La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Folies baroques et éléments déchaînés pour les 40 ans du Festival de Sablé

La 40e édition anniversaire du Festival de Sablé s'est follement fêtée avec de nombreux événements inédits placés sous le signe du spectaculaire et de l'extravagance baroques. Avec de surcroît une programmation musicale vouée aux catastrophes des éléments, séismes naturels ou déchaînements divins et autres miracles de magicien(ne)s, la manifestation a su encore séduire un très large public.



Grand Bal, Cie de Danse l'Éventail - Folie Françoise © Festival de Sablé.
Grand Bal, Cie de Danse l'Éventail - Folie Françoise © Festival de Sablé.
Le Festival de Sablé a été un des premiers à mettre à l'honneur les délices de l'univers baroque. Quatre décades consacrées à la connaissance et à la transmission des prestiges de ce monde de féeries, c'est une histoire déjà longue dédiée aussi à la création et à la formation - avec des académies réputées de danse et de musique pour les jeunes talents.

Ces derniers ont été également bien représentés cette année avec le claveciniste Justin Taylor, les chanteurs Eugénie Lefebvre (primée au Concours Corneille des voix) et Paul-Antoine Bénos-Djian (ancien élève à Sablé), entre autres. Pour la création, le grand opéra à machines a particulièrement brillé avec la production de "Rinaldo" de Haendel grâce aux monstres articulés de Claire Dancoisne et aux musiciens du Caravansérail, accompagnés par un plateau vocal somptueux (P.A. Bénos-Djian, Lucile Richardot, Emmanuelle de Negri, Thomas Dolié).

Les concerts n'ont pas été en reste avec l'évocation des forces naturelles (destructrices ou consolatrices) en vogue dans ce cosmos baroque grâce à des artistes tels que ceux de L'Arpeggiata ("Mediterraneo"), du Consort ("Tourbillons"), du Poème Harmonique ("Il Terremoto") ou encore de l'Ensemble Les Surprises ("Les Éléments"), entre nombreux autres rendez-vous indispensables.

© Christine Ducq.
© Christine Ducq.
Les cinq jours du festival ont également été l'occasion d'inviter chacun à une série de rendez-vous (très courus) : expositions, conférences, visites, déjeuners sur l'herbe et promenades contées dans différents lieux de Sablé - avec son exceptionnel patrimoine (du Moyen-Âge au Grand Siècle) à admirer au hasard des méandres de la Sarthe.

Pour clore en beauté cette édition anniversaire le samedi 25, Yannick Javaudin (directeur de l'Entracte, scène conventionnée de Sablé-sur-Sarthe) et Alice Orange (directrice artistique du festival et des académies) et leurs équipes ont conçu un dernier acte populaire et festif.

Investissant la ville de Sablé (Place Dom Guéranger), les scénettes dansées (baroques) par la Compagnie de Danse L'Eventail ("L'Amour et la Folie"), les ateliers pratiques "Contredanse" dans le Parc du Château (pour s'entraîner pour le Grand Bal nocturne), les ateliers de maquillage et coiffure baroques offrant aux amateurs de devenir d'extravagantes et superbes créatures tout droit sorties du film de Kubrick "Barry Lyndon" (attirant naturellement un public fasciné), un dîner sur l'herbe après trois spectacles gratuits (danse, théâtre et musique) ont attiré un public varié. D'autant plus qu'un feu d'artifice sur le modèle de ceux donnés à la cour du Roi Soleil était très attendu en conclusion de cette fête.

La Simphonie du Marais dirigée par Hugo Reyne (également au fifre, aux flûtes et au hautbois) a offert un programme consacré au répertoire de la Grande Écurie de Versailles avec des œuvres de Lully et Philidor. Le sympathique chef, commentant avec beaucoup d'humour ce concert intitulé "Plaisir du Roi, Malheur de la guerre" avec force anecdotes sur les œuvres et leurs circonstances historiques, a ravi mélomanes et curieux.

Plaisir du roi, Simphonie du Marais © Festival de Sablé.
Plaisir du roi, Simphonie du Marais © Festival de Sablé.
Plus tard, c'est l'Ensemble Amarillis (dirigé par la flûtiste Héloïse Gaillard et la claveciniste Violaine Cochard) qui a livré un concert dédié aux concertos pour cordes et vents de Telemann et Bach pour une "Effervescence concertante". Une manifestation inventive donc pour un jeune festival de quarante ans, dont on se souviendra en attendant la 41e édition.

