La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pitchouns

"Les Séparables", un superbe plaidoyer pour la liberté et le théâtre

"Les Séparables", Théâtre de la Ville hors les murs, Espace Pierre Cardin, Paris

C'est dans une cité composée d'immeubles de grande hauteur (qu'on appelait avec humour au milieu du vingtième siècle des cages à lapins) que se déroule la pièce "Les Séparables" de Fabrice Melquiot dirigée par Emmanuel Demarcy-Mota.



© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Derrière toutes ces fenêtres qui vous parlent, ces fenêtres qui vous guettent, le petit Romain rêve de chevauchées sauvages et la petite fille Sabah de tribus indiennes.
L'histoire débute comme un conte.

Et il faut saluer la grâce du décor mouvant élaboré par l'équipe du Théâtre de la Ville qui, en reprenant les fonctions de l'ordiphone, les développe à l'échelle de la scène, multiplie les avatars pour mieux dépayser et conquérir (reconquérir) un espace mental nouveau : celui du merveilleux. Ou comment il est démontré combien la 3D véritable et la cage de scène (le théâtre) crée les conditions et les proportions propices au sens du magique.

Dans cette histoire, tout devrait rassembler ces deux enfants qui s'apprécient, partis dans de grandes plaines imaginaires optimistes et partagées, sur le traces d'un bison mythique, à la découverte des forces de la Nature et de leur mise en harmonie.

Mais Romain et Sabah appartiennent au monde de leurs parents, appartiennent à leur gent. Ils apprennent à espionner en faisant des cadeaux pour mieux les refuser, mieux s'en méfier. Se mettent en position de victime à la recherche de bouc émissaire. Ou c'est le premier qui dit qui est ! Raciste ou pas raciste ! Jusqu'à la déraison, jusqu'au fait divers des parents.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Intériorisant le fait de ne pas fréquenter l'autre (qui n'est pas autrui), Romain et Sabah protégés du monde extérieur et suspicieux sont de nouveaux Roméo et Juliette. Ils le regretteront amèrement. Le conte est cruel.

Dans les séparables, la cité française du XXIe siècle semble revenir à la cité italienne du cinquecento italien. Vendetta et compagnie ?

Le texte, adapté au théâtre au fil de différentes présentations dans dix-huit écoles de Paris (durant un an), retranscrit des paroles vraies et ose poser des questions contemporaines.

Est-il possible pour un enfant de jouer encore aux indiens et aux cow-boys en toute ingénuité ? La pièce est un superbe plaidoyer pour la liberté et le théâtre. Mais elle laisse un goût un peu amer, non pas que le spectacle soit raté, bien au contraire, mais dans sa fin ouverte et ambiguë, elle laisse en suspend un happy end espéré.

Les enfants applaudissent.

"Les Séparables"

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Tout public à partir de 6 ans.
Texte : Fabrice Melquiot (l'Arche éditeur).
Création collective sous la direction d'Emmanuel Demarcy-Mota.
Avec la collaboration de Christophe Lemaire.
Avec : Céline Carrère & Stéphane Krähenbühl.
Création musicale : Arman Méliès.
Création vidéo : Mike Guermyet.
Scénographie : Yves Collet.
Costumes : Laurianne Scimemi Del Francia.
Lumières : Christophe Lemaire & Yves Collet.
Environnement sonore : David Lesser.
Durée : 1 h.

© Jean-Louis Fernandez.
© Jean-Louis Fernandez.
Du 6 au 23 février 2018.
Mercredi, samedi, dimanche à 15 h ; mardi 13 et jeudi 15 à 14 h 30 ; jeudi 22 et le vendredi à 19 h 30.
Théâtre de la Ville hors les murs, Espace Cardin, Studio, Paris 8e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Jean Grapin
Mardi 13 Février 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB

PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Festival au village : "Des coulisses à la scène"

C'est un village sur la route entre Niort et la Rochelle. Objet d'une halte pour le délassement des jambes, le temps d'un égaiement des enfants, d'une course à la supérette. Brioux est un village ordinaire de ceux que l'on traverse sous le soleil sur la route des vacances. Que l'on mésestime…

Festival au village :
Et c'est bien dommage car les habitants qui savent qu'il n'est de richesses que d'hommes,(comme disait Jean Bodin à la Renaissance) vivent comme un Bonheur à préparer, à organiser d'une année sur l'autre un festival bref mais constant dans la durée. Derrière les murs, sous les toits. Sous un chapiteau, sur la place, dans les granges. C'est la 30e édition du festival au village et Jean Pierre Bodin (autre Bodin), de la Compagnie La Mouline en est le directeur artistique.

Né en 1988... tout , tout petit avec sa poignée de bénévoles, le festival a fêté ses 10 ans au son des violons de Bratsch. ses 20 ans avec un livre témoin, ses 25 ans avec 25 artistes et 150 bénévoles qui se sont applaudis mutuellement.

Pour ses 30 ans il sera précédé d'un prologue démesuré. Trente artistes et les bénévoles passeront 30 heures ensemble du samedi 7 juillet à 17 h au dimanche 8 juillet 23 h avec, en vrac, spectacle de cirque, théâtre, chanson, apéro-concert, illuminations de Carabosse, grand bal... Pour l'amateur de marathon est prévu un dortoir à la belle étoile, avec lits et couvertures.

Jean Grapin
28/06/2018
Spectacle à la Une

•Avignon Off 2018• "Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", L'Atypik Théâtre, Avignon

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

•Avignon Off 2018•
Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
22/06/2018
Sortie à la Une

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", International Visual Theatre, Paris

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
15/11/2017