La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Interprétation passionnée de Betty Pelissou qui reprend "Le dernier jour d'un condamné"

"Condamnée", Théâtre Laurette, Paris

En 1828, à l'âge de 26 ans, Victor Hugo rédige "Le dernier jour d'un condamné". Un homme dont ni le nom ni le crime ne sont explicités. Dans ce manifeste contre la peine de mort, il retranscrit tous les états par lesquels passe le futur mort. Dans cette adaptation, l'homme devient femme, à part cela tout reste semblable. Cette pièce est éligible aux P'tits Molières 2017.



© DR.
© DR.
À jardin, négligemment étalée par terre, une sorte de vêtement, que l'on comprendra ensuite être une cape. La cape de la prisonnière. Un accessoire pour souligner le fait qu'il ne lui reste plus rien. Sa mère et son mari ne resteront pas bien longtemps en vie après elle. Sa raison de vivre l'a oubliée. Elle est déjà morte. Ne lui reste que sa cape. Qu'elle finira par céder à sa suivante, celle qui prendra sa place et qui attendra son exécution, tout comme elle l'a fait. Une cape interchangeable, pour une victime tout aussi anonyme que multiple.

Étendu sur le fond de la scène, un drap tacheté et usé. Le tissu représente le mur, mur duquel elle est prisonnière, pièce dans laquelle elle est cloîtrée, condition à laquelle elle ne peut échapper. Condamnée à être exécutée. Mais le drap se fait également et paradoxalement la métaphore de la liberté. L'écriture devient un moyen de s'exprimer, de se raconter. Raconter son histoire, laisser une trace, ne pas être oubliée. Écrire pour se souvenir, de ce qu'on a été, de ce qu'on a fait. La page projetée est blanche et c'est la prisonnière qui la couvre de mots sonores.

© DR.
© DR.
La proximité avec la scène ainsi que les lumières génèrent un sentiment dérangeant. Nous ne sommes pas insensibles aux plaintes et aux pleurs de la femme. Nous en sommes trop proches pour ne pas être touchés. L'ambiance est pesante, oppressante. Mais surgissent par à-coups de brefs instants de musique, se superposant à la parole. La pièce perd alors un peu de sa force en amenuisant la tension dans laquelle nous sommes plongés.

La comédienne Betty Pelissou rend hommage à l'œuvre de Victor Hugo. Elle offre le texte avec une diction parfaite et une voix chantante et changeante. Le langage est son seul allié, il ne reste plus que lui pour exister. Le ton de voix s'adapte aux différents sentiments par lesquels passe la femme. Si l'on ne faisait qu'écouter, l'on verrait quand même se dresser les parois de la prison, les différentes personnes qui défilent, tout ce que le personnage évoque.

Sur le visage de la prisonnière, s'enchaînent la tristesse, le désespoir, la révolte, jusque presque la folie… Au niveau du jeu, l'on peut reprocher à Betty Pelissou de ne pas toujours être très juste, d'en faire parfois un peu trop. Le public est proche de la scène et chaque mouvement un peu exagéré est tout de suite remarqué. Mais l'on relève la difficulté qu'il y a à tenir un tel caractère, seule, pendant une heure. La peur est une émotion difficile à simuler, plus encore ici, car c'est l'effroi qui prend le pas sur elle.

La représentation de la fureur est, quant à elle, exceptionnelle. Ce n'est pas seulement le cri du personnage, mais c'est tout son être qui se déchire quand elle se révolte contre ce à quoi elle ne peut se soustraire, qui est également la seule chose qui subsiste. "Condamnée", elle jette ce mot le plus loin possible d'elle-même mais ne peut totalement s'en débarrasser puisque c'est désormais tout ce qui la qualifie.

"Condamnée"

© DR.
© DR.
Adaptation d'après "Le dernier jour d'un condamné" de Victor Hugo.
Avec : Betty Pelissou.
Mise en scène : Vincent Marbeau.
Création musique originale : Mickaël Zolciak.
Graphisme : Cédric Pitiot.
Durée : 1 h 05.

Du 16 septembre au 16 décembre 2017.
Le mercredi à 21 h 30 et le samedi à 18 h 15.
Théâtre Laurette, Paris 10e, 09 84 14 12 12.
˃˃ laurette-theatre.fr

Ludivine Picot
Lundi 6 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020