La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Festival Trente Trente "Heartbreaker(s)" et "Sola Gratia", deux performances bouleversantes où l'on voit "l'auto-fiction" transcender le réel pour en faire matière

Pour clore le parcours du samedi 22 janvier axé autour des identités "à découvrir", L'Atelier des Marches de Jean-Luc Terrade et l'ancienne fabrique de chaussures de La Manufacture CDCN accueillent deux performances théâtrales à couper le souffle… Trempant leur plume dans l'intime, elles font matière artistique de blessures à jamais à vif. Non pour faire pleurer Margot - ce n'est pas le genre - mais pour créer, dans les traces de Serge Doubrovsky, une œuvre auto-fictive transcendant le réel afin de le mieux donner à entendre.



"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
"Heartbreaker(s)", conçu et interprété par Nicolas Meusnier, s'inscrit dans le droit fil du premier "épisode", "Sitcom", créé en 2019 et repris dans cette même programmation. D'abord dire qu'à l'époque, ce fut pour nous un vrai choc de découvrir chez ce jeune homme autant d'engagement personnel et artistique au service d'une œuvre qui ne faisait alors que débuter. "Heartbreaker(s)" allait confirmer le bienfondé de nos premières impressions…

Si l'artiste avait préalablement élu la table de la cuisine de son enfance comme nœud névralgique du dispositif retenu de dissection des névroses familiales dont il avait hérité, ici on se retrouve projeté dans une salle anonyme où des adultes se regroupent pour parler ensemble de leur mal de vivre. Les spectateurs, inclus dans le demi-cercle de chaises s'ouvrant sur les travées, deviennent là encore témoins de ce qui va se rejouer de "l'autre scène", celle où vont surgir les avatars d'une histoire marquée par les violences de l'abandon.

"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
Toujours muni d'une liasse de feuillets en main, se rongeant les ongles, le performeur déchiffre dans un état d'émotions difficiles à contenir les mots jetés sur le papier. "Ses" mots, ceux de "son" histoire mise à distance, déroulant l'itinéraire chaotique d'un jeune adulte ayant subi - souhaité - des relations avec des hommes dont il a eu ensuite à souffrir l'abandon. Amours violentes autant que passionnées qui, chaque fois avec une sidérante répétition du même, le laissent en perdition, comme si "éprouver" à satiété l'abandon était devenu pour lui une nécessité vitale, une addiction irrépressible visant à conjurer d'anciens démons lovés au plus profond de son être.

Dès le "lever de rideau" (on est au théâtre) qui le découvre ravalant ses larmes, marmonnant un "je préfère que quelqu'un meure, plutôt qu'il ne m'abandonne", tout est dit de l'axe dramatique tramant la performance trouée de ruptures qu'il enchaîne et qui l'enchaînent sur sa chaise dont il ne se lèvera que pour chanter au micro des tubes à haute valeur roborative. Véronique Sanson, Barbara, Céline Dion, Françoise Hardy, "interprètes" aux voix vibrantes d'émotions, se feront ainsi l'écho de ses émois amoureux, de ses blessures béantes.

"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
Avec un langage d'une vérité crue, n'épargnant aucun détail physique, si violent puisse-t-il apparaître, il raconte ses aventures amoureuses avec des hommes plus âgés que lui, se raconte au fil des mots vibrant d'espoirs déçus. Les siens mots, mais aussi ceux d'une poésie à fleur de peau, à l'image de ceux de Barbara dans "Septembre". "Il faut se quitter, pourtant l'on s'aimait bien… quel joli temps pour jouer ses vingt ans sur la fumée des cigarettes… l'amour s'en va, mon cœur s'arrête", les paroles d'une autre, en accord avec sa sensibilité exacerbée. Les chansons, c'est sa manière à lui de dire aussi je t'aime à quelqu'un qui pourrait avoir envie de lui, lui qui est prêt à tout pour être aimé, prêt à offrir son corps enchaîné aux désirs des autres. Et lorsque l'émotion semble le submerger, il s'absente en fond de plateau pour y trouver refuge blotti dans son blouson, comme un enfant au creux de sa mère.

Jusqu'au dévoilement final, l'amour fou qu'il réclame à cor et à cri, à corps perdu, résonne jusqu'à nous comme un appel déchirant l'épaisseur des convenances… Mais que l'on ne s'y trompe pas, si l'homme est tout entier dans le récit (qui par nature est de l'ordre de la fiction) de ses amours violentes et ruptures désespérées, c'est l'acteur qui les représente avec force et talent, les reproduisant de représentation en représentation pour "acter" son geste artistique.

"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
"Sola Gratia", porté par Yacine Sif El Islam et ses complices Benjamin Yousfi et Benjamin Ducroq, plonge dans les arcanes d'une histoire de la violence vécue… pour en faire œuvre symptomatique d'un monde gangréné par de crétins anonymes à la vue "limitée", ceux dont parlait naguère Georges Brassens dans sa "Ballade des gens qui sont nés quelque part" (Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part/Maudits soient ces enfants de leur mère-patrie/Empalés une fois pour toutes sur leur clocher…).

