La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Interprétation passionnée de Betty Pelissou qui reprend "Le dernier jour d'un condamné"

"Condamnée", Théâtre Laurette, Paris

En 1828, à l'âge de 26 ans, Victor Hugo rédige "Le dernier jour d'un condamné". Un homme dont ni le nom ni le crime ne sont explicités. Dans ce manifeste contre la peine de mort, il retranscrit tous les états par lesquels passe le futur mort. Dans cette adaptation, l'homme devient femme, à part cela tout reste semblable. Cette pièce est éligible aux P'tits Molières 2017.



© DR.
© DR.
À jardin, négligemment étalée par terre, une sorte de vêtement, que l'on comprendra ensuite être une cape. La cape de la prisonnière. Un accessoire pour souligner le fait qu'il ne lui reste plus rien. Sa mère et son mari ne resteront pas bien longtemps en vie après elle. Sa raison de vivre l'a oubliée. Elle est déjà morte. Ne lui reste que sa cape. Qu'elle finira par céder à sa suivante, celle qui prendra sa place et qui attendra son exécution, tout comme elle l'a fait. Une cape interchangeable, pour une victime tout aussi anonyme que multiple.

Étendu sur le fond de la scène, un drap tacheté et usé. Le tissu représente le mur, mur duquel elle est prisonnière, pièce dans laquelle elle est cloîtrée, condition à laquelle elle ne peut échapper. Condamnée à être exécutée. Mais le drap se fait également et paradoxalement la métaphore de la liberté. L'écriture devient un moyen de s'exprimer, de se raconter. Raconter son histoire, laisser une trace, ne pas être oubliée. Écrire pour se souvenir, de ce qu'on a été, de ce qu'on a fait. La page projetée est blanche et c'est la prisonnière qui la couvre de mots sonores.

© DR.
© DR.
La proximité avec la scène ainsi que les lumières génèrent un sentiment dérangeant. Nous ne sommes pas insensibles aux plaintes et aux pleurs de la femme. Nous en sommes trop proches pour ne pas être touchés. L'ambiance est pesante, oppressante. Mais surgissent par à-coups de brefs instants de musique, se superposant à la parole. La pièce perd alors un peu de sa force en amenuisant la tension dans laquelle nous sommes plongés.

La comédienne Betty Pelissou rend hommage à l'œuvre de Victor Hugo. Elle offre le texte avec une diction parfaite et une voix chantante et changeante. Le langage est son seul allié, il ne reste plus que lui pour exister. Le ton de voix s'adapte aux différents sentiments par lesquels passe la femme. Si l'on ne faisait qu'écouter, l'on verrait quand même se dresser les parois de la prison, les différentes personnes qui défilent, tout ce que le personnage évoque.

Sur le visage de la prisonnière, s'enchaînent la tristesse, le désespoir, la révolte, jusque presque la folie… Au niveau du jeu, l'on peut reprocher à Betty Pelissou de ne pas toujours être très juste, d'en faire parfois un peu trop. Le public est proche de la scène et chaque mouvement un peu exagéré est tout de suite remarqué. Mais l'on relève la difficulté qu'il y a à tenir un tel caractère, seule, pendant une heure. La peur est une émotion difficile à simuler, plus encore ici, car c'est l'effroi qui prend le pas sur elle.

La représentation de la fureur est, quant à elle, exceptionnelle. Ce n'est pas seulement le cri du personnage, mais c'est tout son être qui se déchire quand elle se révolte contre ce à quoi elle ne peut se soustraire, qui est également la seule chose qui subsiste. "Condamnée", elle jette ce mot le plus loin possible d'elle-même mais ne peut totalement s'en débarrasser puisque c'est désormais tout ce qui la qualifie.

"Condamnée"

© DR.
© DR.
Adaptation d'après "Le dernier jour d'un condamné" de Victor Hugo.
Avec : Betty Pelissou.
Mise en scène : Vincent Marbeau.
Création musique originale : Mickaël Zolciak.
Graphisme : Cédric Pitiot.
Durée : 1 h 05.

Du 16 septembre au 16 décembre 2017.
Le mercredi à 21 h 30 et le samedi à 18 h 15.
Théâtre Laurette, Paris 10e, 09 84 14 12 12.
˃˃ laurette-theatre.fr

Ludivine Picot
Lundi 6 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB


Publicité



À découvrir

● Avignon Off 2018 ● "Gueule d'Amour - Gainsbourg for ever" de Myriam Grélard

Le parcours d'un Dom juan pas comme les autres à travers le regard de sa sœur jumelle.
De Lucien à Serge, de Juliette à Charlotte… des destinées se croisent, s'aiment, s'enrichissent, se déchirent… pour donner vie à une légende.
L'inspiration que Serge Gainsbourg a trouvée en ces femmes a fait de lui un personnage éternel.

