Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Uppercut" & "One man pop", hip-hop classic or not classic ?

Hip-hop, vous avez dit hip-hop ? Anthony Egéa n'a de cesse de renouveler le hip-hop des origines - les siennes, enfant d'une cité bordelaise multiculturelle - pour le métisser avec d'autres danses, comme la noble classique dont il remet au goût du jour les pointes ostentatoires dans son "Uppercut" pour trois danseuses. Autour du "ring" moiré de noir, annonciateur du combat chorégraphié qui s'ensuit, les performeuses de la Cie Rêvolution apparaissent encapuchonnées sur fond de musique obsédante, le regard planté dans le nôtre.



"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
Une première version, plus concise, nous avait été offerte en janvier 2020 dans le cadre du Festival Trente-Trente de Jean-Luc Terrade. À cette époque désormais lointaine, l'art vivant ignorait la distanciation sociale et le rapport au public se faisait frontal, sans masque. L'osmose était de règle entre les officiantes et les spectateurs, devenus depuis - à leur corps défendant certes - de transparents "spectres-acteurs", fessiers scotchés à leur chaise distante de toute présence augurée potentiellement dangereuse.

La musique électro hip-hop par essence répétitive semble traverser le corps électrisé des trois ballerines qui, ayant pris possession du ring, virevoltent sur leurs pointes, les bras levés au-dessus de visages qu'aucun sourire de circonstance n'éclaire. Regard tendu, buste raide secoué par des spasmes, elles évoluent en appui les unes des autres. Débarrassées de leur veste à capuche, tour à tour immobiles ou tournoyantes, elles s'affrontent dans un silence pesant alternant avec les assauts musicaux. Jeux d'équilibre et de tensions chorégraphiés au millimètre par un deus ex machina métamorphosant les corps virtuoses en notes de musique sur une portée savamment écrite.

"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
Ce que gagne en esthétisme la nouvelle mouture, elle le perd en rage à fleur de peau, palpable point fort de la précédente édition. Certes les pointes acérées, les regards tranchés, ne laissent nul doute sur leur visée, mais l'engagement des corps pour faire entendre la révolte se trouve estompé - excepté chez l'une des interprètes à la rage chevillée au corps - par le souci prégnant de donner à voir une "forme parfaite". Comme si résidait là le passeport subliminal pour, en s'affranchissant délibérément des origines populaires du hip-hop, s'ouvrir grand les portes du Gotha de l'opéra dansant…

Ce à quoi on pourrait tout autant opposer que l'hybridation des genres, au lieu de dénaturer chacun d'eux, enrichit le tout de sa complexité en refusant toute assignation catégorique, qu'elle soit de naissance ou de culture. Cette recherche visant à s'affranchir de tout diktat, autant "naturel" que "culturel", fonde les recherches d'Anthony Egéa, chorégraphe résolument atypique dont la marque de fabrique… est de les refuser toutes.

"One man pop" © Pierre Planchenault.
"One man pop" © Pierre Planchenault.
"One man pop", forme courte, met en jeu un solo articulé à la forme précédente par le fil rouge qui les relie : échos l'une et l'autre du hip-hop, elles prennent leur propre envol pour trouver leur écriture singulière dans l'espace "choré-graphié".

Le popping, apparu sur la côte ouest des États-Unis, embrasa dans les années soixante-dix quatre-vingts les rues de San Francisco mis à feu par cette danse "électrique" alternant contractions et décontractions des muscles mis en branle par les secousses vibratoires. Au rythme d'une musique faisant corps avec son interprète au point de "mener la danse", le danseur se fait réceptacle des flux musicaux pour les traduire en gestes articulés et désarticulés, faisant montre autant d'une grande porosité d'écoute que d'une dextérité gestuelle peu commune.

Veste jaune et baskets blanches, le performeur se présente sur l'espace du ring avec le naturel d'un promeneur en balade. Mais dès que la musique commence à égrener ses notes, il se fige sur place, déploie ses bras animés peu à peu par des secousses internes comme sous l'effet de décharges électriques s'amplifiant. Accueillant en lui les oscillations de fréquence du courant musical, le corps tout entier disloqué se fait alors haut-parleur du flux énergétique le parcourant de part en part. Et lorsque l'intensité sonore se fait littéralement insupportable, les traits du visage affichent un rictus aux allures incontrôlées traduisant les forces en jeu.

