La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un spectacle où le moderne et le classique font couche commune, où le rock donne le tempo au lied

"Forellenquintett" et "Neither", Théâtre de la Ville, Paris

Les deux ballets de Martin Schläpfer marient avec audace le classique et le contemporain, avec en toile de fond une rencontre de l’opéra et du rock, osant notamment dans "Forellenquintett", une confrontation musicale entre Schubert, maître incontesté du lied, et The Libertines, groupe anglais d'indie rock... suivi de "Neither", l'anti-opéra de Morton Feldman.



© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Le spectacle se décompose en deux ballets aussi antinomiques artistiquement qu’homogène en qualité et en originalité. Martin Schläpfer réussit le tour de force de faire vivre sur scène de façon cohérente des styles artistiques distincts. Le classique claque la bise au contemporain, le rock au ballet.

Le premier ballet, "Forellenquintett", laisse apparaître tout un ensemble de corps ondulés dans des mouvements rapides. L’ondulation des corps donne la répartie à des mouvements amples et denses. Ainsi, la danse se prête à deux versants artistiques qui cohabitent superbement.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
C’est la rondeur du geste face à la tension du déplacement, une tension qui laisse le corps vaciller entre force et adresse avec une précision à la fois anguleuse et arrondie. La danse devient l’incarnation d’une modernité toute classique. Entre pointes, diagonales transversales et plantes de pieds au sol, c’est un clair-obscur qui s’opère entre le classique et le moderne. Ces corps qui font avec grâce et force un grand écart artistique entre modernité et classique trouvent un écho dans la musique des Libertines avec "Don’t be shy" et celle de "La Truite" de Franz Schubert. Le rock donne le tempo au classique.

À l’inverse, "Neither", le deuxième ballet, est dans une composition où le mouvement est plus fluide, plus intimiste. Ce sont des corps qui se replient sur eux-mêmes, comme à la recherche d’une intériorité artistique. Les mouvements s’enchaînent les uns aux autres dans un tableau artistique où des îlots de danseurs, en solo, en duo, en trio ou en quinté investissent la scène.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
On danse d’un bout à l’autre de la scène dans une gestuelle à la fois peu ample mais très déliée, très resserrée tout en gardant des mouvements très fluides. Deux danseurs, en solo, contrebalancent cette atmosphère intimiste en adoptant une gestuelle plus physique, plus ample, plus soutenue. Et puis au final, il y a cette superbe chorale de gestes et de mouvements que les danseurs exécutent de façon synchronisée comme pour couronner l’homogénéité artistique du ballet.

Tout est décliné de façon dichotomique, mais une dichotomie qui arrive à relier les différences artistiques. La gestuelle de "Forellenquintett" laisse parler le corps dans des mouvements plus rapides, plus vifs. Celle de "Neither" laisse place à une gestuelle plus marquée dans les membres supérieurs avec une tension accentuée des corps.

Modernité et classique, opéra et rock, le pari audacieux de Martin Schläpfer est réussi. Celui de faire vivre dans un même spectacle plusieurs tendances artistiques dans des chorégraphies aussi originales artistiquement que riches.

C’est à la fois beau, simple, original et relevé.

"Forellenquintett"

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Chorégraphie : Martin Schläpfer.
Musique "Don’t be shy" de The Libertines et Quintette pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse en la majeur D 667 ("La Truite") de Franz Schubert.
Avec : Sachika Abe, Ann-Kathrin Adam, Marlucia do Amaral, Camille Andriot, Wun Sze Chan, Feline van Dijken, Cristina Garcia Fonseca, So-Yeon Kim, Louisa Rachedi, Virginia Segarra Vidal, Anna Tsybina, Irene Vaqueiro, Christian Blossfeld, Andriy Boyetskyy, Jackson Carroll, Helge Freiberg, Philip Handschin, Antoine Jully, Marcos Menha, Bogdan Nicula, Chidozie Nzerem, Sascha Pieper, Alexandre Simoes.
Décor, costumes et vidéo : Keso Dekker.
Lumières et vidéo : Franz-Xaver Schaffer.
Maîtresse de ballet : Antoinette Laurent.
Par le Ballett Am Rhein Cie.

"Neither"

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Opéra en un acte.
Mise en scène et chorégraphie : Martin Schläpfer.
Musique : Morton Feldman.
Texte : Samuel Beckett.
Avec : Sachika Abe, Ann-Kathrin Adam, Marlucia do Amaral, Camille Andriot, Doris Becker, Wun Sze Chan, Marina Dias, Feline von Djiken, Cristina Garcia Fonseca, Christine Jaroszewski, Yuko Kato, So-Yeon Kim, Anne Marchand, Nicole Morel, Carly Morgan, Louisa Rachedi, Claudine Schoch, Virginia Segarra Vidal, Julie Thirault, Anna Tsybina, Irene Vaqueiro, Christian Blossfeld, Andriy Boyetskyy,Paul Calderone, Jackson Carroll, Martin Chaix, Florent Cheymol, Helge Freiberg, Philip Handschin, Antoine Jully, Marquet K. Lee, Sonny Locsin, Marcos Menha, Bruno Namhammer, Bogdan Nicula, Chidozie Nzerem, Sascha Pieper, Boris Randzio, Martin Schirbel, Alexandre Simoes, Remus Sucheana, Pontus Sundset, Maksat Sydykov.
Installation vidéo lumière, décor et costumes : Rosalie.
Lumières : Volker Weinhart.
Maîtres de ballet : Kerstin Feig, Callum Hastie.
Durée totale : 2 h 20.
Par le Ballett Am Rhein Cie.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Du 28 novembre au 5 décembre 2012.
Du lundi au vendredi à 20 h 30, samedi à 15 h et à 20 h 30.
Théâtre de la Ville, Paris 4e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Safidine Alouache
Samedi 1 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020