La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Soldat·e Inconnu·e" Dépasser l'horreur pour croire en l'avenir, espérer et continuer à vivre

Deux soldats de l'opération Sentinelle, un homme et une femme… "Il" et "Elle", en mission et en couple. Chaque jour, ils se rappellent, du fait de leur présence dans l'espace public, la tragédie qui fut la nôtre un certain 13 novembre 2015 et le basculement qui en a découlé dans un XXe siècle chancelant et fragilisé. Mais "Il" n'a pas pu intervenir le soir du drame national. Alors, il hurle son sentiment d'inutilité et d'impuissance.



© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Sur scène, ils pansent leurs plaies et les nôtres aussi. La musique les aide possiblement. Portés par Caroll, créature chimérique qui anime une émission de radio-pirate inconnue du grand public. Elle y crie son amour du monde, son amour de l'autre et transcende à sa manière les souvenirs de la grande et la petite Histoire. Parce que c'est une œuvre d'art qu'elle veut créer, un monde meilleur. Alors, elle balance de la musique comme on envoie des balles perforantes et s'exprime à travers une langue révoltée crue et poétique à la fois.

Elle est présente à chaque étape de la vie de nos deux Sentinelles éperdument amoureux. Leurs journées se déroulent en musique. Impossible qu'il en soit autrement. Caroll est une prêtresse du verbe bardée d'une cuirasse charismatique inégalée et elle enfile ses chroniques avec un bagou indéfinissable. "5 h 13. Je reçois en pleine gueule un bloc de marbre sur la pointe de l'Histoire".

Quand le mal, dans ce qu'il a de plus abject, engendre un drame national inégalé et participe à faire naître un acte théâtral improbable, on se dit que la terre peut continuer de tourner comme à son habitude. Car, de toute façon, qui pourra l'empêcher de continuer à tourner ?

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
En 2015, le 3 novembre précisément, au Théâtre de l'Aquarium où se joue sa précédente pièce "Angels in America", Aurélie Van Den Daele, sidérée et impuissante par l'annonce qu'elle vient de lire sur son portable, puisera pourtant toute son énergie dans ce sombre épisode du Bataclan. Cette fois-ci, ce n'était pas des anges qui œuvraient à quelques kilomètres de là, mais bien des monstres. Six ans plus tard, avec l'étroite complicité de Sydney Ali Mehelleb à l'écriture et du Deug Doen Group, force vive de la création contemporaine, elle crée "Soldat·e Inconnu·e", une pièce polymorphe sur un monde en état d'urgence et une jeunesse fracassée.

Le texte de la pièce, écrit par Sydney Ali Mehelleb, appelait nécessairement une mise en scène particulière. Le choix s'est porté sur une scène au cœur de la salle et un dispositif bifrontal, les spectateurs face à face comme le public impuissant de la force des choses qui a défilé sous ses yeux, secoué ses tympans et chamboulé son âme. Très rapidement, le spectateur est happé par un grand écran au centre du plateau sur lequel apparaît une bouche qui déverse un flot de paroles métaphoriques quelque peu déstabilisantes, dérangeantes, perturbantes à l'image de ce 3 novembre 2015.

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Pourtant, il se laisse porter par la dimension "patchwork" et éparpillé de l'écriture qui n'est pas sans rappeler les images abominables de tous ces corps enchevêtrés au Bataclan. L'écriture est viscérale et organique aux allures parfois d'un Antonin Artaud dans ses moments les plus hystériques. Il ne faut pas chercher à comprendre forcément l'ordre des scènes qui se déroulent tout au long de la pièce. C'est un désordre programmé, un chaos revendiqué et finement agencé du haut d'une sensibilité hors paire, comme du cristal de roche, celle de l'auteur-acteur Sydney Ali Mehhelleb. Son jeu d'acteur démonstratif et organique appelle chaque spectateur à penser à tous ces militaires sur le terrain, bien trop souvent dans les coulisses du monde !

Sumaya Al-Attia, quant à elle, jeune comédienne franco-jordanienne très convaincante, parvient à sublimer comme une force vive les doutes de son partenaire grâce à une réelle force d'interprétation. Le binôme fonctionne à merveille. Tous deux mènent tambour battant 1 h 40 d'un spectacle taillé à la hache, dans lequel l'humour pointe parfois le bout de son nez au plus grand plaisir des spectateurs. De l'humour parce que la vie continue, que "le nouveau jour sentira la menthe fraîche" et qu'il faut coûte que coûte continuer à préparer et surtout à savourer le couscous !

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Une mention toute particulière pour la création musicale en live de Grégoire Durrande, véritable virtuose du son qui est parvenu grâce à des choix musicaux longuement mûris lors de la création à faire prendre conscience aux spectateurs que la musique interrompue au Bataclan, puissante et libératrice, restera toujours bien vivante. Le personnage de Caroll, interprété par la comédienne Fatima Soualhia-Manet aurait peut-être pu revêtir encore plus d'extravagance dans son interprétation afin d'être davantage au diapason avec ses paroles politiquement révoltées et sa logorrhée hypnotique…

Comme à son habitude, Aurélie Van Den Daele a su mettre sur pied une scénographie à la hauteur du texte en imaginant un espace dans lequel les êtres ne se rencontrent pas, mais où chaque élément accroche le spectateur et le projette corps et âme dans un ailleurs auquel il repensera longtemps après la représentation. La présence d'un gigantesque olivier aux racines apparentes au sommet d'un bloc qui pourrait sembler hermétique laisse à penser que l'avenir est toujours plus haut et l'espoir toujours bien là.
"Soldat·e Inconnu·e"…
Chocs et cris pour ouvrir les yeux et continuer à vivre !

"Soldat·e Inconnu·e"

© Marjolaine-Moulin.
© Marjolaine-Moulin.
Texte : Sydney Ali Mehelleb (édité par Théâtre Ouvert aux Éditions Tapuscrit).
Mise en scène : Aurélie Van Den Daele.
Avec : Sumaya Al-Attia (Elle), Sydney Ali Mehelleb (Il), Grégoire Durrande (musicien), Fatima Soualhia Manet (Caroll).
Collaboration artistique : Julie Le Lagadec.
Dispositif scénique, scénographie et lumière : Collectif Invivo, Julien Dubuc.
Création sonore : Collectif Invivo, Grégoire Durrande.
Costumes : Élisabeth Cerqueira.
Durée : 1 h 35.
Tous public à partir de 14 ans.

Le spectacle s'est joué au Théâtre Ouvert, Paris (20e) du 4 au 17 octobre 2021.

Tournée
Du 16 au 19 novembre 2021 : TNBA, Bordeaux (33).
18 et 19 janvier 2022 : Théâtre de Corbeil-Essonnes, Corbeil-Essonnes (91).
21 janvier 2022 : Théâtre Ferme de Bel Ebat, Guyancourt (78).

Brigitte Corrigou
Dimanche 31 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022