Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Concert de la Loge en forme Olympique

Le 7 octobre dernier, l'ensemble emmené par le violoniste Julien Chauvin et la soprano Sandrine Piau formaient une équipe idéale à l'Auditorium du Louvre. Retour sur un beau concert disponible en replay gratuit sur la chaîne Medici, avant le retour de Julien Chauvin avec le Quatuor Cambini le 18 novembre sur cette même scène.



© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
On se souvient sans doute des démêlés stupides imposés par le Comité national olympique sportif français au jeune ensemble Le Concert de la Loge, fondé en 2015 par le jeune violoniste Julien Chauvin. Ensemble qui devait donc s'intituler "Concert de la Loge Olympique", en référence à la société de concerts très active à Paris au XVIIIe siècle et dirigée alors par des personnalités tels le peintre Hubert Robert, et des compositeurs comme Philidor ou Cambini. Contraint de retirer l'adjectif final, que l'ignare CIO lui disputait, l'ensemble n'a heureusement pas pâti de cette mesquine querelle. Son succès, amplement mérité par l'ambition comme l'originalité de ses choix esthétiques et par son grand talent, est aujourd'hui patent.

Reprenant l'essentiel des compositeurs de leur premier enregistrement avec Sandrine Piau*, le concert du sept octobre adoptait un nouveau programme. Sur le modèle de leurs glorieux confrères du Siècle des Lumières, commanditaires des symphonies parisiennes de Joseph Haydn, l'orchestre choisit un format de concert assez court (une heure) s'ouvrant et se clôturant sur la fameuse Symphonie n° 83, dite "La Poule" du compositeur autrichien, grand ami de Mozart.

© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
Une brillante symphonie spirituelle, d'une grande liberté créative, tour à tour sombrement lyrique (comme préfigurant en 1785 les orages du "Sturm und Drang") et dansante. Le violon de Julien Chauvin donnait le ton de la soirée, caracolant et emportant tout sur son passage, musiciens et public. Tout au long de la soirée, c'est la fraternelle ferveur des pupitres de la formation, leur facilité à faire corps qui faisaient plaisir à voir et à entendre.

La soprano Sandrine Piau fit deux apparitions remarquées, encadrant la quatrième symphonie d'un compositeur aujourd'hui oublié et pourtant renommé au XVIIIe siècle, Marie-Alexandre Guénin. Une symphonie au style personnel et aux trois mouvements parfois convenus mais souvent gracieux, que ce violoniste du Concert de la Loge Olympique et de l'Opéra donna lors de la réception en maçonnerie de Voltaire en 1778.

Dans un lamento extrait de la "Didone abbandonta" de Giuseppe Sarti composée en 1762, la soprano française, orfèvre du phrasé et passionnellement très engagée, soulevait l'enthousiasme du public. Désespoir, regret, passion mal éteinte, l'incroyable palette des plus belles nuances du sentiment se libérait avec une science charmante, jusqu'au dialogue étonnant avec les excellents hautbois d'Emma Black et basson de David Douçot.

© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
La pure virtuosité de son "Semplicetto, ancor non sai", un air extrait de "L'Endemione" du fils de Jean-Sébastien, Jean-Chrétien Bach, ne le cédait en rien au feu de la chanteuse. Aigus resplendissants, timbre sensuel, décidément Sandrine Piau est bien une de nos meilleures artistes. Sa Suzanne ensorceleuse des "Noces de Figaro" ("Deh, vieni, non tardar, O gioia bella") offerte en rappel à la fin du concert ne pouvait que le confirmer.

*Le Concert de la Loge a entamé avec ce premier CD, paru en septembre, une intégrale des symphonies parisiennes de J. Haydn. Le concert du 7 octobre, enregistré par le label Aparté, en constituera le volume suivant.

Concert diffusé gratuitement sur le site Medici.tv jusqu'au 7 décembre 2016.

Julien Chauvin et le Quatuor Cambrini à l'Auditorium du Louvre le 18 novembre 2016 à 20 h.
Programme : W. A. Mozart.

Christine Ducq
Vendredi 21 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020