La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Le délicat magnétisme de Jérôme Thomas et de ses jongleuses à l'aérienne virtuosité

"Magnétic", en tournée 2018/2019

Depuis qu'il est reconnu comme l'un des meilleurs jongleurs du monde, Jérôme Thomas peut tout oser, pour lui comme pour les autres. Et son dernier spectacle est à l'image de ce qu'il est devenu… un créateur poète et virtuose doublé d'un découvreur de talents, comme le prouve une nouvelle fois "Magnétic".



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Comme beaucoup de ses créations, "Hic Hoc" (1995), pièce emblématique, partition pour quatre jongleurs, avait renouvelé le genre en proposant une approche innovante de l'art du jonglage, ce dernier ayant déjà à plusieurs reprises été extrait des performances appartenant, pendant longtemps, uniquement au cirque. C'est la première partie de ce spectacle qui donne naissance aujourd'hui à "Magnétic".

"M'inspirer de "Hic", avec 4 femmes au plateau, est plus qu'une remontée dans le temps, c'est aussi un acte de création qui convoque magie et pratique jonglistique pointue dans leur brutalité d'exécution, sans trucage ni décor comme il y a vingt ans, mais avec des signes de notre contemporanéité. Visions nées de la cinétique, et une magie d'autant plus poétique qu'elle est dévoilée. D'autres objets comme les plaques de polystyrène, petites et grandes, qui n'existaient pas dans la production d'origine, sont également apparus." Jérôme Thomas.

Le résultat est magique, magnétique, poétique… Faisant jaillir un graphisme et une esthétique à la géométrie inspirée du mouvement artistique prodigué par l'école (d'art, de design et d'architecture) du Bauhaus et des chorégraphies d'Oskar Schlemmer*, plasticien, chorégraphe et professeur, qui fut l'une des plus fortes personnalités de la "maison" de Weimar.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Au début est le sombre, distinguant à peine les silhouettes. Avec une présence musicale déjà effective, prégnante L'univers musical de Wilfried Wendling fait penser à des improvisations, terreau fertile de la musique contemporaine, avec une intensité sonore donnant le rythme pour un départ gestuel sur le corps seul puis le corps en intimité avec une boule blanche, passages en roulement sur l'épiderme.

Puis des boules au bout de perches, en cadence de balancier. Pleine de grâce, d'élégance et de fluidité dans les mouvements des quatre artistes insufflant cette vie singulière aux objets. Telles des sphères dans l'univers. La musique, les sons aussi ont une dimension galactique, comme venus du fin fond de l'univers… Dans une diffusion presque hypnotique. Boules lumineuses, vibrantes comme une corolle florale sous une brise légère, de la poésie pure. Sensations organiques et universelles. Les figures exécutées et les chorégraphies sont sublimes. Les tableaux, parfois figés quelques secondes, sont aériens, prenant la forme de volutes éphémères.

Irréels, furtifs comme des corps florescents se mouvant dans un espace survitaminé. Puis, comme en opposition, des sons tonitruants surgissent, éventuelle expression d'un orage apocalyptique, annonçant un incroyable et spectaculaire ballet de boules associées à mi-longueur à des élastiques à l'impressionnante tonicité, nous faisant passer de la suggestion planétaire au microcosmos de l'atome et ses frénésies magnétiques.

Les effets sont "renversants", bluffants, écrivant un alphabet géométrique et symbolique fluide, aux formes visuelles magiques, surnaturelles, créant un nouveau et merveilleux art cinétique usant avec virtuosité de variations dessinées par quatre artistes à la féminine et délicate habilité. À l'unisson, en duo/duel, en cascades successives, les mouvements, des cannes, des élastiques et des boules blanches judicieusement éclairées - semblant émettre de l'intérieur -, initient des trompe-l'œil oniriques, aux extraordinaires amplitudes graphiques.

Non présent originellement dans "Hic hoc", frôlant la suspension vaporeuse et quasi diaphane, un numéro avec des plaques de polystyrène, petites puis grandes offrent une dernière impression irréelle de ce spectacle virtuose et empreint d'une subtile féminité, complété par une apothéose en pluie de feuilles de papier papillonnant… fin d'une histoire qui aurait pu, voulu s'écrire mais qui garde la fugace et légère liberté de l'air.

* L'artiste et chorégraphe allemand Oskar Schlemmer (1888-1943) travailla à révolutionner l’art de la danse et de la performance au sein du Bauhaus notamment.

"Magnétic"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Une création de Jérôme Thomas.
Avec : Audrey Decaillon, Chloé Mazet, Nicoletta Battaglia, Gaëlle Cathelineau ou Ria Rehfuss.
Musique et vidéo : Wilfried Wendling en collaboration avec Grégory Joubert.
Création lumière : Bernard Revel assisté de Dominique Mercier-Balaz.
Création accessoires et costumes : Emmanuelle Grobet.
Production ARMO - Cie Jérôme Thomas.
Durée : 1 h.

Du 8 au 18 mars 2018.
Du jeudi au samedi à 21 h, dimanche à 17 h.
Dans le cadre du Festival des(illusions) au Monfort Théâtre, Grande Salle, Paris 15e, 01 56 08 33 88.
>> lemonfort.fr

Tournée

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
13 avril 2018 : Théâtre Le Rive Gauche, dans le cadre du Festival Spring (nouvelles formes de cirque en Normandie), Saint-Étienne-du-Rouvray (76).
4 mai 2018 : Fontenay-en-Scènes, Fontenay-sous-Bois (94).
28 septembre 2018 : Les Passerelles - Scène de Paris, Pontault-Combault (77).
18 et 19 novembre 2018 : Théâtre de l'Archipel - Scène nationale, Perpignan (66).
27 et 28 novembre 2018 : L'Hexagone - scène nationale, Meylan (38).
14 décembre 2018 : Théâtre de Beaune (21).
9 février 2019 : Festival les Élancées - Scènes et Cinés/Archaos, Pôle National Cirque Méditerranée, Fos-sur-Mer (13).
13 février 2019 : Centre Culturel Jean Gagnant (co-accueil Le Sirque, Pôle National Cirque Nexon Nouvelle-Aquitaine), Limoges (87).
22 mars 2019 : Espace des Arts - scène nationale, Chalon-sur-Saône (71).
2 avril 2019 : Le Théâtre - scène nationale, Saint-Nazaire (44).
10 avril 2019 : Espace Lino Ventura (co-accueil Festival Rencontre des Jonglages, Maison des Jonglages, scène conventionnée) Garges-lès-Gonesse (95).

Gil Chauveau
Dimanche 11 Mars 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021