La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Misericordia Trois femmes pour un enfant, l'amour à l'état brut

Il y a là, alignées sur leur chaise faisant face au public, trois femmes sans âge mais pas sans caractère. On les dirait sorties d'un tableau de Brueghel l'Ancien. Elles tricotent, les femmes, de longues écharpes de couleurs vives, peut-être destinées à ce grand enfant "pas comme les autres" se balançant avec la régularité d'un métronome, d'avant en arrière, inlassablement, sur sa chaise placée entre elles. Le cliquetis des aiguilles à tricoter enfle pour devenir assourdissant, accélérant le rythme des balancements et suscitant les apartés chuchotés des femmes qui, pour se voir, doivent désormais composer avec les mouvements pendulaires de l'enfant autiste.



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Burlesque et drame réunis dans le tableau d'ouverture augurent de la suite… Emma Dante poursuit de spectacle en spectacle la même obsession. Faire de son théâtre le lieu de "représentations" du monde des petites gens (ainsi pour s'en démarquer, les nomment les grandes gens et leur pointe de mépris), des handicapés, des vieux et autres exclus sociaux, de ceux et celles qui n'ont pas droit de cité dans les pages glacées des magazines, ceux et celles que l'on cache parce qu'ils font tache dans un paysage de winners aux dents blanches rehaussées par un sourire éclatant.

On pourrait dire de la metteuse en scène de Palerme, si elle n'était athée, que sa profession de foi est de documenter les marges et la misère pour en faire objet de questionnement. Non pas un manifeste politique de plus visant à enfoncer des portes ouvertes, mais donner à voir un tableau éminemment sensible où l'humanité à fleur de peau transpire de tous ses pores pour "faire sens". L'amour, pas celui qu'il est de bon ton d'étaler pour se donner une respectabilité que l'on n'a pas, l'amour brut pour l'humain dans ses déclinaisons les plus modestes est source de son inspiration artistique.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Et si ces trois femmes, partageant la faim réservée aux démunis et les réflexes de survie qui y sont attachés, peuvent apparaître à certains moments cruelles entre elles (deux se liguent contre la troisième accusée de leur voler la nourriture dans le frigo collectif), se crêpant le chignon pour ce qui peut apparaître des broutilles aux yeux de ceux qui ne manquent de rien (l'une fait les poubelles des autres pour y extraire mégots et autres résidus), c'est l'existence en soi qui est violence monstrueuse… Violence mon(s)trée non de manière misérabiliste, mais par le détour d'un burlesque irradiant, déclenchant un rire libérateur rebattant les cartes. Ainsi de la séquence où on les voit danser hilares et à moitié nues dans un bordel où le soir venu elles vendent leur corps fatigué par la misère ; une passe pour quelques quignons de pain.

Leur tendresse sans fond, mais non sans fondements pour Arturo - l'enfant habillé de la robe de l'une, usée, jetée et récupérée, repassée par l'autre -, explose littéralement lorsqu'elles réinventent les moments heureux de sa venue au monde. Dans une danse débordante de frénésie, soutenues par une musique électrique, elles exultent, lançant en l'air jouets et layette de l'univers enfantin, le sol se trouvant vite recouvert de peluches, doudous, cheval à bascule, ballon, petites moufles et mignon tablier, témoins d'une innocence rêvée. Mais la réalité, qui toujours insiste, cogne à la porte de la mémoire douloureuse de l'une d'elles mettant frein d'arrêt à cette mascarade inventée de toutes pièces…

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Une autre scène surgit alors, détricotant le rêve. Que la fête finisse et surgissent en rangs pressés les visions du passé jaillissant comme des remords. Pourquoi n'avoir pas dénoncé ce père violent, rouant de coups sa compagne (la quatrième occupante de la masure), allant jusqu'à viser le ventre rebondi pour tuer dans l'œuf l'enfant à venir… Enfant venu le soir même, grand prématuré, cassé au-dehors comme au-dedans. Et la gifle donnée, la tête de la femme cognée au sol, elle, traînée par les cheveux, le sang qui coule… La comédienne abandonne le rôle du bourreau pour prendre dans ses bras Arturo, le bercer tendrement, cet enfant qui leur fut confié par sa mère agonisante. Sur chants de détresse et colère mêlées, Arturo qui pendant toute la scène n'a pas paru réagir, se fend d'un grand sourire lumineux.

