La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Alexandre Bloch à la tête de l'Orchestre National de Lille, l'exigence généreuse d'une aventure humaine et artistique

Choisi en 2016 pour succéder à Jean-Claude Casadesus au poste de directeur musical de l'Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch n'a eu de cesse de refonder le pacte qui lie la phalange à son public. Rencontre avec un jeune chef brillant qui fourmille d'idées pour le présent et l'avenir.



© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
Rencontrer, écouter, voir diriger Alexandre Bloch dans une version inventive et poétique de la "Carmen" de Bizet (1) pour la première édition des "Nuits d'été" de l'ONL, c'est éprouver la justesse des vers du grand Corneille, "(…) aux âmes bien nées, La valeur n'attend point le nombre des années". Ces "Nuits d'été", c'est une parmi les nombreuses idées nouvelles d'un jeune directeur musical (né en 1985) qui réussit avec brio depuis sa nomination à donner un nouvel élan à la formation ancrée dans les Hauts-de-France (2). Dynamique, charismatique, exigent, généreux, "geek", les qualificatifs se bousculent pour tenter de dessiner son portrait. Alexandre Bloch nous parle ici de sa mission, celle du partage, de l'engagement citoyen et d'une belle ambition artistique.

Christine Ducq - Qu'a signifié pour vous l'arrivée à la tête de l'Orchestre National de Lille ?

Alexandre Bloch - Ce poste s'est présenté à un moment de ma carrière où j'étais invité à diriger beaucoup d'orchestres en Europe et dans le monde (ce que j'apprécie et continue à faire), mais où j'avais aussi envie de me poser pour travailler en profondeur avec un en particulier. Il se trouve que le projet artistique et social de l'ONL m'avait beaucoup plu. Dans la situation de crise sociale que nous vivons, j'avais envie d'apporter ma pierre en tentant d'apporter au territoire de la culture, de l'art pour ouvrir, enrichir la communauté - celle qui peut être touchée par l'orchestre.

Avec Jean-Claude Casadesus, l'ONL a d'ailleurs été pionnier en France dans cet art de partager la culture avec le plus grand nombre. Je suis heureux de poursuivre ce travail avec toutes les équipes de l'orchestre en inventant de nouvelles formules de concert afin d'attirer un public toujours neuf à l'Auditorium du Nouveau-Siècle (dans des conditions acoustiques idéales) ou en région.

© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
L'orchestre ne s'est-il pas par ailleurs profondément renouvelé ?

A. B. - Oui, avant même que j'arrive. Par le jeu même du tournant de générations d'un orchestre âgé de quarante ans, celui-ci se renouvelle automatiquement. Et depuis que je suis arrivé (en septembre 2016 soit deux ans après la nomination de François Bou, directeur général), suite à des départs en retraite un quart de l'orchestre a été recruté (sur 99 musiciens). D'ici les trois ou quatre prochaines années, c'est plus de la moitié de l'orchestre qui sera nouveau. C'est naturellement un challenge. Lorsqu'un directeur musical arrive dans une nouvelle formation, il faut du temps pour nouer des relations, apprendre à se connaître et connaître les réflexes qu'on peut avoir ensemble en concert. C'est encore plus important de le faire avec de nouvelles recrues. Nous avons donc un travail de fond à mener. Pendant la dernière saison et la prochaine, au sein de ce cycle Mahler (3) que nous avons commencé, nous prenons vraiment du temps à cet effet. Nous nous retrouvons en répétitions par petits groupes, en "partielles", avec seulement par exemple les violons, ou les violoncelles, ou les instruments à bois de l'harmonie.

Avez-vous voulu cette intégrale Mahler pour continuer à forger l'identité de l'orchestre ?

A. B. - C'est d'abord un souhait personnel car c'est un compositeur que j'adore, que je me plais énormément à partager avec le public. Mahler est le roi des émotions et il n'est rien de plus fort qu'une émotion dans la vie et dans la musique. Le projet est né également d'une opportunité : s'inscrire dans le thème du festival Lille 3000 (4) qui est en cette année 2019 "L'Eldorado". Nous avons donc commencé à offrir notre Eldorado symphonique (qu'est l'intégrale des symphonies mahlériennes) en janvier 2019 et ce cycle se poursuit jusqu'en janvier 2020. Ce cycle nous permet de surcroît d'initier un travail long (au-delà d'une seule saison) avec l'orchestre.

