La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•In 2019• La Maison de Thé Un thé rebelle… à l'infusion…

Une colossale, monumentale, géantissime (on pourrait poursuivre...) installation d'une roue (de la fortune… eu égard à l'astronomique coût) occupe, sur tout son espace, l'immense plateau de l'Opéra Confluence aux portes d'Avignon. Cette construction métallique à prétention "eiffelique", sensée représenter la Maison de Thé, a l'effet de nous en mettre plein la vue… et sur ce point c'est amplement réussi : moins que de dénoncer les dérives de la Chine capitaliste actuelle, elle ne fait que renforcer son désir d'hégémonie.



© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
À l'unisson, la musique électro-rock jouée en live nous en met plein les tympans, il est vrai déjà saturés par les vociférations des actrices et acteurs projetant droit devant eux leur texte en Chinois que des surtitrages latéraux défilant à une vitesse supersonique ne permettent aucunement d'attribuer à leur locuteur.

Sur trois époques, trois générations éructent face à la salle. Et il en est brassé des thèmes, un peu comme on brasse à l'envi du vent. Le grand classique du théâtre chinois qui donne son titre à la pièce (montée… comme un gâteau mielleux), écrit en 1956 par Lao She qui, dix ans plus tard, finira "suicidé" par la Révolution culturelle, mêlé aux "extraits" de Fiodor Dostoïevski et Bertolt Brecht (des grands parmi les grands), tous convoqués pour exhiber au vu et au su de l'occident la profondeur du propos. Un détournement patent de fonds.

À l'arrivée, après avoir "rencontré" la figure de la féministe résistante à une société où les paysans pauvres vendent leur fille à des maîtres riches qui en disposeront à leur guise en lui assurant au passage pitance et habits de séduction, la figure de l'entrepreneur soucieux du rendement économique de son pays ou encore celle du patron de la Maison de thé qui veille à ce que soient bannis de son institution tous les sujets susceptibles de déplaire à l'ordre établi, on reste sur notre faim…

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
En effet, les questions abordées mériteraient un traitement plus poussé que le parti pris grandguignolesque - ce dernier serait-il esthétiquement spectaculaire - qui fleure à bon compte la resucée. Ainsi il en est du découpage à la tronçonneuse d'un corps féminin en celluloïd avec projection d'hémoglobine ou du tri de bébés jouets considérés comme de la marchandise. Alfred Jarry et son père Ubu, Bertolt Brecht et son réalisme résolument grotesque, ne peuvent être singés sans dégâts collatéraux.

Ce dispositif conçu comme une cage de Faraday isolant de la réflexion - tant l'agression sonore et le manque de soin apporté à la lisibilité des propos sont (dé)flagrantes -, à force de se vouloir complexe en devient par trop simpliste. S'imprime l'esbroufe ostentatoire propre à occulter le sens recouvert par un déluge qui le noie plus qu'il ne le fait entendre… Cependant, quelques moments semblent plus convaincants.

Celui où la dérision, érigée en manifeste révolutionnaire dadaïste, montre un groupe mi-nu sous une bâche, recevant des litres d'hémoglobine sur la tête, et proférant un texte iconoclaste. "En hommage à ma chaussette gauche, à l'abattant des wc, à Shakespeare, à Brecht, à la création, et à l'orgasme. (…) Quand je prendrai un couteau de boucher, je vous tuerai. Vive la Haine !". La référence implicite au théâtre expérimental libertaire du Living Theatre de Julian Beck crève la vue et les tympans… La copie de ce qui fut un événement dans le monde de l'art, bouleversant en profondeur l'idée de théâtre, reste cependant bien plus pâle - malgré ses outrances - que l'original.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Celui encore où, sobrement assis sur le devant de la scène où il a été oublié par ses fervents camarades de "l'improvisation théâtrale", le personnage maître des lieux, se lance au téléphone (avec John Lennon, pas Lénine précise-t-il) dans une diatribe "éclairée"… sur la pièce qu'il est en train de jouer. Théâtre dans le théâtre, il met en abyme ce que le spectateur ressent.

