Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Discotake, planète musik, année zéro, exploration mémorielle réussie

Que disent-elles de nos vies, de nos personnalités, les musiques, les chansons que nous avons mémorisées, inscrites sur le parchemin de nos inconscients, lors de nos traversées de l'enfance et/ou de l'adolescence ? C'est cette exploration de nos mémoires collectives - sous forme de performances et de rencontres - que proposait Discotake, festival événement numéro zéro, créé par Renaud Cojo.



"Ghostrider" de Renaud Cojo © Gil Chauveau.
"Ghostrider" de Renaud Cojo © Gil Chauveau.
Imaginer des performances conceptuelles, des rencontres ou des lectures éphémères, des dispositifs artistiques ancrés dans un territoire mouvant - ici le quartier du Grand Parc à Bordeaux, demain ailleurs - pour explorer les empreintes laissées par la musique populaire, par les refrains, rengaines, mélodies, riffs, BO qui s'inscrivent en chacun de nous au fil de nos souvenirs, puis se réunissent, s'amalgament en différents courants pour s'immiscer dans la mémoire collective et poser des jalons musicaux sur une époque... C'est ce voyage original et inédit, basé sur le partage, que proposait Renaud Cojo (et son label/Cie Ouvre le Chien) dans la capitale girondine.

Durant trois jours, de nombreuses formes artistiques vont être soumises aux oreilles et aux yeux du public. Certaines vont même naître en amont… En effet, la particularité de Discotake est de mettre au premier plan le rapport intime que chacun d'entre nous avons avec la musique, sachant que nos premières découvertes musicales sont souvent fondatrices de nos goûts et préférences d'adultes. C'est pourquoi des projets participatifs ont été imaginés. Et le cœur des rencontres avec les habitants et des répétitions des spectacles se dérouleront à la salle des fêtes du Grand Parc, un haut lieu historique de la scène rock bordelaise (1).

"3300 tours" © Gil Chauveau.
"3300 tours" © Gil Chauveau.
Le projet participatif central s'est décliné en deux temps intitulés respectivement "Passion disque" et "3300 Tours", ce dernier étant mis en scène par Renaud Cojo. L'enjeu était d’aller au-delà du rapport intime à la musique, d'inciter les habitants du quartier à sortir de leur intériorité en livrant un récit personnel vis-à-vis d’un album choisi, avec la volonté de "faire récit" de son histoire personnel.

Pour cela, l'équipe du festival a lancé un appel à participation afin de sélectionner des habitants sur la base du volonta­riat et/ou repérés sur un territoire donné (réseaux sociaux, relais de proximité, opérateurs culturels, centres sociaux, etc.). Les habitants "choisis" ont ainsi pu partager leur "Passion disque" en recevant chez eux des voisins ou des inconnus pour une session d'écoute.

La deuxième phase fut la mise en place du spectacle "3300 Tours" avec quelques personnes ayant participé à "Passion disque". Ceux-ci portèrent leur expérience sur la scène du Glob Théâtre, avec une approche théâtrale judicieusement orchestrée par Renaud Cojo, où chacun, dans une posture personnelle, à la frontière de l'intimité dévoilée et d'une manière d'interprétation distanciée, vint - avec humour, émotion, gaillardise, hardiesse ou timidité maîtrisée - nous narrer leur aventure commune et fondatrice avec des 33 tours… Étonnant et réussi !

Renaud Cojo © Gil Chauveau.
Renaud Cojo © Gil Chauveau.
L'autre grand point singulier de ce numéro zéro est incontestablement la commande faite à quatre artistes choisis pour leur démarche artistique et leurs pratiques pluridisciplinaires. Il s'agissait pour eux de revisiter à leur manière un album, une œuvre musicale appartenant à la culture populaire internationale avec l'obligation de créer "à partir de" et non pas de "recréer ou de réviser" une composition préexistante.

