La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Discotake, planète musik, année zéro, exploration mémorielle réussie

Que disent-elles de nos vies, de nos personnalités, les musiques, les chansons que nous avons mémorisées, inscrites sur le parchemin de nos inconscients, lors de nos traversées de l'enfance et/ou de l'adolescence ? C'est cette exploration de nos mémoires collectives - sous forme de performances et de rencontres - que proposait Discotake, festival événement numéro zéro, créé par Renaud Cojo.



"Ghostrider" de Renaud Cojo © Gil Chauveau.
"Ghostrider" de Renaud Cojo © Gil Chauveau.
Imaginer des performances conceptuelles, des rencontres ou des lectures éphémères, des dispositifs artistiques ancrés dans un territoire mouvant - ici le quartier du Grand Parc à Bordeaux, demain ailleurs - pour explorer les empreintes laissées par la musique populaire, par les refrains, rengaines, mélodies, riffs, BO qui s'inscrivent en chacun de nous au fil de nos souvenirs, puis se réunissent, s'amalgament en différents courants pour s'immiscer dans la mémoire collective et poser des jalons musicaux sur une époque... C'est ce voyage original et inédit, basé sur le partage, que proposait Renaud Cojo (et son label/Cie Ouvre le Chien) dans la capitale girondine.

Durant trois jours, de nombreuses formes artistiques vont être soumises aux oreilles et aux yeux du public. Certaines vont même naître en amont… En effet, la particularité de Discotake est de mettre au premier plan le rapport intime que chacun d'entre nous avons avec la musique, sachant que nos premières découvertes musicales sont souvent fondatrices de nos goûts et préférences d'adultes. C'est pourquoi des projets participatifs ont été imaginés. Et le cœur des rencontres avec les habitants et des répétitions des spectacles se dérouleront à la salle des fêtes du Grand Parc, un haut lieu historique de la scène rock bordelaise (1).

"3300 tours" © Gil Chauveau.
"3300 tours" © Gil Chauveau.
Le projet participatif central s'est décliné en deux temps intitulés respectivement "Passion disque" et "3300 Tours", ce dernier étant mis en scène par Renaud Cojo. L'enjeu était d’aller au-delà du rapport intime à la musique, d'inciter les habitants du quartier à sortir de leur intériorité en livrant un récit personnel vis-à-vis d’un album choisi, avec la volonté de "faire récit" de son histoire personnel.

Pour cela, l'équipe du festival a lancé un appel à participation afin de sélectionner des habitants sur la base du volonta­riat et/ou repérés sur un territoire donné (réseaux sociaux, relais de proximité, opérateurs culturels, centres sociaux, etc.). Les habitants "choisis" ont ainsi pu partager leur "Passion disque" en recevant chez eux des voisins ou des inconnus pour une session d'écoute.

La deuxième phase fut la mise en place du spectacle "3300 Tours" avec quelques personnes ayant participé à "Passion disque". Ceux-ci portèrent leur expérience sur la scène du Glob Théâtre, avec une approche théâtrale judicieusement orchestrée par Renaud Cojo, où chacun, dans une posture personnelle, à la frontière de l'intimité dévoilée et d'une manière d'interprétation distanciée, vint - avec humour, émotion, gaillardise, hardiesse ou timidité maîtrisée - nous narrer leur aventure commune et fondatrice avec des 33 tours… Étonnant et réussi !

Renaud Cojo © Gil Chauveau.
Renaud Cojo © Gil Chauveau.
L'autre grand point singulier de ce numéro zéro est incontestablement la commande faite à quatre artistes choisis pour leur démarche artistique et leurs pratiques pluridisciplinaires. Il s'agissait pour eux de revisiter à leur manière un album, une œuvre musicale appartenant à la culture populaire internationale avec l'obligation de créer "à partir de" et non pas de "recréer ou de réviser" une composition préexistante.

