La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Uppercut" & "One man pop", hip-hop classic or not classic ?

Hip-hop, vous avez dit hip-hop ? Anthony Egéa n'a de cesse de renouveler le hip-hop des origines - les siennes, enfant d'une cité bordelaise multiculturelle - pour le métisser avec d'autres danses, comme la noble classique dont il remet au goût du jour les pointes ostentatoires dans son "Uppercut" pour trois danseuses. Autour du "ring" moiré de noir, annonciateur du combat chorégraphié qui s'ensuit, les performeuses de la Cie Rêvolution apparaissent encapuchonnées sur fond de musique obsédante, le regard planté dans le nôtre.



"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
Une première version, plus concise, nous avait été offerte en janvier 2020 dans le cadre du Festival Trente-Trente de Jean-Luc Terrade. À cette époque désormais lointaine, l'art vivant ignorait la distanciation sociale et le rapport au public se faisait frontal, sans masque. L'osmose était de règle entre les officiantes et les spectateurs, devenus depuis - à leur corps défendant certes - de transparents "spectres-acteurs", fessiers scotchés à leur chaise distante de toute présence augurée potentiellement dangereuse.

La musique électro hip-hop par essence répétitive semble traverser le corps électrisé des trois ballerines qui, ayant pris possession du ring, virevoltent sur leurs pointes, les bras levés au-dessus de visages qu'aucun sourire de circonstance n'éclaire. Regard tendu, buste raide secoué par des spasmes, elles évoluent en appui les unes des autres. Débarrassées de leur veste à capuche, tour à tour immobiles ou tournoyantes, elles s'affrontent dans un silence pesant alternant avec les assauts musicaux. Jeux d'équilibre et de tensions chorégraphiés au millimètre par un deus ex machina métamorphosant les corps virtuoses en notes de musique sur une portée savamment écrite.

"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
Ce que gagne en esthétisme la nouvelle mouture, elle le perd en rage à fleur de peau, palpable point fort de la précédente édition. Certes les pointes acérées, les regards tranchés, ne laissent nul doute sur leur visée, mais l'engagement des corps pour faire entendre la révolte se trouve estompé - excepté chez l'une des interprètes à la rage chevillée au corps - par le souci prégnant de donner à voir une "forme parfaite". Comme si résidait là le passeport subliminal pour, en s'affranchissant délibérément des origines populaires du hip-hop, s'ouvrir grand les portes du Gotha de l'opéra dansant…

Ce à quoi on pourrait tout autant opposer que l'hybridation des genres, au lieu de dénaturer chacun d'eux, enrichit le tout de sa complexité en refusant toute assignation catégorique, qu'elle soit de naissance ou de culture. Cette recherche visant à s'affranchir de tout diktat, autant "naturel" que "culturel", fonde les recherches d'Anthony Egéa, chorégraphe résolument atypique dont la marque de fabrique… est de les refuser toutes.

"One man pop" © Pierre Planchenault.
"One man pop" © Pierre Planchenault.
"One man pop", forme courte, met en jeu un solo articulé à la forme précédente par le fil rouge qui les relie : échos l'une et l'autre du hip-hop, elles prennent leur propre envol pour trouver leur écriture singulière dans l'espace "choré-graphié".

Le popping, apparu sur la côte ouest des États-Unis, embrasa dans les années soixante-dix quatre-vingts les rues de San Francisco mis à feu par cette danse "électrique" alternant contractions et décontractions des muscles mis en branle par les secousses vibratoires. Au rythme d'une musique faisant corps avec son interprète au point de "mener la danse", le danseur se fait réceptacle des flux musicaux pour les traduire en gestes articulés et désarticulés, faisant montre autant d'une grande porosité d'écoute que d'une dextérité gestuelle peu commune.

Veste jaune et baskets blanches, le performeur se présente sur l'espace du ring avec le naturel d'un promeneur en balade. Mais dès que la musique commence à égrener ses notes, il se fige sur place, déploie ses bras animés peu à peu par des secousses internes comme sous l'effet de décharges électriques s'amplifiant. Accueillant en lui les oscillations de fréquence du courant musical, le corps tout entier disloqué se fait alors haut-parleur du flux énergétique le parcourant de part en part. Et lorsque l'intensité sonore se fait littéralement insupportable, les traits du visage affichent un rictus aux allures incontrôlées traduisant les forces en jeu.

Là encore, Anthony Egéa ajoute une nouvelle corde à sa frénésie exploratoire des danses. Si le popping rencontre sans nul doute ses adeptes, gagnés d'avance au mixage dans le corps du danseur interprète de la musique et de la danse se confondant en un grand tout, il peut toutefois surprendre les non-initiés, "spectateurs" de ce courant vibratoire à intensité différentielle.