Là encore, Anthony Egéa ajoute une nouvelle corde à sa frénésie exploratoire des danses. Si le popping rencontre sans nul doute ses adeptes, gagnés d'avance au mixage dans le corps du danseur interprète de la musique et de la danse se confondant en un grand tout, il peut toutefois surprendre les non-initiés, "spectateurs" de ce courant vibratoire à intensité différentielle.

"Uppercut" & "One man pop"

"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
Direction artistique et chorégraphie : Anthony Egéa.
Assistante chorégraphique : Émilie Sudre.
Avec pour "Uppercut" : Jade Paz Bardet, Élodie Allary, Axelle Chagneau ou Clara Duflo.
Avec pour "One Man Pop" : Aymen Fikri ou Jimmy Duriès.
Scénographie et création lumières : Florent Blanchon.
Création musicale : Olivier Huntemann-Magnet et Franck 2 Louise – Pressure/Humanis corporis.
Costumes : Sara Béranger.
Durée "Uppercut" : 30 minutes.
Durée "One man pop" : 15 minutes.
À partir de 10 ans.
Par la Compagnie Rêvolution.

Présentation aux professionnels, selon les mesures sanitaires en vigueur, le jeudi 1er avril à 15 h à la Salle des Fêtes du Grand Parc de Bordeaux, dans le cadre de la saison Hors les Murs du Glob Théâtre de Bordeaux.

Tournées (sous réserve des conditions sanitaires en vigueur à ces dates)

"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut" © Pierre Planchenault.
"Uppercut"
Mai 2021 : Entre 2 Rêves, Cambes (33)
23 juin 2021 : Scènes d'été en Gironde, Artigues (33).
26 juin 2021 : En plein arts, Talence (33).
29 juin 2021 : Scènes d'été en Gironde, Festival Terre de Culture, Grand St-Emilionnais (33).
30 juin 2021 : Scènes d'été en Gironde, La Réole (33).
1er juillet 2021 : Festival Arts de rue, Urbaka, Limoges (87).
10 juillet 2021 : Via La Rue, Rions (33).
25 juillet 2021 : Scènes d'été en Gironde, Cadillac (33).
28 et 29 juillet 2021 : Ville de Niort (79).
6 et 7 août 2021 : Fest'arts, Libourne (33).
20 août 2021 : Scènes d'été en Gironde, Festival Perform, Nodris en Médoc (33).
10 septembre2020 : Scènes d'été en Gironde, Festival Emerg'en Scène, Saint-Macaire (33).
11 septembre2021 : Scènes d'été en Gironde, Le Haillan (33).
18 septembre2021 : Scènes d'été en Gironde, Castelnau-de-Médoc (33).
Septembre 2021 : Festival Kalypso, Créteil (94).
Octobre 2021 : Festival Karavel, Créteil (94).
"One man pop/Uppercut"
27 juin 2021 : Les Vivres de l'Art, Bordeaux (33).
Juillet 2021 : Été métropolitain - Saint Aubin de Médoc (33).
11 juillet 2021 : Été métropolitain - Festival des Vibrations Urbaines - Pessac (33).
22 juillet 2021 : Été métropolitain - Bègles (33).
23 juillet 2021 : Été métropolitain - Scènes d'été en Gironde, Blanquefort (33).
5 août 2021 : Fest'arts, Libourne (33).
17 août 2021 : Été métropolitain - Scènes d'été en Gironde, Lormont (33).
19 août 2021 : Été métropolitain - Scènes d'été en Gironde, Saint Médard en Jalles (33).
20 août 2021 : Été métropolitain - Saint Louis de Montferrand (33).
21 août 2021 : Été métropolitain - Mérignac (33).
25 août 2021 : Été métropolitain - Floirac (33).
28 août 2021 : La Roche-Posay (86).
Septembre 2021 : Festival Cadences, Arcachon (33).

Yves Kafka
Mercredi 21 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021