La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

De l'Argentine à la Bretagne, Barbara Luna ose tous les métissages

Chanteuse aux multiples facettes, mariant avec talent les rythmes dansants, marque de fabrique des artistes argentins, aux racines musicales amérindiennes et africaines, Barbara Luna, auteure et compositrice, étonne par l'énergie de ses créations acoustiques. Elle présente son nouvel album "Hijos del sol" ce vendredi 4 novembre au Pan Piper à Paris.



Née à Roque Pérez près de Buenos Aires, Barbara Luna est un fascinant mélange de vitalité et de douceur. Âme généreuse, capacité vocale étonnante, femme de tempérament, elle métamorphose toutes les racines musicales d’Argentine en une composition acoustique pleine d'audace et ose tous les métissages, allant même à se référer à la chanson française et bretonne.

Découverte en France en 1998, notamment au Printemps de Bourges, elle entame une carrière internationale en se produisant dans le cadre du festival itinérant de World Music "Womad" créé par Peter Gabriel. Aux quatre coins de la planète (Canaries, Sicile, République Tchèque, Afrique du Sud, Singapour, États-Unis, Australie, Grèce, etc.), elle démontre qu’elle est une véritable artiste de scène. Ses chansons parlent d’amour, de liberté, de la richesse des croisements artistiques, de la brûlure des passions et d’horizons sans fin. "Hijos del sol" est son cinquième album.

© DR.
© DR.
Dès "Que se la lleve", premier titre, on sent l'énergie potentielle de la belle Argentine qui ne renie pas la chaleur solaire qui coule dans ses veines, "Esta sangre roja de la pasión". On démarre donc dans une ambiance style "se dégourdir les gambettes" avec un accordéon très présent sur une mélodie dansante. "Loin de toi" (texte en français), plus amoureux et langoureux est mené par une guitare mélodique, mais ayant toujours comme compagnon l'accordéon, un des instruments fondateurs de la musique argentine (avec le bandonéon), et quasiment présent sur tous les titres de cet opus. La guitare aussi d'ailleurs qui signe chaque chanson d'un petit solo précis et harmonieux.

"Beso tierno", morceau suivant, prend une tonalité légèrement country, une ouverture musicale qui va être la signature des compositions de Barbara Luna qui se plaît à composer - et à nous offrir - des aventures musicales variées, riche de métissages. Tout au long de ce nouvel album, on se laisse porter par sa voix puissante mêlée de douceur de délicatesse, de suavité aux nuances harmonieuses.

Il est à noter qu'en complément de ses propres textes et musiques, elle interprète avec talent la très belle chanson de Louis Capart, "Marie-Jeanne Gabrielle" ainsi que "Hasta Siempre"de Carlos Puebla. Cet album a été enregistré entre Paris, Buenos Aires et la Bretagne. Pour la scène, Barbara Luna s’est entourée de musiciens de talent, qui forment une famille internationale d’Argentins, de Français et d'Américains.

© DR.
© DR.
● Barbara Luna "Hijos del sol".
Label : Pampa Projet.
Distribution : Coop Breizh.
Sortie : 7 novembre 2016.

Vendredi 21 avril 2017
En concert à 20 h.
L'Entrepôt, 7, rue Francis de Pressensé, Paris 14e, 01 45 40 07 50.

Vendredi 4 novembre 2016.
En concert à 20 h.
Pan Piper, 2-4, impasse Lamier, Paris 11e, 01 40 09 41 30.
>> pan-piper.com

Avec sur scène :
Steve Shehan, percussions ;
Julien Tekeyan, batterie, percussions ;
Luis Manresa, basse ;
Francis Varis, accordéon ;
Alfonso Pacin, violon ;
Jean M’Ba N’ Guema, guitare.

Gil Chauveau
Jeudi 3 Novembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022