La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

La d[a]nsité poétique des chansons denses de Frédéric Pagès

Deux âmes, deux cœurs, entre France et Brésil, entre paroles et musiques, unis pour un même poétique et universel chant... Ce permanent voyage des mots et des maux de nos dérives, parfois joyeuses, parfois désespérantes, c'est celui de Frédéric Pagès... Et son neuvième album est à l'image de ce chanteur-voyageur qui use des rimes et des rythmes avec la virtuosité du jongleur de rêves... puisant l'énergie dans les éternels futurs récits de nos contemporains.



© DR.
© DR.
Avec la poésie comme exigence textuelle, l'ouverture aux musiques de monde pour tisser la trame de ses compositions - tantôt chatoyantes, tantôt sombres -, la complicité instrumentale comme credo et le partage/échange comme terrain d'aventures, Frédéric Pagès poursuit, depuis des années, un parcours artistique atypique, d'un continent à l'autre, au fil des rencontres, des fidèles collaborations, variant les pratiques artistiques... et développant l'originalité de ses créations.

Dans la multitude de ses aventures, on peut notamment retenir la création et l'animation, dans les années quatre-vingt-dix, de l'AGEM (Atelier Grenoble Espace Musical) ; ses nombreux concerts et créations (dans le cadre de l'Année de la France au Brésil) en Amazonie, à Diadema et à Porto Alegre ; son projet "Avec Nougaro" en cours d'élaboration, avec la complicité de Hélène Nougaro ; et ses différentes mises en musique de poèmes de Hugo, Rimbaud, Audiberti, Sulivan, Cendrars, Louÿs, Garcia Lorca, Guimarães Rosa, Césaire, Kerouac, etc.

Mais Frédéric Pagès est bien plus que tout cela. Artiste polymorphe, il enchaîne aussi les expériences d'écritures musicales (basées sur le terreau de ses fidèles collaborations, dont le percussionniste Xavier Desandre-Navarre) et poétiques - dont le projet "Manual de Literatura (En)cantada pour la ville de Diadema au Brésil. Son nouvel album, "Entre délices et terreur", est à l'image de cette ouverture et de cette insatiable curiosité.

Pochette réalisée par le peintre africain Freddy Mutumbo © DR.
Pochette réalisée par le peintre africain Freddy Mutumbo © DR.
Sur des textes de sa composition, il entame une nouvelle danse créatrice, appelant à de nouvelles pulsations instrumentales. Turbulences plus électriques, syncopes informatiques confrontées à des instrumentations plus classiques où cordes et cuivres imposent leur présence. Dans ce champ créateur fertile, on retrouve l'Alter Quintet et de fidèles compagnons dont Pascal Pallisco à l'accordéon et Xavier Desandre-Navarre aux percussions.

"Je suis dans la danse étrange" : Premier titre... Premiers coups d'archers (de l'Alter Quintet), immédiatement la voix se pose sur le fil de la contrebasse... et la danse des mots commence. Danse étrange qu'emmène Frédéric Pagès entre chant et récit, respiration presque incantatoire. Souffle qui se poursuit, sur des lignes féminines avec "Farouche". Notes jazzy posées sur le phrasé délicat, subtil de l'harmonica de Mauricio Einhorn et les envolées de Jesse Sadoc au flugelhorn (bugle).

Poétique écologique, contemporains et lucides vers tissés "Entre Sacre et massacre", entre Apollinaire et Éluard... désespérant retour de l'Enchanteur pourrissant sur la Terre... bleue comme une orange. Au-dessus de la ronde planète, jaillissant comme d’improbables pics tourmentés, "Les Paraboles de l'antenne". Mécaniques et informatiques syncopes cathodiques pour une diatribe en rimes sur fond de forêts paraboliques diffusant au quotidien son venin visuel hypnotique.

Souvenirs cahotants et bariolés de voyages, assis au fond d'un vieux bus brinquebalant... Musique enjouée pour laisser défiler les nostalgiques images qu'on n'aime pas... qu'on ne veut pas oublier... "Oh qu'un vieil autocar" est une fraîche balade/ballade qui nous rappelle que Frédéric Pagès s'est nourri tant d'ombres que de lumières... et qu'ici, la luminosité à de belles couleurs latines.

© DR.
© DR.
En toute logique, le titre suivant, "Allons voir le soleil" prolonge le voyage pour se laisser caresser par la chaleur humide sur les bords de l'Amazonie. Ambiance et formation brésilienne, enregistré à l'ombre du Corcovado de Rio de Janeiro. La minute qui suit est celle du "Bouffon"... de celui qui est prêt à baisser son pantalon pour une futile minute de gloire... à la télévision... Phrasé bref et doucement rageur dans l'ombre d'un maître parmi d'autres... Léo n'est pas loin !

Laissons maintenant un peu de mystère... Les quatre titres suivants sont propices à l'exploration... L'art du voyage étant l'art de la découverte, "Entre délices et terreur" se lit, s'écoute à cœur ouvert. L'aventure est intense, dense... et mène la danse sur les rayons lumineux d'une poésie, belle car intelligente, mais simple et fluide. De celle qui, entre clair et obscur, nous pousse à l'évasion, vers des horizons accueillants où nos errances s'effacent sur des rythmes jazzy-brésiliens...
À écouter d'urgence ou à voir en concert actuellement à Paris !

• Frédéric Pagès "Entre délices et terreur".
Sortie en mars 2012.
Label (et distribution) : Le Grand Babyl.
Pochette et livret réalisés par le peintre africain Freddy Mutumbo.

Frédéric Pagès en concert.
Accompagné de Xavier Desandre-Navarre (percussions), , Alfonso Pacin (guitare), Pascal Pallisco (accordéon) & Invités.
Du 1er au 23 juin et du 7 au 29 septembre 2012.
Vendredi et samedi à 19 h 30 (relâche exceptionnelle le 21 septembre).
Théâtre Les Déchargeurs, Paris 1er, 08 92 70 12 28.
>> lesdechargeurs.fr

Gil Chauveau
Mercredi 6 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019