"Uppercut" & "One man pop"

"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
Direction artistique et chorégraphie : Anthony Egéa.
Assistante chorégraphique : Émilie Sudre.
Avec pour "Uppercut" : Jade Paz Bardet, Élodie Allary, Axelle Chagneau ou Clara Duflo.
Avec pour "One Man Pop" : Aymen Fikri ou Jimmy Duriès.
Scénographie et création lumières : Florent Blanchon.
Création musicale : Olivier Huntemann-Magnet et Franck 2 Louise – Pressure/Humanis corporis.
Costumes : Sara Béranger.
Durée "Uppercut" : 30 minutes.
Durée "One man pop" : 15 minutes.
À partir de 10 ans.
Par la Compagnie Rêvolution.

Présentation aux professionnels, selon les mesures sanitaires en vigueur, le jeudi 1er avril à 15 h à la Salle des Fêtes du Grand Parc de Bordeaux, dans le cadre de la saison Hors les Murs du Glob Théâtre de Bordeaux.

Tournées (sous réserve des conditions sanitaires en vigueur à ces dates)

"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut"
Mai 2021 : Entre 2 Rêves, Cambes (33)
23 juin 2021 : Scènes d'été en Gironde, Artigues (33).
26 juin 2021 : En plein arts, Talence (33).
29 juin 2021 : Scènes d'été en Gironde, Festival Terre de Culture, Grand St-Emilionnais (33).
30 juin 2021 : Scènes d'été en Gironde, La Réole (33).
1er juillet 2021 : Festival Arts de rue, Urbaka, Limoges (87).
10 juillet 2021 : Via La Rue, Rions (33).
25 juillet 2021 : Scènes d'été en Gironde, Cadillac (33).
28 et 29 juillet 2021 : Ville de Niort (79).
6 et 7 août 2021 : Fest'arts, Libourne (33).
20 août 2021 : Scènes d'été en Gironde, Festival Perform, Nodris en Médoc (33).
10 septembre2020 : Scènes d'été en Gironde, Festival Emerg'en Scène, Saint-Macaire (33).
11 septembre2021 : Scènes d'été en Gironde, Le Haillan (33).
18 septembre2021 : Scènes d'été en Gironde, Castelnau-de-Médoc (33).
Septembre 2021 : Festival Kalypso, Créteil (94).
Octobre 2021 : Festival Karavel, Créteil (94).
"One man pop/Uppercut"
27 juin 2021 : Les Vivres de l'Art, Bordeaux (33).
Juillet 2021 : Été métropolitain - Saint Aubin de Médoc (33).
11 juillet 2021 : Été métropolitain - Festival des Vibrations Urbaines - Pessac (33).
22 juillet 2021 : Été métropolitain - Bègles (33).
23 juillet 2021 : Été métropolitain - Scènes d'été en Gironde, Blanquefort (33).
5 août 2021 : Fest'arts, Libourne (33).
17 août 2021 : Été métropolitain - Scènes d'été en Gironde, Lormont (33).
19 août 2021 : Été métropolitain - Scènes d'été en Gironde, Saint Médard en Jalles (33).
20 août 2021 : Été métropolitain - Saint Louis de Montferrand (33).
21 août 2021 : Été métropolitain - Mérignac (33).
25 août 2021 : Été métropolitain - Floirac (33).
28 août 2021 : La Roche-Posay (86).
Septembre 2021 : Festival Cadences, Arcachon (33).

Yves Kafka
Mercredi 21 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler à Vienne… Purgatoire collectif et laboratoire des âmes

"Le vaste pays", dans le titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, se réfère aux âmes humaines. Barbara Frey saisit cette métaphore à la plénitude dans sa nouvelle mise en scène à l'Akademietheater de Vienne. Une disposition parfaite pour une distribution de premier rang où figure, entre autres, Michael Maertens (Friedrich Hofreiter), Katharina Lorenz (Génia), Itay Tiran (le docteur Mauer), Bibiana Beglau (Aigner) et l'acteur vétéran Branko Samarovsksi (le banquier Natter).

© Matthias Horn.
"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler, parut en 1911, a été rapidement apprécié à Paris. Tombé sous le charme de la pièce, le feuilletoniste Henry Bidou a consacré un article pour louer "le talent incisif et net de l'auteur" et encourager une adaptation française. Un projet d'adaptation suivit en 1912, avec le titre traduit "Le Pays mystérieux", qui ne connut malheureusement aucune suite. Qualifiée de tragi-comédie, la pièce présente un portrait d'une société viennoise de la première moitié du XXe siècle qui se trouve dans l'entre-deux entre l'héritage du tournant de siècle et des nouveaux codes socio-culturels émergeant de la modernité.

Le drame se déroule autour du couple Hofreiter, l'industriel Friedrich et sa femme Génia, dont le mariage s'est depuis longtemps refroidi et est marqué par des infidélités mutuelles. Friedrich est récemment sorti d'une liaison avec Adèle, la femme de son banquier Natter et on suspecte Génia d'être la cause du suicide soudain du célèbre pianiste russe Korsakov, fou amoureux d'elle. Après une confrontation, Friedrich décide à l'improviste de rejoindre son ami, le docteur Mauer, dans son voyage.

Vinda Miguna
30/11/2022