La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Misericordia Trois femmes pour un enfant, l'amour à l'état brut

Il y a là, alignées sur leur chaise faisant face au public, trois femmes sans âge mais pas sans caractère. On les dirait sorties d'un tableau de Brueghel l'Ancien. Elles tricotent, les femmes, de longues écharpes de couleurs vives, peut-être destinées à ce grand enfant "pas comme les autres" se balançant avec la régularité d'un métronome, d'avant en arrière, inlassablement, sur sa chaise placée entre elles. Le cliquetis des aiguilles à tricoter enfle pour devenir assourdissant, accélérant le rythme des balancements et suscitant les apartés chuchotés des femmes qui, pour se voir, doivent désormais composer avec les mouvements pendulaires de l'enfant autiste.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Burlesque et drame réunis dans le tableau d'ouverture augurent de la suite… Emma Dante poursuit de spectacle en spectacle la même obsession. Faire de son théâtre le lieu de "représentations" du monde des petites gens (ainsi pour s'en démarquer, les nomment les grandes gens et leur pointe de mépris), des handicapés, des vieux et autres exclus sociaux, de ceux et celles qui n'ont pas droit de cité dans les pages glacées des magazines, ceux et celles que l'on cache parce qu'ils font tache dans un paysage de winners aux dents blanches rehaussées par un sourire éclatant.

On pourrait dire de la metteuse en scène de Palerme, si elle n'était athée, que sa profession de foi est de documenter les marges et la misère pour en faire objet de questionnement. Non pas un manifeste politique de plus visant à enfoncer des portes ouvertes, mais donner à voir un tableau éminemment sensible où l'humanité à fleur de peau transpire de tous ses pores pour "faire sens". L'amour, pas celui qu'il est de bon ton d'étaler pour se donner une respectabilité que l'on n'a pas, l'amour brut pour l'humain dans ses déclinaisons les plus modestes est source de son inspiration artistique.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Et si ces trois femmes, partageant la faim réservée aux démunis et les réflexes de survie qui y sont attachés, peuvent apparaître à certains moments cruelles entre elles (deux se liguent contre la troisième accusée de leur voler la nourriture dans le frigo collectif), se crêpant le chignon pour ce qui peut apparaître des broutilles aux yeux de ceux qui ne manquent de rien (l'une fait les poubelles des autres pour y extraire mégots et autres résidus), c'est l'existence en soi qui est violence monstrueuse… Violence mon(s)trée non de manière misérabiliste, mais par le détour d'un burlesque irradiant, déclenchant un rire libérateur rebattant les cartes. Ainsi de la séquence où on les voit danser hilares et à moitié nues dans un bordel où le soir venu elles vendent leur corps fatigué par la misère ; une passe pour quelques quignons de pain.

Leur tendresse sans fond, mais non sans fondements pour Arturo - l'enfant habillé de la robe de l'une, usée, jetée et récupérée, repassée par l'autre -, explose littéralement lorsqu'elles réinventent les moments heureux de sa venue au monde. Dans une danse débordante de frénésie, soutenues par une musique électrique, elles exultent, lançant en l'air jouets et layette de l'univers enfantin, le sol se trouvant vite recouvert de peluches, doudous, cheval à bascule, ballon, petites moufles et mignon tablier, témoins d'une innocence rêvée. Mais la réalité, qui toujours insiste, cogne à la porte de la mémoire douloureuse de l'une d'elles mettant frein d'arrêt à cette mascarade inventée de toutes pièces…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Une autre scène surgit alors, détricotant le rêve. Que la fête finisse et surgissent en rangs pressés les visions du passé jaillissant comme des remords. Pourquoi n'avoir pas dénoncé ce père violent, rouant de coups sa compagne (la quatrième occupante de la masure), allant jusqu'à viser le ventre rebondi pour tuer dans l'œuf l'enfant à venir… Enfant venu le soir même, grand prématuré, cassé au-dehors comme au-dedans. Et la gifle donnée, la tête de la femme cognée au sol, elle, traînée par les cheveux, le sang qui coule… La comédienne abandonne le rôle du bourreau pour prendre dans ses bras Arturo, le bercer tendrement, cet enfant qui leur fut confié par sa mère agonisante. Sur chants de détresse et colère mêlées, Arturo qui pendant toute la scène n'a pas paru réagir, se fend d'un grand sourire lumineux.

