La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Means of Escape" de Danny Bryant… Le blues britannique a de beaux restes !

Production impressionnante, puissante et incroyablement efficace, réalisée aux Chapel Studios du Lincolshire et mixé à Nashville, le nouvel album de Danny Bryant a la vigueur et l'urgente immédiateté du live… tout en proposant un éventail émotionnel que seul le blues peut offrir… Et sur ce terrain-là, le bluesman britannique est un vrai virtuose, des riffs griffus et solos tonitruants aux mélodies envoûtantes !



Danny Bryant © Rob Blackham.
Danny Bryant © Rob Blackham.
C'est juteux à souhait, avec de beaux et appétissants morceaux de gras sur certaines compositions ("Too Far Gone", "Hurting Time", "Tired of Trying" clin d’œil à Walter Trout), sachant se faire graisseux sur les finales… Et, en même temps, le jeu est limpide et langoureux à souhait… tous les ingrédients d'un blues à l'ancienne qui sait se montrer contemporain et audacieux… inventif tout en assumant ses influences. Le style British Blues est bien là, donnant parfois l'impression de sortir du fond des mines, bourré d'énergie brute, plus charbon que pétrole.

Vocalement, Danny Bryant ne rechigne pas à la besogne et nous offre un chant charismatique, rugueux, rocailleux quand il le faut tout en réussissant à être aérien pour des envolées en appui sur les superbes chorus ou solos ciselés développés à la guitare, ou usant d'un phrasé sensible, chant lancinant pour parler de son père sur "Skin and Bone". La rythmique assure son job et sait se faire industrieuse pour des morceaux plus rock 'n' roll ("Nine Lives") accompagnant un orgue Hammond des plus bluesy... ou au tempo loco, pour une respiration presque ferroviaire avec "Warning Signs (In Her Eyes)", hommage au regretté Gary Moore et son "hard" blues rock…

Mais le blues est aussi émotion, ballade et Danny Bryant a aussi ce talent, celui qui le rapproche de la complainte, plus lente et trainante, grave, aux deux sens du terme, sentiment et tonalité… "Skin and Bone" en est le parfait exemple - où Danny s'accompagne à la guitare acoustique - ; ou encore "Where The River Ends", façon Lennon, avec une belle intro au piano, glissant en fond de reverb… pour aller là où la rivière se termine… Poignant, nous touchant d'un uppercut au cœur !

Vous aimez le blues, le vrai, cuisiné aux petits oignons, celui où coule la sève de la révolte originelle… mais qui sait aussi répondre aux bourrasques musicales actuelles… Alors "Means of Escape" est fait pour vous. Cette galette (CD ou vinyle) brûle d'une énergie dense et flamboyante issue de séances boostées par certains titres enregistrés en direct (en studio) en une ou deux prises seulement… récréant ainsi sans artifices la généreuse spontanéité des concerts. Le tout additionné d'un parfum vintage, résultat d'une mastérisation effectuée aux célèbres studios Abbey Road par Sean Magee (Gary Moore, The Rolling Stones).

● Danny Bryant "Means of Escape"
Label : Jazzhaus Records.
Distribution : Jazzhaus Records et disponible sur différentes plates-formes numériques.
Sortie : 20 septembre 2019.


Gil Chauveau
Mardi 17 Septembre 2019

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019