La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

La tendre virtuosité vocale d’Émilie Simon

Comment dire la douleur, le manque, le néant provoqué par la disparition de l'être aimé ? Beaucoup d'artistes ont tissé la toile, la partition d'une œuvre sur cette violence faite au cœur. Le chemin que nous fait parcourir Émilie Simon en 10 chansons fait partie de ces trajectoires particulières, parfois douloureuses, souvent chaleureuses... mais indéniablement organiques.



Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon, avec son nouvel album "Franky Knight" - dont le titre est la traduction anglaise du nom et prénom de son compagnon brutalement disparu -, réussit un nouvel opus plein de sensibilité, d'amour et d'une incroyable tendresse vocale. Ce CD est un écrin où elle dépose dix petites pépites vocales et musicales d'une remarquable qualité, doublé de ce don très particulier qu'elle a de toujours nous surprendre.

"Franky Knight" est également la BO du film "La Délicatesse" de Stéphane et David Foenkinos avec Audrey Tautou, François Damiens, Bruno Todeschini, Pio Marmaï, etc. (sortie le 21 décembre). Mais Émilie Simon avait déjà composé son album avant d’être contactée pour faire la BO du film. Ce que les réalisateurs ne savaient pas, c’est que l’histoire que raconte ses chansons sont proches de l’histoire du film : La disparition brutale de l’être aimé. En effet, Émilie a subi cette perte il y a deux ans et celle-ci a "nourri" la création de cet album.

Mix de paroles anglaises et françaises, Émilie démarre ce chemin semé de pépites parfois tristes, parfois joyeuses. Des percussions fines – le xylophone n'est pas loin -, étonnante mélopée rythmique, introduisent le 1er titre, "Mon chevalier". Cette frise percussive, petite boucle délicate, s'éteint doucement avant une complainte tendrement glissée vers des envolées orchestrales où les cuivres agissent comme un cri retenu pour dire l'essentiel du manque :
"... Au fond du ciel, je ne te vois pas, alors je prie,
Dieu me pardonne, sans croire en lui,
Je prie pour l'homme qui m'aimait tant,
que j'aimerai toute ma vie, mon chevalier..."
Tout la fine trame de l'album est, là, posée, délicatement dite.

Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Puis l'appel à l'amour ("I call love") qui suit nous entraîne dans la pop des sixties, marque de fabrique musicale de cet opus, Émilie Simon quittant, sans doute provisoirement, les compositions plus électro (voir album "The Big Machine"), mais lui permettant une grande variété d'orchestrations. Voix et chœur sucrés mais terriblement swinguant et envoûtant... On est prêt pour pousser nous aussi le cri de l'amour le soir au fond des bois ! "Holly Pool Of Memories", en anglais comme la chanson précédente, nous entraîne dans des souvenirs plus électriques mais dont la finesse orchestrale (cordes aériennes et piano tout en élégance) enrobe parfaitement une voix certes moins enfantine mais avec un crescendo dans les aigus du plus bel effet.

Avec "Something More", on retrouve cette facette vocale d’Émilie qui parfois la mène avec grâce dans un univers proche de celui de Kate Bush. Avec une intro très cuivrée et un piano subtilement présent sur cette balade riche en variations tonales, la voix s'envole sur des fréquences aériennes et gambade sur les nuages avec une facilité déconcertante. Comme toujours, ses choix instrumentaux habillent, avec une discrétion maîtrisée, sa voix et sont comme autant de pochettes surprises, pleines de petites trouvailles qui émerveille l'oreille, de la boîte à musique dans "Sous Les Étoiles" aux chimes, castagnettes et autres jam blocks blottis au creux de chaque composition.

La balade se poursuit avec "Bel Amour", deuxième ballade où Émilie pose, au creux de notre oreille, le murmure triste de son cœur, brodé sur le fil sobre du piano (magnifique !) et légèrement transparent de ses envolées vocales maîtrisées. La confidence est immédiatement relevée, histoire de ne pas se laisser envahir par des pensées bercées de tristesse, par le très électro pop "Franky's princess". Passage aux seventies/eighties pour swinguer rétro sur un dance floor... la richesse instrumentale et le talent en plus... Le "Tube" est prêt et les gambettes devraient se délier en live... Déconcertant mais malin... Une manière de trouver notre chanteuse espiègle là où on ne l'attendait pas forcément...

"Les Amants Du Même Jour", un instrumental construit de "Lego" sonores astucieusement assemblés, nous rappelle, si besoin était, le talent émérite de musicienne et de compositrice d’Émilie Simon. Suivi de "Walking With you" fait de la même étoffe que "Something More"... c'est à dire dans la même voie (voix) stellaire de liberté créatrice que Kate Bush ou Björk ; où les chœurs répondent sur une festive pop à sa voix de tête. Le chemin parcouru, une fois ramassées ces pépites sculptées avec délicatesse dans le cristal pur de son âme du moment, nous a dévoilé la constance d'une artiste traversant avec une légèreté parfois dense et sérieuse, parfois mutine et souriante, des thèmes ayant pour résonance le deuil, la mémoire (souvenirs), la reconstruction et l'amour. Ce dernier se trouve admirablement illustré avec "Jetaimejetaimejetaime" qui sont "les seuls mots qui me viennent", comme pour clore cette déclaration d'aimer... pour remplir l'absence, combler le vide, comme pour affirmer la conviction positive, optimiste que penser, nommer, dire... peut faire exister ce qui n'est plus. "Franky Knight" est un disque optimiste par ce qu'il nous dit de la force de l'amour et de vie... l’œuvre d'une artiste au seuil de l'excellence !

● CD Émilie Simon "Franky Knight". Sortie le 05/12/2011.
Label : Végétal/Barclay. Distribution : Universal Music France.

Gil Chauveau
Samedi 10 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022