La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

N'oubliez pas… Quelle connerie la guerre !

"Trois quarts d'heure avant l'armistice", Essaïon Théâtre, Paris

Bombardements. Novembre 1942. Les filles dans le lycée des garçons. Une première ! En classe d'histoire-géo : "parler de la précédente en attendant que la présente finisse". Cours d'histoire, situation géographique, sujet du jour : bataille de la Somme. De l'influence météorologique sur la stratégie militaire et de la géopolitique de la mort guerrière.



© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
Lui est enseignant, au classicisme professoral et à la blouse grise, verve prolixe teintée d'humour bon enfant mais bien écrite, au débit volubile mais à la diction parfaitement maîtrisée. De ces cours magistraux qui vous donnaient l'impression d'être au théâtre.

Trente ans de transmission de cette double matière - "l'histoire-géo" - qui fit croire, sans humour, aux Africains que leurs ancêtres étaient gaulois. Méthode ex cathedra de l'enseignement public mais pas dénué d'une certaine souplesse du discours. Pour lui, c'est la der des der... On aurait tant aimé qu'il en fut de même pour la guerre.

Retour au foyer. Elle, dans une élégance ménagère mais d'un chic sobre, arrive pour le repas. Manière de conversation d'un couple expérimenté en période de conflits. Tensions. Préoccupations radiophoniques, attention au voisinage et vigilance des propos tenus et aux qu'en-dira-t-on.

Tous deux semblent peu enclin à soutenir le gouvernement du maréchal. Elle craint que cela se voie trop dans ses cours. L'administration est à la recherche des Juifs même dans l'enseignement.
Elle, dans un épanouissement presque abouti, travaille dans une agence de tournées musicales, activité au goût de challenge compte tenu des difficultés (et/ou compromissions) émergentes en temps de guerre.

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
De ce tableau conjugal en apparente normalité surgit une fêlure, au départ non dicible mais prenant petit à petit la forme fantomatique de l'absence de l'être disparu, de l'enfant perdu, du fils tué lors de la première, celle de 14-18, un matin à 10 h 15, trois-quarts d'heure avant l'armistice !

Un deuil non consumé nourri des braises de la colère qui prend sa source dans la falsification par l’état-major français de la date de mort des derniers combattants tombés le 11 novembre 1918 quelques minutes avant l’armistice dans le secteur de la Meuse alors que l'on connaissait depuis la veille l’heure exacte de la fin des hostilités : 11 h… Mais les ordres étaient d’attaquer l’ennemi jusqu’à la dernière minute. "Quelle connerie la guerre !" (1).

De cette puissante souffrance larvée, indicible, germe une folle vengeance, discrète, non dite mais ferme et définitive. Obligée par sa profession à fréquenter les infréquentables, devient veuve noire tissant la trame ultime d'une vie ayant perdu toute saveur.

Elle, chez les Allemands, coupe de champagne et poème - "Die Lorelei" (2) - aux lèvres. Dans une manière d'infiltration, dont le spectateur peine à voir les objectifs au début mais qui seront d'une clarté funeste au final, courtisée par une soldatesque cour d'officiers, elle fait un dos rond qui retrouvera sa droiture dans l'acte purificateur accompli.

Celui-ci interviendra dans une conclusion meurtrière et naturellement vengeresse d'une mère et d'un père qui n'auront jamais réussi à faire le deuil de leur enfant.

© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.
La pièce, grâce à un judicieux élément de décor transformable - tableau en table et vive versa, la simplicité alliée à l'efficacité scénographique ! - se déroule alternativement au lycée puis dans l’appartement du couple. Naît d'un événement en quête de mémoire dans l'environnement personnel de l'auteur, celle-ci, avec intelligence et adresse, relie étroitement des faits de la Première Guerre mondiale et de la Deuxième.

Le risque d'un académisme narratif guettait au coin de la redite commémorative… Mais non ! Car subtile, sensible interprétation, jeu maîtrisé, sans excès, sur le fil fragile de la colère retenue, des émotions contenues et d'une violence volontairement intériorisée, d'Isabelle Fournier et Philippe Bertin.

En soutien "pré technologique", la TSF, véritable troisième personnage, diffuse, avec une neutralité suisse de circonstance, aussi bien des programmes radios, des voix d’officiers allemands, des bruits de bombe, des ambiances de salon que des musiques d'époque au rythme du Hot Club de France et de ses deux maîtres Django et Grappelli.

Discrète mais réelle réussite sur tous les tableaux, de la mise en scène à l'interprétation, en passant par la scénographie. Une discrétion qui pu être à l'époque une forme revendicative et résistante.

"Quelle connerie la guerre !", une interjection qui prend ici toute sa valeur tant cette dernière semble toujours avoir développé son art nocif, entretenant une permanence temporelle idiote et dévastatrice dont la récurrente actualité nous rit toujours au nez à la manière d'un diable vicieux sortant sans cesse de sa boîte !

(1) Je me suis permis cet emprunt à "Barbara" de Jacques Prévert ("Paroles", 1946).
(2) Du poète Heinrich Heine (1797-1856).

"Trois quarts d'heure avant l'armistice"

Texte : Philippe Sabres.
Metteur en scène : Philippe Sabres.
Avec : Isabelle Fournier, Philippe Bertin.
Scénographie : Olivier de Logivière.
Lumières : Laurent Schneegans.
Son : Thibaud Lalanne.
Atelier Septembre de Création Théâtrale.
Durée : 1 h 25.

Du 24 août au 18 novembre 2017.
Jeudi, vendredi, samedi à 19 h 30.
Essaïon Théâtre, Paris 4e, 01 42 78 46 42.
>> essaion-theatre.com
© Laurent Schneegans.
© Laurent Schneegans.

Gil Chauveau
Lundi 16 Octobre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019