La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un spectacle où le moderne et le classique font couche commune, où le rock donne le tempo au lied

"Forellenquintett" et "Neither", Théâtre de la Ville, Paris

Les deux ballets de Martin Schläpfer marient avec audace le classique et le contemporain, avec en toile de fond une rencontre de l’opéra et du rock, osant notamment dans "Forellenquintett", une confrontation musicale entre Schubert, maître incontesté du lied, et The Libertines, groupe anglais d'indie rock... suivi de "Neither", l'anti-opéra de Morton Feldman.



© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Le spectacle se décompose en deux ballets aussi antinomiques artistiquement qu’homogène en qualité et en originalité. Martin Schläpfer réussit le tour de force de faire vivre sur scène de façon cohérente des styles artistiques distincts. Le classique claque la bise au contemporain, le rock au ballet.

Le premier ballet, "Forellenquintett", laisse apparaître tout un ensemble de corps ondulés dans des mouvements rapides. L’ondulation des corps donne la répartie à des mouvements amples et denses. Ainsi, la danse se prête à deux versants artistiques qui cohabitent superbement.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
C’est la rondeur du geste face à la tension du déplacement, une tension qui laisse le corps vaciller entre force et adresse avec une précision à la fois anguleuse et arrondie. La danse devient l’incarnation d’une modernité toute classique. Entre pointes, diagonales transversales et plantes de pieds au sol, c’est un clair-obscur qui s’opère entre le classique et le moderne. Ces corps qui font avec grâce et force un grand écart artistique entre modernité et classique trouvent un écho dans la musique des Libertines avec "Don’t be shy" et celle de "La Truite" de Franz Schubert. Le rock donne le tempo au classique.

À l’inverse, "Neither", le deuxième ballet, est dans une composition où le mouvement est plus fluide, plus intimiste. Ce sont des corps qui se replient sur eux-mêmes, comme à la recherche d’une intériorité artistique. Les mouvements s’enchaînent les uns aux autres dans un tableau artistique où des îlots de danseurs, en solo, en duo, en trio ou en quinté investissent la scène.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
On danse d’un bout à l’autre de la scène dans une gestuelle à la fois peu ample mais très déliée, très resserrée tout en gardant des mouvements très fluides. Deux danseurs, en solo, contrebalancent cette atmosphère intimiste en adoptant une gestuelle plus physique, plus ample, plus soutenue. Et puis au final, il y a cette superbe chorale de gestes et de mouvements que les danseurs exécutent de façon synchronisée comme pour couronner l’homogénéité artistique du ballet.

Tout est décliné de façon dichotomique, mais une dichotomie qui arrive à relier les différences artistiques. La gestuelle de "Forellenquintett" laisse parler le corps dans des mouvements plus rapides, plus vifs. Celle de "Neither" laisse place à une gestuelle plus marquée dans les membres supérieurs avec une tension accentuée des corps.

Modernité et classique, opéra et rock, le pari audacieux de Martin Schläpfer est réussi. Celui de faire vivre dans un même spectacle plusieurs tendances artistiques dans des chorégraphies aussi originales artistiquement que riches.

C’est à la fois beau, simple, original et relevé.

"Forellenquintett"

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Chorégraphie : Martin Schläpfer.
Musique "Don’t be shy" de The Libertines et Quintette pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse en la majeur D 667 ("La Truite") de Franz Schubert.
Avec : Sachika Abe, Ann-Kathrin Adam, Marlucia do Amaral, Camille Andriot, Wun Sze Chan, Feline van Dijken, Cristina Garcia Fonseca, So-Yeon Kim, Louisa Rachedi, Virginia Segarra Vidal, Anna Tsybina, Irene Vaqueiro, Christian Blossfeld, Andriy Boyetskyy, Jackson Carroll, Helge Freiberg, Philip Handschin, Antoine Jully, Marcos Menha, Bogdan Nicula, Chidozie Nzerem, Sascha Pieper, Alexandre Simoes.
Décor, costumes et vidéo : Keso Dekker.
Lumières et vidéo : Franz-Xaver Schaffer.
Maîtresse de ballet : Antoinette Laurent.
Par le Ballett Am Rhein Cie.

"Neither"

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Opéra en un acte.
Mise en scène et chorégraphie : Martin Schläpfer.
Musique : Morton Feldman.
Texte : Samuel Beckett.
Avec : Sachika Abe, Ann-Kathrin Adam, Marlucia do Amaral, Camille Andriot, Doris Becker, Wun Sze Chan, Marina Dias, Feline von Djiken, Cristina Garcia Fonseca, Christine Jaroszewski, Yuko Kato, So-Yeon Kim, Anne Marchand, Nicole Morel, Carly Morgan, Louisa Rachedi, Claudine Schoch, Virginia Segarra Vidal, Julie Thirault, Anna Tsybina, Irene Vaqueiro, Christian Blossfeld, Andriy Boyetskyy,Paul Calderone, Jackson Carroll, Martin Chaix, Florent Cheymol, Helge Freiberg, Philip Handschin, Antoine Jully, Marquet K. Lee, Sonny Locsin, Marcos Menha, Bruno Namhammer, Bogdan Nicula, Chidozie Nzerem, Sascha Pieper, Boris Randzio, Martin Schirbel, Alexandre Simoes, Remus Sucheana, Pontus Sundset, Maksat Sydykov.
Installation vidéo lumière, décor et costumes : Rosalie.
Lumières : Volker Weinhart.
Maîtres de ballet : Kerstin Feig, Callum Hastie.
Durée totale : 2 h 20.
Par le Ballett Am Rhein Cie.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Du 28 novembre au 5 décembre 2012.
Du lundi au vendredi à 20 h 30, samedi à 15 h et à 20 h 30.
Théâtre de la Ville, Paris 4e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Safidine Alouache
Samedi 1 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019