La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Déjeuner chez Wittgenstein" Un repas déjanté au goût prodigieusement amer et à la portée profondément jubilatoire

Thomas Bernhard, d'origine autrichienne, occupe une place à part dans le paysage littéraire. Constatant que son pays composait sans scrupule aucun avec un passé nazi, il a interdit par voie(x) testamentaire que ses œuvres soient publiées en Autriche. Dans son texte éponyme - "Déjeuner chez Wittgenstein" -, deux sœurs "artistes" accueillent dans la maison familiale leur frère philosophe (double tout craché de Wittgenstein), extrait par leurs soins de l'hôpital psychiatrique… La stupéfiante mise en scène de Séverine Chavrier fait de cette situation à haut coefficient tragique une fête des sens dont on ressort positivement éberlués.



© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Un univers de folie débridée, habité par une fratrie en état de re(dé)composition... Sous l'œil de parents haïs copieusement - tant, au-delà de leur disparition, leur omnipotence étouffante perdure dans les attitudes et gestes hérités -, le temps d'un déjeuner pour le moins animé, le frère et les deux sœurs vont remâcher à satiété ce qui les ancre à leur passé sans avenir, l'existence faisant figure d'un long processus de dépérissement.

Lui, le frère, qui "a pris le chemin philosophique suicidaire", obnubilé comme pouvait l'être le philosophe servant de matrice à son personnage par la Logique toute puissante et les détails obsessionnels de la place immuable des objets fixant dans le marbre les rites familiaux qu'il vomit par ailleurs allègrement.

Elles, les deux sœurs, "assurées à vie dans l'art dramatique" par les cinquante et un pour cent de part pris dans un théâtre par un père au génie commercial, jouant deux minutes de scène tous les quatre ans. Elle, la sœur aînée, "dont la queue du frère la rend pratiquement folle". Tous, lucides jusqu'à l'os du "processus de mort" à l'œuvre en eux (répliques du vieux monde dont ils sont la métaphore), sous le regard implacable de la parentèle : "C'est de cela que nous avons toujours souffert, de ces horribles tableaux".

Comment faire de cette situation dramatiquement tragique, un théâtre éclatant de vie (décadente) ? Séverine Chavrier, aussi inventive que l'auteur autrichien qui l'inspire, en adéquation avec les intentions à l'acide du dramaturge, se saisit à bras le corps de ce maelström hurlant pour en proposer une version truculente, ébouriffante.

© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Tout dans la scénographie (ce parquet crissant de vaisselle de Bohême en morceaux, cette bibliothèque monumentale vidée de ses livres, cette table massive, lieu des repas familiaux mortifères surplombés par les visages projetés des acteurs venant soudain "animer" - dans une confusion hallucinatoire superposant présent et passé - les portraits des défunts maudits…), tout dans les interprétations virtuoses (Marie Bos, Laurent Papot incarnant leurs personnages en les "possédant" littéralement, tout comme Séverine Chavrier son piano) fait montre d'une inventivité délirante créant un univers tragique explosant de couleurs visuelles et sonores.

Car ce n'est pas seulement le langage qui fuse, empruntant toutes les nuances et tessitures de la gamme, mais les accents envoûtants du Quatuor à cordes de Beethoven, de sa Symphonie Héroïque, ou encore ceux de la musique de Schubert qui trouent la nappe sonore pour élever vers un idéal… aussitôt mis à mal. En effet, ce monde surfait, cette culture muséifiée à l'envi et "instrumentalisée" comme objet de distinction, porte en eux les germes de leur autodestruction. Entre les mains du philosophe illuminé, les disques vinyle de musique classique deviennent des galettes projectiles dont il recouvre le corps de sa sœur, les précieux livres qu'il porte à la main comme on enfile des gants se font de plus en plus rares dans l'imposante bibliothèque devenue obsolète et dont le châssis finit par s'abattre sur eux.

