La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Les lettres de noblesse de Jorge Lavelli

Du dramaturge madrilène Juan Mayorga, c’est la troisième pièce que Jorge Lavelli met en scène au Théâtre de la Tempête. Trois pièces, trois réussites. "Lettres d’amour à Staline" raconte la correspondance entre l’écrivain Mikhaïl Boulgakov et le dictateur. Entre censure et tentatives avortées de se faire aimer du pouvoir, le récit est poignant, le jeu d’une justesse formidable.



Lettres d'amour à Staline © Lot
Lettres d'amour à Staline © Lot
Boulgakov, le non-exilé. Boulgakov, l’asphyxié. Boulgakov, le méprisé. Cet écrivain, qui avait (de son vivant) acquis la reconnaissance du public sans jamais obtenir celle du pouvoir, est mort en 1940, à l’âge de quarante-huit ans, dans un grand dénuement : "pour un artiste, la censure signifie la peine de mort" (il faudra attendre plus de quarante ans après sa mort pour voir la totalité de ses œuvres publiées). Il passera sa vie à tenter d’entrer en contact avec Staline. Ses lettres au dictateur sont, paraît-il, nombreuses. D’autant que l’écrivain ne devait recevoir, pour toute réponse, qu’un unique coup de fil du maître du Kremlin, vite interrompu, au moment le plus crucial : celui où le dictateur lui propose un rendez-vous. Cette rencontre, il l’attendra en vain.

C’est en partant de cette "anecdote" (avérée) que Juan Mayorga imagine l’interminable attente de l’écrivain et la lente dégradation de sa santé psychologique. Sombre nécessité d’être reconnu de ses pairs ou besoin de trouver des explications au silence bien pesant du dictateur, le personnage de Boulgakov s’imagine dialoguer avec le spectre de Staline. Sa femme tentera de l’en sortir, mais elle ne pourra se battre bien longtemps contre les ombres fantasmées, mi cruelles, mi grotesques, de son mari. L’atmosphère est étouffante.

Destiné à un public averti, nous doutons que ce "théâtre d’auteur", pourtant superbe, fasse l’unanimité. Dans ce huis clos à trois voix, l’enfermement de Boulgakov (Luc-Antoine Diquero) contamine avec force le spectateur. Deux réactions possibles : soit on n’y entre pas du tout et il devient alors difficile de garder les yeux ouverts (c’était le cas de ma voisine !) ; soit on pénètre avec passion dans la claustration du personnage. En tout cas, une évidence saute aux yeux : dès les premières minutes, le décor est volontairement chargé, le mobilier lourd, la scène immobile. Comment d’ailleurs s’imaginer autrement cette Russie des années vingt ? Grise, uniforme et poussiéreuse, n’est-ce pas ? Jorge Lavelli voit juste. Par avance, ne nous étonnons pas des rejets que cette pièce pourrait susciter. Mais est-ce (vraiment ?) à un vieux singe (comme Lavelli) qu’on apprend à faire la
grimace ?

Lettres d'amour à Staline © Lot
Lettres d'amour à Staline © Lot
Les pas de la femme qui entre et sort (au gré de ses tractations infructueuses auprès de l’administration stalinienne) martèlent la solitude de Boulgakov. Ses talons claquent sur le sol dénudé de l’arrière-scène, l’effet est saisissant. Comme son jeu d’ailleurs. Marie-Christine Letort y est superbe. Elle nous a subjugués. Mieux : c’est même peut-être grâce à elle que nous sommes entrés à ce point dans la pièce. Elle empoigne (avec une perfection rare) un rôle d’une difficulté monstre : pour aider son mari, elle joue les avocats (du diable), en adoptant les poses, les réflexions, la voix du dictateur. Un duel verbal (et même physique) s’engage, il triple en présence du spectre. On regrette d’ailleurs que cette escarmouche ne dure pas plus longtemps… Un vrai régal.

