La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Le Bleu du ciel", Prix Swiss Life à quatre mains de l'année

Pour sa quatrième édition, la Fondation Swiss Life pour la création artistique a décerné son prix (le Prix Swiss Life à quatre mains) au beau projet du photographe Édouard Taufenbach et du compositeur Régis Campo. De leur travail est issu un objet intrigant et stylé "Le Bleu du Ciel", un livre-cd dépliant les photographies et dessins de l'un en dialogue avec la musique de l'autre.



"Le Bleu du Ciel" - Partition & schéma de vol 2 © Édouard Taufenbach.
"Le Bleu du Ciel" - Partition & schéma de vol 2 © Édouard Taufenbach.
La Fondation soutient la création artistique depuis plus de dix ans. Depuis quatre ans, elle soutient également la création à quatre mains, celle d'un travail commun encourageant le décloisonnement des disciplines, ici photographie et composition. Destiné à révéler des talents, le prix récompense donc un projet de création croisée et originale. Les artistes ont carte blanche et la fondation leur donne les moyens financiers, le soutien artistique nécessaire à la réalisation de leur projet et leur donne une visibilité. En effet "l'objet" créé est exposé pendant une année dans divers lieux de premier plan, musées et galeries. L'appel national à candidature destiné à des binômes déjà constitués a été lancé pendant les Rencontres internationales d'Arles en 2019.

C'est le projet d'Édouard Taufenbach et de Régis Campo qui a été choisi par un jury aux compétences multiples. Qui n'a pas déjà été fasciné par le vol parfaitement coordonné d'une centaine d'oiseaux dans le ciel ? Au cœur de ce projet, c'est la fascination datant de l'enfance du photographe pour la migration des hirondelles, traversant la Méditerranée et le Sahara pour rejoindre l'Afrique, qui en est l'origine. Le jeune photographe trentenaire, qui a suivi des études de cinéma et d'art contemporain, et dont le travail est fortement influencé par le cinéma expérimental, est un habitué des collaborations fécondes - par exemple avec le réalisateur Sébastien Lifshitz. Très amateur du travail du compositeur Régis Campo depuis de nombreuses années, Édouard Taufenbach a naturellement fait appel à ce dernier en toute connaissance de cause.

"Le Bleu du Ciel" - In motion © Édouard Taufenbach.
"Le Bleu du Ciel" - In motion © Édouard Taufenbach.
Les deux artistes ont cherché dans ce beau livre-cd (qui se déplie en une fresque de photographies retravaillées sur plus de quatre mètres cinquante au recto et sur les partitions originales avec dessins au verso) à délivrer au regardeur toutes oreilles dehors une expérience synesthésique. Une sensation visuelle et auditive symbiotique qui donnerait à saisir le passage du temps, le développement du mouvement dans l'espace inspirés des ballets migratoires des hirondelles. À l'image comme dans la musique, il s'agit bien d'inventer une partition faite de ruptures, d'accélération et de dessiner des formes parlant du désir de liberté.

La musique itérative de Régis Campo (toujours joueur quoique membre de l'Académie des Beaux-arts) faite de répétitions de rythmes et de motifs, inspirée dans son énergie et sa pulsation par des compositeurs tels Steve Reich et Philippe Glass, dialogue avec la répétition d'images travaillées autant par recadrage que par traitement de différents bleus en variations du photographe. Les cinq parties d'une partition, créée au carrefour de la pop expérimentale psychédélique, du jazz parfois et d'une musique savante très excitante, présentent une texture à la fois simple et intense.

Les nappes sonores électroniques (boucles évanescentes ou plus affirmées) figurant les envolées et rondes des oiseaux se mêlent aux voix aériennes en un jeu sur le rythme, les timbres et les couleurs. Une ambiance sonore prenante qui rend aussi hommage au travail de Björk ("Àst") et à celui du maître disparu, Ennio Morricone ("Rondini, addio al maestro"). Les paroles chantées dans ces cinq "moments" ont d'ailleurs été écrites en anglais et en islandais par R. Campo.

"Le Bleu du Ciel" - Bruissement © Édouard Taufenbach.
"Le Bleu du Ciel" - Bruissement © Édouard Taufenbach.
L'instrumentarium imaginé par le compositeur, récemment plébiscité par le Prix Lycéen des Compositeurs, est des plus inventifs : outre les voix de la soprano Mylène Ballion, du baryton et contre-ténor Cyril Costanzo, le violon solo de Valentin Marinelli côtoie le toy piano et le moulin à musique de Yoko Yamada et les guitares et synthétiseurs d'Arthur Dairaine. Ce "Bleu du ciel" délivre décidément une vraie force hypnotique pour un voyage sans frontières.

● Édouard Taufenbach et Régis Campo "Le Bleu du ciel".
Chez Filigranes Éditions.
Format : 225 x 285. 50 pages.
Leporello 25 volets (5,37 m déplié).
Sortie : 15 octobre 2020.
ISBN : 978-2-35046-515-9.

Plusieurs expositions (toutes différentes) de ce travail sont prévues dès cette semaine :
Du 2 au 16 février 2021 : Galerie Thierry Bigaignon, 9 rue Charlot, Paris 3e.
Du 2 mars au 2 mai 2021 : Musée de la Piscine, Roubaix (59).
En juillet 2021 : Rencontres photographiques, Arles (13).
Du 9 au 30 septembre 2021 : Galerie Arrêts sur l'Image, Bordeaux (33).
En octobre 2021 : Musée du Jeu de Paume à Paris 8e.

Christine Ducq
Samedi 6 Février 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021