La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

"Les Séparables", un superbe plaidoyer pour la liberté et le théâtre

"Les Séparables", Théâtre de la Ville hors les murs, Espace Pierre Cardin, Paris

C'est dans une cité composée d'immeubles de grande hauteur (qu'on appelait avec humour au milieu du vingtième siècle des cages à lapins) que se déroule la pièce "Les Séparables" de Fabrice Melquiot dirigée par Emmanuel Demarcy-Mota.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Derrière toutes ces fenêtres qui vous parlent, ces fenêtres qui vous guettent, le petit Romain rêve de chevauchées sauvages et la petite fille Sabah de tribus indiennes.
L'histoire débute comme un conte.

Et il faut saluer la grâce du décor mouvant élaboré par l'équipe du Théâtre de la Ville qui, en reprenant les fonctions de l'ordiphone, les développe à l'échelle de la scène, multiplie les avatars pour mieux dépayser et conquérir (reconquérir) un espace mental nouveau : celui du merveilleux. Ou comment il est démontré combien la 3D véritable et la cage de scène (le théâtre) crée les conditions et les proportions propices au sens du magique.

Dans cette histoire, tout devrait rassembler ces deux enfants qui s'apprécient, partis dans de grandes plaines imaginaires optimistes et partagées, sur le traces d'un bison mythique, à la découverte des forces de la Nature et de leur mise en harmonie.

Mais Romain et Sabah appartiennent au monde de leurs parents, appartiennent à leur gent. Ils apprennent à espionner en faisant des cadeaux pour mieux les refuser, mieux s'en méfier. Se mettent en position de victime à la recherche de bouc émissaire. Ou c'est le premier qui dit qui est ! Raciste ou pas raciste ! Jusqu'à la déraison, jusqu'au fait divers des parents.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Intériorisant le fait de ne pas fréquenter l'autre (qui n'est pas autrui), Romain et Sabah protégés du monde extérieur et suspicieux sont de nouveaux Roméo et Juliette. Ils le regretteront amèrement. Le conte est cruel.

Dans les séparables, la cité française du XXIe siècle semble revenir à la cité italienne du cinquecento italien. Vendetta et compagnie ?

Le texte, adapté au théâtre au fil de différentes présentations dans dix-huit écoles de Paris (durant un an), retranscrit des paroles vraies et ose poser des questions contemporaines.

Est-il possible pour un enfant de jouer encore aux indiens et aux cow-boys en toute ingénuité ? La pièce est un superbe plaidoyer pour la liberté et le théâtre. Mais elle laisse un goût un peu amer, non pas que le spectacle soit raté, bien au contraire, mais dans sa fin ouverte et ambiguë, elle laisse en suspend un happy end espéré.

Les enfants applaudissent.

"Les Séparables"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Tout public à partir de 6 ans.
Texte : Fabrice Melquiot (l'Arche éditeur).
Création collective sous la direction d'Emmanuel Demarcy-Mota.
Avec la collaboration de Christophe Lemaire.
Avec : Céline Carrère & Stéphane Krähenbühl.
Création musicale : Arman Méliès.
Création vidéo : Mike Guermyet.
Scénographie : Yves Collet.
Costumes : Laurianne Scimemi Del Francia.
Lumières : Christophe Lemaire & Yves Collet.
Environnement sonore : David Lesser.
Durée : 1 h.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Du 6 au 23 février 2018.
Mercredi, samedi, dimanche à 15 h ; mardi 13 et jeudi 15 à 14 h 30 ; jeudi 22 et le vendredi à 19 h 30.
Théâtre de la Ville hors les murs, Espace Cardin, Studio, Paris 8e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Jean Grapin
Mardi 13 Février 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020