La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Salvador Dali, l'éternel second de l'Art qui voulait être premier...

"Dali, Conférences imaginaires", Studio Hébertot, Paris

Catalan irrationnel, génie autoproclamé, Salvador Dalí alias Avida Dollars (1904- 1989) a fait le show sa vie durant. Porté comme bête de foire autoréalisatrice par les médias, il était son propre histrion. En génie bouillant de créativité, il installe son image comme une publicité de l'artiste vibrionnant et inclassable...



© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
Une icône qui, dans la démesure, dénie tout statut d'artiste hors lui-même et Raphaël. La mise en théâtre par Christophe Gauzeran de "Dali, les conférences imaginaires" est tirée des écrits de l'artiste. Elle est proposée sous la forme d'une interview. Elle constitue une véritable gageure.

Autant le dire tout de suite, le metteur en scène et le comédien Philippe Kieffer s'en sortent haut la main. Dans la comédie, hors caricature. Sous les applaudissements. Le comédien ne pastiche jamais la forme mais, au contraire, entre dans la voix et le rythme de Dali par le souffle des phrases et le sens des mots. Époustouflant. Du coup le personnage ainsi pris en charge ne cesse de fasciner comme l'avait fait de son vivant son modèle.

Dali est bien sur scène et se livre comme en un carnet intime et ces conférences imaginaires sont proches d'un entretien, de confessions voilées.

© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
Et le spectateur est étonné de découvrir dans ces jugements définitifs et excessifs sur l'Art, une manière plutôt bien plutôt bien tournée de les décrire. Sa célèbre méthode paranoïa critique se révèlerait même plutôt à la surface des choses pertinente et toujours amusante… Si Dali ne revendiquait sa faculté de mentir et si, au fil des textes tirés, n'apparaissait comme un doute, une fêlure, un aveuglement qui se manifeste chez lui de manière de plus en plus consciente et folle.

Celle d'un homme marqué à jamais par le style de Raphaël et sa madone. Canon d'une beauté jugé par lui absolue et indépassable. Dali se montre plutôt adepte d'une peinture léchée à la belle manière, attentif à la matière gracieuse de petits maîtres comme Meissonnier. Dali, dans les années trente quarante, se trouvait en porte-à-faux face à un art moderne qu'il rencontra, partagea et exécra.

Il est vrai qu'il avait croisé sur son chemin des géants et s'était heurté à eux. André Breton à la tête si politique du groupe surréaliste… Pablo Picasso, "hispano" comme lui , qu'il reconnaissait comme son seul égal et dont il regrettait, avec tristesse, que ce dernier fût un touche à tout, qui épuisait toutes les voies de l'Art en les empruntant toutes. Salvador Dali éternel second de l'Art qui voulait être premier, qui voulait revenir à la source de la beauté…El Salvador.

Très intelligemment, le spectacle ne prend pas parti dans les querelles. Il laisse courir la parole portée par l'empathie propre au théâtre et à l'art du comédien. Il présente en revanche au spectateur, en contrepoint visuel, les images et l'univers sonore composés par Christophe Tostain. Dans une approche quasiment documentariste, la vidéo suggère l'errance de l'homme plongé dans une impossible compétition avec les maîtres qui lui étaient contemporains (Mondrian, Kandinsky, Picasso).

© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
La vision qui est proposée au spectateur est celle d'un homme complexe plongé très jeune, trop jeune, dans la barbarie du vingtième siècle européen, qui rêva l'amour idéal avec Gala volée à Éluard. Celle d'un homme miné par le remords d'avoir trahi la beauté et la jeunesse en la personne de Federico Garcia Lorca, le poète aimé, et fusillé par les franquistes auxquels Dali se rallia.

Sous les flashs des photographes se cachait une impuissance et des lâchetés, se déployait des noirceurs… Folie consciente d'Avida Dollars à se construire un personnage.

N.B. :
Le petit Hébertot devient Studio Hébertot et, sous l'ombre du Théâtre Hébertot (un des plus beaux théâtres à l'italienne de Paris) se dessine un centre ouvert sur la création contemporaine. "Dali, Conférences imaginaires" en est le spectacle inaugural.

"Dali, Conférences imaginaires"

© Manuel Martin.
© Manuel Martin.
Librement inspiré des écrits de Salvador Dali.
Texte et mise en scène : Christophe Gauzeran.
Avec : Philippe Kieffer et Christophe Gauzeran, Manuel Martin (en alternance).
Conception vidéo et univers sonore : Christophe Tostain.
Costumes : Nadia Léon.
Décor : Adrien Allessandrini.
Lumière : Pierre-Emile Soulié.
Durée : 1 h 30.
Compagnie Fahrenheit 451.

Du 29 mai au 30 Août 2015.
Du mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Studio Hébertot (ex Petit Hébertot), Paris 17e, 01 42 93 13 04.
>> studiohebertot.com

Jean Grapin
Lundi 15 Juin 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019