La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Heptaméron", cet étrange et familier miroir de l'âme

"Heptaméron, récits de la chambre obscure", Théâtre des Bouffes du Nord, Paris

Avec "Heptaméron, récits de la chambre obscure", Benjamin Lazar approche le mystère d'une œuvre méconnue et majeure dans l'histoire de la Littérature française. Cet "Heptaméron" que Marguerite de Navarre (femme de tête et de lettres, reine de Navarre, sœur de François 1er et grand-mère de Henri IV) a écrit à l'imitation du "Décaméron" de Jean Boccace (1) mais que la mort a interrompu à la septième partie (2).



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Dans la convention du spectacle, la scène est comme une cabane, un refuge que trouvent des voyageurs du hasard : musiciens, chanteurs de madrigaux et comédiens. Les rideaux de pluie et de vents mêlés, les inondations, les tempêtes, ouragans et tourments ne sont plus que soupirs et souvenirs filtrés par une lucarne béante.

La scène est un espace de vie calme à l'abri du monde. "Suave mari magno turbantibus aeqora ventis…" (3).

Réunis, pour longtemps, une décade peut-être à se raconter des histoires. Certaines peuvent tomber à plat mais cela n'a pas d'importance. L'essentiel est ailleurs. Il faut composer une bonne compagnie et, à tour de rôle, comme en un tournoi courtois, partir à la découverte des affinités communes. L'ardeur amoureuse, la fureur, l'amour, la mort. Rires et mélancolies.

Dans une belle tension des contraires, Benjamin Lazar met en situation ses acteurs à la fois interprètes d'eux-mêmes et objets de la fiction qu'ils représentent.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Le spectacle alterne, entremêle, amplifie de petits récits simples, timides et maladroits, des extraits du texte de Marguerite de Navarre nobles et cruels et se clôt par la fable basilic tirée du "Décaméron" de Pasolini. Par touches successives et ruptures, les chants et la musique (quelquefois imitative, quelquefois presque abstraite) amplifient et soutiennent l'ensemble.

Sous les yeux et les oreilles ébahies, éblouies, la matière du spectacle s'élabore en un rêve, en une forme de vision nocturne. Le spectateur participe à la fusion des textes et des madrigaux. Comme immergé dans la variété des ornements à la découverte d'une clarté et d'une précision d'écriture où se mesurent les règles inflexibles de la représentation et celles de la sensibilité de l'être. Et dans la mise en scène, la posture, le maintien, la vérité du lamento.

Dans l'Heptaméron, qui montre en somme comme le travail de l'art, le spectateur est capté par une figure qui apparaît comme en filigrane le sort d'une reine au soir de sa vie, belle et brillante, inquiète et savante, délicate et raffinée. La vérité de ses mots embrasse le Temps. Le passé, la Renaissance, remonte sans violence dans la sensibilité contemporaine. À la maison de la culture d'Amiens, le soir de la création, le public a ovationné cet étrange et familier miroir de l'âme.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
(1) Jean Boccace, parmi les auteurs de contes et nouvelles de la Renaissance italienne, a eu l'idée d'un fil conducteur au cœur de son recueil. Une petite société vit une forme de huis clos qu'il leur faut rendre agréable par des échanges d'histoires à raconter. Le succès fut foudroyant. Des "Cent nouvelles nouvelles" du duc de Bourgogne aux "Contes de Canterbury", les fabliaux, les lais, les contes du Moyen Âge trouvent une nouvelle jeunesse. On en retrouve des traces dans l'oeuvre de Molière, de Shakespeare.
(2) D'où le titre d'heptaméron.
(3) Lucrèce, "De natura rerum", Livre 2, début du verset 1 à 33.

"Heptaméron, récits de la chambre obscure"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
D'après "L'Heptaméron" de Marguerite de Navarre.
Et la musique de Claudio Monteverdi, Luca Marenzio, Benedetto Pallavicino, Carlo Gesualdo, Michelangelo Rossi et Biagio Marini.
Mise en scène : Benjamin Lazar.
Direction musicale : Geoffroy Jourdain.
Avec : Fanny Blondeau, Geoffrey Carey, Malo de La Tullaye.
Et avec Les Cris de Paris : Virgile Ancely, Anne-Lou Bissières, Stéphen Collardelle, Marie Picaut, William Shelton, Luanda Siqueira, Michiko Takahashi et Ryan Veillet.
Scénographie : Adeline Caron.
Costumes : Adeline Caron et Julia Brochier.
Lumières : Maël Iger.
Maquillages et coiffures : Mathilde Benmoussa.
Images : Joseph Paris.
​Assistant mise en scène et dramaturge : Tristan Rothhut.
Durée : 1 h 35.

Du 1er au 23 février 2019.
Du mardi au samedi à 20 h 30.
Théâtre des Bouffes du Nord, Paris, 01 46 07 34 50.
>> bouffesdunord.com

Jean Grapin
Vendredi 25 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", Essaïon Théâtre, Paris

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
12/12/2018
Spectacle à la Une

"Adieu Monsieur Haffmann"… Rire et émotions mêlés dans une pièce toute en délicatesse… comme une sonate des cœurs purs

Reprise de la pièce aux quatre "Molière 2018", Théâtre Rive Gauche, Paris

La pièce est dessinée en traits purs, comme une esquisse, une encre fine qui laisse autant de place à l'imaginaire dans les espaces laissés vides que dans les tracés. Une sorte de stylisation mêlée à une extrême pudeur pour permettre à cette histoire de briller malgré la noirceur de l'époque où elle se déroule.

1942, les nazis instaurent le port obligatoire de l'étoile jaune pour les Juifs, monsieur Haffmann décide de se cacher dans la cave de sa bijouterie et d'en confier la direction (ainsi que sa propre sécurité) à son employé goy Pierre Vigneau.

Le décor sobre de Caroline Mexme, tout en déclinaisons de gris, sert de fond à cette époque aux couleurs vert-de-gris. D'un côté la cave où se cache Joseph Haffmann, de l'autre l'appartement à l'étage où s'installent Pierre et sa femme, jeune couple en attente d'un enfant qui ne vient pas. Dehors, les persécutions contre les Juifs s'intensifient, dénonciations, expropriations, et puis la rafle du Vél d'Hiv…

C'est dans ce huis clos que va se dérouler la pièce. Une vie à trois qui s'organise sur la base d'un double contrat : donnant-donnant. L'employé-modèle accepte de cacher son patron et de diriger la boutique à condition que celui-ci veuille bien tenter de mettre enceinte sa femme - car lui-même est stérile et monsieur Haffmann si fertile que sa descendance est déjà au nombre de quatre. Contrat aux allures diaboliques dans une époque où l'intégrité est soumise à toutes sortes de tentations, où toutes les trahisons sont possibles.

Bruno Fougniès
09/10/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", en tournée 2018/2019

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018