La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un spectacle où le moderne et le classique font couche commune, où le rock donne le tempo au lied

"Forellenquintett" et "Neither", Théâtre de la Ville, Paris

Les deux ballets de Martin Schläpfer marient avec audace le classique et le contemporain, avec en toile de fond une rencontre de l’opéra et du rock, osant notamment dans "Forellenquintett", une confrontation musicale entre Schubert, maître incontesté du lied, et The Libertines, groupe anglais d'indie rock... suivi de "Neither", l'anti-opéra de Morton Feldman.



© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Le spectacle se décompose en deux ballets aussi antinomiques artistiquement qu’homogène en qualité et en originalité. Martin Schläpfer réussit le tour de force de faire vivre sur scène de façon cohérente des styles artistiques distincts. Le classique claque la bise au contemporain, le rock au ballet.

Le premier ballet, "Forellenquintett", laisse apparaître tout un ensemble de corps ondulés dans des mouvements rapides. L’ondulation des corps donne la répartie à des mouvements amples et denses. Ainsi, la danse se prête à deux versants artistiques qui cohabitent superbement.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
C’est la rondeur du geste face à la tension du déplacement, une tension qui laisse le corps vaciller entre force et adresse avec une précision à la fois anguleuse et arrondie. La danse devient l’incarnation d’une modernité toute classique. Entre pointes, diagonales transversales et plantes de pieds au sol, c’est un clair-obscur qui s’opère entre le classique et le moderne. Ces corps qui font avec grâce et force un grand écart artistique entre modernité et classique trouvent un écho dans la musique des Libertines avec "Don’t be shy" et celle de "La Truite" de Franz Schubert. Le rock donne le tempo au classique.

À l’inverse, "Neither", le deuxième ballet, est dans une composition où le mouvement est plus fluide, plus intimiste. Ce sont des corps qui se replient sur eux-mêmes, comme à la recherche d’une intériorité artistique. Les mouvements s’enchaînent les uns aux autres dans un tableau artistique où des îlots de danseurs, en solo, en duo, en trio ou en quinté investissent la scène.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
On danse d’un bout à l’autre de la scène dans une gestuelle à la fois peu ample mais très déliée, très resserrée tout en gardant des mouvements très fluides. Deux danseurs, en solo, contrebalancent cette atmosphère intimiste en adoptant une gestuelle plus physique, plus ample, plus soutenue. Et puis au final, il y a cette superbe chorale de gestes et de mouvements que les danseurs exécutent de façon synchronisée comme pour couronner l’homogénéité artistique du ballet.

Tout est décliné de façon dichotomique, mais une dichotomie qui arrive à relier les différences artistiques. La gestuelle de "Forellenquintett" laisse parler le corps dans des mouvements plus rapides, plus vifs. Celle de "Neither" laisse place à une gestuelle plus marquée dans les membres supérieurs avec une tension accentuée des corps.

Modernité et classique, opéra et rock, le pari audacieux de Martin Schläpfer est réussi. Celui de faire vivre dans un même spectacle plusieurs tendances artistiques dans des chorégraphies aussi originales artistiquement que riches.

C’est à la fois beau, simple, original et relevé.

"Forellenquintett"

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Chorégraphie : Martin Schläpfer.
Musique "Don’t be shy" de The Libertines et Quintette pour piano, violon, alto, violoncelle et contrebasse en la majeur D 667 ("La Truite") de Franz Schubert.
Avec : Sachika Abe, Ann-Kathrin Adam, Marlucia do Amaral, Camille Andriot, Wun Sze Chan, Feline van Dijken, Cristina Garcia Fonseca, So-Yeon Kim, Louisa Rachedi, Virginia Segarra Vidal, Anna Tsybina, Irene Vaqueiro, Christian Blossfeld, Andriy Boyetskyy, Jackson Carroll, Helge Freiberg, Philip Handschin, Antoine Jully, Marcos Menha, Bogdan Nicula, Chidozie Nzerem, Sascha Pieper, Alexandre Simoes.
Décor, costumes et vidéo : Keso Dekker.
Lumières et vidéo : Franz-Xaver Schaffer.
Maîtresse de ballet : Antoinette Laurent.
Par le Ballett Am Rhein Cie.

