La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Le Trio Zadig nous entraîne au fil des "Saisons"

En décembre est paru en format digital un nouvel enregistrement des "Saisons" de Tchaïkovsky par le Trio Zadig dans la transcription d'Alexandre Goedicke. Il faut absolument découvrir cette belle version qui exalte une œuvre tout sauf mineure, rythmée par des poèmes russes lus par Stéphane Varupenne.



© Bernard Martinez.
© Bernard Martinez.
Piotr Illitch Tchaïkovsky compose "Les Saisons", douze courtes pièces pour piano illustrant chaque mois de l'année, pour répondre à une commande d'un magazine musical de St-Petersbourg. Initiées en novembre 1875 et terminées en mai 1876, ces miniatures illustrent les émotions, états d'âmes et activités d'une année tantôt vécue à la ville ("Février - Le Carnaval", "Décembre - Noël"), tantôt à la campagne ("Mars - Chant de l'Alouette", "Juillet - Chant du Faucheur") en modes mineur ou majeur.

À l'aune du Romantisme musical, ces douze courtes partitions sont bien faites pour exprimer le temps qui passe, des moments de quiétude "Au coin du feu" ("Janvier"), aux emballements du cœur des "Nuits de Mai", de la mélancolie intense de la fin de l'été ("Octobre - Chant d'automne") à la sensibilité toute élégiaque des longues soirées de juin (célébrissime " Barcarolle"). La forme brève excelle aussi à rendre compte du geste auguste du "Faucheur" ("Juillet"), de ceux des paysans pour "La Moisson", des mouvements de "La Troïka" lors d'une promenade ("Novembre") ou des voltes de l'élégante valse de salon à "Noël".

© Bernard Martinez.
© Bernard Martinez.
Le Trio Zadig, réussissant à démontrer qu'il s'agit là d'une œuvre de grande importance (à rebours d'une certaine doxa), a choisi la transcription pour violon, violoncelle et piano du compositeur russe Alexandre Goedicke (1877-1957). Un magnifique travail qui met en lumière selon ces adeptes du héros voltairien "les aspects cachés, inattendus" de pièces le plus souvent contrapuntiques (qui appelaient donc l'extériorisation de ces trois voix), tout en donnant une belle ampleur au cycle.

Le chant du violon de Boris Borgolotto, la voix grave du violoncelle de Marc Girard-Garcia et l'éloquent piano de Ian Barber s'enlacent, s'épousent, se répondent en un dialogue plein de verve, parfois en une conversation où l'on s'écoute, voire où l'on se fait écho. Trois voix apportant, à chacune de leurs interventions nourrissant le discours, une égale et déterminante science du lyrisme romantique chambriste.

Les trois complices ont par ailleurs voulu accentuer le caractère poétique de ces "Saisons" et créer un livre musical en confiant à Stéphane Varupenne, sociétaire de la Comédie-Française (et musicien à ses heures), le soin de lire des extraits de poèmes russes (de Pouchkine, Maïkov, Pletcheiev ou Nekrassov, entre autres) évoquant ces mêmes mois de l'année. Une union de la musique de chambre et de la poésie qui se révèle ici des plus heureuses.

● Trio Zadig - Stéphane Varupenne "Tchaïkovsky - Les Saisons, Live in Paris".
Label : Fuga Libera.
Distribution : Outhere Music.
Format digital disponible depuis décembre 2020.

>> triozadig.com

Christine Ducq
Jeudi 18 Février 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022