La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

Cirque ultra électrisé et déjanté pour cabaret en mode 69 auto-reverse !

"Cabaret décadent Revue électrique n°69", Cirque Électrique, Paris

"I'm a boy, I'm a girl, I'm a queer... Fuck you !"… Quelques mots percutants en forme d'adresse provocatrice pour introduire deux heures d'un cabaret enflammé, endiablé, épicé, sensuel et insolemment travesti… Quand le 6 devient 9, le 9 devient 6, le travestissement met le cirque à l'envers et invertit les polarités électriques, le plus devient moins, l'homme devient femme et vice-versa… Bienvenue dans la "Revue électrique n° 69" !



© Hervé Photograff.
© Hervé Photograff.
Le cirque électrique n'est pas un cirque comme les autres, ni classique ni nouveau, mais ailleurs... insolent, déjanté, rock, punk et jubilatoire. On n'y va pas que pour la performance technique des numéros présentés au fil d'un programme de cabaret endiablé... non pas que ces acrobates, jongleurs, fil de ferriste et autres équilibristes ne soient pas de talentueux circassiens - bien au contraire -, mais on y va aussi pour leur jeu décalé, leur incroyable polyvalence et pour la virtuosité des enchaînements qui rend ce cabaret décadent, musical et terriblement original.

Qui dit cabaret dit dîner. Ici, la proposition est bien réelle et l'espace réservé à la restauration est devenu plus important (par rapport à de précédents spectacles que nous avions vus), dans une mise en espace réussie, conviviale mais sans exagération, permettant d'assister au spectacle dans d'excellentes conditions même si l'on peut être secoué par le show lui-même, notamment au niveau de nos récepteurs auditifs, la puissance de la sono n'ayant rien à envier à celle de certains concerts de "rock métal" !

© Hervé Photograff.
© Hervé Photograff.
Mets appréciés et assimilés, liquides alcoolisées - ou non ! - absorbées à la discrétion des intéressés, la soirée démarre avec une tonitruante mise en route du maître de cérémonie Otomo De Manuel qui use d'une puissance de feu verbale assez délirante et arrive à chauffer à blanc rapidement le public, avec le soutien d'une musique rock bien charnue aux accents électro-punk assumés.

La manière dont la salle est stimulée maintient le public dans une tension festive survoltée, dans une ambiance rock'n'roll déjantée, décadente, bigenre, où se pavanent nobles travelos allumés allumeurs colorés, avec une petite pointe de référence aux cabarets berlinois des années trente et à l'esprit irrévérencieux d'un Karl Valentin utilisant le contraste comme ressort comique ou de provocation… Le côté clownesque décalé du longiligne Otomo en est le parfait exemple.

Dans un style où ils excellent - bigarré, pailleté et plumé -, les artistes masculins sont majoritairement costumés façon drag queens. Les girls optent pour une féminité façon cabaret burlesque où les paillettes s'associent à l'esprit cuir. Femme-homme ou homme-femme, tout ici est travestissement, tant de la bien-pensance, que des modes genrés ou des normes artistiques codifiées.

© Hervé Photograff.
© Hervé Photograff.
À l'invitation d'Otomo, les circassiens investissent la piste, se succédant entre chaque saillie orale du mister Loyal local. Sans tous les nommer et sans respect chronologique, retenons Marie Le Corre, fil de ferriste fauve agile, qui danse, sautille sur une rythmique soutenue, en position assise, puis sauts debout, accroupis sur le filin, glissade en marche arrière "à l'aveugle".

Amélie Kourim se distingue au trapèze, sans filet, sans sécu, figures simples en mode balançoire mais joliment exécutées, avec beaucoup de fluidité et d'aisance. La musique, actrice à part entière, est toujours à la hauteur de la performance. Constance Bugnon, gymnaste aux élégantes contorsions ensorcelle le public. De chacune de ces séquences émane beaucoup de sensualité.

Antoine Redon à la roue Cyr, tout de résille rouge le corps habillé fait tourner les têtes et nous prouvera plus tard sa capacité à apprivoiser le feu et à jongler avec. Performance de jonglage réussie également avec François Borie, maître chapelier pour la circonstance usant de trois, puis quatre chapeaux.

© Hervé Photograff.
© Hervé Photograff.
Enfin, chaque semaine, la distribution artistique s'augmentant d'une ou d'un invité(e) surprise, celle de la semaine où nous avons assisté au spectacle fut une "star" représentative de la scène "burlesque", la féline fatale Tronicat La Miez qui nous émoustilla avec une séquence effeuillage plus que suggestive.

Bref, pour se refaire une santé printanière, se réveiller les neurones, se sortir des sentiers bien-pensants de la quotidienneté confortable de la bohème parisienne ou pour sortir de sa zone de confort et se rappeler que la tolérance, la curiosité et l'ouverture d'esprit ne sont pas que des mots sous blister, allez, que ce soit pour ce spectacle ou un autre (quasiment tous valent le déplacement), vous dévergonder, vous aérer les neurones, vous rincer les oreilles et vous illuminer les yeux au Cirque Électrique !

"Cabaret décadent Revue électrique n°69"

© Hervé Photograff.
© Hervé Photograff.
Avec : Amélie Kourim (marche au plafond & trapèze), François Borie (jonglage), Constance Bugnon (mât chinois & acro-danse), Antoine Redon (feu & roue cyr), Marie Le Corre (équilibre sur bouteilles & fil de fer) Mathieu Hedan (équilibre et acro-danse), Pierre Pleven (pôle dance & effeuillage), Guillaume Leclercq (fakir & pierrot lunaire), Otomo De Manuel (maître de cérémonie).
Musiciens : Jean-Baptiste Very, Hervé Vallée, Maria Fernanda Ruette, Adrian Gandour…
Et un invité surprise chaque semaine !
Durée : 2 h (avec un entracte).

Du 13 février au 30 mars 2019.
Du mercredi au samedi à 21 h.
Ouverture des portes à 19 h.
Possibilité de dîner autour de la piste. Réservation indispensable.
Cirque électrique, Paris 20e, 09 54 54 47 24. reservation@cirque-electrique.com
>> cirque-electrique.com

Gil Chauveau
Lundi 25 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022