La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

A todo señor todo honor !

Lorsqu'un livre à la main (c'est le "Dom Juan" de Molière) une femme âgée, un homme âgé montent sur la scène et que le rideau s'ouvre... c'est comme un miracle qui s'accomplit. La compagnie ibéro-portugaise Voadora qui vole de ville en ville depuis Saint-Jacques-de-Compostelle réalise à chaque étape de son périple un spectacle sur Dom Juan.



© Voadora/MA scène nationale Montbéliard.
© Voadora/MA scène nationale Montbéliard.
Élaborée, par un collectif de volontaires, tous seniors, trouvés sur place et soumis à d'intensifs jours de répétition et d'improvisations, l'œuvre s'échafaude exclusivement à partir des témoignages recueillis sur place.

Dom Juan… l'homme qui séduit les femmes et les abandonne, laissant derrière lui un sillage, un rêve de beauté et un parfum de scandale connaît alors bien des avatars.

La troupe s'est installée pour la première fois en France, à Montbéliard et la version franc-comtoise est présentée le 1er octobre.

Le spectacle est réglé de manière résolument contemporaine. La mise en espace, la mise en rythme s'appuient sur des retours périodiques, empruntent à la danse théâtre, à la performance, au visual théâtre. Et pourtant le matériau théâtral proposé, qui montre les volontaires comédiens dans toutes leurs singularités, résiste à toute assimilation formelle et académique.

© Voadora/MA scène nationale Montbéliard.
© Voadora/MA scène nationale Montbéliard.
Ce "Dom Juan" déconstruit même toutes les normes, les archétypes, les préjugés, les conventions. Les comédiens professionnels, eux, sont invisibles et offrent par les seuls moyens de l'Art, (les seules lumières, son en direct et chorégraphies) aux comédiens volontaires un espace et un temps de totale confiance pour développer le jeu.

Les acteurs, dans leur vitalité et leur cohésion, sont soutenus, comme caressés, pétris, sculptés, peints. Cela se traduit par des fondus enchaînés, des instants de beauté et de sensibilité. En bouillonnement ou en dissipation. Au sens chimique et métaphorique une véritable sublimation. La matière du spectacle dans une authentique tension artistique devient texture, tissu, texte.

Elle met en mouvement le voyage du mythe Dom Juan. Son colportage, son évanescence, sa persistance jusqu' à nos jours, jusqu'à la conscience du spectateur. Sur scène, dans le théâtre à l'italienne de Montbéliard, il y a Molière, il y a la vie de chacun avec ses blessures, ses joies, ses espérances. Comme une fable heureuse.

© Voadora/MA scène nationale Montbéliard.
© Voadora/MA scène nationale Montbéliard.
Là où, à travers le personnage de Sganarelle, Molière trépigne et peste contre les mensonges et les faux-semblants de la société, la compagnie Voadora présente une manière efficace et apaisée d'entamer un dialogue entre générations et les cultures.

Et il n'est pas question pour elle que le spectateur se déplace pour aller voir l'ancien ouvrier, professeur ou pharmacien témoigner et s'exhiber. Il s'agit de bien autre chose. Quelque chose qui débuterait par : "Vous nous voyez vieux" ; nous ne nous voyons pas vieux" ; "Alors voyez ce que vous ne voyez pas (ou ne voulez pas voir)". Quelque chose qui continuerait par "Nous avons Dom Juan en partage" et "À chaque âge, à chaque instant sa capacité de désir et de séduction. Son instant de beauté". Quelque chose qui se conclurait par "Nous avons l'Art en commun".

Avec ce "Dom Juan", le manteau d'Arlequin qui montre l'invisible installe dans les mémoires locales une nouvelle manière de connaître et les gens et le monde.

"Don Juan".
À partir de "Don Juan ou le Festin de Pierre" de Molière
Cie Voadora.
A été représenté le Samedi 1er octobre à 20 h.
Première Française.
Mise en scène de Marta Pazos avec 20 volontaires.
MA Scène nationale Pays de Montbéliard, Théâtre de Montbéliard, Montbéliard (25).
Durée 1 h 10.

Jean Grapin
Lundi 3 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020