Un homme, dos nu - Benjamin Yousfi - fait face à un tableau. Pendant toute la performance, il s'appliquera de son fil à broder à inscrire en lettres de feu une date, la date. Celle de ce début septembre 2020 où, dans le quartier Saint-Jean de Bordeaux où il réside avec son ami Yacine Sif El Islam, un jeune homme (ironie de l'histoire, il portait lui aussi le prénom de Yacine) après les avoir gratifiés de "sales PD", a entaillé méchamment de sa lame l'épaule de l'un et la joue de l'autre. L'application qu'est la sienne, dans ce geste de brodeur répété avec minutie, renvoie à celui du chirurgien tentant de suturer les deux lèvres d'une plaie béante.

"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
Son compagnon - Yacine Sif El Islam à qui l'on doit l'écriture de ce texte -, assis au premier plan, s'apprête à se saisir du micro pour explorer le cataclysme déclenché en lui par cette agression sauvage ayant fait figure de détonateur. Remontant alors méthodiquement le parcours qui fut le sien, il cheminera à rebours l'itinéraire reliant entre eux les évènements marqueurs d'une existence mise très tôt à l'épreuve de la violence. À l'autre bout de la diagonale de cette folie recensée, un autre Benjamin - Benjamin Ducroq -, debout derrière ses manettes, soutiendra de ses musiques savamment distillées les respirations d'un texte fleuve.

Remonte alors à sa mémoire en fusion, les injures ordinaires proférées par des hommes ordinaires, de toutes origines, se croyant irrésistibles de ricaner sur le passage de ces "deux bicots PD", qu'ils se tiennent ou non par la main. Pire, le sentiment écœurant que les agresseurs et les tenants de l'ordre se retrouvent pour les avilir, les humilier, eux, Arabes et homosexuels. Et pire encore, ces policiers investis d'un rôle de missionnaire face à la horde des indigènes sauvages à civiliser, ces tenants d'un ordre républicain dévoyé s'adonnant à des "plaisanteries" scabreuses lors de leur dépôt de plainte au commissariat de Bordeaux.

"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
Suivront, comme les battements d'un métronome égrenant les minutes d'une existence placée sous le sceau des brutalités vécues, d'autres dates. Mars 2017, Bordeaux… Juin 2016, Madrid… Juillet 2006, Montpellier… Autant de lieux datés libérant leur histoire de violence ordinaire où le sexe, la vie et la mort mêlant inextricablement leurs rhizomes, aériens et souterrains, se confondent dans le même substrat. Avant que, touche finale ouvrant sur un avenir désiré, ne soit évoqué le paradis de l'enfance insouciante.

Ce qui est remarquable, c'est que loin d'adopter un point de vue victimaire, l'homme-acteur s'interroge. Si, lui qui se reconnaît volontiers "musulman par son père, catholique par sa mère, juif par amour et athée par conviction", réalisait en un seul la synthèse d'un être traversé par des pulsions, apparemment contradictoires, poussant le désir d'aimer jusqu'à celui de s'exposer à la fureur de vivre, quand bien même devrait-il en payer le prix fort ?

Si ce n'était la longue estafilade barrant le visage qui nous fait face, on pourrait se demander - tant la voix distillant la colère contenue trouve la bonne distance pour ne pas "écraser" de son impact le spectateur - s'il ne s'agirait pas là d'une écriture théâtrale portée à son incandescence par un acteur extérieur aux faits… L'acteur - c'est une "représentation" - transcende ainsi l'homme pour, sans le trahir aucunement, faire résonner "extra-ordinairement" sa voix sur une scène. Et cette voix "haut parlée" est d'autant plus audible qu'elle est en permanence amplifiée par la petite musique aérienne, et la performance silencieuse, de ses deux complices au plateau. Un grand texte, superbement interprété.

Ces deux spectacles ont été vus dans le cadre du Festival Trente Trente de Bordeaux-Métropole-Boulazac le samedi 22 janvier. Le premier à 18 h 45, à L'Atelier des Marches, le deuxième à 20 h 30, à La Manufacture CDCN.

"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
"Heartbreaker(s)" © Pierre Planchenault.
"Heartbreaker(s)"
Création - Performance - Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux).
Conception et interprétation : Nicolas Meusnier.
À partir de 15 ans.
Durée : 30 minutes.

"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
"Sola Gratia" © Pierre Planchenault.
"Sola Gratia"
Création - Théâtre, performance - Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux).
Porté par Yacine Sif El Islam.
Texte : Yacine Sif El Islam.
Avec : Yacine Sif El Islam, Benjamin Ducroq et Benjamin Yousfi.
Création costume, conseil et performance : Benjamin Yousfi.
Création sonore : Benjamin Ducroq.
Production : Groupe Apache.
Durée : 40 minutes.

Festival Trente Trente,
19e Rencontres de la forme courte dans les arts vivants.

Du 18 janvier au 10 février 2022.
Billetterie : 05 56 17 03 83 et info@trentetrente.com.
>> trentetrente.com

Yves Kafka
Dimanche 6 Février 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022