La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Ailes du désir"… Endosser la matérialité de l'être, de l'existence et de l'amour…

"Les Ailes du désir", Théâtre 13 Seine, Paris

Marquant le retour de Wim Wenders à Berlin, le film "Les Ailes du désir"* signe la rupture du cinéaste avec sa période américaine pour revenir à un cinéma plus intellectuel, tout aussi poétique mais plus dialogué. Marie Ballet s'empare de cette écriture (marqué de la "patte littéraire" de Peter Handke) pour nous en offrir une interprétation théâtrale augmentée d'une partition musicale sous influence indie rock de Stéphane Léchit et du doux balancement de la comédienne trapéziste Camille Voitellier.



© Thomas Cauchard.
© Thomas Cauchard.
Deux anges passent et repassent, énigmatiques, empreints de la nonchalance de l'observateur qui se sait éternel (Christophe Laparra et Paul Nguyen, tous deux excellents). L'un raconte une suite de petits événements de la vie quotidienne du commun des mortels, l'autre exprime son souhait de ne plus faire semblant, de ressentir ce que les humains éprouvent, vivent. Apprivoiser le désir, les sentiments, endosser la matérialité de l'être, de l'existence…

Au fil de cette errance bienveillante, les anges, ombres solitaires, côtoient la solitude au travers de personnages à l'empreinte existentielle incertaine. De bibliothèque en piste de cirque, l'incommunicabilité entre les êtres semble régner. Que ce soit le musicien ou la trapéziste, tous semblent enfermés dans leur tour d'ivoire. Mais si le musicien use d'une forme d'expression qui possède une capacité à rompre la glace, la trapéziste est en recherche d'un devenir, d'une quête qui donnerait un sens à sa vie, comme une envie d'amour.

Camille Voitellier est une Marion à la fois volontaire, présente et par moments évanescente, belle et solitaire trapéziste avec ses petites ailes blanches, accessoires de son numéro en répétition. Ses enchaînements au trapèze, de suspensions en chutes maîtrisées, sont faits de mouvements doux, sensuels, au ralenti, empreints d'une certaine langueur, entre rêve et mélancolie.

© Thomas Cauchard.
© Thomas Cauchard.
L'ange Damiel (Christophe Laparra), dans sa recherche d'incarnation, trouve dans sa rencontre avec la beauté circassienne les raisons de l'abandon de sa nature divine, voulant sentir en lui la sève érotique, propre aux humains dans le berceau de l'amour. La musique sera aussi un élément déclencheur car, comme langage universel, elle porte toutes les vibrations, toutes les expressions des sentiments, de l'intime au communautaire.

Puis l'ange tombe du ciel, perd son statut volant, ailé. Commence l'apprentissage de notions jusqu'alors inconnues, de la passion au manque, en passant par la communication amoureuse. Dans l'orchestration de leurs approches, c'est Marion qui va vers lui, faisant jaillir un flot de paroles enthousiastes, de désir dévoilé, d'espérance presque juvénile et aussi tellement féminine - dans toute la noblesse et la beauté que ce mot peut comporter.

Alors que l'ange déchu, maladroit, ne sait pas comment il doit faire. Grâce à un jeu expressif, sa maladresse, sa timidité sont réellement crédibles, construits sur la méconnaissance concrète qu'il peut avoir de l'autre, du fait d'un manque total d'expérience "humaine". Son étonnement est à la fois plein de passion, d'exaltation et d'innocence. L'interprétation de Christophe Laparra est précise et pleine de subtilité. Un ange passe… comme un frisson dans la salle !

L'adaptation et la mise en scène de Marie Ballet souffrent de quelques longueurs… mais l'ensemble est au final assez réussi… comme une étrange poétique de la solitude et de l'un de ses remèdes, l'amour… Une mélodie qui nous happe, nous captive, nous surprend à rêver, à vouloir se laisser pousser des ailes, à voler de nouveau pour une aventure amoureuse que l'on voudrait sans cesse renouvelée…

* Le film est sorti en 1987 mais il a bénéficié d'une restauration et une nouvelle sortie a eu lieu en avril 2018.

"Les Ailes du désir"

© Thomas Cauchard.
© Thomas Cauchard.
D'après le film de Wim Wenders.
Scénario original : Wim Wenders, Peter Handke et Richard Reitinger.
Adaptation : Marie Ballet.
Mise en scène : Marie Ballet.
Assistante à la mise en scène : Anne Peri.
Avec : Christophe Laparra (Damiel), Stéphane Léchit (Le musicien), Paul Nguyen (Cassiel) et Camille Voitellier (Marion).
Musiques originales : Stéphane Léchit, Lumières : Lucie Joliot.
Régisseur général : Xavier Bernard-Jaoul.
Le scénario original du film "Les Ailes du désir" est représenté en France par L’Arche,
agence théâtrale.
Durée : 2 h sans entracte.
À partir de 15 ans.
Production Cie Oui Aujourd’hui.

Du 24 janvier au 3 février 2019.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Théâtre 13 Seine, Paris 13e, 01 45 88 62 22.
>> theatre13.com

Gil Chauveau
Vendredi 1 Février 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019