveau
Lundi 16 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020