La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Folies baroques et éléments déchaînés pour les 40 ans du Festival de Sablé

La 40e édition anniversaire du Festival de Sablé s'est follement fêtée avec de nombreux événements inédits placés sous le signe du spectaculaire et de l'extravagance baroques. Avec de surcroît une programmation musicale vouée aux catastrophes des éléments, séismes naturels ou déchaînements divins et autres miracles de magicien(ne)s, la manifestation a su encore séduire un très large public.



Grand Bal, Cie de Danse l'Éventail - Folie Françoise © Festival de Sablé.
Grand Bal, Cie de Danse l'Éventail - Folie Françoise © Festival de Sablé.
Le Festival de Sablé a été un des premiers à mettre à l'honneur les délices de l'univers baroque. Quatre décades consacrées à la connaissance et à la transmission des prestiges de ce monde de féeries, c'est une histoire déjà longue dédiée aussi à la création et à la formation - avec des académies réputées de danse et de musique pour les jeunes talents.

Ces derniers ont été également bien représentés cette année avec le claveciniste Justin Taylor, les chanteurs Eugénie Lefebvre (primée au Concours Corneille des voix) et Paul-Antoine Bénos-Djian (ancien élève à Sablé), entre autres. Pour la création, le grand opéra à machines a particulièrement brillé avec la production de "Rinaldo" de Haendel grâce aux monstres articulés de Claire Dancoisne et aux musiciens du Caravansérail, accompagnés par un plateau vocal somptueux (P.A. Bénos-Djian, Lucile Richardot, Emmanuelle de Negri, Thomas Dolié).

Les concerts n'ont pas été en reste avec l'évocation des forces naturelles (destructrices ou consolatrices) en vogue dans ce cosmos baroque grâce à des artistes tels que ceux de L'Arpeggiata ("Mediterraneo"), du Consort ("Tourbillons"), du Poème Harmonique ("Il Terremoto") ou encore de l'Ensemble Les Surprises ("Les Éléments"), entre nombreux autres rendez-vous indispensables.

© Christine Ducq.
© Christine Ducq.
Les cinq jours du festival ont également été l'occasion d'inviter chacun à une série de rendez-vous (très courus) : expositions, conférences, visites, déjeuners sur l'herbe et promenades contées dans différents lieux de Sablé - avec son exceptionnel patrimoine (du Moyen-Âge au Grand Siècle) à admirer au hasard des méandres de la Sarthe.

Pour clore en beauté cette édition anniversaire le samedi 25, Yannick Javaudin (directeur de l'Entracte, scène conventionnée de Sablé-sur-Sarthe) et Alice Orange (directrice artistique du festival et des académies) et leurs équipes ont conçu un dernier acte populaire et festif.

Investissant la ville de Sablé (Place Dom Guéranger), les scénettes dansées (baroques) par la Compagnie de Danse L'Eventail ("L'Amour et la Folie"), les ateliers pratiques "Contredanse" dans le Parc du Château (pour s'entraîner pour le Grand Bal nocturne), les ateliers de maquillage et coiffure baroques offrant aux amateurs de devenir d'extravagantes et superbes créatures tout droit sorties du film de Kubrick "Barry Lyndon" (attirant naturellement un public fasciné), un dîner sur l'herbe après trois spectacles gratuits (danse, théâtre et musique) ont attiré un public varié. D'autant plus qu'un feu d'artifice sur le modèle de ceux donnés à la cour du Roi Soleil était très attendu en conclusion de cette fête.

La Simphonie du Marais dirigée par Hugo Reyne (également au fifre, aux flûtes et au hautbois) a offert un programme consacré au répertoire de la Grande Écurie de Versailles avec des œuvres de Lully et Philidor. Le sympathique chef, commentant avec beaucoup d'humour ce concert intitulé "Plaisir du Roi, Malheur de la guerre" avec force anecdotes sur les œuvres et leurs circonstances historiques, a ravi mélomanes et curieux.

Plaisir du roi, Simphonie du Marais © Festival de Sablé.
Plaisir du roi, Simphonie du Marais © Festival de Sablé.
Plus tard, c'est l'Ensemble Amarillis (dirigé par la flûtiste Héloïse Gaillard et la claveciniste Violaine Cochard) qui a livré un concert dédié aux concertos pour cordes et vents de Telemann et Bach pour une "Effervescence concertante". Une manifestation inventive donc pour un jeune festival de quarante ans, dont on se souviendra en attendant la 41e édition.

S'est déroulé du 21 au 25 août 2018.
Festival de Sablé - Édition anniversaire des 40 ans.

>> festivaldesable.fr

Concerts à retrouver sur la chaîne Culturebox et sur France Musique.

Mediterraneo, L'Arpeggiata © Festival de Sablé.
Mediterraneo, L'Arpeggiata © Festival de Sablé.

Christine Ducq
Vendredi 31 Août 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022