Tout aussi troublant, ce réalisme dans lequel Lavelli a décidé de la camper (certaines scènes peuvent faire penser à un tableau de Caillebotte, Jeune femme à sa toilette). Il souligne l’angle sous lequel l’écrivain Juan Mayorga observe cet autre écrivain Mikhaïl Boulgakov : éminemment humain. Le parti pris est défendable. Il est en tout cas tenu d’un bout à l’autre de la pièce.

Dans tout cela, un reproche : vingt bonnes minutes redondantes pendant lesquelles les dialogues entre les deux hommes ne marquent plus de progression dramatique. Le problème n’est pas dans le duo Gérard Lartigau / Luc-Antoine Diquero (au jeu impeccable) mais dans un texte qui accuse une longueur de trop et que le metteur en scène (et en partie traducteur) aurait dû élaguer.

Oui, c’est vrai. Aucun doute que Lettres d’amour à Staline est un peu long. Mais certaines répliques sont tellement justes ! Celle-ci notamment : "Un artiste qui se tait n’est pas un véritable artiste". On ne le répètera jamais assez, vous ne trouvez pas ?

Lettres d’amour à Staline

Lettres d'amour à Staline © Lot
Lettres d'amour à Staline © Lot
(Vu le 29 avril 2011)
Texte : Juan Mayorga.
Texte français : Jorge Lavelli et Dominique Poulange.
Conception et mise en scène : Jorge Lavelli.
Avec : Luc-Antoine Diquero, Gérard Lartigau, Marie-Christine Letort.
Collaboration artistique : Dominique Poulange.
Dispositif scénique : Graciela Galán et Jorge Lavelli.
Costumes : Graciela Galán.
Lumière : Gérard Monin et Jorge Lavelli.
Son : Stéphanie Gibert.
Postiche : Cécile Krestchmar.
Habillage : Elsa Duhalde.
Régie : Thibault Joulié, Laurent Cupif, Michaël Bennoun.


Du 27 avril au 29 mai 2011.
Du mardi au samedi à 20 h 30, sauf samedi à 19 h 30 et dimanche à 16 h.
Théâtre de la Tempête.
La Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris.
Réservations : 01 43 28 36 36.
Pour plus de renseignements :
www.la-tempete.fr/blankhttp://www.la-tempete.fr

Sheila Louinet
Samedi 7 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Publicité



À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle "préfère le plus au monde, c’est rien foutre"

Difficile d’interviewer Anémone. Elle sortait de son spectacle "Grossesses nerveuses" qu’elle joue en ce moment au Théâtre Daunou (voir article) et nous l’avons rejoint à la brasserie du coin. Elle y mangeait ses frites et manifestement l’interview ne l’intéressait pas. Malgré les efforts de l’interviewer (moi !) dont les gouttes de sueur perlaient sur le visage en décomposition au fur et à mesure de l’entretien, Anémone nous a répondu de façon claire, nette et expéditive.


À écouter : Anémone mange ses frites, mais ce qu’elle
Au passage, voici la définition de "contre-emploi" au théâtre ou au cinéma : assumer des rôles différents de celui joué habituellement et non par rapport à ce qu’on est dans la "vraie" vie. Ce qu’on a, entre autres, essayé (je dis bien "essayer" !) de demander à Anémone était de savoir pour quelle raison elle ne s'est pas plus mise en danger pour jouer autre chose que le personnage qu'elle a toute sa vie incarnée, c’est-à-dire celui d'une bourgeoise ou une vieille fille un peu coincée. Un "contre-emploi" véritable qu’elle a tenu (et justement pour lequel elle a été récompensée par le César de la meilleure actrice) est celui du Grand chemin.

Possible que l'on s'y soit très mal pris. Peut-être aurait-il fallu parler d'autres choses que de "spectacle" ?

Cet entretien reste tout de même un moment (court mais...) mémorable. À écouter absolument !

Musique : Pierre-Yves Plat

À lire >> Une Anémone en fleur au Théâtre Daunou

À venir : Interview exclusive de Pierre Santini suite à son annonce de départ du Théâtre Mouffetard.
interview_d_anemone.mp3 Interview d'Anémone.mp3  (3.33 Mo)


Sheila Louinet
23/05/2011