La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Salvador Dali, l'éternel second de l'Art qui voulait être premier...

"Dali, Conférences imaginaires", Studio Hébertot, Paris

Catalan irrationnel, génie autoproclamé, Salvador Dalí alias Avida Dollars (1904- 1989) a fait le show sa vie durant. Porté comme bête de foire autoréalisatrice par les médias, il était son propre histrion. En génie bouillant de créativité, il installe son image comme une publicité de l'artiste vibrionnant et inclassable...



© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
Une icône qui, dans la démesure, dénie tout statut d'artiste hors lui-même et Raphaël. La mise en théâtre par Christophe Gauzeran de "Dali, les conférences imaginaires" est tirée des écrits de l'artiste. Elle est proposée sous la forme d'une interview. Elle constitue une véritable gageure.

Autant le dire tout de suite, le metteur en scène et le comédien Philippe Kieffer s'en sortent haut la main. Dans la comédie, hors caricature. Sous les applaudissements. Le comédien ne pastiche jamais la forme mais, au contraire, entre dans la voix et le rythme de Dali par le souffle des phrases et le sens des mots. Époustouflant. Du coup le personnage ainsi pris en charge ne cesse de fasciner comme l'avait fait de son vivant son modèle.

Dali est bien sur scène et se livre comme en un carnet intime et ces conférences imaginaires sont proches d'un entretien, de confessions voilées.

© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
Et le spectateur est étonné de découvrir dans ces jugements définitifs et excessifs sur l'Art, une manière plutôt bien plutôt bien tournée de les décrire. Sa célèbre méthode paranoïa critique se révèlerait même plutôt à la surface des choses pertinente et toujours amusante… Si Dali ne revendiquait sa faculté de mentir et si, au fil des textes tirés, n'apparaissait comme un doute, une fêlure, un aveuglement qui se manifeste chez lui de manière de plus en plus consciente et folle.

Celle d'un homme marqué à jamais par le style de Raphaël et sa madone. Canon d'une beauté jugé par lui absolue et indépassable. Dali se montre plutôt adepte d'une peinture léchée à la belle manière, attentif à la matière gracieuse de petits maîtres comme Meissonnier. Dali, dans les années trente quarante, se trouvait en porte-à-faux face à un art moderne qu'il rencontra, partagea et exécra.

Il est vrai qu'il avait croisé sur son chemin des géants et s'était heurté à eux. André Breton à la tête si politique du groupe surréaliste… Pablo Picasso, "hispano" comme lui , qu'il reconnaissait comme son seul égal et dont il regrettait, avec tristesse, que ce dernier fût un touche à tout, qui épuisait toutes les voies de l'Art en les empruntant toutes. Salvador Dali éternel second de l'Art qui voulait être premier, qui voulait revenir à la source de la beauté…El Salvador.

Très intelligemment, le spectacle ne prend pas parti dans les querelles. Il laisse courir la parole portée par l'empathie propre au théâtre et à l'art du comédien. Il présente en revanche au spectateur, en contrepoint visuel, les images et l'univers sonore composés par Christophe Tostain. Dans une approche quasiment documentariste, la vidéo suggère l'errance de l'homme plongé dans une impossible compétition avec les maîtres qui lui étaient contemporains (Mondrian, Kandinsky, Picasso).

© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
La vision qui est proposée au spectateur est celle d'un homme complexe plongé très jeune, trop jeune, dans la barbarie du vingtième siècle européen, qui rêva l'amour idéal avec Gala volée à Éluard. Celle d'un homme miné par le remords d'avoir trahi la beauté et la jeunesse en la personne de Federico Garcia Lorca, le poète aimé, et fusillé par les franquistes auxquels Dali se rallia.

Sous les flashs des photographes se cachait une impuissance et des lâchetés, se déployait des noirceurs… Folie consciente d'Avida Dollars à se construire un personnage.

N.B. :
Le petit Hébertot devient Studio Hébertot et, sous l'ombre du Théâtre Hébertot (un des plus beaux théâtres à l'italienne de Paris) se dessine un centre ouvert sur la création contemporaine. "Dali, Conférences imaginaires" en est le spectacle inaugural.

"Dali, Conférences imaginaires"

© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
Librement inspiré des écrits de Salvador Dali.
Texte et mise en scène : Christophe Gauzeran.
Avec : Philippe Kieffer et Christophe Gauzeran, Manuel Martin (en alternance).
Conception vidéo et univers sonore : Christophe Tostain.
Costumes : Nadia Léon.
Décor : Adrien Allessandrini.
Lumière : Pierre-Emile Soulié.
Durée : 1 h 30.
Compagnie Fahrenheit 451.

Du 29 mai au 30 Août 2015.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Studio Hébertot (ex Petit Hébertot), Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com

Jean Grapin
Lundi 15 Juin 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020