La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Alan Corbel… Un lyrisme romantique à l'élégance aérienne…

Un Rennais à Rennes... À peine son dernier EP "That City" sorti en octobre, promesse d'un nouvel album prévu pour mars 2017, qu'Alan Corbel se retrouvait ce soir sur la scène du Kenland dans le cadre des "Bars en trans". Il y présentait ses dernières compositions avec sa nouvelle formation rock pour un set aux inspirations folks et aux textes empreints d'une douce mélancolie.



© Marie Prechac.
© Marie Prechac.
Après avoir étudié la lutherie pendant quatre ans en Angleterre, Alan Corbel revient en Bretagne où il intègre un groupe de slam, "Les triporteurs de mots". En 2012, il sort son premier album, "Dead Men Chronicles", réalisé par Bertrand Belin. S'ensuit une aventure théâtrale le temps de composer une musique originale pour une adaptation de "La Nuit Des Rois" de Shakespeare.

Il est aujourd'hui de retour avec un quatuor folk pop et un EP (1) composé de quatre chansons en anglais. Quatre titres où Alan Corbel joue d'une ambiance aux allures de spleen distingué, tout en délicatesse, avec une écriture poétique, parfois en teintes "noir et blanc" ; et proposant des promenades vagabondes et singulières, puisant aux sources d’Elliott Smith, Nick Cave ou Jeff Buckley.

Toujours bien emmenée par des guitares électriques ou folk, la ligne mélodique est riche de ruptures cadencées. Les ballades sont des mélodies au tempo efficace, avec des accords simples, bien "balancés" sans être jamais agressifs. Nul solo où les notes s’enchaîneraient aux barrés dans une cadence endiablée. Ils sont plutôt rares et la musique de Corbel est dans une tonalité assez "soft" et folk, sans à-coups, à l'exception de quelques "pointes", bien senties, haussant la mesure de quelques octaves.

Alan Corbel aux Vieilles Charrues 2016 © Zélie Noreda.
Alan Corbel aux Vieilles Charrues 2016 © Zélie Noreda.
Les chansons font montre d'une réelle maturité et d'une énergie bien maîtrisée. Cette dernière peut parfois être plus accentuée comme pour "An old friend" où la guitare électrique intervient pour apporter un contre-appui à sa sœur folk qui conclut. Elles "abordent", à tour de rôle, la mélodie en la faisant évoluer pour l'amener vers un rythme plus relevé.

Batterie et instruments à cordes dont la basse créent un univers musical "homogène", quelquefois grave, avec des arrangements bien construits, accompagnés d'une voix frôlant parfois la féminité fragile avec la subtile profondeur d'une reverb. Celle-ci peut aussi avoir quelques sonorités graves.

La basse et le violoncelle accompagnent, sur quelques accords, les morceaux dans des "dénuements" musicaux où la guitare est plus discrète, accompagnés ou non de percussions. La voix s'unit alors à l'instrument à cordes pour créer des promenades "musicales" à l'atmosphère éthérée où la "solitude" du chanteur est portée jusqu'aux dernières notes. C'est réussi et très efficace.

(1) EP ou Extended Play est composé en règle générale de 4 plages musicales. Il est plus court qu'un album (au minimum 8 plages) et plus long qu'un single (2 plages).

Vient de se produire au Bars En Trans à Rennes.

● Alan Corbel "That City".
Label : Megalux Production.
Distribution digitale : Wiseband.
Sortie : 7 octobre 2016.

Co-réalisé par Jean-Baptiste Brunhes.
Musiciens : Pierre Marolleau (batterie, choeurs), Alexandre Cochennec (basse, choeurs), Pierre Marais (claviers, guitares, choeurs).
Invités : Albin de la Simone (claviers), Juliette Divry (violoncelle).

Nouvel album "Like a ghost again" le 3 mars 2017.
Label : Megalux Productions.
Distribution : L'Autre Distribution.

Safidin Alouache
Samedi 3 Décembre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020