La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Le délicat magnétisme de Jérôme Thomas et de ses jongleuses à l'aérienne virtuosité

"Magnétic", en tournée 2018/2019

Depuis qu'il est reconnu comme l'un des meilleurs jongleurs du monde, Jérôme Thomas peut tout oser, pour lui comme pour les autres. Et son dernier spectacle est à l'image de ce qu'il est devenu… un créateur poète et virtuose doublé d'un découvreur de talents, comme le prouve une nouvelle fois "Magnétic".



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Comme beaucoup de ses créations, "Hic Hoc" (1995), pièce emblématique, partition pour quatre jongleurs, avait renouvelé le genre en proposant une approche innovante de l'art du jonglage, ce dernier ayant déjà à plusieurs reprises été extrait des performances appartenant, pendant longtemps, uniquement au cirque. C'est la première partie de ce spectacle qui donne naissance aujourd'hui à "Magnétic".

"M'inspirer de "Hic", avec 4 femmes au plateau, est plus qu'une remontée dans le temps, c'est aussi un acte de création qui convoque magie et pratique jonglistique pointue dans leur brutalité d'exécution, sans trucage ni décor comme il y a vingt ans, mais avec des signes de notre contemporanéité. Visions nées de la cinétique, et une magie d'autant plus poétique qu'elle est dévoilée. D'autres objets comme les plaques de polystyrène, petites et grandes, qui n'existaient pas dans la production d'origine, sont également apparus." Jérôme Thomas.

Le résultat est magique, magnétique, poétique… Faisant jaillir un graphisme et une esthétique à la géométrie inspirée du mouvement artistique prodigué par l'école (d'art, de design et d'architecture) du Bauhaus et des chorégraphies d'Oskar Schlemmer*, plasticien, chorégraphe et professeur, qui fut l'une des plus fortes personnalités de la "maison" de Weimar.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Au début est le sombre, distinguant à peine les silhouettes. Avec une présence musicale déjà effective, prégnante L'univers musical de Wilfried Wendling fait penser à des improvisations, terreau fertile de la musique contemporaine, avec une intensité sonore donnant le rythme pour un départ gestuel sur le corps seul puis le corps en intimité avec une boule blanche, passages en roulement sur l'épiderme.

Puis des boules au bout de perches, en cadence de balancier. Pleine de grâce, d'élégance et de fluidité dans les mouvements des quatre artistes insufflant cette vie singulière aux objets. Telles des sphères dans l'univers. La musique, les sons aussi ont une dimension galactique, comme venus du fin fond de l'univers… Dans une diffusion presque hypnotique. Boules lumineuses, vibrantes comme une corolle florale sous une brise légère, de la poésie pure. Sensations organiques et universelles. Les figures exécutées et les chorégraphies sont sublimes. Les tableaux, parfois figés quelques secondes, sont aériens, prenant la forme de volutes éphémères.

Irréels, furtifs comme des corps florescents se mouvant dans un espace survitaminé. Puis, comme en opposition, des sons tonitruants surgissent, éventuelle expression d'un orage apocalyptique, annonçant un incroyable et spectaculaire ballet de boules associées à mi-longueur à des élastiques à l'impressionnante tonicité, nous faisant passer de la suggestion planétaire au microcosmos de l'atome et ses frénésies magnétiques.

Les effets sont "renversants", bluffants, écrivant un alphabet géométrique et symbolique fluide, aux formes visuelles magiques, surnaturelles, créant un nouveau et merveilleux art cinétique usant avec virtuosité de variations dessinées par quatre artistes à la féminine et délicate habilité. À l'unisson, en duo/duel, en cascades successives, les mouvements, des cannes, des élastiques et des boules blanches judicieusement éclairées - semblant émettre de l'intérieur -, initient des trompe-l'œil oniriques, aux extraordinaires amplitudes graphiques.

Non présent originellement dans "Hic hoc", frôlant la suspension vaporeuse et quasi diaphane, un numéro avec des plaques de polystyrène, petites puis grandes offrent une dernière impression irréelle de ce spectacle virtuose et empreint d'une subtile féminité, complété par une apothéose en pluie de feuilles de papier papillonnant… fin d'une histoire qui aurait pu, voulu s'écrire mais qui garde la fugace et légère liberté de l'air.

* L'artiste et chorégraphe allemand Oskar Schlemmer (1888-1943) travailla à révolutionner l’art de la danse et de la performance au sein du Bauhaus notamment.

"Magnétic"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Une création de Jérôme Thomas.
Avec : Audrey Decaillon, Chloé Mazet, Nicoletta Battaglia, Gaëlle Cathelineau ou Ria Rehfuss.
Musique et vidéo : Wilfried Wendling en collaboration avec Grégory Joubert.
Création lumière : Bernard Revel assisté de Dominique Mercier-Balaz.
Création accessoires et costumes : Emmanuelle Grobet.
Production ARMO - Cie Jérôme Thomas.
Durée : 1 h.

Du 8 au 18 mars 2018.
Du jeudi au samedi à 21 h, dimanche à 17 h.
Dans le cadre du Festival des(illusions) au Monfort Théâtre, Grande Salle, Paris 15e, 01 56 08 33 88.
>> lemonfort.fr

Tournée

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
13 avril 2018 : Théâtre Le Rive Gauche, dans le cadre du Festival Spring (nouvelles formes de cirque en Normandie), Saint-Étienne-du-Rouvray (76).
4 mai 2018 : Fontenay-en-Scènes, Fontenay-sous-Bois (94).
28 septembre 2018 : Les Passerelles - Scène de Paris, Pontault-Combault (77).
18 et 19 novembre 2018 : Théâtre de l'Archipel - Scène nationale, Perpignan (66).
27 et 28 novembre 2018 : L'Hexagone - scène nationale, Meylan (38).
14 décembre 2018 : Théâtre de Beaune (21).
9 février 2019 : Festival les Élancées - Scènes et Cinés/Archaos, Pôle National Cirque Méditerranée, Fos-sur-Mer (13).
13 février 2019 : Centre Culturel Jean Gagnant (co-accueil Le Sirque, Pôle National Cirque Nexon Nouvelle-Aquitaine), Limoges (87).
22 mars 2019 : Espace des Arts - scène nationale, Chalon-sur-Saône (71).
2 avril 2019 : Le Théâtre - scène nationale, Saint-Nazaire (44).
10 avril 2019 : Espace Lino Ventura (co-accueil Festival Rencontre des Jonglages, Maison des Jonglages, scène conventionnée) Garges-lès-Gonesse (95).

Gil Chauveau
Dimanche 11 Mars 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018