La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

La tendre virtuosité vocale d’Émilie Simon

Comment dire la douleur, le manque, le néant provoqué par la disparition de l'être aimé ? Beaucoup d'artistes ont tissé la toile, la partition d'une œuvre sur cette violence faite au cœur. Le chemin que nous fait parcourir Émilie Simon en 10 chansons fait partie de ces trajectoires particulières, parfois douloureuses, souvent chaleureuses... mais indéniablement organiques.



Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon, avec son nouvel album "Franky Knight" - dont le titre est la traduction anglaise du nom et prénom de son compagnon brutalement disparu -, réussit un nouvel opus plein de sensibilité, d'amour et d'une incroyable tendresse vocale. Ce CD est un écrin où elle dépose dix petites pépites vocales et musicales d'une remarquable qualité, doublé de ce don très particulier qu'elle a de toujours nous surprendre.

"Franky Knight" est également la BO du film "La Délicatesse" de Stéphane et David Foenkinos avec Audrey Tautou, François Damiens, Bruno Todeschini, Pio Marmaï, etc. (sortie le 21 décembre). Mais Émilie Simon avait déjà composé son album avant d’être contactée pour faire la BO du film. Ce que les réalisateurs ne savaient pas, c’est que l’histoire que raconte ses chansons sont proches de l’histoire du film : La disparition brutale de l’être aimé. En effet, Émilie a subi cette perte il y a deux ans et celle-ci a "nourri" la création de cet album.

Mix de paroles anglaises et françaises, Émilie démarre ce chemin semé de pépites parfois tristes, parfois joyeuses. Des percussions fines – le xylophone n'est pas loin -, étonnante mélopée rythmique, introduisent le 1er titre, "Mon chevalier". Cette frise percussive, petite boucle délicate, s'éteint doucement avant une complainte tendrement glissée vers des envolées orchestrales où les cuivres agissent comme un cri retenu pour dire l'essentiel du manque :
"... Au fond du ciel, je ne te vois pas, alors je prie,
Dieu me pardonne, sans croire en lui,
Je prie pour l'homme qui m'aimait tant,
que j'aimerai toute ma vie, mon chevalier..."
Tout la fine trame de l'album est, là, posée, délicatement dite.

Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Émilie Simon - "Franky Knight" © DR.
Puis l'appel à l'amour ("I call love") qui suit nous entraîne dans la pop des sixties, marque de fabrique musicale de cet opus, Émilie Simon quittant, sans doute provisoirement, les compositions plus électro (voir album "The Big Machine"), mais lui permettant une grande variété d'orchestrations. Voix et chœur sucrés mais terriblement swinguant et envoûtant... On est prêt pour pousser nous aussi le cri de l'amour le soir au fond des bois ! "Holly Pool Of Memories", en anglais comme la chanson précédente, nous entraîne dans des souvenirs plus électriques mais dont la finesse orchestrale (cordes aériennes et piano tout en élégance) enrobe parfaitement une voix certes moins enfantine mais avec un crescendo dans les aigus du plus bel effet.

Avec "Something More", on retrouve cette facette vocale d’Émilie qui parfois la mène avec grâce dans un univers proche de celui de Kate Bush. Avec une intro très cuivrée et un piano subtilement présent sur cette balade riche en variations tonales, la voix s'envole sur des fréquences aériennes et gambade sur les nuages avec une facilité déconcertante. Comme toujours, ses choix instrumentaux habillent, avec une discrétion maîtrisée, sa voix et sont comme autant de pochettes surprises, pleines de petites trouvailles qui émerveille l'oreille, de la boîte à musique dans "Sous Les Étoiles" aux chimes, castagnettes et autres jam blocks blottis au creux de chaque composition.

La balade se poursuit avec "Bel Amour", deuxième ballade où Émilie pose, au creux de notre oreille, le murmure triste de son cœur, brodé sur le fil sobre du piano (magnifique !) et légèrement transparent de ses envolées vocales maîtrisées. La confidence est immédiatement relevée, histoire de ne pas se laisser envahir par des pensées bercées de tristesse, par le très électro pop "Franky's princess". Passage aux seventies/eighties pour swinguer rétro sur un dance floor... la richesse instrumentale et le talent en plus... Le "Tube" est prêt et les gambettes devraient se délier en live... Déconcertant mais malin... Une manière de trouver notre chanteuse espiègle là où on ne l'attendait pas forcément...

"Les Amants Du Même Jour", un instrumental construit de "Lego" sonores astucieusement assemblés, nous rappelle, si besoin était, le talent émérite de musicienne et de compositrice d’Émilie Simon. Suivi de "Walking With you" fait de la même étoffe que "Something More"... c'est à dire dans la même voie (voix) stellaire de liberté créatrice que Kate Bush ou Björk ; où les chœurs répondent sur une festive pop à sa voix de tête. Le chemin parcouru, une fois ramassées ces pépites sculptées avec délicatesse dans le cristal pur de son âme du moment, nous a dévoilé la constance d'une artiste traversant avec une légèreté parfois dense et sérieuse, parfois mutine et souriante, des thèmes ayant pour résonance le deuil, la mémoire (souvenirs), la reconstruction et l'amour. Ce dernier se trouve admirablement illustré avec "Jetaimejetaimejetaime" qui sont "les seuls mots qui me viennent", comme pour clore cette déclaration d'aimer... pour remplir l'absence, combler le vide, comme pour affirmer la conviction positive, optimiste que penser, nommer, dire... peut faire exister ce qui n'est plus. "Franky Knight" est un disque optimiste par ce qu'il nous dit de la force de l'amour et de vie... l’œuvre d'une artiste au seuil de l'excellence !

● CD Émilie Simon "Franky Knight". Sortie le 05/12/2011.
Label : Végétal/Barclay. Distribution : Universal Music France.

Gil Chauveau
Samedi 10 Décembre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020