La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

"Don César de Bazan" de Jules Massenet enregistré… une première mondiale !

Un opéra de jeunesse de Jules Massenet ressuscite grâce à un sextuor de chanteurs de très grand talent, joliment accompagnés par les excellents chœur Aedes et orchestre des Frivolités Parisiennes, dirigés par Mathieu Romano.



© DR.
© DR.
Des très nombreux opéras composés par Jules Massenet, beaucoup ont disparu. Et dans cette très grande production, peu connaissait ce "Don César de Bazan" créé à l'Opéra Comique le 30 novembre 1872, reçu d'ailleurs plutôt fraîchement. Œuvre de jeunesse de Jules Massenet (composée en quelques semaines à 30 ans sur commande), cet opéra comique, au livret inspiré d'une pièce écrite (d'après Victor Hugo) pour le mythique Frédéric Lemaître, ne brille pas tout à fait encore du grand style de la maturité.

Mais avec ses belles mélodies, sa couleur pittoresque, son sens plaisant du rythme, ses belles couleurs instrumentales et ses rôles nécessitant des chanteurs de la meilleure école française, on comprend sans peine ce qui dans l'opéra a pu attirer les artistes des Frivolités Parisiennes - un orchestre fondé en 2012 par Benjamin El Arbi et Mathieu Franot. Cet orchestre de chambre, qui se veut l'héritier spirituel de celui de l'Opéra Comique dissous dans les années soixante, et grand découvreur de partitions oubliées, est spécialisé dans la musique française légère des XIXe et XXe siècles. "Légères" peut-être mais véritablement dignes de notre attention.

© DR.
© DR.
Sur les pas de Grétry et Auber, Massenet - ce grand ami et élève d'Ambroise Thomas - parvient à insuffler à une histoire plutôt conventionnelle son sens "de la couleur, de la poésie, des situations musicales et des effets de mise en scène" (Massenet, Lettre à H. Quinzard), projet esthétique qu'il mènera encore et toujours dans ses œuvres ultérieures, avec le succès que l'on sait. Ce succès dans sa carrière opératique ne venant qu'en 1877 avec "Le Roi de Lahore". Charmant à défaut d'être captivant, "Don César de Bazan" témoigne déjà d'un métier sûr, de cette facilité due à une "prodigieuse fécondité" que semblait un peu regretter Debussy au lendemain de la mort de Massenet (août 1912) dans son article nécrologique publié dans "Le Matin".

Don César, cousin sympathique de l'affreux Don Salluste dans "Ruy Blas", est ce Grand d'Espagne désargenté et charmant, qui va tomber amoureux de Maritana (un beau personnage de bohémienne, une Carmen avant l'heure - moins l'insolence et la sensualité brute). Bazan saura déjouer les intrigues d'un Don José, premier ministre diabolique du roi Charles II d'Espagne. Ce dernier évidemment également amoureux de la bohémienne, ce qui entraînera quiproquos et autres scènes d'alliances, de jalousie, de séduction - toute la panoplie d'un opéra comique plaisant, que Les Frivolités Parisiennes ont recréé puis enregistré pour ce CD avec une distribution luxueuse au Théâtre impérial de Compiègne.

Avec ses couleurs espagnoles, cette "partition légère, brillante, pimpante, écrit évidemment au courant de la plume" (dixit C. Saint-Saëns) se laisse écouter avec plaisir. Surtout quand elle est défendue par un sextuor de chanteurs en grande forme et inspirés. Laurent Naouri incarne puissamment, et avec la verve qu'on lui connaît, ce picaresque Don César. Il donne de l'épaisseur et même de l'emphase burlesque à un personnage un peu vieillot et convenu (tous le sont ici) dans cette bluette sentimentale très IIIe République. Face à lui, la superbe Elsa Dreisig offre son soprano cristallin, son timbre enchanteur et sa diction parfaite à Maritana.

Le croustillant Don José, c'est Christian Helmer, un beau baryton qui défend avec gourmandise son personnage de jaloux perfide. Le Charles II de Thomas Bettinger, ayant les aigus du rôle, est loin de démériter dans ce sextuor idéal. Un sextuor idéal puisque la parfaite mezzo Marion Lebègue (Lazarille) et le baryton Christian Moungoungou (un membre des Chœurs de l'Opéra national de Paris) sont tout sauf secondaires dans cette espagnolade joyeuse.

Tous font honneur à cette belle tradition française du noble chant, et son art déclamatoire unique. Les Frivolités Parisiennes, qui ont reconstruit la partition en la resserrant (elle a brûlé en 1887 dans l'incendie de la Salle Favart), sont un orchestre décidément bien intéressant, un personnage en soi ; tendre dans les duos d'amour, buffo à point et même électrique dans les scènes comiques. Il rend justice à l'écriture symphonique ultra raffinée de Massenet. Le chœur Aedes est en tout point excellent à son habitude. Tous dirigés par Mathieu Romano, ces artistes brillent par leur cohésion de groupe et la ferveur de leur engagement. Quand la passion de la redécouverte se marie avec l'excellence et l'amour du métier, le public se régale toujours.

● "Massenet - Don César de Bazan".
Naouri. Dreisig. Lebègue. Bettinger. Helmer. Moungoungou.
Ensemble Aedes. Les Frivolités Parisiennes. Mathieu Romano.
Label : Naxos
Distribution : Naxos Records.
Sortie : juin 2020.

Christine Ducq
Mercredi 22 Juillet 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022