Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•In 2019• Architecture, chronique d'une mort annoncée ou déconstruction en séries

Choisir ce lieu mythique, ce mur de façades imposantes porteuses de la mémoire du Théâtre "inventé" par Jean Vilar, pour faire entendre les errements d'une intelligentsia familiale murée dans ses névroses et dont l'édifice apparemment inébranlable (à l'image de son paterfamilias, incarné par la "stature du commandeur" Jacques Weber) va se fissurer, se déliter, disparaître corps et biens, tel est le monumental défi que se propose Pascal Rambert accompagné de l'élite de comédiennes et comédiens "élus".



© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Inviter à partager de manière elliptique la saga européenne de gens bien nés - père architecte de renom, fils, filles, compagnes et compagnons poète, philosophe, écrivain, musicien, psychiatre, éthologue - de l'avant-première guerre mondiale (1911) au début de l'anschluss (1938), représente en soi une gageure quand on sait que le texte très dense de Pascal Rambert s'étire sur plus de trois heures trente. Et pourtant malgré le défi réel - pour les comédiens mais aussi pour les spectateurs captifs d'un texte marathonien - l'émotion est là, palpable, avec des moments de bravoure éclipsant les quelques longueurs ressenties parfois.

Dans son éditorial "Désarmer les solitudes", Olivier Py, très inspiré par le climat actuel, écrivait : "Être ensemble, ce n'est pas faire foule ou vibrer d'affects refoulés, c'est accepter une inquiétude commune et espérer le retour des mythes fondateurs". Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette kyrielle d'intellectuels rompus à la manipulation des langages (Stan, le fils rebelle, en est le fleuron), n'a pas acquis la capacité de s'extraire de ses rigidités construites pour s'ouvrir à la commune inquiétude donnant accès aux mythes porteurs d'un "à-venir" plus humain.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Lorsque la voix de stentor de Jacques Weber, résonnant entre les murs du vénérable édifice papal, ouvre le drame dans un long monologue où il déverse un flux ininterrompu de mots humiliants à l'adresse de Stan, le fils indigne qui a osé pousser des cris de bête lors du discours de remise de la rosette au vénérable impétrant, tout est dit des antagonismes qui opposent le tenant d'un ordre excluant toute contestation à celui qui ose ainsi le défier par l'irruption d'un langage déconstruit… Ce qui en soi relève d'une provocation sans nom pour le maître ex cathedra de l'architecture, un crime parfait de lèse-majesté.

"Comme ta mère, tu veux faire éclater le monde par la langue", place Pascal Rambert dans la bouche du patriarche, mettant d'emblée sur l'avant-scène ses thèmes de prédilection pour la langue à valeur performative et pour les liens familiaux nécrosés sous l'effet de névroses activées en permanence. Les couples formés par ses filles mariées "sans jouissance" avec des êtres aussi droits dans leurs bottes qu'impuissants à vivre, et son fils musicien ayant inscrit dans sa chair sous la forme d'un bégaiement ravageur les stupeurs et tremblements hérités d'un père outrageusement castrateur, en couple, lui, avec une musicienne traversée par des accès hystériques (ces deux-là s'aiment), "explosent" dans la scène mémorable du bal, réplique d'autres scènes de bals mythiques.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Quant à la nouvelle, jeune et belle, femme prise par le Patriarche, alors que son épouse se mourait d'un cancer du sein - "le sein gauche, celui du côté du cœur" -, poétesse érotique honnie par les fils et filles qui voient, en celle dont ils partagent l'âge, la figure de la meurtrière de leur "mère chérie", elle porte en elle la source de vigueur du patriarche et le venin de la marâtre. Nœuds névrotiques en chaîne qui trament l'œuvre du metteur en scène écrivain.

