La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Khojaly 613", une stèle musicale pour mémoire

Enregistrée en direct en septembre 2016 au Deux Mondes Festival de Mulhouse, la troisième version de l'opus 197 de Pierre Thilloy pour violon solo, clarinette et orchestre symphonique a été gravée dans un cd qui vient de paraître. D'une grande beauté, cette pièce crépusculaire traversée d'un souffle tragique entend jeter un linceul de notes sur les victimes civiles d'un massacre commis en 1992 et en commémorer la mémoire.



Conçue comme un triptyque dont les mouvements sont réunis par les principes de la citation, de la réminiscence et de l'anticipation, la troisième version de "Khojaly 613" (1), développée pour un orchestre symphonique, ouvre une faille temporelle tant dans sa conception qu'à l'écoute.

L'orchestre, le violon et la clarinette solos, trois entités évoquant les acteurs de la tragédie comme ses témoins ou l'auditeur moderne, luttent par contrastes marqués ou se rejoignent en de douloureux développements, qui suivent le déroulement du drame : s'y répondent la vue panoramique de l'événement et une méditation inquiète, envoûtante. De celle qu'appellent de tous temps les horreurs de la guerre. Une œuvre que Pierre Thilloy place sous les auspices de la paix, envers et contre toutes polémiques (2).

Du Largo funèbre du premier mouvement, avec l'entrée inquiète du violon hantée par le glas, les percussions menaçantes et les traits de l'orchestre plein de noirs pressentiments, au Largo doloroso de l’Épitaphe du troisième, noté "Quasi Hors-temps", l'œuvre déploie ses phrases lancinantes sourdant des profondeurs, ses pulsations angoissées comme ses variations contrapuntiques entre pupitres et solistes - des voix étouffées parfois jusqu'aux fortissimi cataclysmiques.

La voix fragile de la clarinette lutte contre les déferlements des cordes, tandis que le violon solo sombre et tourmenté peuple ce cauchemar de visions quasi fantastiques. Ce dernier semble brièvement s'échapper de cet étau dramatique dans sa partie solo (dans le Largo de la Cadenza) pour ré-exposer au final le motif initial - une formule mélodique qui reprend en notes l'anagramme du nom du village martyr "Khodaly".

À la fois marche militaire, plainte des civils fuyant sur fond de massacre et oraison funèbre, cette belle version (3) parfaitement restituée à l'enregistrement rend justice au grand talent de ses interprètes : Alain Toiron (clarinette solo de l'OSM), l'impressionnante Sabina Rakcheyeva (la violoniste créatrice en 2013 et dédicataire de l'œuvre) et l'Orchestre symphonique de Mulhouse à l'engagement total et inspiré sous la baguette de Fuad Ibrahimov, chef invité de la dernière édition du festival.

(1) 613, c'est le chiffre des victimes civiles d'un massacre commis à Khodaly, durant le conflit (1988-1994) entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, dans le Haut Karabagh. Zone qu'occupe illégalement l'Arménie depuis, malgré plusieurs résolutions de l'ONU.
(2) Des manifestations pro-arméniennes sont régulièrement organisées pour annuler ou gêner les concerts qui mettent cette œuvre à leur programme.
(3) "Khodaly 613" pour violon, clarinette (et parfois balaban) originalement écrite pour un orchestre de chambre, existe aussi dans une version avec quatuor à cordes.

● Pierre Thilloy (1970) "Khojaly 613".
Label : Xanadu.
Distribution : Hortus.
Durée : 30'10.
Sortie : février 2017.

Christine Ducq
Vendredi 10 Mars 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022