© Samuel Rubio.
© Samuel Rubio.
Pour ne pas étouffer dans cette atmosphère confinée du cocon-prison familial - "Il n'y a rien de plus répugnant que de mourir dans la maison de ses parents" - seules restent les échappatoires offertes par les fantasmes… après celles autorisées par la folie vécue dans un asile. Des séquences oniriques marquées par "le noir plateau de la nuit", lieu de tous les possibles, de tous les désirs en suspens, éclairent les vœux secrets de ces âmes condamnées dans le réel à subir la répétition mortifère du même.

Summum du théâtre de la cruauté chère à un autre poète visionnaire, Antonin Artaud, la scène de profiteroles préparées avec amour par la sœur aînée pour accueillir le frère aimé… Nous n'en dirons rien ici, laissant à chacun les délices de la savourer… "C'est dans un caveau ici nous sommes déjà enterrés un caveau exquis où l'on sert des profiteroles"…

Désespérant, ce tableau fin de siècle d'un monde partant à vau l'eau où la culture - littérature, musique, peinture confondues - sacralisée, muséifiée, devient à son tour objet d'asservissement ? Non… tout au contraire… De cette traversée des ténèbres éclaboussées par la magie d'un langage aiguisé comme une lame de rasoir, d'une musique divine pénétrant notre chair, d'une mise en jeu tonitruante à l'unisson des interprétations magnétiques d' "un frère et des sœurs d'intelligence", on ressort… libérés de la gangue des conventions consensuelles nous tuant insidieusement, à petit feu, inexorablement. Une re-naissance jubilatoire.

"Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein)"

Texte : Thomas Bernhard ("Déjeuner chez Wittgenstein", Éditions L'Arche).
Traduction : Michel Nebenzahl.
Mise en scène : Séverine Chavrier, assistée de Maëlle Dequiedt.
Avec : Marie Bos, Séverine Chavrier, Laurent Papot ; et la participation d'élèves du Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaut.
Scénographie, Benjamin Hautin, assisté de Louise Sari.
Cramaturgie, Benjamin Chavrier.
Création lumière, Patrick Riou.
Création son, Frédéric Morier.
Création vidéo, Jérôme Vernez.
Durée : 2 h 35 avec entracte (1ère partie 1 h 35, entracte 20 min, 2e partie 40 min).

A été représenté au TnBA - Salle Vauthier (Bordeaux) du 5 au 8 février 2020.
Tournée 2020 en cours.

Yves Kafka
Lundi 17 Février 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur

Un clip jubilatoire et survitaminé de huit minutes trente, un moment exceptionnel qui rassemble soixante-cinq musiciens(nes) chanteurs(ses) et une trentaine de danseurs(ses) confinés(es) à Rennes. Initié par le pianiste Édouard Leys, ce projet représente huit jours de travail, d'enregistrement et de montage pour aboutir à un morceau entièrement composé par des artistes calfeutrés à leur domicile pour lutter contre la propagation du Covid-19. À découvrir d'urgence !

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur
Collectif rennais confiné mais réuni autour d'un projet collaboratif : écrire, enregistrer et filmer un morceau tous ensemble, à distance, chacun avec les moyens dont il dispose dans son lieu de confinement. Réunir toutes les propositions, certaines enregistrées avec les moyens du bord, les compiler, les agencer et en faire un titre représentant une partie de la diversité de la scène rennaise. Certains mettent leurs talents de monteurs, réalisateurs, techniciens au service de cette entreprise improbable et pharaonique !

8 jours, 65 musiciens, 170 pistes audios et autant d'extraits vidéos plus tard, un clip de 8'30 bluffant, joyeux, bourré d'énergie, émerge, boosté par une trentaine de danseurs rennais venus compléter le tableau de famille ; un morceau très rythmé aux accents groove et funk tantôt chanté, tantôt rappé !

Gil Chauveau
27/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020