La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Alexandre Bloch à la tête de l'Orchestre National de Lille, l'exigence généreuse d'une aventure humaine et artistique

Choisi en 2016 pour succéder à Jean-Claude Casadesus au poste de directeur musical de l'Orchestre National de Lille, Alexandre Bloch n'a eu de cesse de refonder le pacte qui lie la phalange à son public. Rencontre avec un jeune chef brillant qui fourmille d'idées pour le présent et l'avenir.



© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
Rencontrer, écouter, voir diriger Alexandre Bloch dans une version inventive et poétique de la "Carmen" de Bizet (1) pour la première édition des "Nuits d'été" de l'ONL, c'est éprouver la justesse des vers du grand Corneille, "(…) aux âmes bien nées, La valeur n'attend point le nombre des années". Ces "Nuits d'été", c'est une parmi les nombreuses idées nouvelles d'un jeune directeur musical (né en 1985) qui réussit avec brio depuis sa nomination à donner un nouvel élan à la formation ancrée dans les Hauts-de-France (2). Dynamique, charismatique, exigent, généreux, "geek", les qualificatifs se bousculent pour tenter de dessiner son portrait. Alexandre Bloch nous parle ici de sa mission, celle du partage, de l'engagement citoyen et d'une belle ambition artistique.

Christine Ducq - Qu'a signifié pour vous l'arrivée à la tête de l'Orchestre National de Lille ?

Alexandre Bloch - Ce poste s'est présenté à un moment de ma carrière où j'étais invité à diriger beaucoup d'orchestres en Europe et dans le monde (ce que j'apprécie et continue à faire), mais où j'avais aussi envie de me poser pour travailler en profondeur avec un en particulier. Il se trouve que le projet artistique et social de l'ONL m'avait beaucoup plu. Dans la situation de crise sociale que nous vivons, j'avais envie d'apporter ma pierre en tentant d'apporter au territoire de la culture, de l'art pour ouvrir, enrichir la communauté - celle qui peut être touchée par l'orchestre.

Avec Jean-Claude Casadesus, l'ONL a d'ailleurs été pionnier en France dans cet art de partager la culture avec le plus grand nombre. Je suis heureux de poursuivre ce travail avec toutes les équipes de l'orchestre en inventant de nouvelles formules de concert afin d'attirer un public toujours neuf à l'Auditorium du Nouveau-Siècle (dans des conditions acoustiques idéales) ou en région.

© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
L'orchestre ne s'est-il pas par ailleurs profondément renouvelé ?

A. B. - Oui, avant même que j'arrive. Par le jeu même du tournant de générations d'un orchestre âgé de quarante ans, celui-ci se renouvelle automatiquement. Et depuis que je suis arrivé (en septembre 2016 soit deux ans après la nomination de François Bou, directeur général), suite à des départs en retraite un quart de l'orchestre a été recruté (sur 99 musiciens). D'ici les trois ou quatre prochaines années, c'est plus de la moitié de l'orchestre qui sera nouveau. C'est naturellement un challenge. Lorsqu'un directeur musical arrive dans une nouvelle formation, il faut du temps pour nouer des relations, apprendre à se connaître et connaître les réflexes qu'on peut avoir ensemble en concert. C'est encore plus important de le faire avec de nouvelles recrues. Nous avons donc un travail de fond à mener. Pendant la dernière saison et la prochaine, au sein de ce cycle Mahler (3) que nous avons commencé, nous prenons vraiment du temps à cet effet. Nous nous retrouvons en répétitions par petits groupes, en "partielles", avec seulement par exemple les violons, ou les violoncelles, ou les instruments à bois de l'harmonie.

Avez-vous voulu cette intégrale Mahler pour continuer à forger l'identité de l'orchestre ?

A. B. - C'est d'abord un souhait personnel car c'est un compositeur que j'adore, que je me plais énormément à partager avec le public. Mahler est le roi des émotions et il n'est rien de plus fort qu'une émotion dans la vie et dans la musique. Le projet est né également d'une opportunité : s'inscrire dans le thème du festival Lille 3000 (4) qui est en cette année 2019 "L'Eldorado". Nous avons donc commencé à offrir notre Eldorado symphonique (qu'est l'intégrale des symphonies mahlériennes) en janvier 2019 et ce cycle se poursuit jusqu'en janvier 2020. Ce cycle nous permet de surcroît d'initier un travail long (au-delà d'une seule saison) avec l'orchestre.

"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
Vous avez initié des projets très originaux pour l'orchestre, tels ce "Stravinski remix" ou cet "Oiseau de Feu Hip-Hop". Dans quel but ?

A. B. - Il est toujours important de favoriser la rencontre de différentes disciplines artistiques. Ces langages variés ont en réalité le même but : véhiculer l'émotion pour notre public. Et leur autre intérêt (pas des moindres) est d'attirer un public nouveau dans le cadre d'un concert classique. Faire venir un public très varié (et pas seulement les mélomanes et habitués que nous remercions de leur fidélité) est vital. Partager ensemble des émotions, permettre au public de les ressentir, c'est apprendre à mieux nous connaître les uns les autres et aussi devenir de meilleurs citoyens dans notre communauté.

