La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

""Alzheimère et fils"" Tenter de saisir l'insaisissable, entre interprétation comique et émotion tragique

Sujet ô combien délicat à aborder tant il est générateur de souffrances et de détresse affective au sein des familles, la maladie d’Alzheimer peut prendre une dimension "acceptable" au théâtre. Entre la tragédie réelle - ici vécue par les frères Jenny - et une approche humoristique, voire burlesque, la mise au plateau du mal irréversible permet d’en aborder certains aspects qui se révèlent être traduisibles en comique de répétition ou en situations cocasses, surréalistes ou rappelant le théâtre de l’absurde. C’est le pari réussi de la création de François et Luc Jenny, "Alzheimère et fils".



© Camille Millerand.
© Camille Millerand.
Comment parler de la maladie d'Alzheimer ? Surtout quand c'est sa propre mère qui en est atteinte. Art difficile s'il en est… si on veut éviter de tomber dans le pathos ou le tragique total… En fait, pas tout à fait. Car oser l'impensable, ou du moins réaliser l'inattendu spectaculaire consistant à conjuguer l'humour, le burlesque, la fantaisie du music-hall et l'approche sérieuse, empathique et bienveillante, forcément grave, des conséquences du mal et des souffrances qui en découlent, c'est la prouesse que réussissent les frères Jenny.

Si la thématique abordée semble rebutante, il n'en est rien. Faire théâtre de nos maux, physiques ou mentaux, ne les résout pas, certes, mais en donne un angle, en permet une approche offrant la possibilité d'en apercevoir, analyser, découvrir des aspects passés inaperçus lorsque nous sommes dans le réel et d'en dégager des facettes comiques ou du moins humoristiques, avec ainsi un peu de dopamine libérée - ou "molécule du bonheur", qui contribue aux sensations de bien-être et de plaisir -, émission salvatrice pour les personnes concernées par la maladie traitée.

Formant la trame dramatique, les appels et messages de la mère (composés de coq-à-l’âne, de répétitions, d'absurdités) ponctuent le déroulement du spectacle, comme des repères, pour rappeler la dégradation, l'altération progressive de la mémoire, sans affect excessif, de celle qui devient involontairement le personnage central de la pièce qui se joue sous nos yeux. Ces fragments vocaux sont à la fois empreints de désespoir et/ou de détresse (en forme d'appels au secours), mais sont aussi parfois plus "énervés" du fait de l'incommunicabilité latente due à la maladie.

© Camille Millerand.
© Camille Millerand.
Ainsi se mettent en place, dans ce séquençage, les étapes d'un grand voyage dans un univers parallèle, absurde et imaginaire, fait de numéros poétiques tout autant que clownesque, empruntés à la fois au cirque et au music-hall. De la loupe grossissante déformant de manière burlesque le visage de François Jenny à l'excellent numéro de playback (à deux) sur des chants lyriques - seulement vocal au départ puis avec l'utilisation de marionnettes à l'aide de mains gantées -, en passant par un joli numéro sous la pluie (imaginée) avec des parapluies scintillant de leds. Toutes les scènes créées par les deux artistes convoquent des artifices mystérieux, lumineux, poétiques, irréels, verbaux ou chorégraphiques, inspirée de l'univers du spectacle vivant, riche de toutes ses expressions artistiques.

Complétant ces propositions "légères" mais salutaires, François et Luc Jenny usent de digressions, empruntent des sentiers d'évasion pour parler d'Alzheimer. D'une référence au médecin allemand Alois Alzheimer, liée à la description neuronale qu'il en fit, au constat des conséquences concrètes de la "dégénérescence" de la mémoire, c'est également la perte des souvenirs de l'enfance qui est évoquée. Une partie de ceux-ci n'appartient qu'à la mère et, avec leur disparition, tout partage devient impossible. Il s'agit donc aussi pour les deux frères de se réapproprier cette mémoire, une façon de dire aux spectateurs de pas omettre de partager quand il est encore temps... et devenir alors possesseur des souvenirs de ceux qui ne les possèdent plus.

Et, sans mot fin, mais pour finir, se joue une très courte vidéo de la maman, en boucle. Petite danse finale et retour aux postures artistiques, car le spectacle, la scène, les illusions du music-hall, les échappées burlesques peuvent guérir ou du moins panser certains maux, accompagner l'inéluctable disparition de l'être cher et de sa conscience mémorielle. Le clown a la maîtrise de cet art si particulier, si exceptionnelle, qui consiste à nous faire croire que ce qui est impossible peut devenir possible... Et n'oublions pas que François Jenny est un clown blanc et son frère Luc, pour l'occasion, est devenu son Auguste... excellant tous deux dans cette fantaisie burlesque.

"Alzheimère et fils"

© Camille Millerand.
© Camille Millerand.
Texte : François Jenny, Luc Jenny.
Mise en scène : François Jenny, Luc Jenny.
Avec : François Jenny, Luc Jenny.
Collaboration artistique : Vincent Kuentz.
Soutien chorégraphique : Francesca Lattuada.
Lumières : Luc Jenny.
Décors : Luc Jenny, Samuel Misslen.
Musique originale : Léo Grise.
Avec la voix de Gilles Charmant.
Conseil artistique,costumes : Barbara Wagner.
Durée : 1 h 15.

Du 5 au 29 octobre 2022.
Du mercredi au samedi à 21 h.
Théâtre Les Déchargeurs, Salle Vicky Messica,
>> lesdechargeurs.fr

Gil Chauveau
Samedi 22 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022