La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Le Concert de la Loge en forme Olympique

Le 7 octobre dernier, l'ensemble emmené par le violoniste Julien Chauvin et la soprano Sandrine Piau formaient une équipe idéale à l'Auditorium du Louvre. Retour sur un beau concert disponible en replay gratuit sur la chaîne Medici, avant le retour de Julien Chauvin avec le Quatuor Cambini le 18 novembre sur cette même scène.



© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
On se souvient sans doute des démêlés stupides imposés par le Comité national olympique sportif français au jeune ensemble Le Concert de la Loge, fondé en 2015 par le jeune violoniste Julien Chauvin. Ensemble qui devait donc s'intituler "Concert de la Loge Olympique", en référence à la société de concerts très active à Paris au XVIIIe siècle et dirigée alors par des personnalités tels le peintre Hubert Robert, et des compositeurs comme Philidor ou Cambini. Contraint de retirer l'adjectif final, que l'ignare CIO lui disputait, l'ensemble n'a heureusement pas pâti de cette mesquine querelle. Son succès, amplement mérité par l'ambition comme l'originalité de ses choix esthétiques et par son grand talent, est aujourd'hui patent.

Reprenant l'essentiel des compositeurs de leur premier enregistrement avec Sandrine Piau*, le concert du sept octobre adoptait un nouveau programme. Sur le modèle de leurs glorieux confrères du Siècle des Lumières, commanditaires des symphonies parisiennes de Joseph Haydn, l'orchestre choisit un format de concert assez court (une heure) s'ouvrant et se clôturant sur la fameuse Symphonie n° 83, dite "La Poule" du compositeur autrichien, grand ami de Mozart.

© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
Une brillante symphonie spirituelle, d'une grande liberté créative, tour à tour sombrement lyrique (comme préfigurant en 1785 les orages du "Sturm und Drang") et dansante. Le violon de Julien Chauvin donnait le ton de la soirée, caracolant et emportant tout sur son passage, musiciens et public. Tout au long de la soirée, c'est la fraternelle ferveur des pupitres de la formation, leur facilité à faire corps qui faisaient plaisir à voir et à entendre.

La soprano Sandrine Piau fit deux apparitions remarquées, encadrant la quatrième symphonie d'un compositeur aujourd'hui oublié et pourtant renommé au XVIIIe siècle, Marie-Alexandre Guénin. Une symphonie au style personnel et aux trois mouvements parfois convenus mais souvent gracieux, que ce violoniste du Concert de la Loge Olympique et de l'Opéra donna lors de la réception en maçonnerie de Voltaire en 1778.

Dans un lamento extrait de la "Didone abbandonta" de Giuseppe Sarti composée en 1762, la soprano française, orfèvre du phrasé et passionnellement très engagée, soulevait l'enthousiasme du public. Désespoir, regret, passion mal éteinte, l'incroyable palette des plus belles nuances du sentiment se libérait avec une science charmante, jusqu'au dialogue étonnant avec les excellents hautbois d'Emma Black et basson de David Douçot.

© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
© Agathe Poupeney/PhotoScene.fr.
La pure virtuosité de son "Semplicetto, ancor non sai", un air extrait de "L'Endemione" du fils de Jean-Sébastien, Jean-Chrétien Bach, ne le cédait en rien au feu de la chanteuse. Aigus resplendissants, timbre sensuel, décidément Sandrine Piau est bien une de nos meilleures artistes. Sa Suzanne ensorceleuse des "Noces de Figaro" ("Deh, vieni, non tardar, O gioia bella") offerte en rappel à la fin du concert ne pouvait que le confirmer.

*Le Concert de la Loge a entamé avec ce premier CD, paru en septembre, une intégrale des symphonies parisiennes de J. Haydn. Le concert du 7 octobre, enregistré par le label Aparté, en constituera le volume suivant.

Concert diffusé gratuitement sur le site Medici.tv jusqu'au 7 décembre 2016.

Julien Chauvin et le Quatuor Cambrini à l'Auditorium du Louvre le 18 novembre 2016 à 20 h.
Programme : W. A. Mozart.

Christine Ducq
Vendredi 21 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020