La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Jérôme Pouly, comédien magnétique pour un George Dandin charismatique

"George Dandin", Comédie-Française, Paris

Jérôme Pouly, sociétaire de la Comédie-Française et acteur familier de nos écrans, incarne le rôle-titre de "George Dandin" de Molière dans la mise en scène d'Hervé Pierre depuis quelques mois. Avec encore deux dates en province, puis la reprise le 18 mai au Théâtre du Vieux Colombier, ce spectacle encensé par la critique est à voir absolument. Nous avons eu envie d'aller à la rencontre de ce comédien puissant et charismatique.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Grand, débonnaire et porteur d'une remarquable barbe rousse - c'est pour le rôle de "George Dandin" - Jérôme Pouly nous accueille avec la simplicité bienveillante et le panache d'un Aïrolo (1). Quand il entre dans un espace, il en modifie significativement les lignes et les équilibres. C'est ce qu'on appelle le charisme. Il nous invite à visiter les coulisses de la Comédie-Française avant l'interview. La troupe de la vénérable maison, vraie ruche bruissante (son emblème) pour les ultimes répétitions de "La Mer" d'Edward Bond, l'interpelle en tous lieux joyeusement - comédiens, techniciens et habilleuses. Un peu comme un roi, un peu comme un camarade - la devise de la Maison de Molière n'est-elle pas "Simul et singulis" (2) ?

C'est dans sa loge quelque peu spartiate mais très ensoleillée en cet après-midi de mars que nous échangeons à bâtons rompus sur sa carrière au Français et ailleurs, sur le fonctionnement de la troupe mythique. Et du choix de sa loge justement, calme et un peu excentrée à un étage haut de la maison, "Un endroit de travail, de concentration et de repos indispensable". Le comédien y prépare ses rôles, seulement bercé par les rires des enfants jouant au milieu des colonnes de Buren. Chaque Comédien Français joue en moyenne cinq à sept pièces par an (chiffre à diviser par quatre ailleurs), une soixantaine de pensionnaires et sociétaires se partageant rôles premiers ou secondaires à un rythme soutenu.

© Stéphane Lavoué/Collection Comédie-Française.
© Stéphane Lavoué/Collection Comédie-Française.
Christine Ducq - Comment fait-on en terme d'énergie quand on est un Comédien-Français ?

Jérôme Pouly - C'est un exercice formidable et une hygiène de vie. Nous savons que parfois, pendant trois mois, nous allons jouer deux spectacles, sans compter les répétitions. Il faut donc se ménager, aller prendre l'air. Parfois nous ne jouons qu'une pièce et c'est alors le moment de se ressourcer.

Depuis quand êtes-vous sociétaire ?

Jérôme Pouly - Je suis entré au Français comme pensionnaire en 1998 et j'ai été élu sociétaire (3) en 2004 sur proposition de la Société des Comédiens-Français - avec l'habituel contrat de cinq ans renouvelable. Ce qui permet de s'inscrire de façon durable dans l'institution.

Cela vous traverse-t-il l'esprit parfois de quitter cette belle maison ?

Jérôme Pouly - Oui, naturellement. Nous y pensons tous et c'est sain. Le principe, c'est que nous pouvons être remerciés ou nous pouvons vouloir partir. Je ne refuse pas cette possibilité, même si je me sens très bien ici pour le moment. D'autant plus que quitter la Comédie-Française, c'est renoncer à un environnement artistique très riche où nous n'avons qu'à nous préoccuper de nos rôles. Renoncer peut-être à jouer Shakespeare ou Molière et renoncer à travailler avec des metteurs en scène de la trempe d'un Anatoli Vassiliev ou d'un Jacques Lassalle - des monstres du théâtre - n'est pas évident. Un jour, j'aurais peut-être d'autres aspirations et j'irai vers d'autres formes de théâtre - même si la Comédie-Française est désormais ouverte à de nombreuses esthétiques très variées.

Comment êtes-vous choisi pour tel rôle et telle pièce ? Par exemple, pour "George Dandin" que vous jouez actuellement ?

Jérôme Pouly - J'avais déjà travaillé avec Hervé Pierre et nous nous étions découverts. Quand il a lu "George Dandin", il s'est complètement retrouvé dans son personnage principal, du fait de ses origines et de son parcours. Il ne voulait la monter qu'avec moi car il m'avait immédiatement vu dans le personnage. Cela lui a pris deux ans.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
En général, de nombreux metteurs en scène connaissent bien la troupe, qui est forte et riche. Ils savent souvent qui ils veulent engager. Si ce n'est pas le cas, ils peuvent venir nous voir jouer dans les spectacles en cours ou visionner les DVD des pièces, puisqu'elles sont toutes filmées à la Comédie-Française.

L'Administrateur doit par ailleurs tenter de trouver un équilibre de troupe - et c'est compliqué. Tout le monde a priori est amené à jouer de forts et beaux rôles. Mais certains acteurs sont plus médiatiques que d'autres et peuvent être plus souvent choisis - même si tous dans cette maison sont excellents.