Pour cette première édition, ce sont Phoenix Atala (auteur, réalisateur, chroniqueur, programmateur vidéo, comédien, artiste associé à Nanterre-Amandiers), Baptiste Amann (auteur, metteur en scène et comédien, artiste associé au Théâtre du Merlan à Marseille et à la Comédie de Béthune pour trois ans), Thibaud Croisy (auteur, metteur en scène, comédien, dramaturge) qui furent invités à plancher sur le sujet et à réaliser une performance, chacune d'entre elles ayant été ensuite représentée deux fois pendant le week-end. Renaud Cojo, directeur artistique de la compagnie Ouvre le Chien, fut le quatrième à participer, selon les mêmes conditions.

Nous avons malheureusement regretté que seul Renaud Cojo se soit attelé à une véritable production de plateau, les trois autres artistes s'étant malheureusement arrêtés à la lecture, feuilles en main, d'un texte rédigé narrant leurs expériences personnelles, certes originales, mais qu'on aurait aimées un peu plus "développé".

Ambra Mattioli et le groupe Aladdin Insane © Gil Chauveau.
Ambra Mattioli et le groupe Aladdin Insane © Gil Chauveau.
Le metteur en scène performeur et directeur de la compagnie bordelaise nous a proposé une "création action installation" autour du premier album du groupe Suicide (formé par Alan Vega et Martin Rev), sorti en 1977, dont "Ghost Rider", titre du spectacle, est le premier sillon gravé de ce vinyle éponyme… Un opus qui influencera notablement les mouvances punk et new wave émergentes à fin des années soixante-dix.

S'inspirant des fameuses "Holy Shit" (2), installations sculpturales plastiques d'Alan Vega (exposées notamment en 2012 à Paris), Renaud Cojo crée des sculptures parapluies formées tant d’éclairages électriques que d’objets incongrus et de chevelures de câbles… participant, en une osmose improbable, à une éructation musicale, créative, sonore et insolente. Un objet performant et stupéfiant non identifiable pop punk… Un OPSNI quoi !

Remarquable et talentueux… Avec Cédric Charron et Annabelle Chambon à l'interprétation et Johan Loiseau aux compositions de notes, croches noires ou blanches et sons divers.

Ambra Mattioli © Gil Chauveau.
Ambra Mattioli © Gil Chauveau.
Enfin, on peut également retenir de cette agitation artistique et spectaculaire bordelaise, dynamique et audacieuse, dont on espère une nouvelle édition en 2020, les deux prestations de Thibaud Croisy et Baptiste Amann qui, s'ils nous ont déçus du fait d'une certaine "disette" artistique, se sont révélés de très bon conteur… Et la surprenante interprétation de "Blacktar" (dernier opus de David Bowie qu'il ne put jamais jouer sur scène) par Aladdin Insane Tribute et sa chanteuse performeuse androgyne Ambra Mattioli.

(1) De 1973 à 1992, de grands noms comme The Cure, Motörhead, Iggy Pop, The Ramones, Metallica, The Stranglers, Téléphone, Strychnine, Noir Désir, etc., ont joué sur cette scène avant sa fermeture en 92. Longtemps close et délaissée, elle a été réhabilitée et a rouvert ses portes en juin 2018.
(2) L'exposition "Alan Suicide Vega - Holy Shit" eut lieu du 19 octobre au 24 novembre 2012 à la Galerie Laurent Godin, Paris 13e.

Festival Discotake

"3300 tours" © Gil Chauveau.
"3300 tours" © Gil Chauveau.
Festival Discotake, année 0, s'est déroulé du 24 au 26 mai 2019 dans divers lieux et espaces du quartier du Grand Parc à Bordeaux.
La majorité des propositions étaient gratuites. Seules quatre étaient à 5 euros, une à 7 et une à 15.
L'événement se caractérisait par des performances, des lectures, des rencontres, des spectacles, un concert, un vide-disques, des "écoutes" chez l'habitant, une loge à taguer, un salon Sleeve face, etc.

>> discotake.fr
>> ouvrelechien.com

Gil Chauveau
Mardi 11 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022