La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Aquoiboniste" Une immersion transcendante dans le pouvoir de la vie après la mort

À la suite d'un choc tant physique qu'émotionnel provoqué par une crise de catalepsie, un homme n'arrive plus à être présent à sa propre vie. Il se réveille et entend sa jeune épouse vaquer autour de lui… Soudain, elle s'approche et le déclare mort ! Il va être enterré vivant, mais il continue à percevoir les voix et l'agitation qui l'entourent. Son corps est peut-être mort, mais sa tête, elle, est bien vivante. Est-ce vraiment la mort, ce vaste singulier état de torpeur, cette chair frappée d'immobilité tandis que l'intelligence fonctionne toujours ?



© Cédric Vasnier.
© Cédric Vasnier.
Redécouvrir l'univers de Zola par le biais de ce spectacle, dans la petite salle de la Scène Libre, boulevard de Strasbourg à Paris, a été pour nous un réel moment de bonheur, feutré et littéralement suspendu. Fort heureusement, les échos du spectacle de Chantal Ladsou au-dessus de nos têtes n'ont pas fait irruption jusqu'à nous ! Ni le tumulte du boulevard. Cela aurait été fort regrettable car "L'Aquoiboniste" nous plonge dans un véritable huis clos immersif et pour le moins bouleversant !

Qu'est-ce que cela changerait dans notre vie si nous étions déclarés mort, juste quelques heures ? Cette expérience étrange, Olivier Bécaille va la vivre en découvrant toutes les étapes qui lui permettront la disparition de ses peurs, son retour à la lumière, puis à la joie. Si cela pouvait s'avérer bien réel et cliniquement prouvé, en dehors de la simple littérature, nous pourrions être preneurs !

Dès les premiers instants de ce seul en scène admirablement interprété par Bertrand Skol, comédien élu, en 2022, meilleur premier rôle aux Cyrano, le spectateur est comme littéralement envahi par une ambiance indéfinissable. Mais, à vrai dire, est-ce vraiment un seul en scène, d'ailleurs, tant, tout au long du spectacle, le dialogue texte musique et les lumières sont soigneusement imaginés : création musicale d'Olivier Mellano et lumières de Johanna Legrand. La revisite de la nouvelle de Zola et le talent de Jean-Benoît Patricot, auteur de la pièce et metteur en scène, achève d'apporter à l'ensemble une virevoltante composition.

© Cédric Vasnier.
© Cédric Vasnier.
"Une chose étrange et merveilleuse m'est arrivée lorsque j'ai lu cette nouvelle, c'est que j'ai physiquement ressenti, de manière forte, une autre histoire. Tout autre (…). Se retrouver veuf, encore jeune, est une expérience que j'avais en commun avec Bertrand. Il a lu la nouvelle de Zola et a éprouvé le même ressenti que moi. À partir de là, j'ai voulu retranscrire dans ma libre adaptation ce cheminement vers un autre possible malgré la perte d'un être aimé", indique Jean-Benoît Patricot.

Et si, à bien y regarder, ce spectacle convoquait aussi, derrière les talents incontestables de Bertrand Skol dans le jeu et Jean-Benoît Particot à l'écriture et la mise en scène, le pouvoir de la création artistique !

Tous les arts ne contribuent-ils pas au plus grand de tous les arts : celui de vivre ?
Et il est bien question de vivre dans cette libre adaptation de Zola, quand bien même, c'est de la mort dont il est question. Mais quelle mort, à vrai dire ? Le comédien s'empare avec brio ce besoin de vivre, vivre, vivre et a pris, de toute évidence, à bras-le-corps l'interprétation fine et sensible qu'a faite dans son adaptation son metteur en scène.

"Retrouver la force et la lumière qui ont pu déserter la vie, continuer à vivre, à aimer et, surtout, parvenir à admettre l'impensable", Jean-Benoît Patricot.

Avant même que ne commence le spectacle, le visage grimaçant de Bertrand Skol et son immobilisme, "allongé" sur un grand lit blanc à la verticale nous interpelle. Puis, très vite, le récit prend forme, suscite en nous de fortes émotions et nous embarque dans de multiples évocations toutes plus saisissantes les unes que les autres. Le jeu de Bertrand Skol, qui virevolte sur le plateau autour d'une mise en scène minimaliste, mais largement suffisante, est exceptionnel de virtuosité. Son texte, maîtrisé de façon déroutante, est comme une logorrhée qui nous transporte au-delà de ce que pouvions imaginer de nos capacités émotives…

Un joyau de jeu et création théâtrale à ne rater sous aucun prétexte.
"À quoi bon", penserez-vous peut-être, d'aller assister à ce spectacle ? Courez-y pour y trouver votre propre réponse, à coup sûr.

"L'Aquoiboniste"

© Cédric Vasnier.
© Cédric Vasnier.
Texte : Jean-Benoît Patricot.
Librement inspiré de "La mort d’Olivier Bécaille" de Zola.
Mise en scène : Jean-Benoît Patricot.
Avec : Bertand Skol.
Musique originale : Olivier Mellano.
Lumières : Johanna Legrand.
Voix off : Salomé Villiers, Tessa Volkine et Olivier Pajot.
Spectacle déconseillé aux moins de 14 ans.
Durée : 1 h 10.

Du 1er février au 24 mars 2024.
Jeudi, vendredi et samedi à 21 h, dimanche à 19 h.
Théâtre La Scène Libre, Paris 10e, 01 42 38 97 14.
>> le-theatrelibre.fr

Brigitte Corrigou
Jeudi 8 Février 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024