La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Soldat·e Inconnu·e" Dépasser l'horreur pour croire en l'avenir, espérer et continuer à vivre

Deux soldats de l'opération Sentinelle, un homme et une femme… "Il" et "Elle", en mission et en couple. Chaque jour, ils se rappellent, du fait de leur présence dans l'espace public, la tragédie qui fut la nôtre un certain 13 novembre 2015 et le basculement qui en a découlé dans un XXe siècle chancelant et fragilisé. Mais "Il" n'a pas pu intervenir le soir du drame national. Alors, il hurle son sentiment d'inutilité et d'impuissance.



© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Sur scène, ils pansent leurs plaies et les nôtres aussi. La musique les aide possiblement. Portés par Caroll, créature chimérique qui anime une émission de radio-pirate inconnue du grand public. Elle y crie son amour du monde, son amour de l'autre et transcende à sa manière les souvenirs de la grande et la petite Histoire. Parce que c'est une œuvre d'art qu'elle veut créer, un monde meilleur. Alors, elle balance de la musique comme on envoie des balles perforantes et s'exprime à travers une langue révoltée crue et poétique à la fois.

Elle est présente à chaque étape de la vie de nos deux Sentinelles éperdument amoureux. Leurs journées se déroulent en musique. Impossible qu'il en soit autrement. Caroll est une prêtresse du verbe bardée d'une cuirasse charismatique inégalée et elle enfile ses chroniques avec un bagou indéfinissable. "5 h 13. Je reçois en pleine gueule un bloc de marbre sur la pointe de l'Histoire".

Quand le mal, dans ce qu'il a de plus abject, engendre un drame national inégalé et participe à faire naître un acte théâtral improbable, on se dit que la terre peut continuer de tourner comme à son habitude. Car, de toute façon, qui pourra l'empêcher de continuer à tourner ?

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
En 2015, le 3 novembre précisément, au Théâtre de l'Aquarium où se joue sa précédente pièce "Angels in America", Aurélie Van Den Daele, sidérée et impuissante par l'annonce qu'elle vient de lire sur son portable, puisera pourtant toute son énergie dans ce sombre épisode du Bataclan. Cette fois-ci, ce n'était pas des anges qui œuvraient à quelques kilomètres de là, mais bien des monstres. Six ans plus tard, avec l'étroite complicité de Sydney Ali Mehelleb à l'écriture et du Deug Doen Group, force vive de la création contemporaine, elle crée "Soldat·e Inconnu·e", une pièce polymorphe sur un monde en état d'urgence et une jeunesse fracassée.

Le texte de la pièce, écrit par Sydney Ali Mehelleb, appelait nécessairement une mise en scène particulière. Le choix s'est porté sur une scène au cœur de la salle et un dispositif bifrontal, les spectateurs face à face comme le public impuissant de la force des choses qui a défilé sous ses yeux, secoué ses tympans et chamboulé son âme. Très rapidement, le spectateur est happé par un grand écran au centre du plateau sur lequel apparaît une bouche qui déverse un flot de paroles métaphoriques quelque peu déstabilisantes, dérangeantes, perturbantes à l'image de ce 3 novembre 2015.

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Pourtant, il se laisse porter par la dimension "patchwork" et éparpillé de l'écriture qui n'est pas sans rappeler les images abominables de tous ces corps enchevêtrés au Bataclan. L'écriture est viscérale et organique aux allures parfois d'un Antonin Artaud dans ses moments les plus hystériques. Il ne faut pas chercher à comprendre forcément l'ordre des scènes qui se déroulent tout au long de la pièce. C'est un désordre programmé, un chaos revendiqué et finement agencé du haut d'une sensibilité hors paire, comme du cristal de roche, celle de l'auteur-acteur Sydney Ali Mehhelleb. Son jeu d'acteur démonstratif et organique appelle chaque spectateur à penser à tous ces militaires sur le terrain, bien trop souvent dans les coulisses du monde !

Sumaya Al-Attia, quant à elle, jeune comédienne franco-jordanienne très convaincante, parvient à sublimer comme une force vive les doutes de son partenaire grâce à une réelle force d'interprétation. Le binôme fonctionne à merveille. Tous deux mènent tambour battant 1 h 40 d'un spectacle taillé à la hache, dans lequel l'humour pointe parfois le bout de son nez au plus grand plaisir des spectateurs. De l'humour parce que la vie continue, que "le nouveau jour sentira la menthe fraîche" et qu'il faut coûte que coûte continuer à préparer et surtout à savourer le couscous !

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Une mention toute particulière pour la création musicale en live de Grégoire Durrande, véritable virtuose du son qui est parvenu grâce à des choix musicaux longuement mûris lors de la création à faire prendre conscience aux spectateurs que la musique interrompue au Bataclan, puissante et libératrice, restera toujours bien vivante. Le personnage de Caroll, interprété par la comédienne Fatima Soualhia-Manet aurait peut-être pu revêtir encore plus d'extravagance dans son interprétation afin d'être davantage au diapason avec ses paroles politiquement révoltées et sa logorrhée hypnotique…

Comme à son habitude, Aurélie Van Den Daele a su mettre sur pied une scénographie à la hauteur du texte en imaginant un espace dans lequel les êtres ne se rencontrent pas, mais où chaque élément accroche le spectateur et le projette corps et âme dans un ailleurs auquel il repensera longtemps après la représentation. La présence d'un gigantesque olivier aux racines apparentes au sommet d'un bloc qui pourrait sembler hermétique laisse à penser que l'avenir est toujours plus haut et l'espoir toujours bien là.
"Soldat·e Inconnu·e"…
Chocs et cris pour ouvrir les yeux et continuer à vivre !

"Soldat·e Inconnu·e"

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Texte : Sydney Ali Mehelleb (édité par Théâtre Ouvert aux Éditions Tapuscrit).
Mise en scène : Aurélie Van Den Daele.
Avec : Sumaya Al-Attia (Elle), Sydney Ali Mehelleb (Il), Grégoire Durrande (musicien), Fatima Soualhia Manet (Caroll).
Collaboration artistique : Julie Le Lagadec.
Dispositif scénique, scénographie et lumière : Collectif Invivo, Julien Dubuc.
Création sonore : Collectif Invivo, Grégoire Durrande.
Costumes : Élisabeth Cerqueira.
Durée : 1 h 35.
Tous public à partir de 14 ans.

Le spectacle s'est joué au Théâtre Ouvert, Paris (20e) du 4 au 17 octobre 2021.

Tournée
Du 16 au 19 novembre 2021 : TNBA, Bordeaux (33).
18 et 19 janvier 2022 : Théâtre de Corbeil-Essonnes, Corbeil-Essonnes (91).
21 janvier 2022 : Théâtre Ferme de Bel Ebat, Guyancourt (78).

Brigitte Corrigou
Dimanche 31 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022