La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Mythes et Mystères au Festival d'Ambronay

Depuis le 11 septembre et jusqu'au 4 octobre, la 36e édition du Festival d'Ambronay, une des plus anciennes manifestations dédiées à la musique baroque, déploie ses fastes en programmant la fine fleur des ensembles et solistes d'aujourd'hui.



Les Surprises © Bertrand Pichene.
Les Surprises © Bertrand Pichene.
Au cœur du département de l'Ain, au pied des contreforts du Bugey, le vieux village d'Ambronay possède l'une des plus jolies abbayes bénédictines depuis sa fondation par un chevalier de Charlemagne au XIe siècle. Avec son abbatiale pittoresque, le lieu est un écrin de choix pour le Centre culturel de rencontre d'Ambronay, avec sa résidence d'artistes et ses autres activités comme son Académie, un label discographique (qui fête ses dix ans) et un festival d'automne réputé dans toute l'Europe.

La 36e édition s'est ouverte avec un récital Haendel donné par le contre-ténor Franco Fagioli, donnant le ton à ce cru 2015 placé sous la double conjonction cosmogonique des "Mythes et Mystères" du monde baroque. Tout au long des quatre week-ends (allongés) du festival, les grandes figures mythologiques tels Orphée, le Roi Arthur ou encore Hercule sont à l'honneur dans la programmation à destination du public - y compris des jeunes.

En ce deuxième temps du festival d'Ambronay, les 19 et 20 septembre, où les visiteurs des journées du patrimoine se confondaient avec les mélomanes avertis ou occasionnels, quelques beaux moments de musique furent l'occasion de rendre grâce aux Olympiens et à leurs aèdes. Après deux ans de résidence dans ce même lieu, l'ensemble Seconda Pratica offraient avec leurs Polyphonies ibériques un beau voyage dans le répertoire des cancioneros des XVe au XVIIe siècles.

Les Surprises © Bertrand Pichene.
Les Surprises © Bertrand Pichene.
L'ensemble La Fenice et les solistes et chœur de Vox Luminis donnaient une version concentrée et enlevée du semi-opéra de Purcell, "King Arthur" (1). Loin du drame terrible qu'a popularisé Ariane Mnouchkine dans son film sur Molière avec un Air du Froid funèbre (devenu un hit mondial peu de temps après grâce à Klaus Nomi), les artistes emmenés par Jean Tubéry rendaient à l'œuvre sa clarté ludique et burlesque, son caractère d'aimable divertissement tout à la gloire du pays des Angles. Avec un ensemble léger réduit à un quatuor à cordes, les bois et deux trompettes, et grâce au talent des baryton et basse Victor Sicard et Lionel Meunier, la soirée débutait de façon guillerette.

Le concert de la nuit fut l'occasion de retrouver le talentueux ensemble Les Surprises, fondé par Juliette Guignard (à la viole de gambe) et Louis-Noël de Camboulas (clavecin et orgue), avec leurs complices, dans de très belles "Mysterien Kantaten" (2) du XVIIe siècle. Dans l'intimité du chœur de l'abbatiale, le baryton Étienne Bazola faisait revivre le "De Profundis Clamavi" de Nicolaus Bruhns, avec une vraie distinction et son habituelle sensibilité pour cette méditation tirée du Psaume 130. Le choc de la soirée fut la découverte de la jeune soprano Maïlys de Villoutreys à la ligne de chant idéale et au timbre cristallin, stupéfiante de grâce et d'expressivité dans le répertoire vocal de Dietrich Buxtehude.

Le Banquet Céleste © Bertrand Pichene.
Le Banquet Céleste © Bertrand Pichene.
C'est donc avec une joie immense que le public put l'entendre à nouveau le lendemain, avec le si bien nommé Banquet Céleste du contre-ténor Damien Guillon, dans quatre des cantates de Bach composées entre Weimar et Leipzig (3). Son timbre assurément céleste se mariait alors à la perfection à l'irrésistible voix du fondateur de l'ensemble. Dénuée des afféteries pénibles à l'oreille de certains de ses confrères, la voix de Damien Guillon rappelait qu'on n'avait pas entendu pareille splendeur depuis Andreas Scholl. À noter aussi l'extraordinaire performance du violoniste Baptiste Lopez.

Pour autant, le Festival d'Ambronay continue et promet encore de belles heures d'émotion avec, entre autres, une "Passion selon Saint-Marc" de Bach reconstituée par Itay Jedlin, une Messe à quarante voix de Striggio rappelée à la vie par Hervé Niquet et son Concert Spirituel, mais aussi Jordi Savall ou les Arts Florissants. Si vous avez raté le concert "Aashenayi" par le Canticum Novum d'Emmanuel Bardon, faisant dialoguer Orient et Occident (avec des musiques ottomane, persane, arménienne, européenne, le 23 septembre), précipitez-vous sur leur CD enregistré justement sous le label Ambronay. Cette belle rencontre musicale (ou "aashenayi" en persan) entre des musiciens traditionnels et baroques est une des plus intéressantes parutions discographiques du printemps.

Le Banquet Céleste © Bertrand Pichene.
Le Banquet Céleste © Bertrand Pichene.
(1) Concert diffusé le 20 octobre à 19h sur France Musique.
(2) Concert diffusé le 15 octobre à 14h sur France Musique.
(3) Concert diffusé le 16 octobre à 14h sur France Musique.


Du 11 septembre au 4 octobre 2015.
Festival d'Ambronay, 04 74 38 74 00.
Centre culturel de rencontre d'Ambronay.
Place de l'Abbaye, Ambronay (01).
>> ambronay.org

● "Aashenayi - Rencontre musicale en terre ottomane".
Canticum Novum - Emmanuel Bardon, direction.
Label : Ambronay Editions.
Distribution : harmonia mundi.
Sortie : 21 avril 2015.

Christine Ducq
Samedi 26 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020