S'est déroulé du 21 au 25 août 2018.
Festival de Sablé - Édition anniversaire des 40 ans.

>> festivaldesable.fr

Concerts à retrouver sur la chaîne Culturebox et sur France Musique.

Mediterraneo, L'Arpeggiata © Festival de Sablé.
Mediterraneo, L'Arpeggiata © Festival de Sablé.

Christine Ducq
Vendredi 31 Août 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…

La chronique d'Isa-belle L

Reprise ! "Un commerce d’hommes ! Grand Dieu ! Et la nature ne frémit pas ? S’ils sont des animaux, ne le sommes-nous pas comme eux ?" Olympe de Gouges. Réflexions sur les hommes nègres, 1788 (France).
"Des commerces ouverts le dimanche et les hommes laissent faire cela ? Gagner plus en travaillant le dimanche… le plus simple ne serait-il pas d’augmenter le Smic ?" Isabelle Lauriou. Réflexions sur les salaires, 2012 (France).

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…
J’ai pris du retard Olympe. J’ai troqué ta plume contre un clavier et me suis endormie sur ta biographie. Tel est le monde d’aujourd’hui. Tout ce que tu veux savoir sur quelqu’un, tu le trouves en deux temps trois mouvements. J’ai tapé sur mon "ordi" : "Olympe de Gouges", après avoir applaudi la prestation d’une troupe aux multiples talents et, "portée par ta fougue, je me suis emportée au loin mais le son de ta voix m’est revenu ce matin car cette chronique, je te la dois bien".

Olympe de Gouges n’a pas manqué d’enthousiasme. Je lui ressemble un peu. En revanche, je préférerais ne pas finir comme elle. Bien qu’encore à notre époque, tout ne soit pas simple pour les langues bien "pendues". Les femmes préférant ouvrir leurs bouches que dégrafer leurs soutiens gorges sont rangées illico dans la catégorie "caractérielles" ou deviennent : "black listées" - nouvelle expression de l’année. Très en vogue dans le milieu du spectacle.

Olympe, je ne suis pas certaine que ce monde d’aujourd’hui, "moderne" comme on dit, te plairait tant que cela si tu y trainais ta robe en taffetas. L’électricité a remplacé les chandelles, le clavier : la plume et les encriers, la langue française s’anglicise à la moindre contrariété, les laissés pour compte se comptent par millions, l’égalité homme femme n’a guère progressé et pourtant, en matière d’égalité, tu n’as pas lésiné avec ta déclaration des "droits de la femme et de la citoyenne". (1791)

Isabelle Lauriou
05/09/2018
Spectacle à la Une

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018

Depuis la fin août et jusqu'en octobre, le Festival 2018 de Royaumont nous invite à partager moments forts et riches émotions avec 40 concerts et spectacles dans le superbe cadre de l'abbaye royale et de ses jardins, au cœur du Parc naturel régional de l'Oise.

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018
Avec ses bâtiments restaurés et les trois jardins ornant son sublime parc, l'abbaye cistercienne de Royaumont, édifiée au XIIIe siècle par le futur Saint-Louis et sa mère Blanche de Castille, est un des sites les plus exceptionnels d'Île-de-France. Lieu remarquable par sa beauté, Royaumont abrite un festival renommé dont la 74e édition offre un riche parcours du Moyen-Âge à la création contemporaine. Après deux week-ends dédiés aux "Artistes au jardin" et aux "Entre-Actes/Chorégraphiques opus 2", l'accent sera mis les 8 et 9 septembre sur les "Voix nouvelles" que portent les compositeurs d'aujourd'hui, issus de tous les continents.

Le public est invité à une académie (où se presseront compositeurs et interprètes) avec les Ensembles Exaudi et Meitar dirigés par James Weeks (15 h 30, Salle des Charpente, entrée libre sur réservation), un concert "Vertiges" mettant à l'honneur Philippe Leroux, Mauro Lanza ou Philippe Hurel et la création mondiale d'une pièce de Hakki Cengiz Eren par l'Ensemble Meitar dirigé par Pierre-André Valade (20 h 45). Sans oublier le compositeur Francesco Filidei à l'orgue pour un concert "Orgue & Toys" dans le Réfectoire des Moines (17 h 45).

Christine Ducq
04/09/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018