La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Cent millions qui tombent"… Nouvelle création en cours des Bâtards Dorés

"Cent millions qui tombent" de Georges Feydeau, "relu et interprété" par Christophe Montenez et Les Bâtards Dorés. Entretien "entre deux portes" avec le (jeune) sociétaire de la Comédie-Française et ses complices Lisa, Ferdinand, Jules, Manuel et Romain.



© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
De jeunes acteurs soudés dans le collectif les Bâtards Dorés s'étant illustré dans "Méduse" - prix du jury et du public du Festival Impatience et programmé par Olivier Py dans le IN 2018 d'Avignon - investissent leur terre d'origine, l'Aquitaine, pour leur nouvelle création 2020. Et si les portes chères à Feydeau continuent à claquer, c'est pour "ouvrir" à d'autres espaces.

Yves Kafka - Avec Les Bâtards Dorés, créé en 2013 lors de votre sortie de l'éstba*, vous renouez avec l'auteur de votre spectacle - Machine Feydeau - de fin d'école… Pourquoi Feydeau, toujours et encore ?

Christophe Montenez - Un film russe, "Il est difficile d'être un dieu" d'Alexei Guerman, a retenu notre curiosité. Il met en jeu la dystopie d'humains qui n'auraient pas eu connaissance de la Renaissance, des Lumières, et resteraient enfermés dans un Moyen-Âge en boucle.

Quels personnages de la littérature pouvaient leur faire écho ? Les créatures très codifiées de Feydeau, mues par une mécanique hystérique tournant à vide autour des problématiques de l'argent et du sexe, se sont imposées. Le pitch serait de proposer la question : si l'on offrait à ces personnages une porte de sortie, qu'en feraient-ils ? Si l'on introduisait un grain de sable dans l'horlogerie huilée de la mécanique feydalienne, que deviendraient ces pantins ?

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
… une porte de sortie invisible jusque-là à leurs yeux ; leur ouvrir une porte, autre que celles qui claquent et reclaquent ?

C. M. - Voilà… D'ailleurs une idée de scénographie avait été de créer une cinquième porte. Lorsque quelqu'un l'ouvrirait, il ne serait plus dans "la pièce"… Effrayé, allait-il vouloir à tout prix rejoindre la fiction, ou oserait-il faire imploser ses déterminismes ?

Feydeau, connu comme auteur de vaudevilles légers, se prêterait-il à toutes les déconstructions ? Comment traduire ce processus "politiquement incorrect" ?

C. M. - D'emblée, un salon bourgeois - papiers peints et accessoires - immerge le spectateur dans l'univers très codifié de Feydeau. Puis, sous l'effet de l'hystérie des personnages, il se déliterait. Des pans entiers s'effondreraient repoussant le décor jusqu'à le faire imploser. Des végétaux et autres présences incongrues - fruits de l'hystérisation générée par l'argent dont un valet va hériter - envahiraient le plateau.

Ce milieu organique exogène prendrait ainsi possession de l'espace. Un peu comme dans un film d'horreur où la vérité des personnages viendrait prendre le dessus, mais là pour les rappeler à eux-mêmes en les questionnant sur leur vraie nature.

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
… comme le retour du refoulé ?

C. M. - Oui… Feydeau est assez fou dans ses propositions pour constituer le fil rouge de notre spectacle au-delà des allers-retours aménagés par nos postures personnelles. En outre, la pièce étant restée inachevée, il faudra lui trouver un dénouement… On servira donc les problématiques amorcées par Feydeau, les prolongeant de nos "couleurs" sur un plateau se désagrégeant.

Les "personnages-mondes" seront porteurs d'interrogations qui vont nous percuter, et le spectateur avec nous. L'un voudra rester dans la fiction théâtrale afin d'échapper à une remise en cause des "valeurs" auxquelles il s'accroche, il soutiendra que c'est par l'argent que l'on s'accomplit en refusant de voir que le monde s'écroule autour de lui et focalisera son existence autour de son petit chien, de sa petite femme. Un autre "risquera" l'aventure du réel pour explorer d'autres horizons interdits jusque-là.

Et comme les personnages de Feydeau portent en eux-mêmes leurs ténèbres, on s'est contenté d'investir cette zone pour dire un peu de nous dans leur "interprétation". Cette pièce est drôle et terriblement cynique, voire affreuse dans les rapports humains qu'elle expose de manière crue. Au public d'en faire ensuite "comme il lui plaira"…

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
S'il est dans vos productions, un acteur important - bien que ne figurant pas dans la distribution - c'est en effet le public… Quelle place lui avez-vous réservée ?

C. M. - À un moment, quelqu'un s'écrie en écho aux cent millions : "Cent patates !!!"… Et cent patates tombent alors des cintres que l'on fixe comme un pendule d'hypnose. La lumière et le son accompagnent ce temps onirique où le spectateur est livré délibérément, librement, à ses propres questionnements (Que faire de ma vie ? Ai-je la possibilité de changer ?) ou simplement "choisit" de se laisser divertir au sens pascalien.

Et vous cinq, réunis "studieusement" dans cette salle du TnBA où vous êtes en résidence, qu'auriez-vous à dire de ce nouveau projet ?

Lisa Hours, Jules Sagot, Manuel Severi, Romain Grard et Ferdinand Niquet-Rioux - Sans reprendre ce que Christophe a dévoilé, on voudrait revenir sur notre manière de travailler. Chacun dans la troupe est acteur et metteur en scène, ce qui créée les conditions d'un échange permanent de points de vue.

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
Occuper son petit segment de vie sans se soucier des autres, se divertir "à tout prix", ou s'ouvrir à d'autres dimensions plus spirituelles, ces questions sont posées dans Feydeau et on se les réapproprie pour les "travailler", pour les faire entendre de là où l'on en est de nos existences. Les personnages s'agitent et nous agitent.

Aucun n'ira jouer ce qu'il ne sent pas. Ainsi le collectif, riche de toutes les propositions plurielles, de toutes les intériorités en mouvement, puise sa synergie singulière dans le plaisir intense de jouer ensemble.

* École supérieure de théâtre Bordeaux Aquitaine.

"Cent millions qui tombent"

© Oscar Chevillard.
© Oscar Chevillard.
D'après Georges Feydeau,
Texte, conception et mise en scène : Collectif Les Bâtards Dorés.
Avec : Romain Grard, Lisa Hours, Jules Sagot, Manuel Severi, Ferdinand Niquet-Rioux, Christophe Montenez (de la Comédie-Française).
Son : John Kaced.
Lumière et scénographie : Lucien Valle.

Futures représentations
Création au Théâtre de la Cité de Toulouse, le vendredi 24 janvier 2020.
TnBA (Théâtre national Bordeaux Aquitaine), du mardi 18 au samedi 22 février 2020.

>> Présentation de l'école

Yves Kafka
Jeudi 12 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022