La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Ailes du désir"… Endosser la matérialité de l'être, de l'existence et de l'amour…

"Les Ailes du désir", Théâtre 13 Seine, Paris

Marquant le retour de Wim Wenders à Berlin, le film "Les Ailes du désir"* signe la rupture du cinéaste avec sa période américaine pour revenir à un cinéma plus intellectuel, tout aussi poétique mais plus dialogué. Marie Ballet s'empare de cette écriture (marqué de la "patte littéraire" de Peter Handke) pour nous en offrir une interprétation théâtrale augmentée d'une partition musicale sous influence indie rock de Stéphane Léchit et du doux balancement de la comédienne trapéziste Camille Voitellier.



© Thomas Cauchard.
© Thomas Cauchard.
Deux anges passent et repassent, énigmatiques, empreints de la nonchalance de l'observateur qui se sait éternel (Christophe Laparra et Paul Nguyen, tous deux excellents). L'un raconte une suite de petits événements de la vie quotidienne du commun des mortels, l'autre exprime son souhait de ne plus faire semblant, de ressentir ce que les humains éprouvent, vivent. Apprivoiser le désir, les sentiments, endosser la matérialité de l'être, de l'existence…

Au fil de cette errance bienveillante, les anges, ombres solitaires, côtoient la solitude au travers de personnages à l'empreinte existentielle incertaine. De bibliothèque en piste de cirque, l'incommunicabilité entre les êtres semble régner. Que ce soit le musicien ou la trapéziste, tous semblent enfermés dans leur tour d'ivoire. Mais si le musicien use d'une forme d'expression qui possède une capacité à rompre la glace, la trapéziste est en recherche d'un devenir, d'une quête qui donnerait un sens à sa vie, comme une envie d'amour.

Camille Voitellier est une Marion à la fois volontaire, présente et par moments évanescente, belle et solitaire trapéziste avec ses petites ailes blanches, accessoires de son numéro en répétition. Ses enchaînements au trapèze, de suspensions en chutes maîtrisées, sont faits de mouvements doux, sensuels, au ralenti, empreints d'une certaine langueur, entre rêve et mélancolie.

© Thomas Cauchard.
© Thomas Cauchard.
L'ange Damiel (Christophe Laparra), dans sa recherche d'incarnation, trouve dans sa rencontre avec la beauté circassienne les raisons de l'abandon de sa nature divine, voulant sentir en lui la sève érotique, propre aux humains dans le berceau de l'amour. La musique sera aussi un élément déclencheur car, comme langage universel, elle porte toutes les vibrations, toutes les expressions des sentiments, de l'intime au communautaire.

Puis l'ange tombe du ciel, perd son statut volant, ailé. Commence l'apprentissage de notions jusqu'alors inconnues, de la passion au manque, en passant par la communication amoureuse. Dans l'orchestration de leurs approches, c'est Marion qui va vers lui, faisant jaillir un flot de paroles enthousiastes, de désir dévoilé, d'espérance presque juvénile et aussi tellement féminine - dans toute la noblesse et la beauté que ce mot peut comporter.

Alors que l'ange déchu, maladroit, ne sait pas comment il doit faire. Grâce à un jeu expressif, sa maladresse, sa timidité sont réellement crédibles, construits sur la méconnaissance concrète qu'il peut avoir de l'autre, du fait d'un manque total d'expérience "humaine". Son étonnement est à la fois plein de passion, d'exaltation et d'innocence. L'interprétation de Christophe Laparra est précise et pleine de subtilité. Un ange passe… comme un frisson dans la salle !

L'adaptation et la mise en scène de Marie Ballet souffrent de quelques longueurs… mais l'ensemble est au final assez réussi… comme une étrange poétique de la solitude et de l'un de ses remèdes, l'amour… Une mélodie qui nous happe, nous captive, nous surprend à rêver, à vouloir se laisser pousser des ailes, à voler de nouveau pour une aventure amoureuse que l'on voudrait sans cesse renouvelée…

* Le film est sorti en 1987 mais il a bénéficié d'une restauration et une nouvelle sortie a eu lieu en avril 2018.

"Les Ailes du désir"

© Thomas Cauchard.
© Thomas Cauchard.
D'après le film de Wim Wenders.
Scénario original : Wim Wenders, Peter Handke et Richard Reitinger.
Adaptation : Marie Ballet.
Mise en scène : Marie Ballet.
Assistante à la mise en scène : Anne Peri.
Avec : Christophe Laparra (Damiel), Stéphane Léchit (Le musicien), Paul Nguyen (Cassiel) et Camille Voitellier (Marion).
Musiques originales : Stéphane Léchit, Lumières : Lucie Joliot.
Régisseur général : Xavier Bernard-Jaoul.
Le scénario original du film "Les Ailes du désir" est représenté en France par L’Arche,
agence théâtrale.
Durée : 2 h sans entracte.
À partir de 15 ans.
Production Cie Oui Aujourd’hui.

Du 24 janvier au 3 février 2019.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Théâtre 13 Seine, Paris 13e, 01 45 88 62 22.
>> theatre13.com

Gil Chauveau
Vendredi 1 Février 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020