La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Balade espagnole sur les chemins séduisants et originaux du flamenco de Manuel Delgado

"Bellamar", alliance réussie entre le flamenco traditionnel et l'actuel, est seulement le deuxième album de Manuel Delgado sous son nom. Mais l'homme a depuis longtemps fait ses preuves et traîne ses talentueuses guêtres musicales depuis une trentaine d'années, autant comme arrangeur que comme compositeur. Sorti début novembre, ce nouvel opus du guitariste espagnol fait l'objet d'une présentation scénique ce soir à Paris.



© Paula Dominguez.
© Paula Dominguez.
Manuel Delgado est un artiste à multiples facettes. Instrumentiste, on l'a vu aux côtés de Roger Hodgson (Album "Open the Door"), de Michel Sardou, de Roé ou encore de Christina Rosmini. Arrangeur, on retrouve sa signature artistique sur les albums d'Issa Hassan (Liban), de Malou ou de Hend Zouari. Compositeur, il sortira trois albums en compagnie du guitariste Ralf Siedhoff.

Musicien majeur de la scène flamenco actuelle, il est connu et reconnu pour avoir collaboré avec de grands noms du flamenco (José Fernández Torres "Tomatito" ; Ana la China, danseuse) ou participé à la composition de musiques de film et de spectacles ("La Belle Histoire" de Claude Lelouch ; "Roméo et Juliette" du Théâtre du Soleil ; le spectacle "Sentires", mis en scène par Thomas Le Douarec).

Toutes ces expériences amènent à ce nouvel album et à la forme actuelle de son nouveau groupe que l'artiste considère comme un aboutissement de son parcours artistique. Construit comme une suite pour guitare en 10 mouvements, "Bellamar" comprend neuf compositions de Manuel Delgado et une Buleria de Paco Narvaez, "Barrio La Paz".

© Stephen Bedrossian.
© Stephen Bedrossian.
Cet opus propose un programme purement flamenco avec, à la fois, des titres traditionnels interprétés en solo et d'autres joués avec une formation accompagnant Manuel Delgado où l'on retrouve Stephen Bedrossian (contrebasse), Alberto Garcia (chant Flamenco), Carmela Delgado (bandonéon), Sophie Bernado (basson), Zied Zouari (violon) et Cédric Diot (percussions).

"Las Herrerías" et "Padentro" sont les deux pièces solos de l'album interprétées avec sobriété et densité par Manuel... Hommage pour la première à son grand-père guitariste et au tocaor Santi Hernández pour la seconde. Les autres compositions de facture plus actuelle bénéficient des riches et nombreuses couleurs sonores apportées par le groupe.

Duo de guitare plus les percussions pour "Barrio La Paz" et pour un fandango, "El Rompido", très appuyé par le jeu de Manuel et par la rythmique de Cédric Diot ; élégante ligne de contrebasse pour un tango "très enlevé", "Damé pinga" ; et richesse instrumentale originale et innovante sur "Barna querida" et "Manantial" avec la présence d'un bandonéon et d'un basson...

Toutes diversités qui résument bien "Bellamar", album plein de surprises musicales mais néanmoins d'une grande cohérence. Et nous offrant la découverte de nouveaux chemins du flamenco, très séduisants, où le toucher délicat de Manuel Delgado caresse ses compositions aux phrasés agiles et légers... Nous laissant ainsi nous imprégner de l'atmosphère douce et moelleuse d'une musique automnale talentueuse et réussie...

● Manuel Delgado "Bellamar".
Production : Nov'Art Factory.
Distribution : Socadisc.
Sortie : 3 novembre 2014.

Concert de lancement :
20 novembre 2014 à 20 h 30, Studio de l'Ermitage, Paris (20e).

>> manuel-delgado.com

Gil Chauveau
Jeudi 20 Novembre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020