"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
Vous avez initié des projets très originaux pour l'orchestre, tels ce "Stravinski remix" ou cet "Oiseau de Feu Hip-Hop". Dans quel but ?

A. B. - Il est toujours important de favoriser la rencontre de différentes disciplines artistiques. Ces langages variés ont en réalité le même but : véhiculer l'émotion pour notre public. Et leur autre intérêt (pas des moindres) est d'attirer un public nouveau dans le cadre d'un concert classique. Faire venir un public très varié (et pas seulement les mélomanes et habitués que nous remercions de leur fidélité) est vital. Partager ensemble des émotions, permettre au public de les ressentir, c'est apprendre à mieux nous connaître les uns les autres et aussi devenir de meilleurs citoyens dans notre communauté.

C'est dans ce même dessein que j'ai inventé les concerts "Smartphony©" et "Just Play" (5). Les concerts "Just Play" permettent au public de plonger au cœur du travail de l'orchestre en répétition grâce à trois écrans géants. J'ai également un micro pour que le public puisse entendre exactement mon interaction avec les musiciens. Nous faisons la démonstration de ce qu'est un travail collectif car, selon moi, l'orchestre est à l'image d'une mini-société avec des femmes, des hommes, des jeunes et des plus âgés, qui votent différemment, qui peuvent être amis ou pas. Mais nous œuvrons ensemble à un but commun en portant une haute exigence artistique. C'est là encore ce que j'ai envie de faire éprouver au public.

"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
Était-ce vraiment important de créer des ateliers musicaux pour les femmes enceintes ou les bébés ? Il faut faire venir le public le plus tôt possible ?

A. B. - Oui. Cela a été pensé en même temps pour désacraliser cette salle de concert qu'est le Nouveau Siècle. C'est parfois difficile pour certaines personnes d'entrer dans un musée ou dans notre magnifique auditorium - dans lequel nous avons des conditions dignes des plus fameuses salles de concerts internationales. Je réfléchis d'ailleurs - en binôme avec François Bou - à des projets qui feraient du Nouveau Siècle un véritable lieu de vie (avec une cafétéria par exemple). Nous invitons dans ce même but les gens à l'heure du déjeuner avec les "Concerts Flash" ainsi que les familles avec enfants (les "Famillissimo") par exemple. Même pour nos concerts traditionnels en soirée, nous veillons à la diversité du public : étudiants, scolaires, habitués, etc. Ce qui crée une belle atmosphère de salle.

Lors de la passation de pouvoir en 2016, Jean-Claude Casadesus vous confie "un orchestre sensible et intelligent". Qu'ajouteriez-vous ?

A. B. - C'est un orchestre qui a beaucoup d'âme et qui forme une grande famille forgée parfois par une longue cohabitation dans l'orchestre mais aussi dans les déplacements et les tournées. Cette énergie ainsi créée les soude et cela permet une connexion particulière entre eux. Ils sont solidaires, très sensibles en effet, et très enthousiastes sur les propositions que je peux leur faire tout au long de l'année.

© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
Pouvez-vous nous évoquer quelques moments forts de la saison prochaine ?

A. B. - Nous poursuivons donc notre intégrale des symphonies de Mahler avec un projet d'enregistrement de la 7e pour le label Alpha-Outhere. Outre notre riche programme de concerts, nous avons également deux belles tournées en perspective dont une en Angleterre, avec un programme de compositeurs français (dont Debussy). Dans le cadre un peu compliqué du Brexit peut-être à venir, il nous a paru important en tant qu'orchestre d'un pays frontalier de faire de la diplomatie culturelle dans ces villes que sont Leeds, Newcastle, Sheffield, Birmingham ou Londres.

