La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Don César de Bazan" de Jules Massenet enregistré… une première mondiale !

Un opéra de jeunesse de Jules Massenet ressuscite grâce à un sextuor de chanteurs de très grand talent, joliment accompagnés par les excellents chœur Aedes et orchestre des Frivolités Parisiennes, dirigés par Mathieu Romano.



© DR.
© DR.
Des très nombreux opéras composés par Jules Massenet, beaucoup ont disparu. Et dans cette très grande production, peu connaissait ce "Don César de Bazan" créé à l'Opéra Comique le 30 novembre 1872, reçu d'ailleurs plutôt fraîchement. Œuvre de jeunesse de Jules Massenet (composée en quelques semaines à 30 ans sur commande), cet opéra comique, au livret inspiré d'une pièce écrite (d'après Victor Hugo) pour le mythique Frédéric Lemaître, ne brille pas tout à fait encore du grand style de la maturité.

Mais avec ses belles mélodies, sa couleur pittoresque, son sens plaisant du rythme, ses belles couleurs instrumentales et ses rôles nécessitant des chanteurs de la meilleure école française, on comprend sans peine ce qui dans l'opéra a pu attirer les artistes des Frivolités Parisiennes - un orchestre fondé en 2012 par Benjamin El Arbi et Mathieu Franot. Cet orchestre de chambre, qui se veut l'héritier spirituel de celui de l'Opéra Comique dissous dans les années soixante, et grand découvreur de partitions oubliées, est spécialisé dans la musique française légère des XIXe et XXe siècles. "Légères" peut-être mais véritablement dignes de notre attention.

© DR.
© DR.
Sur les pas de Grétry et Auber, Massenet - ce grand ami et élève d'Ambroise Thomas - parvient à insuffler à une histoire plutôt conventionnelle son sens "de la couleur, de la poésie, des situations musicales et des effets de mise en scène" (Massenet, Lettre à H. Quinzard), projet esthétique qu'il mènera encore et toujours dans ses œuvres ultérieures, avec le succès que l'on sait. Ce succès dans sa carrière opératique ne venant qu'en 1877 avec "Le Roi de Lahore". Charmant à défaut d'être captivant, "Don César de Bazan" témoigne déjà d'un métier sûr, de cette facilité due à une "prodigieuse fécondité" que semblait un peu regretter Debussy au lendemain de la mort de Massenet (août 1912) dans son article nécrologique publié dans "Le Matin".

Don César, cousin sympathique de l'affreux Don Salluste dans "Ruy Blas", est ce Grand d'Espagne désargenté et charmant, qui va tomber amoureux de Maritana (un beau personnage de bohémienne, une Carmen avant l'heure - moins l'insolence et la sensualité brute). Bazan saura déjouer les intrigues d'un Don José, premier ministre diabolique du roi Charles II d'Espagne. Ce dernier évidemment également amoureux de la bohémienne, ce qui entraînera quiproquos et autres scènes d'alliances, de jalousie, de séduction - toute la panoplie d'un opéra comique plaisant, que Les Frivolités Parisiennes ont recréé puis enregistré pour ce CD avec une distribution luxueuse au Théâtre impérial de Compiègne.

Avec ses couleurs espagnoles, cette "partition légère, brillante, pimpante, écrit évidemment au courant de la plume" (dixit C. Saint-Saëns) se laisse écouter avec plaisir. Surtout quand elle est défendue par un sextuor de chanteurs en grande forme et inspirés. Laurent Naouri incarne puissamment, et avec la verve qu'on lui connaît, ce picaresque Don César. Il donne de l'épaisseur et même de l'emphase burlesque à un personnage un peu vieillot et convenu (tous le sont ici) dans cette bluette sentimentale très IIIe République. Face à lui, la superbe Elsa Dreisig offre son soprano cristallin, son timbre enchanteur et sa diction parfaite à Maritana.

Le croustillant Don José, c'est Christian Helmer, un beau baryton qui défend avec gourmandise son personnage de jaloux perfide. Le Charles II de Thomas Bettinger, ayant les aigus du rôle, est loin de démériter dans ce sextuor idéal. Un sextuor idéal puisque la parfaite mezzo Marion Lebègue (Lazarille) et le baryton Christian Moungoungou (un membre des Chœurs de l'Opéra national de Paris) sont tout sauf secondaires dans cette espagnolade joyeuse.

Tous font honneur à cette belle tradition française du noble chant, et son art déclamatoire unique. Les Frivolités Parisiennes, qui ont reconstruit la partition en la resserrant (elle a brûlé en 1887 dans l'incendie de la Salle Favart), sont un orchestre décidément bien intéressant, un personnage en soi ; tendre dans les duos d'amour, buffo à point et même électrique dans les scènes comiques. Il rend justice à l'écriture symphonique ultra raffinée de Massenet. Le chœur Aedes est en tout point excellent à son habitude. Tous dirigés par Mathieu Romano, ces artistes brillent par leur cohésion de groupe et la ferveur de leur engagement. Quand la passion de la redécouverte se marie avec l'excellence et l'amour du métier, le public se régale toujours.

● "Massenet - Don César de Bazan".
Naouri. Dreisig. Lebègue. Bettinger. Helmer. Moungoungou.
Ensemble Aedes. Les Frivolités Parisiennes. Mathieu Romano.
Label : Naxos
Distribution : Naxos Records.
Sortie : juin 2020.

Christine Ducq
Mercredi 22 Juillet 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022