C'est dans ce même dessein que j'ai inventé les concerts "Smartphony©" et "Just Play" (5). Les concerts "Just Play" permettent au public de plonger au cœur du travail de l'orchestre en répétition grâce à trois écrans géants. J'ai également un micro pour que le public puisse entendre exactement mon interaction avec les musiciens. Nous faisons la démonstration de ce qu'est un travail collectif car, selon moi, l'orchestre est à l'image d'une mini-société avec des femmes, des hommes, des jeunes et des plus âgés, qui votent différemment, qui peuvent être amis ou pas. Mais nous œuvrons ensemble à un but commun en portant une haute exigence artistique. C'est là encore ce que j'ai envie de faire éprouver au public.

"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
"Carmen" © Ugo Ponte/ONL.
Était-ce vraiment important de créer des ateliers musicaux pour les femmes enceintes ou les bébés ? Il faut faire venir le public le plus tôt possible ?

A. B. - Oui. Cela a été pensé en même temps pour désacraliser cette salle de concert qu'est le Nouveau Siècle. C'est parfois difficile pour certaines personnes d'entrer dans un musée ou dans notre magnifique auditorium - dans lequel nous avons des conditions dignes des plus fameuses salles de concerts internationales. Je réfléchis d'ailleurs - en binôme avec François Bou - à des projets qui feraient du Nouveau Siècle un véritable lieu de vie (avec une cafétéria par exemple). Nous invitons dans ce même but les gens à l'heure du déjeuner avec les "Concerts Flash" ainsi que les familles avec enfants (les "Famillissimo") par exemple. Même pour nos concerts traditionnels en soirée, nous veillons à la diversité du public : étudiants, scolaires, habitués, etc. Ce qui crée une belle atmosphère de salle.

Lors de la passation de pouvoir en 2016, Jean-Claude Casadesus vous confie "un orchestre sensible et intelligent". Qu'ajouteriez-vous ?

A. B. - C'est un orchestre qui a beaucoup d'âme et qui forme une grande famille forgée parfois par une longue cohabitation dans l'orchestre mais aussi dans les déplacements et les tournées. Cette énergie ainsi créée les soude et cela permet une connexion particulière entre eux. Ils sont solidaires, très sensibles en effet, et très enthousiastes sur les propositions que je peux leur faire tout au long de l'année.

© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
Pouvez-vous nous évoquer quelques moments forts de la saison prochaine ?

A. B. - Nous poursuivons donc notre intégrale des symphonies de Mahler avec un projet d'enregistrement de la 7e pour le label Alpha-Outhere. Outre notre riche programme de concerts, nous avons également deux belles tournées en perspective dont une en Angleterre, avec un programme de compositeurs français (dont Debussy). Dans le cadre un peu compliqué du Brexit peut-être à venir, il nous a paru important en tant qu'orchestre d'un pays frontalier de faire de la diplomatie culturelle dans ces villes que sont Leeds, Newcastle, Sheffield, Birmingham ou Londres.

(1) L'Orchestre National de Lille, confié à Jean-Claude Casadesus au mitan des années soixante-dix par Marcel Landowski, a été pionnier en jouant dans les usines, les prisons et dans les villes et bourgs éloignés des Hauts-de-France. Alexandre Bloch dirigera d'ailleurs l'ONL (dans la Symphonie n° 4 de Tchaïkovski) à la prison de Sequedin (59) le 18 juillet.

© Ugo Ponte/ONL.
© Ugo Ponte/ONL.
(2) De cette version très réussie de "Carmen", vue le 12 juillet, on ne sait ce qu'on doit admirer le plus, du commentaire plein d'esprit d'Alex Vizorek, d'une belle animation (et inclusion du public) due à Grégoire Pont, de chanteurs virtuoses (le mezzo capiteux et envoûtant d'Aude Extrémo dans le rôle-titre, le baryton Florian Sempey - Escamillo - donnant une leçon du plus pur chant français et la délicieuse Micaëla de Gabrielle Philiponet), de musiciens transcendés dans une cohésion sans faille par l'autorité passionnée d'un chef dont la silhouette (haute quant à A. Bloch) et la gestique évoquent irrésistiblement celles d'un Gustav Mahler immortalisées par Otto Boehler.
(3) Commencée en janvier 2019, cette intégrale des symphonies de Gustav Mahler (clef-de-voûte de deux saisons) se poursuit dès le 1er octobre avec la 6e.
(4) Poursuivant l'action de "Lille 2004, Capitale européenne de la Culture", Lille 3000 est un festival d'événements artistiques variés ayant lieu tous les deux ans.
(5) "Smartphony©" permet d'interagir avec l'orchestre grâce à une application créée avec la startup Waigéo dans la première partie d'un concert. "Just Play" invite à découvrir l'orchestre se frottant à une œuvre d'une dizaine de minutes qu'il ne connaît pas ou qu'il n'a pas jouée depuis des décades. Toujours sous l'impulsion d'A. Bloch, l'orchestre a désormais sa chaîne Youtube pour diffuser ses concerts. Nombreux autres formats et activités à lire sur le site de l'orchestre.


Entretien réalisé le 12 juillet 2019.

Programme complet des concerts à venir :
>> onlille.com

Concerts et projets d'Alexandre Bloch :
>> alexandrebloch.com

Christine Ducq
Vendredi 19 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020