(1) L'Orchestre National de Lille, confié à Jean-Claude Casadesus au mitan des années soixante-dix par Marcel Landowski, a été pionnier en jouant dans les usines, les prisons et dans les villes et bourgs éloignés des Hauts-de-France. Alexandre Bloch dirigera d'ailleurs l'ONL (dans la Symphonie n° 4 de Tchaïkovski) à la prison de Sequedin (59) le 18 juillet.

© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
(2) De cette version très réussie de "Carmen", vue le 12 juillet, on ne sait ce qu'on doit admirer le plus, du commentaire plein d'esprit d'Alex Vizorek, d'une belle animation (et inclusion du public) due à Grégoire Pont, de chanteurs virtuoses (le mezzo capiteux et envoûtant d'Aude Extrémo dans le rôle-titre, le baryton Florian Sempey - Escamillo - donnant une leçon du plus pur chant français et la délicieuse Micaëla de Gabrielle Philiponet), de musiciens transcendés dans une cohésion sans faille par l'autorité passionnée d'un chef dont la silhouette (haute quant à A. Bloch) et la gestique évoquent irrésistiblement celles d'un Gustav Mahler immortalisées par Otto Boehler.
(3) Commencée en janvier 2019, cette intégrale des symphonies de Gustav Mahler (clef-de-voûte de deux saisons) se poursuit dès le 1er octobre avec la 6e.
(4) Poursuivant l'action de "Lille 2004, Capitale européenne de la Culture", Lille 3000 est un festival d'événements artistiques variés ayant lieu tous les deux ans.
(5) "Smartphony©" permet d'interagir avec l'orchestre grâce à une application créée avec la startup Waigéo dans la première partie d'un concert. "Just Play" invite à découvrir l'orchestre se frottant à une œuvre d'une dizaine de minutes qu'il ne connaît pas ou qu'il n'a pas jouée depuis des décades. Toujours sous l'impulsion d'A. Bloch, l'orchestre a désormais sa chaîne Youtube pour diffuser ses concerts. Nombreux autres formats et activités à lire sur le site de l'orchestre.


Entretien réalisé le 12 juillet 2019.

Programme complet des concerts à venir :
>> onlille.com

Concerts et projets d'Alexandre Bloch :
>> alexandrebloch.com

Christine Ducq
Vendredi 19 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À Découvrir

Maria Casarès et Albert Camus se retrouvent pour une heure dans un nouveau théâtre de Poitiers

Ouverte en septembre 2023, cette nouvelle salle finit sa saison en rendant hommage à celle qui lui a donné son nom : Maria Casarès. Une salle citadine née de la volonté des deux codirecteurs de la Maison Maria Casarès, Matthieu Roy et Johanna Silberstein. C'est dans les anciennes écuries de la caserne de Poitiers que deux grandes salles voûtées abritent maintenant ce nouveau lieu destiné à présenter au public tourangeau une programmation hivernale (et donc plus confortable) qui vient en complément des activités de la maison mère d'Alloue.

© Solotiana.
Cette dernière fut la demeure que Maria Casarès acheta après la mort de Camus. Une grande propriété du nom de Domaine de Lavergne, léguée par sa propriétaire à la petite commune d'Alloue, qui abrite depuis quelques années un lieu de résidence pour les compagnies de théâtre de la région et d'ailleurs. Un festival estival est également proposé dans ses immenses jardins, au mois d'août. Cette année, le Festival d'Été aura lieu du 22 juillet au 16 août.

En 2017, les éditions Gallimard, avec l'accord de la fille d'Albert Camus, publiaient la Correspondance entre ces deux artistes. Une correspondance amoureuse de plus de 800 lettres, écrites du début de leur relation (la première est datée du 6 juin 1944) jusqu'au 30 décembre 1959. Cinq jours plus tard, Camus décédait dans un accident de voiture. Ces lettres, Catherine Camus les avait collationnées des années auparavant, ayant racheté celles que possédait Maria Casarès. Cette dernière les lui avait cédées par besoin d'argent, pour réparer le toit de sa maison d'Alloue…

Bruno Fougniès
18/06/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024