La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Intronisation réussie pour Thomas Hengelbrock, nouveau chef associé de l’Orchestre de Paris

Un premier concert, remarquable aussi par son programme et ses artistes invités, signe une prise de fonction réussie pour le nouveau chef associé de l’Orchestre de Paris. Le chef allemand, Prix Herbert von Karajan 2016, a magistralement emmené l’orchestre sur des chemins inusités avec trois œuvres entrant au répertoire de ce dernier. Des sublimes ombres et lumières de Jean-Sébastien Bach à la désolation spirituelle de Bernd Alois Zimmermann, le public de la Philharmonie a acclamé un concert de haut vol.



Thomas Hengelbrock © NDR/Christine-Schroder.
Thomas Hengelbrock © NDR/Christine-Schroder.
La saison 2016-2017 s’avère cruciale pour l’Orchestre de Paris, qui va fêter ses cinquante ans d’existence tout en accueillant deux nouveaux chefs, après le départ de Paavo Järvi à Tokyo. Bruno Hamard, directeur général de l’orchestre, annonçait avant l’été les nominations de Daniel Harding, directeur musical et Thomas Hengelbrock, en chef associé. L’Anglais et l’Allemand avaient été choisis, notait-il, car étant de "grands chefs aux programmes innovants". C’est bien ce dont a fait la preuve Thomas Hengelbrock lors de son premier concert aux manettes de la phalange parisienne.

Le chef du NDR Elbphilharmonie Orchester, à la longue silhouette aristocratique, a choisi de dérouler trois œuvres aux résonances mutuelles, sans entracte, formant une vaste fresque comprenant la première partie de la fameuse "Passion selon Saint Jean" du Cantor de Leipzig, sa Cantate BWV 60 "O Ewigkeit, du Donnerwort" (1), encadrant une œuvre grandiose et tragique de Zimmermann, "Ich wandte mich und sah an alles unrecht, das geschah unter der sonne" (2), dont la fin de composition précéda de peu le suicide du compositeur né en 1918.

© DR.
© DR.
C’est donc à un voyage métaphysique et musical sans précédent (une heure et demie environ) que Thomas Engelbrock nous invitait : de la douloureuse stupeur de l’arrestation et du procès du Christ aux sereines certitudes éternelles dispensées par les chefs-d’œuvre du Cantor de la Thomaskirche, empruntant à mi-parcours la voie de l’anéantissement de l’âme humaine, sidérée par le silence définitif de Dieu - dans celui de Zimmermann en 1970.

On le sait, seule l’œuvre longue permet de s’arracher aux contingences du quotidien pour plonger dans les profondeurs de la psyché, que convoquent ces monuments esthétiques et théologiques. Pour ce faire, le dispositif était au point. Si le Chœur de l’orchestre (3) a montré d’évidentes faiblesses (avec une diction parfois fâcheuse, des entrées ratées par exemple dans l’ouverture "Herr, unser Herrscher, dessen Ruhm") et a offert aussi quelques beaux moments, le quatuor de chanteurs et les deux récitants ont frappé par leur incroyable incarnation, tout comme l’orchestre.

Donnant à la Passion la tension idoine qu’elle réclame, Thomas Hengelbrock pouvait aussi compter sur deux récitants exceptionnels, Georges Lavaudant et André Wilms, voix de l’Ecclésiaste et du Grand Inquisiteur (4) pour Zimmermann. Et sur le baryton Georg Nygl, impressionnant en Évangéliste pour Bach, mais aussi dans le lamento du terrible théâtre imaginé par le compositeur chrétien né près de Cologne, qui ne se remit jamais des horreurs de son époque - à laquelle il avait été mêlé bien malgré lui, comme soldat de la Wehrmacht dès 1940. Moment extraordinaire du concert et pour le moins inédit : le chef Hengelbrock s’asseyant au sol en cachant ses larmes (comme le veut la partition) après les déchaînements d’un orchestre très sollicité par l’écriture apocalyptique de Zimmermann.

© DR.
© DR.
Un théâtre tragique et radical donc, puisant dans le quadruple héritage de la musique populaire, du jazz, de grands prédécesseurs et d’un sérialisme étudié à Darmstadt, qui superpose temps psychologique et cosmique pour livrer un testament frappé au coin du pessimisme augustinien. Et dont la citation finale du choral de Bach "Es ist genug !" appelle évidemment la cantate BWV 60 en troisième partie, au ton très différent. À la psychomachie dramatique de l’Espoir et de la Crainte, Bach conclut naturellement à l’espoir, celui de la révélation - cherchée en vain deux siècles plus tard par Zimmermann. Un concert rare, où toutes les forces de l’orchestre n’ont pas manqué.

(1) "Ô Éternité, Parole foudroyante !".
(2) "Je me suis tourné et j’ai vu toutes les oppressions qui se font sous le soleil."
(3) Le chœur fête ses quarante ans cette saison. Nul doute qu’il relèvera les défis lancés dans cette nouvelle ère.
(4) Le texte de Zimmermann cite l’Ecclésiaste (Ancien Testament) et le monologue du Grand Inquisiteur, extrait des "Frères Karamazov" de Dostoïevski.


Concert entendu le 20 octobre 2016.

© DR.
© DR.
Prochains concerts de l’Orchestre de Paris,
2 et 3 novembre 2016 à 20 h 30.

Philharmonie de Paris.
221 avenue Jean Jaurès Paris (19e).
Tel : 01 44 84 44 84.
>> philharmoniedeparis.fr

Thomas Hengelbrock, direction.
Anna Lucia Richter, soprano.
Ann Hallenberg, mezzo.
Lothar Odinius, ténor.
Georg Nigl, baryton.
Georges Lavaudant, Récitant 1.
André Wilms, Récitant 2.

Orchestre de Paris.
Roland Daugareil, violon solo.
Chœur de l’Orchestre de Paris.
Lionel Sow, chef de chœur.

Christine Ducq
Lundi 31 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020