● Avignon Off 2018 ●
"Gueule d'Amour" pour évoquer Serge Gainsbourg semble bien paradoxale, si l'on se souvient qu'il s'identifiait plutôt à un "homme à tête de chou". Et si ce personnage cynique et arrogant qu'il laissait paraître était au fond qu'un être sensible et vulnérable ? Un homme généreux et attachant ? Chéri par sa mère, entouré de deux sœurs, dont une jumelle, Lucien Ginsburg (de son vrai nom) a été dès son plus jeune âge fasciné par les femmes. Complexé par son physique et doté d'une timidité maladive, ses relations avec la gente féminine s'annonçaient compliquées.

Mais voilà que l'homme a hérité d'une culture musicale très riche… et voilà que l'homme a du talent, de l'esprit, qu'il vénère la poésie. Et le voilà avec un charme fou.

J'ai choisi de donner à Liliane, sa sœur jumelle, le rôle de narratrice. Méconnue du grand public et malgré la grande distance qui les séparait, elle ressentait de près ce que vivait son frère. Le but étant de livrer aux spectateurs l'intimité de Serge Gainsbourg d'une façon tendre et fraternelle. Mon fil conducteur est le rapport avec les femmes de sa vie, qu'il soit amical, amoureux ou paternel. Toutes ayant un point commun : l'inspiration qu'elles lui procuraient et qui a fait naître une légende de son vivant… La légende que nous connaissons tous.

Annonce
26/05/2018
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot "L'Occitanie fait son cirque en Avignon"

Pastille 96 du journal du Off

12e édition de ce rendez-vous avec le cirque contemporain dans le off d'Avignon. "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" présente cette année 11 compagnies venues d'Occitanie, de France et d'Europe (Belgique et Catalogne).
En salle, sous chapiteau (climatisés) ou en plein air, un slow festival dans l'effervescence avignonnaise !

● Avignon Off 2018 ● Du 9 au 21 juillet - Île Piot
Depuis plus de 10 ans, "L'Occitanie fait son cirque en Avignon" crée l'événement et permet à des compagnies émergentes ou renommées de donner à voir l'ingéniosité et la diversité de la création circassienne d'aujourd'hui.

Pour cette 12e édition, un chapiteau, un dôme et une salle de spectacle (tous climatisés) recréent un véritable village de cirque pour découvrir 11 spectacles d'Occitanie et d'ailleurs.
Un simple pont à traverser depuis la ville intra-muros pour s'offrir une respiration dans l'effervescence du festival, profiter d'une programmation de qualité et se restaurer au bar restaurant à l'ombre du chapiteau d'accueil.

Une opération impulsée par la Région Occitanie avec le soutien de la ville de Toulouse, d'Alès Agglomération, du Grand Auch Cœur de Gascogne et coordonnée par quatre structures représentatives de la filière circassienne en Occitanie : La Verrerie d'Alès, producteur délégué, La Grainerie, Le Lido et CIRCa.

Annonce
06/06/2018
Sortie à la Une

Lili Cros et Thierry Chazelle… Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes

"Peau neuve", Ciné XIII Théâtre, Paris et en tournée

Avec la bonne humeur accrochée en bandoulière et le sourire affiché comme une signature, Lili Cros et Thierry Chazelle, dans une harmonie en habit de duettiste, font "Peau neuve" pour unir leur poétique et charmeuse fraîcheur en un vocal et musical duo de music-hall.

Lili Cros et Thierry Chazelle…  Artistes distillateurs de chansons de vie aux saveurs poétiques et pétillantes
Dès le début, le ton est donné. On sait qu'on va passer un bon moment, que des éclairs de poésie vont illuminer ce spectacle-concert et que des traits d'humour dessineront des sourires sur nos visages, mais aussi que les textes de chansons et les répliques échangées auront parfois une teneur plus sérieuse, abordant la vieillesse ("Le vieux chien"), la mort d'un ami ("L'éclaireur") - tout en tristesse et tendre beauté, où la voix de Lili bouleverse -, la séparation ("L'anneau"), les problèmes sociaux ("Les petits attributs"), l'enfance meurtrie ("Le petit soldat")…

Mais "Le rythme est amour" et l'harmonisation des voix de Lili Cros et Thierry Chazelle régale, telle une douce friandise, nos pavillons auditifs qui hissent haut… et naviguent - entre acoustique et électrique, entre rire et émotion - sur des musiques au groove chaloupé et sur des phrasés limpides et volubiles, voire aériens et riches en couleurs tonales.

Et l'une des particularités de leur approche artistique de la composition est une pratique bien particulière de la cadence avec des appuis marqués de la voix sur les syllabes accentuées, marquant la répartition rythmique des éléments d'une phrase et créant un système de percussions vocales bâti spécifiquement pour chaque chanson où le procédé est utilisé.

Gil Chauveau
16/04/2018