La vie, toujours, elle, rebondira. Arturo quittera sa défroque informe pour, sous les yeux amourachés des trois femmes, revêtir les vêtements soigneusement repassés qui l'attendent… Dans un numéro époustouflant de grâce acrobatique - fabuleux le danseur Simone Zambelli nous ayant auparavant gratifié des stupéfiantes évolutions désarticulées de l'enfant brisé -, on le verra enfiler chaussettes, bermuda, souliers, avant de tomber dans les bras de celles qui l'étreignent à l'en étouffer de leur amour mis à vif. Arturo est prêt maintenant, regard brillant et valise recelant trésors de son enfance posée à ses côtés, il attend la fanfare qui va l'emmener vers d'autres horizons, ici étant décidément sans avenir pour un garçon de cet âge.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Les trois actrices et l'acteur sont criants d'une vérité qui tonitrue à chacun de leurs gestes, de leurs mimiques, de leurs silences. Les mots (le seul que prononcera Arturo en clôture résonne comme un cri du cœur nous transperçant de part en part) empruntant aux dialectes de Sicile et des Pouilles leurs accents gorgés de soleil, mais peut-être plus encore ces corps énergiques, lourds d'une existence dont ils s'affranchissent, ou ce corps léger comme l'air, virevoltant, se désarticulant de ce qui l'a fait naître, sont reçus comme les témoins sensibles d'une humanité résonnant dans les plis secrets de chacun.

Vu le vendredi 23 juillet 2021 à 15 h, au Gymnase du Lycée Mistralà Avignon.

"Misericordia"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Créé le 14 janvier 2020 au Piccolo Teatro Grassi (Milan, Italie)
Première en France au Festival d'Avignon 2021.
Spectacle en dialectes de Sicile et des Pouilles, surtitré en français.
Texte et mise en scène : Emma Dante.
Avec : Italia Carroccio, Manuela Lo Sicco, Leonarda Saffi, Simone Zambelli.
Lumière : Cristian Zucaro.
Surtitrage : Franco Vena.
Traduction en français pour le surtitrag : Juliane Regler.
Durée : 1 h.

•Avignon In 2021•
A été représenté du 16 au 23 juillet 2021.
À 15 h, relâche le 20 juillet.
Gymnase du Lycée Mistral, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Tournée
3 août 2021 : Operaestate Festival Veneto, Bassano del Grappa 'Italie).
31 août au 10 septembre 2021 : Teatro Argentina di Roma, Rome (Italie).
12 septembre 2021 : Città delle 100 scale Festival, Potenza (Italie).
25 au 26 septembre 2021 : Mitem Festival, Budapest (Hongrie).
2 au 3 octobre 2021 : NEST, Thionville (57).
20 octobre 2021 : Teatro Amilcare Ponchielli, Cremona (Italie).
22 au 23 octobre 2021 : Teatro Astra, Vicenza (Italie).
28 au 30 octobre 2021 : Teatro di Rifredi, Florence (Italie).
2 novembre 2021 : Teatro di Casalmaggiore, Casalmaggiore (Italie).
10 au 20 novembre 2021 : Théâtre National Populaire (TNP), Villeurbanne (69).
22 novembre 2021 : Teatro Municipale, Plaisance (Italie).
27 au 28 novembre 2021 : Teatro San Materno, Ascone (Italie).
30 novembre 2021 : Teatro Sociale, Trente (Italie).
4 décembre 2021 : Teatro di Ragazzola, Ragazzola (Italie).
7 au 10 décembre 2021 : Théâtre des 13 Vents, Montpellier (34).
12 au 13 janvier 2022 : LE ZEF - scène nationale, Marseille (13).
l20 janvier 2022 : Teatro Sociale, Bergame (Italie).
22 au 23 janvier 2022 : Teatro Galli, Rimini (Italie).
25 au 27 janvier 2022 : Teatro Toniolo, Mestre (Italie).
29 janvier 2022 : La Città del Teatro, Cascina (Italie).
2 au 3 février 2022 : CDN de Normandie, Rouen (76).
25 au 26 février 2022 : Festival de Liège, Liège (Belgique).
1er mars 2022 : MA scène nationale - Pays de Montbéliard, Montbéliard (25).
25 mars au 3 avril 2022 : Teatro Biondo Palermo, Palerme (Italie).

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.

Yves Kafka
Mardi 27 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021