Fuir vers une punition collective - "Face au silence, nous allons mourir et nous ne le savons pas encore" - semble le destin commun de ces êtres isolés en eux-mêmes. Dès lors, la mécanique implacable est en ordre de marche et, comme la chronique d'une mort annoncée, le plateau va résonner des cris et déchirements d'un monde qui, réplique sismique des "désaccords" de cette famille nantie, va se précipiter tout droit vers le chaos généralisé.

Vienne, Budapest, Belgrade, Sarajevo, Skopje… les femmes qui hurlent, la citadelle enflammée, la parenthèse du rêve de Delphes et de son omphalos, nombril du monde, la mort de l'Archiduc rejouée de manière emphatique sur scène - théâtre dans le théâtre cher au metteur en scène -, tout n'est que maelstrom aboutissant à la traque des Juifs sur fond de discours populiste à relents très actuels laissant délibérément transpirer jusqu'à nous la théorie nauséabonde du grand remplacement de Renaud Camus, chantre de l'extrême droite décomplexée. Ainsi se déconstruit un monde, pourtant sûr de la pérennité de ses structures, mais courant à sa perte par faute de vigilance salvatrice.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
"Il croit défendre ses valeurs et défend ses névroses", lancera le père à la figure de Stan qui, dans une scène qui fera date - étonnant Stanislas Nordey, égal en furieuses envolées aux bégaiements traumatiques de Denis Podalydès -, déroule une tirade d'une force irrépressible. Déboulonnant la "stature" du commandeur scandaleux, il lui envoie à la figure ses turpitudes et ignominies passées. Tout y passe, des maltraitances physiques et morales subies, à son homosexualité qu'il lui révèle dans un ultime sursaut avant de s'effondrer de douleur.

La mort du musicien, cavalier exilé qui pleure son amour perdu à jamais, seul au milieu d'un champ dévasté par les horreurs guerrières, et s'inscrivant dans un cycle de déplorations en chaîne, annonce à son tour la disparition programmée des autres protagonistes victimes d'un monde fascisant dont ils n'ont pas su décrypter le langage avant-coureur.

Ce qui produit le malheur, la déchirure, autant des peuples que des êtres, c'est le manque à aimer. Et la haine arrive dans les mots, tout est désarticulé quand les mots partent à la dérive. Mais si l'on peut mourir de mots viciés, ou de mots frappés du sceau du silence et qui n'ont jamais pu être prononcés, ils ont en revanche, les mots, le pouvoir de faire jouir dans la tête même lorsque le corps est frappé d'obsolescence.

Fable noire aux vertus de lanceuse d'alertes, "Architecture" déconstruit à l'envi les processus structurels à l'œuvre d'un présent pris dans une compulsion de répétition propre à questionner. Certes, le temps de l'action n'est pas le nôtre mais les correspondances sont si éclatantes qu'il serait difficile d'être "épargné" par ce monument artistique porté par une troupe structurée autour d'un même dessein.

"Architecture"

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
Texte, mise en scène et installation : Pascal Rambert.
Avec : Emmanuelle Béart, Audrey Bonnet, Anne Brochet, Marie-Sophie Ferdane, Arthur Nauzyciel, Stanislas Nordey, Denis Podalydès (sociétaire de la Comédie-Française) et Pascal Rénéric (en alternance), Laurent Poitrenaux, Jacques Weber et Bérénice Vanvincq.
Collaboration artistique : Pauline Roussille.
Lumière : Yves Godin.
Costumes : Anaïs Romand.
Musique : Alexandre Meyer.
Chorégraphie : Thierry Thieû Niang.
Chant : Francine Acolas.
Conseil mobilier : Harold Mollet.

© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud De Lage/Festival d'Avignon.
•Avignon In 2019•
Du 4 au 6 et 8 au 13 juillet 2019.
À 21 h 30, 3 h 35 avec entracte.
Cour d'Honneur du Palais des Papes
Place du Palais.
Réservations : 04 90 14 14 14.
>> festival-avignon.com

Spectacle créé le 4 juillet 2019 au Festival d'avignon.

Yves Kafka
Samedi 6 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021