Quel est votre programme pour les mois à venir ?

Jérôme Pouly - Je joue, outre "George Dandin", dans "Cyrano de Bergerac", "Un Fil à la patte" et "Un Chapeau de paille d'Italie". "George Dandin" me prend quasiment six mois du fait de la tournée (qui s'achève, NDLR) et de sa reprise en mai au Vieux Colombier. Comme nous jouons à la suite de "George Dandin", "La Jalousie du Barbouillé", j'ai la chance d'avoir deux rôles-titres avec la responsabilité que suppose la conduite d'un spectacle de deux heures.

Cependant les rôles secondaires permettent de respirer et c'est excellent pour l'humilité de l'acteur ! Cela crée un magnifique équilibre car nous sommes amenés à donner seulement un petit trait de pinceau ou par moment à venir remplir la toile.

© Lot.
© Lot.
Votre "George Dandin" n'est pas si comique que cela, n'est-ce pas ?

Jérôme Pouly - Non, il est sombre. C'est pour cette raison que nous jouons juste après, "La Jalousie du Barbouillé", une farce qui est le troisième acte de "George Dandin" - sa genèse en fait, écrite vingt ans plus tôt par Molière. Au XVIIe siècle, "George Dandin" était considéré comme une farce puisque la figure d'un paysan parvenu était hautement improbable. Ce n'est plus le cas de nos jours et la farce est moins lisible. Imaginons qu'il s'agit d'un vigneron du Bordelais. Les procédés comiques molièresques sont toujours là mais ce que vit mon personnage - le fait d'avoir acheté une femme noble désargentée comme on achète du bétail - et le fait qu'il soit trompé ne le fait pas du tout rire. C'est un drame social et amoureux qui l'amène au suicide - il parle à la fin d'aller "se jeter dans l'eau la tête la première". Avec Hervé Pierre, nous sommes persuadés qu'il va mourir après le baisser de rideau.

Nous sommes bien dans une comédie "dramatique". Le fait de jouer ensuite "La Jalousie" avec ses lazzi façon commedia dell'arte et de réunir ainsi ces deux pièces permet au spectateur de prendre conscience du drame après coup, dans une sorte d'effet miroir. Il se rend compte que "Le Barbouillé" commence exactement comme le troisième acte de "George Dandin" mais dans un autre registre. L'identification est évidente.

Que ressentez-vous sur un plateau ? Pourquoi s'obliger à monter sur scène ?

Jérôme Pouly - Je me pose parfois la question, avec ce trac toujours incroyable ! Ce qui me plaît, c'est le collectif, la troupe - et voilà pourquoi je suis à ma place dans cette maison. Nous sommes là pour faire avancer la société - et nous-mêmes - grâce à ces auteurs qui sont des penseurs géniaux.

C'est ce que vous avez voulu dire, je vous cite "Un comédien est un artisan de sa propre humanité" ?

Jérôme Pouly - Exactement. Je n'ai pas fait d'études (4) donc je me suis nourri des auteurs. Ma vie, la réflexion que je peux avoir sur elle, s'enrichit de tous ces rôles et des œuvres.

© Lot.
© Lot.
(1) Aïrolo est le personnage principal de "Mangeront-ils ?" de Victor Hugo, un de ses rôles fétiches, qu'il a joué dans la production de Laurent Pelly au Théâtre national de Toulouse.
(2) "Simul et singulis" : être ensemble et être soi-même.
(3) Un pensionnaire, coopté par un des Comédiens-Français, a un contrat renouvelable d'un an. Les sociétaires, représentés par le Comité de la Société des Comédiens-Français (huit membres différents élus chaque année), participent activement aux décisions juridiques et artistiques de la maison.
(4) Jérôme Pouly, après avoir intégré pour trois ans la Classe Libre du Cours Florent (les connaisseurs apprécieront), a intégré le Conservatoire national d'art dramatique, après l'École nationale des arts et techniques du spectacle (ex Rue Blanche).


Interview réalisée le 3 mars 2016.

"George Dandin ou le Mari confondu" (1668)

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Suivi de "La Jalousie du Barbouillé".
Textes : Molière.
Mise en scène : Hervé Pierre.
Scénographie et costumes : Éric Ruf.
Lumières : Christian Dubet.
Musique originale : Vincent Leterme.
Travail chorégraphique : Cécile Bon.
Avec : Jérôme Pouly, Simon Eine, Catherine Sauval, Thierry Hancisse, Noam Morgensztern, Claire de La Rüe du Can, Pauline Mérenze.

20 mars 2016 : Le Reflet, Théâtre de Vevey, Vevey (Suisse).
30 mars 2016 : Théâtre Quintaou, Anglet (64).

Du 18 mai au 26 juin 2016.
Mardi à 19 h, du mercredi au samedi à 20 h 30, dimanche à 15 h.
Comédie-Française, Théâtre du Vieux-Colombier, Paris 6e, 01 44 58 15 15.
>> comedie-francaise.fr

Christine Ducq
Mardi 15 Mars 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020