La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Means of Escape" de Danny Bryant… Le blues britannique a de beaux restes !

Production impressionnante, puissante et incroyablement efficace, réalisée aux Chapel Studios du Lincolshire et mixé à Nashville, le nouvel album de Danny Bryant a la vigueur et l'urgente immédiateté du live… tout en proposant un éventail émotionnel que seul le blues peut offrir… Et sur ce terrain-là, le bluesman britannique est un vrai virtuose, des riffs griffus et solos tonitruants aux mélodies envoûtantes !



Danny Bryant © Rob Blackham.
Danny Bryant © Rob Blackham.
C'est juteux à souhait, avec de beaux et appétissants morceaux de gras sur certaines compositions ("Too Far Gone", "Hurting Time", "Tired of Trying" clin d’œil à Walter Trout), sachant se faire graisseux sur les finales… Et, en même temps, le jeu est limpide et langoureux à souhait… tous les ingrédients d'un blues à l'ancienne qui sait se montrer contemporain et audacieux… inventif tout en assumant ses influences. Le style British Blues est bien là, donnant parfois l'impression de sortir du fond des mines, bourré d'énergie brute, plus charbon que pétrole.

Vocalement, Danny Bryant ne rechigne pas à la besogne et nous offre un chant charismatique, rugueux, rocailleux quand il le faut tout en réussissant à être aérien pour des envolées en appui sur les superbes chorus ou solos ciselés développés à la guitare, ou usant d'un phrasé sensible, chant lancinant pour parler de son père sur "Skin and Bone". La rythmique assure son job et sait se faire industrieuse pour des morceaux plus rock 'n' roll ("Nine Lives") accompagnant un orgue Hammond des plus bluesy... ou au tempo loco, pour une respiration presque ferroviaire avec "Warning Signs (In Her Eyes)", hommage au regretté Gary Moore et son "hard" blues rock…

Mais le blues est aussi émotion, ballade et Danny Bryant a aussi ce talent, celui qui le rapproche de la complainte, plus lente et trainante, grave, aux deux sens du terme, sentiment et tonalité… "Skin and Bone" en est le parfait exemple - où Danny s'accompagne à la guitare acoustique - ; ou encore "Where The River Ends", façon Lennon, avec une belle intro au piano, glissant en fond de reverb… pour aller là où la rivière se termine… Poignant, nous touchant d'un uppercut au cœur !

Vous aimez le blues, le vrai, cuisiné aux petits oignons, celui où coule la sève de la révolte originelle… mais qui sait aussi répondre aux bourrasques musicales actuelles… Alors "Means of Escape" est fait pour vous. Cette galette (CD ou vinyle) brûle d'une énergie dense et flamboyante issue de séances boostées par certains titres enregistrés en direct (en studio) en une ou deux prises seulement… récréant ainsi sans artifices la généreuse spontanéité des concerts. Le tout additionné d'un parfum vintage, résultat d'une mastérisation effectuée aux célèbres studios Abbey Road par Sean Magee (Gary Moore, The Rolling Stones).

● Danny Bryant "Means of Escape"
Label : Jazzhaus Records.
Distribution : Jazzhaus Records et disponible sur différentes plates-formes numériques.
Sortie : 20 septembre 2019.


Gil Chauveau
Mardi 17 Septembre 2019

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019