La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

La tendre virtuosité vocale d’Émilie Simon

Comment dire la douleur, le manque, le néant provoqué par la disparition de l'être aimé ? Beaucoup d'artistes ont tissé la toile, la partition d'une œuvre sur cette violence faite au cœur. Le chemin que nous fait parcourir Émilie Simon en 10 chansons fait partie de ces trajectoires particulières, parfois douloureuses, souvent chaleureuses... mais indéniablement organiques.



Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon, avec son nouvel album "Franky Knight" - dont le titre est la traduction anglaise du nom et prénom de son compagnon brutalement disparu -, réussit un nouvel opus plein de sensibilité, d'amour et d'une incroyable tendresse vocale. Ce CD est un écrin où elle dépose dix petites pépites vocales et musicales d'une remarquable qualité, doublé de ce don très particulier qu'elle a de toujours nous surprendre.

"Franky Knight" est également la BO du film "La Délicatesse" de Stéphane et David Foenkinos avec Audrey Tautou, François Damiens, Bruno Todeschini, Pio Marmaï, etc. (sortie le 21 décembre). Mais Émilie Simon avait déjà composé son album avant d’être contactée pour faire la BO du film. Ce que les réalisateurs ne savaient pas, c’est que l’histoire que raconte ses chansons sont proches de l’histoire du film : La disparition brutale de l’être aimé. En effet, Émilie a subi cette perte il y a deux ans et celle-ci a "nourri" la création de cet album.

Mix de paroles anglaises et françaises, Émilie démarre ce chemin semé de pépites parfois tristes, parfois joyeuses. Des percussions fines – le xylophone n'est pas loin -, étonnante mélopée rythmique, introduisent le 1er titre, "Mon chevalier". Cette frise percussive, petite boucle délicate, s'éteint doucement avant une complainte tendrement glissée vers des envolées orchestrales où les cuivres agissent comme un cri retenu pour dire l'essentiel du manque :
"... Au fond du ciel, je ne te vois pas, alors je prie,
Dieu me pardonne, sans croire en lui,
Je prie pour l'homme qui m'aimait tant,
que j'aimerai toute ma vie, mon chevalier..."
Tout la fine trame de l'album est, là, posée, délicatement dite.

Puis l'appel à l'amour ("I call love") qui suit nous entraîne dans la pop des sixties, marque de fabrique musicale de cet opus, Émilie Simon quittant, sans doute provisoirement, les compositions plus électro (voir album "The Big Machine"), mais lui permettant une grande variété d'orchestrations. Voix et chœur sucrés mais terriblement swinguant et envoûtant... On est prêt pour pousser nous aussi le cri de l'amour le soir au fond des bois ! "Holly Pool Of Memories", en anglais comme la chanson précédente, nous entraîne dans des souvenirs plus électriques mais dont la finesse orchestrale (cordes aériennes et piano tout en élégance) enrobe parfaitement une voix certes moins enfantine mais avec un crescendo dans les aigus du plus bel effet.

Avec "Something More", on retrouve cette facette vocale d’Émilie qui parfois la mène avec grâce dans un univers proche de celui de Kate Bush. Avec une intro très cuivrée et un piano subtilement présent sur cette balade riche en variations tonales, la voix s'envole sur des fréquences aériennes et gambade sur les nuages avec une facilité déconcertante. Comme toujours, ses choix instrumentaux habillent, avec une discrétion maîtrisée, sa voix et sont comme autant de pochettes surprises, pleines de petites trouvailles qui émerveille l'oreille, de la boîte à musique dans "Sous Les Étoiles" aux chimes, castagnettes et autres jam blocks blottis au creux de chaque composition.

La balade se poursuit avec "Bel Amour", deuxième ballade où Émilie pose, au creux de notre oreille, le murmure triste de son cœur, brodé sur le fil sobre du piano (magnifique !) et légèrement transparent de ses envolées vocales maîtrisées. La confidence est immédiatement relevée, histoire de ne pas se laisser envahir par des pensées bercées de tristesse, par le très électro pop "Franky's princess". Passage aux seventies/eighties pour swinguer rétro sur un dance floor... la richesse instrumentale et le talent en plus... Le "Tube" est prêt et les gambettes devraient se délier en live... Déconcertant mais malin... Une manière de trouver notre chanteuse espiègle là où on ne l'attendait pas forcément...

"Les Amants Du Même Jour", un instrumental construit de "Lego" sonores astucieusement assemblés, nous rappelle, si besoin était, le talent émérite de musicienne et de compositrice d’Émilie Simon. Suivi de "Walking With you" fait de la même étoffe que "Something More"... c'est à dire dans la même voie (voix) stellaire de liberté créatrice que Kate Bush ou Björk ; où les chœurs répondent sur une festive pop à sa voix de tête. Le chemin parcouru, une fois ramassées ces pépites sculptées avec délicatesse dans le cristal pur de son âme du moment, nous a dévoilé la constance d'une artiste traversant avec une légèreté parfois dense et sérieuse, parfois mutine et souriante, des thèmes ayant pour résonance le deuil, la mémoire (souvenirs), la reconstruction et l'amour. Ce dernier se trouve admirablement illustré avec "Jetaimejetaimejetaime" qui sont "les seuls mots qui me viennent", comme pour clore cette déclaration d'aimer... pour remplir l'absence, combler le vide, comme pour affirmer la conviction positive, optimiste que penser, nommer, dire... peut faire exister ce qui n'est plus. "Franky Knight" est un disque optimiste par ce qu'il nous dit de la force de l'amour et de vie... l’œuvre d'une artiste au seuil de l'excellence !

● CD Émilie Simon "Franky Knight". Sortie le 05/12/2011.
Label : Végétal/Barclay. Distribution : Universal Music France.

Gil Chauveau
Samedi 10 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022