La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Les Fantaisies oubliées du Second Empire

Jérôme Granjon et son complice Emmanuel Pélaprat, de l'Ensemble Double Expression, ont remis en lumière, sur claviers historiques, le duo piano harmonium cher aux salons du XIXe siècle. Dans leur CD "Fantaisies du Second Empire", ils ont enregistré à côté de pièces de César Franck et Camille Saint-Saëns une charmante sonate oubliée d'Alfred Lefébure-Wely.



© DR.
© DR.
Un duo rare au disque comme au concert ? Le duo piano harmonium mérite pourtant d'être remis au goût du jour. À l'écoute, les deux voix dialoguent ou se fondent parfaitement avec leurs vives couleurs poétiques et leur palette des plus expressive. Le pianiste Jérôme Granjon sur un Erard de 1902 et Emmanuel Pélaprat sur un harmonium Mustel (de 1898) le démontrent brillamment dans un enregistrement récent. Une pépite qui ressuscite l'atmosphère des salons du Second Empire.

Les musiciens nous offrent ainsi une Sonate du très oublié Alfred Lefébure-Wely (pour son premier enregistrement au disque). Une partition retrouvée en 2012 parmi des centaines perdues d'un auteur très prolifique. Compositeur et improvisateur fêté en son temps et organiste à l'Eglise de la Madeleine puis à Saint-Sulpice, il contribua à l'histoire du développement de l'harmonium, appelé aussi "orgue expressif".

Petit frère de l'orgue, muni de soufflets actionnés par deux pédales, cet instrument maniable, basé non sur le tuyau mais sur l'anche libre (des lamelles de métal mises en vibration par une pulsion d'air), se tailla vite un vrai succès au concert comme dans les salons grâce à son développement par quelques facteurs ingénieux tel Debain - qui dès 1842 lui octroie plusieurs jeux. De la même famille donc que l'accordéon, sa sonorité évoque irrésistiblement une nouvelle ère, celle de la chanson du XIXe et du premier XXe siècle.

Jérôme Granjon © DR.
Jérôme Granjon © DR.
La sonate opus 61 composée par Lefébure-Wely ("Allegro, andante et finale) vers 1850 se veut néanmoins avant tout un bel exemple de musique de salon ou de concert nécessitant une réelle virtuosité - ici dans l'héritage de Frédéric Chopin. Lefébure-Wely n'avait-il d'ailleurs pas tenu l'orgue à l'enterrement de ce dernier le 30 octobre 1849 à la Madeleine ?

Le dialogue piano harmonium se fait ensuite particulièrement subtil et bouleversant pour le Prélude, Fugue et Variation (opus 18) de César Franck - qui livra sa propre transcription du troisième morceau des fameuses "Six Pièces d'orgue". Lefébure-Wely le connaissait bien et avait inauguré avec lui le nouvel orgue Cavaillé-Coll de Sainte-Clotilde en 1859 ; tous deux ouvrant la grande école française.

Emmanuel Pélaprat © DR.
Emmanuel Pélaprat © DR.
Pas en reste, Camille Saint-Saëns se saisit aussi de ce duo éloquent pour composer à vingt-trois ans "Six Duos" en 1858, l'année où il prend possession de l'orgue de la Madeleine à la suite de Lefébure-Wely - à qui il dédicace ces "Duos". Jérôme Granjon et Emmanuel Pélaprat en livrent au disque la première version sur instruments historiques et c'est une belle redécouverte.

Si Emmanuel Pélaprat est, entre autres fonctions, titulaire du Grand Orgue Eugène Puget de l'Eglise Notre-Dame du Taur à Toulouse, Jérôme Granjon poursuit une carrière internationale de pédagogue, de chambriste (comme membre co-fondateur du Trio Hoboken) et de concertiste. En mai 2019, son dernier enregistrement (sur instrument moderne) dédié à Schumann sortira chez Anima Records. On pourra également l'entendre les 8 et 9 juin 2019 au Festival "Musiques d'un siècle" à Dieulefit.

● "Fantaisies du Second Empire" (2018).
"Lefébure-Wely, Franck, Saint-Saëns".
Duos Harmonium et Piano.
Emmanuel Pélaprat (harmonium), Jérôme Granjon (piano).
Label : Éditions Hortus.
Sortie : octobre 2018.
Durée totale : 62'15".

Christine Ducq
Jeudi 11 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020