La vie, toujours, elle, rebondira. Arturo quittera sa défroque informe pour, sous les yeux amourachés des trois femmes, revêtir les vêtements soigneusement repassés qui l'attendent… Dans un numéro époustouflant de grâce acrobatique - fabuleux le danseur Simone Zambelli nous ayant auparavant gratifié des stupéfiantes évolutions désarticulées de l'enfant brisé -, on le verra enfiler chaussettes, bermuda, souliers, avant de tomber dans les bras de celles qui l'étreignent à l'en étouffer de leur amour mis à vif. Arturo est prêt maintenant, regard brillant et valise recelant trésors de son enfance posée à ses côtés, il attend la fanfare qui va l'emmener vers d'autres horizons, ici étant décidément sans avenir pour un garçon de cet âge.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Les trois actrices et l'acteur sont criants d'une vérité qui tonitrue à chacun de leurs gestes, de leurs mimiques, de leurs silences. Les mots (le seul que prononcera Arturo en clôture résonne comme un cri du cœur nous transperçant de part en part) empruntant aux dialectes de Sicile et des Pouilles leurs accents gorgés de soleil, mais peut-être plus encore ces corps énergiques, lourds d'une existence dont ils s'affranchissent, ou ce corps léger comme l'air, virevoltant, se désarticulant de ce qui l'a fait naître, sont reçus comme les témoins sensibles d'une humanité résonnant dans les plis secrets de chacun.

Vu le vendredi 23 juillet 2021 à 15 h, au Gymnase du Lycée Mistralà Avignon.

"Misericordia"

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Créé le 14 janvier 2020 au Piccolo Teatro Grassi (Milan, Italie)
Première en France au Festival d'Avignon 2021.
Spectacle en dialectes de Sicile et des Pouilles, surtitré en français.
Texte et mise en scène : Emma Dante.
Avec : Italia Carroccio, Manuela Lo Sicco, Leonarda Saffi, Simone Zambelli.
Lumière : Cristian Zucaro.
Surtitrage : Franco Vena.
Traduction en français pour le surtitrag : Juliane Regler.
Durée : 1 h.

•Avignon In 2021•
A été représenté du 16 au 23 juillet 2021.
À 15 h, relâche le 20 juillet.
Gymnase du Lycée Mistral, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Tournée
3 août 2021 : Operaestate Festival Veneto, Bassano del Grappa 'Italie).
31 août au 10 septembre 2021 : Teatro Argentina di Roma, Rome (Italie).
12 septembre 2021 : Città delle 100 scale Festival, Potenza (Italie).
25 au 26 septembre 2021 : Mitem Festival, Budapest (Hongrie).
2 au 3 octobre 2021 : NEST, Thionville (57).
20 octobre 2021 : Teatro Amilcare Ponchielli, Cremona (Italie).
22 au 23 octobre 2021 : Teatro Astra, Vicenza (Italie).
28 au 30 octobre 2021 : Teatro di Rifredi, Florence (Italie).
2 novembre 2021 : Teatro di Casalmaggiore, Casalmaggiore (Italie).
10 au 20 novembre 2021 : Théâtre National Populaire (TNP), Villeurbanne (69).
22 novembre 2021 : Teatro Municipale, Plaisance (Italie).
27 au 28 novembre 2021 : Teatro San Materno, Ascone (Italie).
30 novembre 2021 : Teatro Sociale, Trente (Italie).
4 décembre 2021 : Teatro di Ragazzola, Ragazzola (Italie).
7 au 10 décembre 2021 : Théâtre des 13 Vents, Montpellier (34).
12 au 13 janvier 2022 : LE ZEF - scène nationale, Marseille (13).
l20 janvier 2022 : Teatro Sociale, Bergame (Italie).
22 au 23 janvier 2022 : Teatro Galli, Rimini (Italie).
25 au 27 janvier 2022 : Teatro Toniolo, Mestre (Italie).
29 janvier 2022 : La Città del Teatro, Cascina (Italie).
2 au 3 février 2022 : CDN de Normandie, Rouen (76).
25 au 26 février 2022 : Festival de Liège, Liège (Belgique).
1er mars 2022 : MA scène nationale - Pays de Montbéliard, Montbéliard (25).
25 mars au 3 avril 2022 : Teatro Biondo Palermo, Palerme (Italie).

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.

Yves Kafka
Mardi 27 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022