La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•In 2019• La Maison de Thé Un thé rebelle… à l'infusion…

Une colossale, monumentale, géantissime (on pourrait poursuivre...) installation d'une roue (de la fortune… eu égard à l'astronomique coût) occupe, sur tout son espace, l'immense plateau de l'Opéra Confluence aux portes d'Avignon. Cette construction métallique à prétention "eiffelique", sensée représenter la Maison de Thé, a l'effet de nous en mettre plein la vue… et sur ce point c'est amplement réussi : moins que de dénoncer les dérives de la Chine capitaliste actuelle, elle ne fait que renforcer son désir d'hégémonie.



© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
À l'unisson, la musique électro-rock jouée en live nous en met plein les tympans, il est vrai déjà saturés par les vociférations des actrices et acteurs projetant droit devant eux leur texte en Chinois que des surtitrages latéraux défilant à une vitesse supersonique ne permettent aucunement d'attribuer à leur locuteur.

Sur trois époques, trois générations éructent face à la salle. Et il en est brassé des thèmes, un peu comme on brasse à l'envi du vent. Le grand classique du théâtre chinois qui donne son titre à la pièce (montée… comme un gâteau mielleux), écrit en 1956 par Lao She qui, dix ans plus tard, finira "suicidé" par la Révolution culturelle, mêlé aux "extraits" de Fiodor Dostoïevski et Bertolt Brecht (des grands parmi les grands), tous convoqués pour exhiber au vu et au su de l'occident la profondeur du propos. Un détournement patent de fonds.

À l'arrivée, après avoir "rencontré" la figure de la féministe résistante à une société où les paysans pauvres vendent leur fille à des maîtres riches qui en disposeront à leur guise en lui assurant au passage pitance et habits de séduction, la figure de l'entrepreneur soucieux du rendement économique de son pays ou encore celle du patron de la Maison de thé qui veille à ce que soient bannis de son institution tous les sujets susceptibles de déplaire à l'ordre établi, on reste sur notre faim…

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
En effet, les questions abordées mériteraient un traitement plus poussé que le parti pris grandguignolesque - ce dernier serait-il esthétiquement spectaculaire - qui fleure à bon compte la resucée. Ainsi il en est du découpage à la tronçonneuse d'un corps féminin en celluloïd avec projection d'hémoglobine ou du tri de bébés jouets considérés comme de la marchandise. Alfred Jarry et son père Ubu, Bertolt Brecht et son réalisme résolument grotesque, ne peuvent être singés sans dégâts collatéraux.

Ce dispositif conçu comme une cage de Faraday isolant de la réflexion - tant l'agression sonore et le manque de soin apporté à la lisibilité des propos sont (dé)flagrantes -, à force de se vouloir complexe en devient par trop simpliste. S'imprime l'esbroufe ostentatoire propre à occulter le sens recouvert par un déluge qui le noie plus qu'il ne le fait entendre… Cependant, quelques moments semblent plus convaincants.

Celui où la dérision, érigée en manifeste révolutionnaire dadaïste, montre un groupe mi-nu sous une bâche, recevant des litres d'hémoglobine sur la tête, et proférant un texte iconoclaste. "En hommage à ma chaussette gauche, à l'abattant des wc, à Shakespeare, à Brecht, à la création, et à l'orgasme. (…) Quand je prendrai un couteau de boucher, je vous tuerai. Vive la Haine !". La référence implicite au théâtre expérimental libertaire du Living Theatre de Julian Beck crève la vue et les tympans… La copie de ce qui fut un événement dans le monde de l'art, bouleversant en profondeur l'idée de théâtre, reste cependant bien plus pâle - malgré ses outrances - que l'original.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Celui encore où, sobrement assis sur le devant de la scène où il a été oublié par ses fervents camarades de "l'improvisation théâtrale", le personnage maître des lieux, se lance au téléphone (avec John Lennon, pas Lénine précise-t-il) dans une diatribe "éclairée"… sur la pièce qu'il est en train de jouer. Théâtre dans le théâtre, il met en abyme ce que le spectateur ressent.

"… même moi je ne sais pas ce que je joue. Tu crois qu'ils comprennent la pièce ? Non, ils ne sont pas cons. Je ne veux pas rester là à faire le pitre, comme un gosse pour attirer l'attention. La grande roue de la scénographie, c'est pour nous tourner la tête : assister à un spectacle, c'est prouver que vous avez de la culture, ça vous confère de la valeur". Le second degré révèle - hélas - le premier…

La débauche de moyens techniques et financiers mobilisés pour produire cette forme est à l'image de la Chine actuelle. Même ceux qui prétendent, en convoquant des écrivains au-dessus de tout soupçon dénoncer les dérives ultra-libérales et financières d'une dictature hautement toxique (cf. la censure de leur internet sur les événements de la place Tiananmen et le sort réservé aux dissidents), se font in fine les chantres de ce Régime en en reproduisant les accès d'une mégalomanie délirante.

Destiné à "impressionner", le déluge de puissance sonore et visuelle s'appuyant sur un budget démentiel en regard des budgets alloués aux autres spectacles, aboutit non à secouer nos indifférences mais à nous assommer au sens propre du terme… sauf à fuir, si l'on s'en réfère à l'hémorragie de spectateurs "avertis".

"La Maison de thé"

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Texte : d'après Lao She.
Adaptation : Meng Jinghui
Mise en scène : Meng Jinghui.
Avec : Chen Lin, Chen Minghao, Ding Yiteng, Han Jing, Han Shuo, Li Jianpeng, Li Jingwen, Liu Chang, Liu Hongfei, Qi Xi, Sun Yucheng, Sun Zhaokun, Tian Yu, Wang Xinyu, Wei Xi, Zhao Hongwei, Zhang Hongyu, Zhang Juncheng, Zhang Zhiming ;
et Li Xiaojun (chant), Li Yibo (batterie), Wang Chuang (guitare et basse).
Dramaturgie : Sebastian Kaiser.
Musique, Hua Shan, Shao Yanpeng, Nova Heart.
Scénographie, Zhang Wu.
Lumière, Wang Qi.
Vidéo, Wang Zhigang.
Son, Hua Shan.
Costumes, Yu Lei.
Assistant à la mise en scène, Li Huayi.
Production Meng Theatre Studio.
Coproduction Hybridités France-Chine.
Avec le soutien du Ministère de la Culture et du tourisme de la République populaire de Chine, Sinoac Group.
Résidence Wuzhen Theatre Festival.
En partenariat avec France Médias Monde.

•Avignon In 2019•
Du 9 au 20 juillet 2019.
A 20 h, relâche les 11 et 17.
Opéra Confluence
Place de l'Europe.
Réservations : 04 90 14 14 14.
>> festival-avignon.com

Yves Kafka
Samedi 13 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019