La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Khojaly 613", une stèle musicale pour mémoire

Enregistrée en direct en septembre 2016 au Deux Mondes Festival de Mulhouse, la troisième version de l'opus 197 de Pierre Thilloy pour violon solo, clarinette et orchestre symphonique a été gravée dans un cd qui vient de paraître. D'une grande beauté, cette pièce crépusculaire traversée d'un souffle tragique entend jeter un linceul de notes sur les victimes civiles d'un massacre commis en 1992 et en commémorer la mémoire.



Conçue comme un triptyque dont les mouvements sont réunis par les principes de la citation, de la réminiscence et de l'anticipation, la troisième version de "Khojaly 613" (1), développée pour un orchestre symphonique, ouvre une faille temporelle tant dans sa conception qu'à l'écoute.

L'orchestre, le violon et la clarinette solos, trois entités évoquant les acteurs de la tragédie comme ses témoins ou l'auditeur moderne, luttent par contrastes marqués ou se rejoignent en de douloureux développements, qui suivent le déroulement du drame : s'y répondent la vue panoramique de l'événement et une méditation inquiète, envoûtante. De celle qu'appellent de tous temps les horreurs de la guerre. Une œuvre que Pierre Thilloy place sous les auspices de la paix, envers et contre toutes polémiques (2).

Du Largo funèbre du premier mouvement, avec l'entrée inquiète du violon hantée par le glas, les percussions menaçantes et les traits de l'orchestre plein de noirs pressentiments, au Largo doloroso de l’Épitaphe du troisième, noté "Quasi Hors-temps", l'œuvre déploie ses phrases lancinantes sourdant des profondeurs, ses pulsations angoissées comme ses variations contrapuntiques entre pupitres et solistes - des voix étouffées parfois jusqu'aux fortissimi cataclysmiques.

La voix fragile de la clarinette lutte contre les déferlements des cordes, tandis que le violon solo sombre et tourmenté peuple ce cauchemar de visions quasi fantastiques. Ce dernier semble brièvement s'échapper de cet étau dramatique dans sa partie solo (dans le Largo de la Cadenza) pour ré-exposer au final le motif initial - une formule mélodique qui reprend en notes l'anagramme du nom du village martyr "Khodaly".

À la fois marche militaire, plainte des civils fuyant sur fond de massacre et oraison funèbre, cette belle version (3) parfaitement restituée à l'enregistrement rend justice au grand talent de ses interprètes : Alain Toiron (clarinette solo de l'OSM), l'impressionnante Sabina Rakcheyeva (la violoniste créatrice en 2013 et dédicataire de l'œuvre) et l'Orchestre symphonique de Mulhouse à l'engagement total et inspiré sous la baguette de Fuad Ibrahimov, chef invité de la dernière édition du festival.

(1) 613, c'est le chiffre des victimes civiles d'un massacre commis à Khodaly, durant le conflit (1988-1994) entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, dans le Haut Karabagh. Zone qu'occupe illégalement l'Arménie depuis, malgré plusieurs résolutions de l'ONU.
(2) Des manifestations pro-arméniennes sont régulièrement organisées pour annuler ou gêner les concerts qui mettent cette œuvre à leur programme.
(3) "Khodaly 613" pour violon, clarinette (et parfois balaban) originalement écrite pour un orchestre de chambre, existe aussi dans une version avec quatuor à cordes.

● Pierre Thilloy (1970) "Khojaly 613".
Label : Xanadu.
Distribution : Hortus.
Durée : 30'10.
Sortie : février 2017.

Christine Ducq
Vendredi 10 Mars 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022