La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"La Tentation des pieuvres", Sonate épicurienne pour un quatuor, un cuisinier et cent gastronomes

"La Tentation des pieuvres", Le Studio - Philharmonie de Paris

En une démarche singulière et pluridisciplinaire, la musicienne, performeuse et conceptrice de dispositifs scéniques et sonores originaux Maguelone Vidal nous propose un voyage inattendu au pays des sens où l'ouïe et l'odorat sont sollicités par les notes sonores et olfactives d'une gastronomique "sonate" nous amenant à un final gustatif des plus gourmands.



© Cyrille Guir.
© Cyrille Guir.
De la cuisine naissent les mets mais aussi le bruit, les sons, le rythme. D'actes laborieux, ouvriers, s'inventent d'autres, ignorés, artistiques, sous-jacents à des gestes mécaniques, répétitifs, réalisés dans une finalité culinaire.

Des épluchages, coupes et découpes initiaux vont s'exprimer les premières rythmiques sous l'impulsion des mains professionnelles de Claudius Tortorici, authentique cuisinier de son état... Et confectionneur d'un plat à la réalité gourmande, une succulente bourride de petites seiches*.

D'une précision métronomique, les gestes du spécialiste donnent la cadence. Celle-ci petit à petit incite les musiciens à entrer dans la danse l'un après l'autre. Violoncelle, saxophones, effets électroniques, batterie. Les sons s'associent, se confrontent, s'unissent. La partition est résolument contemporaine mais fait naître des lignes mélodiques surprenantes, harmonieuses, interpellant nos organes auditifs d'un plaisir inédit, inconnu, où se mêlent la vision organique de nos fondements et pratiques alimentaires, une musique aux énergiques fulgurances improvisées et des vocalises aériennes, voire cathartiques.

© Romuald Ducros.
© Romuald Ducros.
Au fil de l'élaboration de la recette aux accents méditerranéens s'assemblent et se désassemblent le "tac tac tac" du couteau éminçant les oignons, le souffle et les bulles aquatiques du sax soprano à demi immergé dans l'eau de la plonge, le "frappé glissé" de la découpe des poireaux sur la planche en bois, l'effervescence sonore de ceux-ci plongés dans le bouillon chaud, son amplifié par les parois métalliques de la casserole, les battements du fouet à l'intérieur d'un bol en inox…

Et étape par étape, suit la réalisation de l'aïoli au répertoire musical insoupçonné où le batteur électrique, donnant sa propre mesure, tout en croches et rythmes syncopés, vient s'ajouter à l'ensemble comme autant d'improvisations maîtrisées, dans une forme de transe festive et gourmande. Jusqu'au final composé en prélude d'une montée en puissance des percussions suivie d'une petite "cantate" pour clochettes, puis le chant des pommes de terre, des seiches et aïoli intiment mariés, validé par le "pop" d'ouverture des bouteilles de blanc bio... Ce soir-là, un "Miss Terre" Domaine La Sénéchalière (Marc Pesnot) 2017.

La proposition de Maguelone Vidal met en résonance, de manière poétique, décalée, différentes perceptions sensorielles, tout en faisant appel à une pratique primitive... la table ou plus exactement le rituel du repas. Ici, dans une disposition scénique - artistique et sociale - en forme d'étoiles à huit branches (huit tentacules ?), chacun voit ou est vu. Tous, musiciens, cuisinier et public sont dans une relation intime d'émetteurs à récepteurs sensibles.

© Romuald Ducros.
© Romuald Ducros.
Le spectateur est immergé, grâce aux odeurs, au système de diffusion octophonique des bruits et de la musique, à la proximité visuelle, "géographique, des actes commis, dans la création en temps réel ; baignant dans une grande intimité commune, non prévue - car beaucoup ne connaissant pas son voisin attablé et vice-versa -, mais dont la cérémonie est profondément inscrite dans notre ADN.

Le très méditerranéen cuisinier Claudius Tortorici ainsi que les quatre musiciens sont étonnants d'ouverture, de disponibilité et d'enthousiasme dans cette mise en correspondance pluridisciplinaire lumineuse et résolument singulière. Dans la deuxième partie dédiée à la dégustation, les artistes se mettant alors au service entament des conversations avec les convives avec, en fond sonore, une œuvre électroacoustique composée de paroles : celles du cuisinier, celle d’un vigneron, d’un sociologue, etc.

Créant une communion entre les arts premiers (musique, nourriture, oralité) et les individus, "La Tentation des pieuvres" renoue avec nos pratiques anciennes, archaïques, sans hiérarchie, où les échanges entre humains avaient une réelle naturalité. Dans cette production s'ajoute en complément une forme d'hospitalité (et de bienveillance) des autres… et du spectacle vivant, dans ce que nous souhaiterions qu'il ait d'universel… une capacité à nous faire évoluer.

Vu fin septembre au Théâtre d'Orléans - Scène nationale.

"La Tentation des pieuvres"

© Cyrille Guir.
© Cyrille Guir.
Conception, composition, saxophones, voix : Maguelone Vidal.
Regard extérieur : Émilie Rousset.
Cuisinier : Claudius Tortorici.
Machines et instruments électroniques : Christian Zanési.
Violoncelle, voix : Didier Petit.
Batterie, percussions, voix : Philippe Foch.
Ingénieur du son : Emmanuel Duchemin.
Scénographie : Emmanuelle Debeusscher.
Création lumiere : Laïs Foulc.
Régie générale et lumière : Maurice Fouilhé.
Régie plateau : Jean-Marie Deboffe.
Régie tournée : Margaux Decaudin.
Durée : 2 h, dégustation du plat comprise.
Jauge : cent personnes par représentation.
Production Intensités.

30 novembre & 1er décembre 2018 à 18 h 30.
Dans le cadre des Rencontres Internationales de Théâtre Musical
et du Festival Mesure pour Mesure.
Nouveau Théâtre de Montreuil - Centre Dramatique National, Salle Maria Casarès, Montreuil (93), 01 48 70 48 90 .
>> nouveau-theatre-montreuil.com

16 décembre 2018, 16 h et 21 h.
Le Studio, Philharmonie de Paris, Cité de la Musique, Paris 19e, 01 44 84 44 84.
>> philharmoniedeparis.fr

Tournée 2019.
18 janvier 2019 : Le Théâtre - Scène nationale, Mâcon (71).
À suivre…

Gil Chauveau
Vendredi 30 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023