Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Concert de la Loge en forme Olympique

Le 7 octobre dernier, l'ensemble emmené par le violoniste Julien Chauvin et la soprano Sandrine Piau formaient une équipe idéale à l'Auditorium du Louvre. Retour sur un beau concert disponible en replay gratuit sur la chaîne Medici, avant le retour de Julien Chauvin avec le Quatuor Cambini le 18 novembre sur cette même scène.



© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
On se souvient sans doute des démêlés stupides imposés par le Comité national olympique sportif français au jeune ensemble Le Concert de la Loge, fondé en 2015 par le jeune violoniste Julien Chauvin. Ensemble qui devait donc s'intituler "Concert de la Loge Olympique", en référence à la société de concerts très active à Paris au XVIIIe siècle et dirigée alors par des personnalités tels le peintre Hubert Robert, et des compositeurs comme Philidor ou Cambini. Contraint de retirer l'adjectif final, que l'ignare CIO lui disputait, l'ensemble n'a heureusement pas pâti de cette mesquine querelle. Son succès, amplement mérité par l'ambition comme l'originalité de ses choix esthétiques et par son grand talent, est aujourd'hui patent.

Reprenant l'essentiel des compositeurs de leur premier enregistrement avec Sandrine Piau*, le concert du sept octobre adoptait un nouveau programme. Sur le modèle de leurs glorieux confrères du Siècle des Lumières, commanditaires des symphonies parisiennes de Joseph Haydn, l'orchestre choisit un format de concert assez court (une heure) s'ouvrant et se clôturant sur la fameuse Symphonie n° 83, dite "La Poule" du compositeur autrichien, grand ami de Mozart.

© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
Une brillante symphonie spirituelle, d'une grande liberté créative, tour à tour sombrement lyrique (comme préfigurant en 1785 les orages du "Sturm und Drang") et dansante. Le violon de Julien Chauvin donnait le ton de la soirée, caracolant et emportant tout sur son passage, musiciens et public. Tout au long de la soirée, c'est la fraternelle ferveur des pupitres de la formation, leur facilité à faire corps qui faisaient plaisir à voir et à entendre.

La soprano Sandrine Piau fit deux apparitions remarquées, encadrant la quatrième symphonie d'un compositeur aujourd'hui oublié et pourtant renommé au XVIIIe siècle, Marie-Alexandre Guénin. Une symphonie au style personnel et aux trois mouvements parfois convenus mais souvent gracieux, que ce violoniste du Concert de la Loge Olympique et de l'Opéra donna lors de la réception en maçonnerie de Voltaire en 1778.

Dans un lamento extrait de la "Didone abbandonta" de Giuseppe Sarti composée en 1762, la soprano française, orfèvre du phrasé et passionnellement très engagée, soulevait l'enthousiasme du public. Désespoir, regret, passion mal éteinte, l'incroyable palette des plus belles nuances du sentiment se libérait avec une science charmante, jusqu'au dialogue étonnant avec les excellents hautbois d'Emma Black et basson de David Douçot.

© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
La pure virtuosité de son "Semplicetto, ancor non sai", un air extrait de "L'Endemione" du fils de Jean-Sébastien, Jean-Chrétien Bach, ne le cédait en rien au feu de la chanteuse. Aigus resplendissants, timbre sensuel, décidément Sandrine Piau est bien une de nos meilleures artistes. Sa Suzanne ensorceleuse des "Noces de Figaro" ("Deh, vieni, non tardar, O gioia bella") offerte en rappel à la fin du concert ne pouvait que le confirmer.

*Le Concert de la Loge a entamé avec ce premier CD, paru en septembre, une intégrale des symphonies parisiennes de J. Haydn. Le concert du 7 octobre, enregistré par le label Aparté, en constituera le volume suivant.

Concert diffusé gratuitement sur le site Medici.tv jusqu'au 7 décembre 2016.

Julien Chauvin et le Quatuor Cambrini à l'Auditorium du Louvre le 18 novembre 2016 à 20 h.
Programme : W. A. Mozart.

Christine Ducq
Vendredi 21 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021