La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

L'imaginaire au pouvoir dans un jeu de fausses pistes et une partition amoureuse des mots

"Tendresse à quai", Studio Hébertot, Paris

Cela commence souvent comme ça, une histoire, par une petite phrase jetée, maladroite, en l'air ou sur le papier. Une inconséquence, un aveu d'impuissance, une mégarde. Une idée qu'on se dit à soi-même, qui normalement traverse le présent pour s'enfoncer dans le passé et sur laquelle on s'arrête soudain et qui se met à divaguer une suite, un personnage, des événements, pour à la fin créer une pièce de théâtre légère comme un nuage de fumée.



© Léonard.
© Léonard.
"Je n'ai jamais réussi à commencer une histoire…", c'est ainsi, ou à peu près, que la pièce commence. Écrite comme un livre, elle a été précédée comme dans toute édition qui se respecte par une citation projetée sur le ciel tourmenté de la toile de fond : un extrait d'un poème de Mallarmé. Mais l'auteur, qui parle à travers la bouche du comédien, qui s'adresse directement au public (et qui est effectivement l'auteur de la pièce, Henri Courseaux), n'en est qu'à ses débuts de ses doutes d'écrivain. Car il va s'agir de cela durant toute la pièce : de l'écriture, de ses conséquences, de ses possibles et de ses difficultés.

Mais rien qui ressemble à une conférence ici, tranquillisez-vous. C'est l'imaginaire en marche que l'auteur a voulue montrer sur scène, l'invention d'une histoire, l'affabulation et, pour finir, la prise de pouvoir des inventions sur la vie réelle, des personnages imaginaires sur les existants.

© Léonard.
© Léonard.
Avec une dérision extrême et un plaisir du verbe sans retenue, Henri Courseaux a troussé là un texte très ingénieux, qui joue avec les vraisemblances mais parvient à nous faire vivre la rencontre entre ce vieil écrivain en perte de vitesse et une jeune femme, portrait de la femme active actuelle. Car le fond de ce conte étrange et assez merveilleux réside dans cette confrontation du grand âge à la jeunesse, d'un monde ancien à un monde nouveau : heurt des mœurs, des langages, des manières.

Il y a une jubilation énorme dans le jeu de l'auteur, un plaisir du mot, et un talent d'acteur qui provoquent rires et connivence, qui, par moments, devient également pur jeu de l'esprit, un peu gratuit. Face à lui, Marie Frémont incarne différents personnages mais essentiellement la jeune femme source d'une idylle impossible. Elle fait preuve, à mesure que l'histoire avance, d'une belle palette d'interprétation et tient tête sans aucun problème au charisme de son acolyte.

Tous deux parviennent à faire de cette pièce un moment de rire, de rire intelligemment, une fantaisie, légère, tendre et nostalgique.

"Tendresse à quai"

© Léonard.
© Léonard.
Texte : Henri Courseaux.
Mise en scène et scénographie : Stéphane Cottin.
Avec : Henri Courseaux et Marie Frémont.
Chorégraphies : Jean-Marc Hoolbecq.
Lumière : Marie-Hélène Pinon.
Son : Michel Winogradoff.
Costumes : Chouchane Abello Tcherpachian.
Production Léo Théâtre et Les Productions du Dauphin.
Durée : 1 h 40.

29 août au 18 novembre 2018.
Du mercredi au samedi à 21 h, dimanche à 14 h 30.
Studio Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com

Bruno Fougniès
Lundi 10 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019