"Neither"

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Opéra en un acte.
Mise en scène et chorégraphie : Martin Schläpfer.
Musique : Morton Feldman.
Texte : Samuel Beckett.
Avec : Sachika Abe, Ann-Kathrin Adam, Marlucia do Amaral, Camille Andriot, Doris Becker, Wun Sze Chan, Marina Dias, Feline von Djiken, Cristina Garcia Fonseca, Christine Jaroszewski, Yuko Kato, So-Yeon Kim, Anne Marchand, Nicole Morel, Carly Morgan, Louisa Rachedi, Claudine Schoch, Virginia Segarra Vidal, Julie Thirault, Anna Tsybina, Irene Vaqueiro, Christian Blossfeld, Andriy Boyetskyy,Paul Calderone, Jackson Carroll, Martin Chaix, Florent Cheymol, Helge Freiberg, Philip Handschin, Antoine Jully, Marquet K. Lee, Sonny Locsin, Marcos Menha, Bruno Namhammer, Bogdan Nicula, Chidozie Nzerem, Sascha Pieper, Boris Randzio, Martin Schirbel, Alexandre Simoes, Remus Sucheana, Pontus Sundset, Maksat Sydykov.
Installation vidéo lumière, décor et costumes : Rosalie.
Lumières : Volker Weinhart.
Maîtres de ballet : Kerstin Feig, Callum Hastie.
Durée totale : 2 h 20.
Par le Ballett Am Rhein Cie.

© Gert Weigelt.
© Gert Weigelt.
Du 28 novembre au 5 décembre 2012.
Du lundi au vendredi à 20 h 30, samedi à 15 h et à 20 h 30.
Théâtre de la Ville, Paris 4e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Safidine Alouache
Samedi 1 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !

Ce projet, mené par l'association He le'ale'a qui initie des actions culturelles d'envergure tout au long de l'année dans les Hautes-Alpes, se déroulera le 13 et le 20 août. La première date sera dédiée à la danse et au blues. Un événement à vivre sur l'eau sous le regard protecteur du Grand Morgon et de son pic trônant à 2324 m.

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !
He le'ale'a n'en est pas à sa première expérience pour ce qui est d'inviter les pratiques artistiques et les artistes de renom dans des lieux insolites. Il y a eu récemment la deuxième édition de "Musique au Sommet" des concerts de musiques actuelles (swing, jazz, rock, soul, folk, etc.) dans un village de 300 habitants, Prunières, en dehors des lieux touristiques… une scène comme suspendue entre les crêtes du domaine skiable de la station de Réallon et le Lac de Serre-Ponçon pour 3 concerts à des altitudes différentes…

Et, aujourd'hui, l'îlot Saint-Michel qui s'inscrit dans ces propositions alliant cadre exceptionnel, valorisation du patrimoine - qu'il soit bâti ou environnemental - et excellence artistique. L'îlot deviendra ainsi une scène naturelle qui se prêtera à partir de 19 h à un Drive-in Boat accueillant des artistes de la musique et de la danse.

Une distanciation de fait, à l'heure du COVID, pour un coucher de soleil inoubliable. Le 13 août, c'est l'artiste international de blues, Cisco Herzhaftet qui sera sur scène et jouera les morceaux de son nouvel albu. En première partie, la Compagnie Isabelle Mazuel, de Briançon, présentera un spectacle de danse contemporaine intitulée "Fauteuil d'extérieur". Le 20 août, la couleur musicale sera Pop-Jazz.

Gil Chauveau
06/08/2020
Spectacle à la Une

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire

C'est du 8 au 15 août 2020 que se déroulera cette nouvelle édition avec la présence sur scène de Natasha St-Pier, du groupe de rock Mes souliers sont rouges, du Trio Sortilège, du Morand Cajun Band, de Pascal Periz (ex-chanteur du groupe Pow Wow), entre autres.

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire
Créée en 2006 pour rendre hommage aux soldats Acadiens ayant débarqué en 1944 sur la Côte de Nacre, la Semaine Acadienne est aujourd'hui un festival qui perpétue ces commémorations mais surtout s'est révélé être l'une des manifestations phares consacrées à la musique traditionnelle et d'aujourd'hui de l'Acadie, avec des artistes venant des deux rives de l'Atlantique.

Malgré un contexte difficile dû à la crise du Covid-19, a Semaine Acadienne revient pour souffler ses quinze bougies avec de grands artistes mais également avec ateliers, animations, conférences, projections de documentaires, cérémonies commémoratives en hommage aux soldats Acadiens, bal country, randonnée pédestre sur les traces des soldats canadiens, défilé de voitures anciennes. Tous les incontournables du festival seront bien au rendez-vous.

Gil Chauveau
04/08/2020
Sortie à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020