La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les naufragés"… Tragique et poétique

Y a-t-il une vie avant la mort ? Cette question posée dans cette pièce où se joue le tragique d'existences ballottées et esquintées, retrace un monde, celui des sans-abri, dans une mise en scène où parole au micro, François Cottrelle leur rend un vibrant hommage.



© Loll Willems.
© Loll Willems.
C'est d'abord un décor avec des planches de bois, vieilles, humides, posées sur du sable, qui frappe par leur présence comme une mosaïque où chaque élément est la pièce d'un puzzle. Ce puzzle est celui de la misère, de l'exclusion, des sans-abri, des clochards, des oubliés, de ces personnes que l'on voit sans voir, que l'on entend sans écouter. En arrière-scène, la proue d'un bateau naufragé rongé par la rouille.

Quelques éléments épars, telles cette chaise un peu bancale et une mini caméra posée sur pied qui filme parfois, au ralenti avec un effet de pixellisation qui s'étale sur l'écran, le visage de François Cottrelle devant son micro. Des dessins, des vidéos projetés aux côtés cour et jardin de la scène, avec Patrick Declerck, psychanalyste et écrivain, qui a suivi pendant plus de quinze ans les clochards de Paris et dont le roman, "Les naufragés. Avec les clochards de Paris" (2003), fait toute la trame de la pièce.

© Loll Willems.
© Loll Willems.
Le comédien incarne l'auteur. Il dit, parle, raconte la misère, les odeurs, les haines, les humiliations, les vivants, les morts, les morts-vivants, Puck, Raymond et les autres, tous les autres, les oubliés, les humiliés que peu respectent, ou trop peu, et qui ne se respectent pas, ou si mal. C'est superbe de sobriété. Le texte est un bijou de poésie de la détresse, une mise en écho des miséreux et des misérables pour reprendre le mot, devenu célèbre, de Victor Hugo (1802-1885).

Un spectacle poignant où le sentiment n'est jamais à fleur de peau, où les choses sont dites de façon directe, sans fioritures. Pas de faux-semblant dans le récit et une vérité mise à nu, sans détour, sans pudeur incarnée superbement par Cottrelle dans une mise en scène d'Emmanuel Meirieu, où la scénographie devient un personnage et dans laquelle le comédien se fait le fin observateur d'un monde cruel.

Tout y est. Le regard, la tête qui cherche, se penche, la voix en recul des émotions comme pour garder une objectivité avec des ruptures de jeu qui scandent ces mêmes émotions, échappées par l'entremise d'une voix qui rappelle ces souffrances, cette humanité qui n'en est plus une car la vie n'est que bribes et déchirures. La lumière est tamisée, ocre, un peu chaleureuse. La chemise du personnage est maculée, le visage un peu défait.

© Pascal Chantier.
© Pascal Chantier.
Il nous raconte Raymond, sa rencontre et sa mort. Et il y a Puck (Stéphane Balmino), un indigent devenu un instant l'incarnation de tous ces oubliés d'infortune qui apparaît au final, le corps décharné, rongé par des marques et des boutons. Il s'excuse presque d'être là en paraphrasant Puck dans "Le songe d'une nuit d'été" (1594-1595). Non, ce n'était pas un somme dont nous avons été l'objet, et outrage il n'y a pas eu, sauf celui d'une société qui piétine ceux qu'elle délaisse.

"Les enragés" étaient, lors de la Révolution française, un groupe de révolutionnaires radicaux qui revendiquaient l'égalité civique, politique et sociale. Nous en sommes très loin. Et le roman de Patrick Declerck est un formidable porte-voix à Raymond, Puck et à tous leurs compagnons de misère que l'on retrouve chaque jour, de plus en plus nombreux sur les trottoirs et dans les transports. Anonymes déshumanisés, leur voix se fait enfin un peu entendre.

"Les naufragés"

© Pascal Chantier.
© Pascal Chantier.
D'après le roman "Les naufragés. Avec les clochards de Paris" de Patrick Declerck.
Adaptation : François Cottrelle et Emmanuel Meirieu.
Mise en scène : Emmanuel Meirieu.
Avec : François Cottrelle et Stéphane Balmino.
Musique : Raphaël Chambouvet.
Maquillage : Roxane Bruneton.
Costumes : Moïra Douguet.
Lumière, décor, vidéo : Seymour Laval et Emmanuel Meirieu, avec la collaboration de Jean-Michel Adam.
Son : Raphaël Guenot.
Par la compagnie Bloc Opératoire.
Durée : 1 h.

Du 12 septembre au 2 octobre 2019.
Du mardi au samedi à 19 h.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris 10e, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

© Pascal Chantier.
© Pascal Chantier.
Tournée 2019/2020
8 au 12 octobre 2019 : Théâtre de Namur, Namur (Belgique).
16 au 19 octobre 2019 : La Criée - Théâtre National, Marseille (13).
29 novembre 2019 : Théâtre du Beauvaisis, Beauvais (60).
14 janvier 2020 : La Maison, Nevers (58).
24 janvier 2020 : La Machinerie - Scène régionale, Vénissieux (69).
4 février 2020 : Les Scènes du Golfe, Théâtre Anne de Bretagne, Vannes (56).
6 et 7 février 2020 : Théâtre l'Aire Libre, Saint-Jacques-de-la-Lande (35).
19 février 2020 : Théâtre de Bourg-en-Bresse, Bourg-en-Bresse (01).
25 au 27 février 2020 : Théâtre de la Cité - CDN Toulouse Occitanie, Toulouse (31).
10 mars 2020 : Théâtre La Colonne - Scènes et Cinés, Miramas (13).
12 au 14 mars 2020 : Théâtre du Bois de l'Aune, Aix en Provence (13)
20 et 21 mars 2020 : Le Liberté - Scène nationale, Toulon (83).
24 mars 2020 : Le Salmanzar - Scène de création et de diffusion, Épernay (51).
30 mars 2020 : Équinoxe - Scène nationale, Châteauroux (36).
9 avril 2020 : L'Arc - Scène nationale, Le Creusot (71).
14 mai 2020 : DSN - Scène Nationale, Dieppe (76).

Safidin Alouache
Vendredi 20 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020