La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Éric Guilleton... Une ville, un soir...

Un train, une étape, une ville, un soir, un concert... de mots romantiques en notes nostalgiques, avec pour mélodie la mélancolie accordée à sa guitare, Éric Guilleton nous offre un nouveau voyage poétique dans le monde des souvenirs, des moments amoureux et des réflexions lucides de la vie qui passe... Où parfois des espoirs peuvent fleurir.



© Camille Guilleton.
© Camille Guilleton.
Entre ambiance quai de gare et atmosphère gaie de pluie, au cœur des cœurs étreints les nuits de braises, "Une ville, un soir", le nouvel album d’Éric Guilleton est une clairvoyante mais joyeuse ode au romantisme teinté d'histoires colorées et de douces mélodies finement ciselées.

Conçus et réalisés "à la maison" - hormis deux chansons au piano enregistrées au Théâtre d’Étampes (où il est en résidence d'artiste depuis quelques années) -, façon "fait main" et dans une temporalité vivante et acoustique, les treize titres de cet opus reflète parfaitement l'univers, à la dentelle poétique et au phrasé délicat, de cet invétéré romantique... emprunt d'un regard généreux et permanent sur le monde qui l'entoure.

Cet opus est indéniablement d'une facture classique, au sens le plus noble du terme. Et comme pour beaucoup de voyages, tout commence par une "Histoire de trains" et une ambiance sonore de quai de gare. Et si un train peut en cacher un autre... un souvenir peut aussi en cacher un autre... de chagrins en espoirs, sur le chemin de l'amour, le cœur peut parfois s'amuser en route... Folk-song dans la plus pure tradition où la voix d'Éric, comme souvent, est douce et câline pour parler d'amour, ici sans doute à sa fille, sur une frise guitaristique qui tourne joliment...

L'étape suivante nous emmène à Orléans, sur le parvis de sa cathédrale, simplement pour prendre conscience de l'instant, de ces petits moments fugaces, de ces séquences apparemment anodines de notre vie mais qui se loge dans la bibliothèque de nos souvenirs... le temps de griller une cigarette... et de laisser une pensée partir en fumée.

Éric Guilleton... Une ville, un soir...
Le 3e titre, "La beauté des humbles", l'un des deux de l'album interprété (magnifiquement) au piano est sans doute l'un plus beau de cet promenade poétique, plein de générosité et d'humanisme... posé sur un jeu pianistique délicat qui a la fine fluidité d'un William S...
"Cela m'est venu un jour à Paris, dans le métro, je nous voyais tous dans le bocal. Et je me suis dit, les gens sont des héros sans le savoir... Car il faut être sacrément courageux pour vivre en ce moment."

De promenades en balades (ballades), la soirée se passe parfois au cinéma où l'amour fait mouche. Sans doute dans ces moments-là on aimerait tant éviter "Les mensonges à l'amante". De tendres souvenirs d'amour, il en est souvent question avec Éric Guilleton. Sous la pluie à Saint-Valéry ("Et..."), au joli temps des cerises ("Ninon") ou dans le silence de la nuit ("La dormeuse"), dans la trame de sa mémoire, il brode la tendresse des échanges amoureux sans en oublier les maux.

Le sentier de ses pensées passe parfois par l'enfance ("Joyeux Noël") ou l'adolescence ("Dans la poche"), empreint d'une nostalgie légère comme les aériens arpèges qu'il tisse sur sa guitare en de mélodiques phrases harmonieuses. "La maison du passeur", second morceau au piano, nous prouve, si besoin était, la qualité de ses compositions où se pose de temps en temps un brin d'élégante mélancolie.

La chanson titre de l'album, "Une ville, un soir", nous entraîne dans les vagabondes réflexions de l'artiste qui, de gare en gare, de quai en quai, découvre le temps d'une soirée, d'un concert, le sentiment éphémère d'être toujours ailleurs, en découverte permanente de l'éternel - mais toujours nouvel - étranger. Un des titres phares qui éclaire de sa grâce ce nouveau vagabondage de notre sage romantique.

Éric Guilleton aurait pu être un artisan menuisier de la chanson mais c'est à un véritable ébéniste auquel nous avons affaire, qui réussit, avec délicatesse et un incroyable talent, l'association paroles et musiques... comme une fine et raffinée marqueterie... digne de l'intemporel Orient Express (douce nostalgie) ! Comme le bonheur d'être sur le quai d'une gare, en partance permanente pour un ailleurs à découvrir ou à redécouvrir au cœur des souvenirs, "Une ville, un soir" s'offre comme autant de petites histoires étapes, d'amours séquences, d'instants de vie passés ou rêvés qui nourrissent/construisent nos âmes du bonheur d'exister et de rencontrer l'autre.

En écoutant Éric Guilleton, on prend conscience du temps qui passe, mais le passé, en se laissant embarquer dans ses voyages romantico-nostalgiques, est bigrement agréable.


● CD Éric Guilleton "Une ville, un soir". Sortie le 21/01/2012.
Mystikal Production.

Gil Chauveau
Lundi 20 Février 2012


1.Posté par FERAGUS Jean Baptiste le 17/06/2012 20:48
Bonjour à tous,

Eric Guilleton est un grand artiste à découvrir par le grand public. Ses chansons sont fines et sensibles. Je lui souhaite tout le bonheur du monde.


Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019