La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Le délicat magnétisme de Jérôme Thomas et de ses jongleuses à l'aérienne virtuosité

"Magnétic", en tournée 2018/2019

Depuis qu'il est reconnu comme l'un des meilleurs jongleurs du monde, Jérôme Thomas peut tout oser, pour lui comme pour les autres. Et son dernier spectacle est à l'image de ce qu'il est devenu… un créateur poète et virtuose doublé d'un découvreur de talents, comme le prouve une nouvelle fois "Magnétic".



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Comme beaucoup de ses créations, "Hic Hoc" (1995), pièce emblématique, partition pour quatre jongleurs, avait renouvelé le genre en proposant une approche innovante de l'art du jonglage, ce dernier ayant déjà à plusieurs reprises été extrait des performances appartenant, pendant longtemps, uniquement au cirque. C'est la première partie de ce spectacle qui donne naissance aujourd'hui à "Magnétic".

"M'inspirer de "Hic", avec 4 femmes au plateau, est plus qu'une remontée dans le temps, c'est aussi un acte de création qui convoque magie et pratique jonglistique pointue dans leur brutalité d'exécution, sans trucage ni décor comme il y a vingt ans, mais avec des signes de notre contemporanéité. Visions nées de la cinétique, et une magie d'autant plus poétique qu'elle est dévoilée. D'autres objets comme les plaques de polystyrène, petites et grandes, qui n'existaient pas dans la production d'origine, sont également apparus." Jérôme Thomas.

Le résultat est magique, magnétique, poétique… Faisant jaillir un graphisme et une esthétique à la géométrie inspirée du mouvement artistique prodigué par l'école (d'art, de design et d'architecture) du Bauhaus et des chorégraphies d'Oskar Schlemmer*, plasticien, chorégraphe et professeur, qui fut l'une des plus fortes personnalités de la "maison" de Weimar.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Au début est le sombre, distinguant à peine les silhouettes. Avec une présence musicale déjà effective, prégnante L'univers musical de Wilfried Wendling fait penser à des improvisations, terreau fertile de la musique contemporaine, avec une intensité sonore donnant le rythme pour un départ gestuel sur le corps seul puis le corps en intimité avec une boule blanche, passages en roulement sur l'épiderme.

Puis des boules au bout de perches, en cadence de balancier. Pleine de grâce, d'élégance et de fluidité dans les mouvements des quatre artistes insufflant cette vie singulière aux objets. Telles des sphères dans l'univers. La musique, les sons aussi ont une dimension galactique, comme venus du fin fond de l'univers… Dans une diffusion presque hypnotique. Boules lumineuses, vibrantes comme une corolle florale sous une brise légère, de la poésie pure. Sensations organiques et universelles. Les figures exécutées et les chorégraphies sont sublimes. Les tableaux, parfois figés quelques secondes, sont aériens, prenant la forme de volutes éphémères.

Irréels, furtifs comme des corps florescents se mouvant dans un espace survitaminé. Puis, comme en opposition, des sons tonitruants surgissent, éventuelle expression d'un orage apocalyptique, annonçant un incroyable et spectaculaire ballet de boules associées à mi-longueur à des élastiques à l'impressionnante tonicité, nous faisant passer de la suggestion planétaire au microcosmos de l'atome et ses frénésies magnétiques.

Les effets sont "renversants", bluffants, écrivant un alphabet géométrique et symbolique fluide, aux formes visuelles magiques, surnaturelles, créant un nouveau et merveilleux art cinétique usant avec virtuosité de variations dessinées par quatre artistes à la féminine et délicate habilité. À l'unisson, en duo/duel, en cascades successives, les mouvements, des cannes, des élastiques et des boules blanches judicieusement éclairées - semblant émettre de l'intérieur -, initient des trompe-l'œil oniriques, aux extraordinaires amplitudes graphiques.

Non présent originellement dans "Hic hoc", frôlant la suspension vaporeuse et quasi diaphane, un numéro avec des plaques de polystyrène, petites puis grandes offrent une dernière impression irréelle de ce spectacle virtuose et empreint d'une subtile féminité, complété par une apothéose en pluie de feuilles de papier papillonnant… fin d'une histoire qui aurait pu, voulu s'écrire mais qui garde la fugace et légère liberté de l'air.

* L'artiste et chorégraphe allemand Oskar Schlemmer (1888-1943) travailla à révolutionner l’art de la danse et de la performance au sein du Bauhaus notamment.

"Magnétic"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Une création de Jérôme Thomas.
Avec : Audrey Decaillon, Chloé Mazet, Nicoletta Battaglia, Gaëlle Cathelineau ou Ria Rehfuss.
Musique et vidéo : Wilfried Wendling en collaboration avec Grégory Joubert.
Création lumière : Bernard Revel assisté de Dominique Mercier-Balaz.
Création accessoires et costumes : Emmanuelle Grobet.
Production ARMO - Cie Jérôme Thomas.
Durée : 1 h.