"… même moi je ne sais pas ce que je joue. Tu crois qu'ils comprennent la pièce ? Non, ils ne sont pas cons. Je ne veux pas rester là à faire le pitre, comme un gosse pour attirer l'attention. La grande roue de la scénographie, c'est pour nous tourner la tête : assister à un spectacle, c'est prouver que vous avez de la culture, ça vous confère de la valeur". Le second degré révèle - hélas - le premier…

La débauche de moyens techniques et financiers mobilisés pour produire cette forme est à l'image de la Chine actuelle. Même ceux qui prétendent, en convoquant des écrivains au-dessus de tout soupçon dénoncer les dérives ultra-libérales et financières d'une dictature hautement toxique (cf. la censure de leur internet sur les événements de la place Tiananmen et le sort réservé aux dissidents), se font in fine les chantres de ce Régime en en reproduisant les accès d'une mégalomanie délirante.

Destiné à "impressionner", le déluge de puissance sonore et visuelle s'appuyant sur un budget démentiel en regard des budgets alloués aux autres spectacles, aboutit non à secouer nos indifférences mais à nous assommer au sens propre du terme… sauf à fuir, si l'on s'en réfère à l'hémorragie de spectateurs "avertis".

"La Maison de thé"

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Texte : d'après Lao She.
Adaptation : Meng Jinghui
Mise en scène : Meng Jinghui.
Avec : Chen Lin, Chen Minghao, Ding Yiteng, Han Jing, Han Shuo, Li Jianpeng, Li Jingwen, Liu Chang, Liu Hongfei, Qi Xi, Sun Yucheng, Sun Zhaokun, Tian Yu, Wang Xinyu, Wei Xi, Zhao Hongwei, Zhang Hongyu, Zhang Juncheng, Zhang Zhiming ;
et Li Xiaojun (chant), Li Yibo (batterie), Wang Chuang (guitare et basse).
Dramaturgie : Sebastian Kaiser.
Musique, Hua Shan, Shao Yanpeng, Nova Heart.
Scénographie, Zhang Wu.
Lumière, Wang Qi.
Vidéo, Wang Zhigang.
Son, Hua Shan.
Costumes, Yu Lei.
Assistant à la mise en scène, Li Huayi.
Production Meng Theatre Studio.
Coproduction Hybridités France-Chine.
Avec le soutien du Ministère de la Culture et du tourisme de la République populaire de Chine, Sinoac Group.
Résidence Wuzhen Theatre Festival.
En partenariat avec France Médias Monde.

•Avignon In 2019•
Du 9 au 20 juillet 2019.
A 20 h, relâche les 11 et 17.
Opéra Confluence
Place de l'Europe.
Réservations : 04 90 14 14 14.
>> festival-avignon.com

Yves Kafka
Samedi 13 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler à Vienne… Purgatoire collectif et laboratoire des âmes

"Le vaste pays", dans le titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, se réfère aux âmes humaines. Barbara Frey saisit cette métaphore à la plénitude dans sa nouvelle mise en scène à l'Akademietheater de Vienne. Une disposition parfaite pour une distribution de premier rang où figure, entre autres, Michael Maertens (Friedrich Hofreiter), Katharina Lorenz (Génia), Itay Tiran (le docteur Mauer), Bibiana Beglau (Aigner) et l'acteur vétéran Branko Samarovsksi (le banquier Natter).

© Matthias Horn.
"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler, parut en 1911, a été rapidement apprécié à Paris. Tombé sous le charme de la pièce, le feuilletoniste Henry Bidou a consacré un article pour louer "le talent incisif et net de l'auteur" et encourager une adaptation française. Un projet d'adaptation suivit en 1912, avec le titre traduit "Le Pays mystérieux", qui ne connut malheureusement aucune suite. Qualifiée de tragi-comédie, la pièce présente un portrait d'une société viennoise de la première moitié du XXe siècle qui se trouve dans l'entre-deux entre l'héritage du tournant de siècle et des nouveaux codes socio-culturels émergeant de la modernité.

Le drame se déroule autour du couple Hofreiter, l'industriel Friedrich et sa femme Génia, dont le mariage s'est depuis longtemps refroidi et est marqué par des infidélités mutuelles. Friedrich est récemment sorti d'une liaison avec Adèle, la femme de son banquier Natter et on suspecte Génia d'être la cause du suicide soudain du célèbre pianiste russe Korsakov, fou amoureux d'elle. Après une confrontation, Friedrich décide à l'improviste de rejoindre son ami, le docteur Mauer, dans son voyage.

Vinda Miguna
30/11/2022