La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Blizzard" Tempête de neige au cœur de l'hiver pour un tourbillon de poésie visuelle et de folie acrobatique virtuose

Un vent glacial souffle sous le chapiteau de FLIP Fabrique, de ce souffle plein de froidure hivernale québécoise qui vous emporte dans de blanches contrées oubliées où le monde revêt de lourds manteaux neigeux… l'occasion rêvée pour les artistes la la compagnie circassienne basée à Québec d'imaginer un spectacle sous les flocons… plein de poésie et de virtuosité acrobatique.



© Sébastien Durocher.
© Sébastien Durocher.
Comment raconter l'effroyable blizzard si ce n'est en imaginant une exploration poétique de son univers fait d'un immense décor de neige et d'un rideau vibrant, envoûtant, hypnotique de flocons blancs dansant de façon permanente comme de petites fées clochettes hivernales domptant le froid et la tempête ; et des attitudes spécifiques qu'il génère, de l'habillement multicouche qu'il impose aux pratiques ludiques ou sportives (bataille de boules de neiges, hockey sur glace, etc.) qu'il crée.

Au centre de la scène, un cube - en forme de conteneur - partiellement évidé, les parois restantes étant translucides… Grand froid par temps de blizzard, il neige sous le chapiteau… le conteneur servira d'illusoire protection avant de devenir un étonnant agrès accueillant quelques équilibres pyramidaux ou devenant l'instrument et/ou le support de ceux-ci ou d'autres performances équilibristes et acrobatiques. Le piano est à proximité et les autres agrès se positionnent au fur et à mesure en devant de scène.

© Emmanuel Burriel.
© Emmanuel Burriel.
Les sept acrobates de FLIP Fabrique s'emparent du thème qu'ils ont créé avec énergie, enthousiasme et espièglerie (celle-ci alimentant les séquences clownesques hilarantes, notamment le numéro consistant à vêtir de façon exagérée l'un d'entre eux), encouragés, stimulés par un chanteur musicien (piano, guitare, banjo) d'une redoutable efficacité tant sur ses interprétations vocales et l'attrait mélodique que sur l'apport rythmique toujours très pertinent.

Double mât pour portées aériennes pleines de fougue, trampoline générant de spectaculaires envols, mains à mains sur fond de mélodie douce et mélancolique, gestes acrobatiques variés et précis, jonglages usant de pelles et boules de neige, ou, plus classique, avec des balles, mais à sept jongleurs - dont une séquence dans le cube en utilisant les parois transparentes -, acrobaties à la sangle, seul puis en couple. Ces dernières se révèlent être un très beau numéro d'une grande élégance, très athlétique, d'où émerge beaucoup de délicatesse entre les deux partenaires. Jeu avec de grands cerceaux lumineux (à leds, changements de couleurs, visuellement bluffant), effet spectaculaire et magique, d'une grande force graphique, optique, entre merveilleux et féérique, virtuose.

© Sébastien Durocher.
© Sébastien Durocher.
La marque de fabrique de FLIP est l'émanation constante d'effluves poétiques issues de personnalités artistiques à la fois espiègles, vives et profondément généreuses… tout en étant des performeuses et performeurs circassien(ne)s confirmé(e)s réalisant des séquences très techniques, parfaitement maîtrisées. Les numéros acrobatiques ont réellement un niveau international. L'aisance dans la réalisation des figures (saut, salto, jetée, chutes, etc.) n'a d'égal que la fluidité des enchaînements. Chacun est toujours très aérien dans la réalisation d'un échange, d'une performance. Les sept membres maîtrisent tous à la perfection les différents arts du cirque (acrobatie, voltige, jonglage, clown, etc.) et il y a quasiment en permanence une vraie jubilation sur le plateau.

Blizzard, vous avez dit blizzard ! Dans une cohérence théâtrale bienvenue et pour un apport comique jouissif, trois-quatre capsules aux sonorités publicitaires sont réparties dans le déroulement du spectacle. Ces interventions "à l'initiative" de l'improbable ministère canadien du froid, de la froidure et du "brrr" accentuent l'approche décalée et volontairement dédramatisante d'un phénomène météorologique pas toujours bienveillant comme nous avons pu le voir récemment en Amérique du Nord.

L'univers, les ambiances, les atmosphères et les situations burlesques, avec leurs prodigieuses envolées, leurs tableaux théâtraux, poétiques et intemporels ne sont pas sans rappeler la magie, la féérie d'un "Slava'Snowshow" ! Les artistes québécois associent avec talent, souvent avec virtuosité, humour jubilatoire et tendre lyrisme, usant de la magie du geste, de l'adrénaline des fragiles corps-à-corps tout en légèreté et de la beauté chorégraphique des acrobaties… Un spectacle hivernal qui réchauffe les cœurs et nos imaginaires les jours de grisouille et de brrr !

"Blizzard"

© Emmanuel Burriel.
© Emmanuel Burriel.
Concept original : FLIP Fabrique.
Direction générale et artistique : Bruno Gagnon.
Mise en scène : Olivier Normand.
Distribution originale : Camila Comin, Bruno Gagnon, William Jutras, Justine Méthé-Crozat, Hugo Ouellet-Côté, Samuel Ramos, Jérémy Saint-Jean.
Distribution actuelle : Justine Méthé-Crozat, Alana Moggridge, Ben Nesrallah, Hugo Ouellet-Côté, Thierry Proulx, Samuel Ramos, Jérémy Saint-Jean, Daniel Sullivan.
Scénographie : Marie-Renée Bourget Harvey.
Éclairages : Caroline Ross.
Costumes : Erica Schmitz.
Musique : Ben Nesrallah.
Durée : 1 h 15.

A été représenté du 8 au 31 décembre 2022.

À l'Espace Chapiteaux, Parc de la Villette, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

© Emmanuel Burriel.
© Emmanuel Burriel.
Tournée
17 janvier 2023 : Agora Desnos - Scène nationale de l'Essonne, Évry-Courcouronnes (91).
20 et 21 janvier 2023 : Maison des arts, Créteil (94).
25 janvier 2023 : Palais du Littoral, Grande-Synthe(59).

Gil Chauveau
Jeudi 12 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023