La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Les lettres de noblesse de Jorge Lavelli

Du dramaturge madrilène Juan Mayorga, c’est la troisième pièce que Jorge Lavelli met en scène au Théâtre de la Tempête. Trois pièces, trois réussites. "Lettres d’amour à Staline" raconte la correspondance entre l’écrivain Mikhaïl Boulgakov et le dictateur. Entre censure et tentatives avortées de se faire aimer du pouvoir, le récit est poignant, le jeu d’une justesse formidable.



Lettres d'amour à Staline © Lot
Lettres d'amour à Staline © Lot
Boulgakov, le non-exilé. Boulgakov, l’asphyxié. Boulgakov, le méprisé. Cet écrivain, qui avait (de son vivant) acquis la reconnaissance du public sans jamais obtenir celle du pouvoir, est mort en 1940, à l’âge de quarante-huit ans, dans un grand dénuement : "pour un artiste, la censure signifie la peine de mort" (il faudra attendre plus de quarante ans après sa mort pour voir la totalité de ses œuvres publiées). Il passera sa vie à tenter d’entrer en contact avec Staline. Ses lettres au dictateur sont, paraît-il, nombreuses. D’autant que l’écrivain ne devait recevoir, pour toute réponse, qu’un unique coup de fil du maître du Kremlin, vite interrompu, au moment le plus crucial : celui où le dictateur lui propose un rendez-vous. Cette rencontre, il l’attendra en vain.

C’est en partant de cette "anecdote" (avérée) que Juan Mayorga imagine l’interminable attente de l’écrivain et la lente dégradation de sa santé psychologique. Sombre nécessité d’être reconnu de ses pairs ou besoin de trouver des explications au silence bien pesant du dictateur, le personnage de Boulgakov s’imagine dialoguer avec le spectre de Staline. Sa femme tentera de l’en sortir, mais elle ne pourra se battre bien longtemps contre les ombres fantasmées, mi cruelles, mi grotesques, de son mari. L’atmosphère est étouffante.

Destiné à un public averti, nous doutons que ce "théâtre d’auteur", pourtant superbe, fasse l’unanimité. Dans ce huis clos à trois voix, l’enfermement de Boulgakov (Luc-Antoine Diquero) contamine avec force le spectateur. Deux réactions possibles : soit on n’y entre pas du tout et il devient alors difficile de garder les yeux ouverts (c’était le cas de ma voisine !) ; soit on pénètre avec passion dans la claustration du personnage. En tout cas, une évidence saute aux yeux : dès les premières minutes, le décor est volontairement chargé, le mobilier lourd, la scène immobile. Comment d’ailleurs s’imaginer autrement cette Russie des années vingt ? Grise, uniforme et poussiéreuse, n’est-ce pas ? Jorge Lavelli voit juste. Par avance, ne nous étonnons pas des rejets que cette pièce pourrait susciter. Mais est-ce (vraiment ?) à un vieux singe (comme Lavelli) qu’on apprend à faire la
grimace ?

Lettres d'amour à Staline © Lot
Lettres d'amour à Staline © Lot
Les pas de la femme qui entre et sort (au gré de ses tractations infructueuses auprès de l’administration stalinienne) martèlent la solitude de Boulgakov. Ses talons claquent sur le sol dénudé de l’arrière-scène, l’effet est saisissant. Comme son jeu d’ailleurs. Marie-Christine Letort y est superbe. Elle nous a subjugués. Mieux : c’est même peut-être grâce à elle que nous sommes entrés à ce point dans la pièce. Elle empoigne (avec une perfection rare) un rôle d’une difficulté monstre : pour aider son mari, elle joue les avocats (du diable), en adoptant les poses, les réflexions, la voix du dictateur. Un duel verbal (et même physique) s’engage, il triple en présence du spectre. On regrette d’ailleurs que cette escarmouche ne dure pas plus longtemps… Un vrai régal.

Tout aussi troublant, ce réalisme dans lequel Lavelli a décidé de la camper (certaines scènes peuvent faire penser à un tableau de Caillebotte, Jeune femme à sa toilette). Il souligne l’angle sous lequel l’écrivain Juan Mayorga observe cet autre écrivain Mikhaïl Boulgakov : éminemment humain. Le parti pris est défendable. Il est en tout cas tenu d’un bout à l’autre de la pièce.

Dans tout cela, un reproche : vingt bonnes minutes redondantes pendant lesquelles les dialogues entre les deux hommes ne marquent plus de progression dramatique. Le problème n’est pas dans le duo Gérard Lartigau / Luc-Antoine Diquero (au jeu impeccable) mais dans un texte qui accuse une longueur de trop et que le metteur en scène (et en partie traducteur) aurait dû élaguer.

Oui, c’est vrai. Aucun doute que Lettres d’amour à Staline est un peu long. Mais certaines répliques sont tellement justes ! Celle-ci notamment : "Un artiste qui se tait n’est pas un véritable artiste". On ne le répètera jamais assez, vous ne trouvez pas ?

Lettres d’amour à Staline

Lettres d'amour à Staline © Lot
Lettres d'amour à Staline © Lot
(Vu le 29 avril 2011)
Texte : Juan Mayorga.
Texte français : Jorge Lavelli et Dominique Poulange.
Conception et mise en scène : Jorge Lavelli.
Avec : Luc-Antoine Diquero, Gérard Lartigau, Marie-Christine Letort.
Collaboration artistique : Dominique Poulange.
Dispositif scénique : Graciela Galán et Jorge Lavelli.
Costumes : Graciela Galán.
Lumière : Gérard Monin et Jorge Lavelli.
Son : Stéphanie Gibert.
Postiche : Cécile Krestchmar.
Habillage : Elsa Duhalde.
Régie : Thibault Joulié, Laurent Cupif, Michaël Bennoun.


Du 27 avril au 29 mai 2011.
Du mardi au samedi à 20 h 30, sauf samedi à 19 h 30 et dimanche à 16 h.
Théâtre de la Tempête.
La Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris.
Réservations : 01 43 28 36 36.
Pour plus de renseignements :
www.la-tempete.fr/blankhttp://www.la-tempete.fr

Sheila Louinet
Samedi 7 Mai 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020