Du 8 au 18 mars 2018.
Du jeudi au samedi à 21 h, dimanche à 17 h.
Dans le cadre du Festival des(illusions) au Monfort Théâtre, Grande Salle, Paris 15e, 01 56 08 33 88.
>> lemonfort.fr

Tournée

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
13 avril 2018 : Théâtre Le Rive Gauche, dans le cadre du Festival Spring (nouvelles formes de cirque en Normandie), Saint-Étienne-du-Rouvray (76).
4 mai 2018 : Fontenay-en-Scènes, Fontenay-sous-Bois (94).
28 septembre 2018 : Les Passerelles - Scène de Paris, Pontault-Combault (77).
18 et 19 novembre 2018 : Théâtre de l'Archipel - Scène nationale, Perpignan (66).
27 et 28 novembre 2018 : L'Hexagone - scène nationale, Meylan (38).
14 décembre 2018 : Théâtre de Beaune (21).
9 février 2019 : Festival les Élancées - Scènes et Cinés/Archaos, Pôle National Cirque Méditerranée, Fos-sur-Mer (13).
13 février 2019 : Centre Culturel Jean Gagnant (co-accueil Le Sirque, Pôle National Cirque Nexon Nouvelle-Aquitaine), Limoges (87).
22 mars 2019 : Espace des Arts - scène nationale, Chalon-sur-Saône (71).
2 avril 2019 : Le Théâtre - scène nationale, Saint-Nazaire (44).
10 avril 2019 : Espace Lino Ventura (co-accueil Festival Rencontre des Jonglages, Maison des Jonglages, scène conventionnée) Garges-lès-Gonesse (95).

Gil Chauveau
Dimanche 11 Mars 2018

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…

La chronique d'Isa-belle L

Reprise ! "Un commerce d’hommes ! Grand Dieu ! Et la nature ne frémit pas ? S’ils sont des animaux, ne le sommes-nous pas comme eux ?" Olympe de Gouges. Réflexions sur les hommes nègres, 1788 (France).
"Des commerces ouverts le dimanche et les hommes laissent faire cela ? Gagner plus en travaillant le dimanche… le plus simple ne serait-il pas d’augmenter le Smic ?" Isabelle Lauriou. Réflexions sur les salaires, 2012 (France).

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…
J’ai pris du retard Olympe. J’ai troqué ta plume contre un clavier et me suis endormie sur ta biographie. Tel est le monde d’aujourd’hui. Tout ce que tu veux savoir sur quelqu’un, tu le trouves en deux temps trois mouvements. J’ai tapé sur mon "ordi" : "Olympe de Gouges", après avoir applaudi la prestation d’une troupe aux multiples talents et, "portée par ta fougue, je me suis emportée au loin mais le son de ta voix m’est revenu ce matin car cette chronique, je te la dois bien".

Olympe de Gouges n’a pas manqué d’enthousiasme. Je lui ressemble un peu. En revanche, je préférerais ne pas finir comme elle. Bien qu’encore à notre époque, tout ne soit pas simple pour les langues bien "pendues". Les femmes préférant ouvrir leurs bouches que dégrafer leurs soutiens gorges sont rangées illico dans la catégorie "caractérielles" ou deviennent : "black listées" - nouvelle expression de l’année. Très en vogue dans le milieu du spectacle.

Olympe, je ne suis pas certaine que ce monde d’aujourd’hui, "moderne" comme on dit, te plairait tant que cela si tu y trainais ta robe en taffetas. L’électricité a remplacé les chandelles, le clavier : la plume et les encriers, la langue française s’anglicise à la moindre contrariété, les laissés pour compte se comptent par millions, l’égalité homme femme n’a guère progressé et pourtant, en matière d’égalité, tu n’as pas lésiné avec ta déclaration des "droits de la femme et de la citoyenne". (1791)

Isabelle Lauriou
05/09/2018
Spectacle à la Une

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018

Depuis la fin août et jusqu'en octobre, le Festival 2018 de Royaumont nous invite à partager moments forts et riches émotions avec 40 concerts et spectacles dans le superbe cadre de l'abbaye royale et de ses jardins, au cœur du Parc naturel régional de l'Oise.

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018
Avec ses bâtiments restaurés et les trois jardins ornant son sublime parc, l'abbaye cistercienne de Royaumont, édifiée au XIIIe siècle par le futur Saint-Louis et sa mère Blanche de Castille, est un des sites les plus exceptionnels d'Île-de-France. Lieu remarquable par sa beauté, Royaumont abrite un festival renommé dont la 74e édition offre un riche parcours du Moyen-Âge à la création contemporaine. Après deux week-ends dédiés aux "Artistes au jardin" et aux "Entre-Actes/Chorégraphiques opus 2", l'accent sera mis les 8 et 9 septembre sur les "Voix nouvelles" que portent les compositeurs d'aujourd'hui, issus de tous les continents.

Le public est invité à une académie (où se presseront compositeurs et interprètes) avec les Ensembles Exaudi et Meitar dirigés par James Weeks (15 h 30, Salle des Charpente, entrée libre sur réservation), un concert "Vertiges" mettant à l'honneur Philippe Leroux, Mauro Lanza ou Philippe Hurel et la création mondiale d'une pièce de Hakki Cengiz Eren par l'Ensemble Meitar dirigé par Pierre-André Valade (20 h 45). Sans oublier le compositeur Francesco Filidei à l'orgue pour un concert "Orgue & Toys" dans le Réfectoire des Moines (17 h 45).

Christine Ducq
04/09/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018