La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Jonas Kaufmann, The Puccini Album

Après Wagner et Verdi, le ténor allemand dédie un album entier à Giacomo Puccini, le plus grand compositeur italien de la deuxième partie du XIXe siècle. Avec seize extraits enregistrés à Rome, choisis parmi onze opéras du Maître né à Lucques, l'un des meilleurs chanteurs de son époque ouvre, à quarante-six ans, un nouveau chapitre passionnant de sa carrière.



En Juin 2015 à La Scala de Milan © DR.
En Juin 2015 à La Scala de Milan © DR.
Jonas Kaufmann l'a dit et répété (1), il ne veut pas être catalogué dans un univers musical et le succès ne doit pas être une prison. Il ne sera pas Werther ou Don José de toute éternité et c'est une nouvelle facette de son talent (qu'il a immense) qu'il veut présenter à son public.

C'est dans cet esprit que sort l‘album Puccini, compositeur qu'il admire pour la richesse de son écriture vocale et orchestrale, sa modernité. Ainsi, loin de l'album des débuts de la gloire présentant un programme composite d'airs et de compositeurs (2) - dont il ne veut plus -, il s'agit comme pour les deux précédents CD (consacrés à Wagner et Verdi) de souligner continuité et évolution d'inspiration et de création dans l'œuvre d'une vie.

Comment se répondent et se développent idées et métier dans des opéras tous excellents, des débuts en 1884 avec "Le Villi" au dernier inachevé à la mort du compositeur en 1924 "Turandot" -, ce dernier au carrefour ambigu d'un art déjà ancien (celui du grand opéra) et d'une écriture harmonique parfois d'avant-garde, témoignant de sa connaissance de Wagner et de Schoenberg. Puccini était allé écouter le "Pierrot lunaire" de ce dernier pendant sa composition.

© DR.
© DR.
Le choix de présenter d'abord quatre airs de "Manon Lescaut" (1893) - qui se taille donc la part du lion dans le CD -, puis de chanter de un à deux extraits d'opéras chronologiquement présentés répond bien-sûr à ce vœu de révéler un cheminement. Les deux airs d'un opéra de 1910, qui connut longtemps un relatif purgatoire, "La Fanciulla del West", se retrouvent ainsi quasiment au milieu de l'album aux pistes dix et onze afin d'en mieux récapituler les richesses. Tel cet incroyable air d'adieu de l'acte III au moment où Dick Johnson va être pendu.

Le ténor, fameux pour sa voix au grain de ténèbres et son timbre incisif comme pour sa capacité formidable d'engagement dramatique, s'est donc tout naturellement coulé dans l'univers de Puccini, ce grand maître de l'expression lyrique. Il chante Mario Cavaradossi et Des Grieux sur scène depuis un moment. Mais des engagements futurs se dessinent ici : il sera le Calaf de "Turandot" dans quelques années (1). Ses qualités de phrasé, d'articulation et les prestiges de sa ligne de chant sont proverbiaux.

Mais la voix a naturellement évolué dans le bronze d'une bravoure à toute épreuve, d'une carnation plus héroïque, capable encore des ténuités magiques qu'on lui connaît déjà pour exprimer les abîmes de l'amour avec une parfaite intelligence du texte ("Ah ! Manon mi tradisce"), ses tourments (avec cette fort belle page de "Le Villi" et son douloureux "Torna ai felici di"), ses aveux (à Minnie dans "La Fanciulla") ; mais aussi la folie, la détermination casse-gueule dans l'Everest que constituent les deux grands airs de Calaf aux actes I et III - dont ce "Nessun dorma" (sous-titre du CD) -, magistraux tant techniquement qu'émotionnellement.

Le disque recèle d'autres trésors comme la superbe lamentation révoltée du déchargeur de "Il Tabarro" (1918 - un des opéras en un acte choisis ici, extraits du "Triptyque" avec "Gianni Schicchi") et ce "Recondita armonia" de l'acte I de "Tosca" (1900), véritable hommage autotélique aux "contrastes magnifiques" de la voix du ténor. Seule interrogation : pourquoi Jonas Kaufmann n'a-t-il pas gravé le sublime "E lucevan le stelle" de l'acte III de "Tosca" ?

Enregistré avec l'orchestre et le chœur de l'Accademia nazionale di Santa Cecilia sous la direction du complice de toujours (et chef principal de l'orchestre) Antonio Pappano - impeccable -, cet opus fiévreux et capiteux séduit, enchante, bouleverse. Du grand art.

Notes :
(1) Conférence de presse du 9/08/2015 aux Chorégies d'Orange.
(2) CD "Mozart, Schubert, Beethoven, Wagner" chez Decca.

● Jonas Kaufmann "Nessun dorma - The Puccini Album".
Jonas Kaufmann, ténor.
Antonio Pappano, direction.
Orchestre et Chœur de l'Accademia nazionale di Santa Cecilia.
Sortie : 11 septembre 2015.
Label et distribution : Sony Classical.

Récital Puccini le 29 octobre 2015.
Théâtre des Champs-Elysées, 01 49 52 50 50.
15, avenue Montaigne, Paris 8e.
>> theatrechampselysees.fr

Tournée, concerts, opéras :
>> jonaskaufmann.com

Christine Ducq
Mardi 15 Septembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019