Pour cette première édition, ce sont Phoenix Atala (auteur, réalisateur, chroniqueur, programmateur vidéo, comédien, artiste associé à Nanterre-Amandiers), Baptiste Amann (auteur, metteur en scène et comédien, artiste associé au Théâtre du Merlan à Marseille et à la Comédie de Béthune pour trois ans), Thibaud Croisy (auteur, metteur en scène, comédien, dramaturge) qui furent invités à plancher sur le sujet et à réaliser une performance, chacune d'entre elles ayant été ensuite représentée deux fois pendant le week-end. Renaud Cojo, directeur artistique de la compagnie Ouvre le Chien, fut le quatrième à participer, selon les mêmes conditions.

Nous avons malheureusement regretté que seul Renaud Cojo se soit attelé à une véritable production de plateau, les trois autres artistes s'étant malheureusement arrêtés à la lecture, feuilles en main, d'un texte rédigé narrant leurs expériences personnelles, certes originales, mais qu'on aurait aimées un peu plus "développé".

Ambra Mattioli et le groupe Aladdin Insane © Gil Chauveau.
Ambra Mattioli et le groupe Aladdin Insane © Gil Chauveau.
Le metteur en scène performeur et directeur de la compagnie bordelaise nous a proposé une "création action installation" autour du premier album du groupe Suicide (formé par Alan Vega et Martin Rev), sorti en 1977, dont "Ghost Rider", titre du spectacle, est le premier sillon gravé de ce vinyle éponyme… Un opus qui influencera notablement les mouvances punk et new wave émergentes à fin des années soixante-dix.

S'inspirant des fameuses "Holy Shit" (2), installations sculpturales plastiques d'Alan Vega (exposées notamment en 2012 à Paris), Renaud Cojo crée des sculptures parapluies formées tant d’éclairages électriques que d’objets incongrus et de chevelures de câbles… participant, en une osmose improbable, à une éructation musicale, créative, sonore et insolente. Un objet performant et stupéfiant non identifiable pop punk… Un OPSNI quoi !

Remarquable et talentueux… Avec Cédric Charron et Annabelle Chambon à l'interprétation et Johan Loiseau aux compositions de notes, croches noires ou blanches et sons divers.

Ambra Mattioli © Gil Chauveau.
Ambra Mattioli © Gil Chauveau.
Enfin, on peut également retenir de cette agitation artistique et spectaculaire bordelaise, dynamique et audacieuse, dont on espère une nouvelle édition en 2020, les deux prestations de Thibaud Croisy et Baptiste Amann qui, s'ils nous ont déçus du fait d'une certaine "disette" artistique, se sont révélés de très bon conteur… Et la surprenante interprétation de "Blacktar" (dernier opus de David Bowie qu'il ne put jamais jouer sur scène) par Aladdin Insane Tribute et sa chanteuse performeuse androgyne Ambra Mattioli.

(1) De 1973 à 1992, de grands noms comme The Cure, Motörhead, Iggy Pop, The Ramones, Metallica, The Stranglers, Téléphone, Strychnine, Noir Désir, etc., ont joué sur cette scène avant sa fermeture en 92. Longtemps close et délaissée, elle a été réhabilitée et a rouvert ses portes en juin 2018.
(2) L'exposition "Alan Suicide Vega - Holy Shit" eut lieu du 19 octobre au 24 novembre 2012 à la Galerie Laurent Godin, Paris 13e.

Festival Discotake

"3300 tours" © Gil Chauveau.
"3300 tours" © Gil Chauveau.
Festival Discotake, année 0, s'est déroulé du 24 au 26 mai 2019 dans divers lieux et espaces du quartier du Grand Parc à Bordeaux.
La majorité des propositions étaient gratuites. Seules quatre étaient à 5 euros, une à 7 et une à 15.
L'événement se caractérisait par des performances, des lectures, des rencontres, des spectacles, un concert, un vide-disques, des "écoutes" chez l'habitant, une loge à taguer, un salon Sleeve face, etc.

>> discotake.fr
>> ouvrelechien.com

Gil Chauveau
Mardi 11 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

© David Dubost.
De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

© Aristide Barraud.
Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

© Xavier Cantat.
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020